Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 19 166 fois
  • 151 J'aime
  • 0 Commentaire

Sympa maman

Chapitre 4

Orgie / Partouze

’Shopping’

Bonjour, je m’appelle Michel, j’ai 19 ans. Le lecteur aura fait connaissance dans les récits précédents.

En ce samedi matin, papa est allé participer à un tournoi de jeu de boules dans un bourg voisin avec le père de Phil. Je prends mon petit déjeûner à la cuisine avec ma mère.

maman : - Qu’est-ce que tu vas faire aujourd’hui, Michel ?

moi : - Je vais chez Phil, il a un problème mécanique sur sa moto, on va réparer.

Ma mère porte une chemise de nuit, légère, sans rien dessous, cela se remarque par transparence et lorsqu’elle est à contre-jour. Je distingue très bien ses gros nénés, sa touffe et ses fesses. On perçoit le balancement de ses nichons quand elle se déplace, ça me fascine toujours autant.

maman : - Ca lui a plu l’autre fois ?

moi : - Il a été ravi, il m’a dit qu’il n’avait jamais pris un pied comme ça. Il aimerait bien .... avec sa mère, mais il est sûr qu’elle ne sera pas d’accord. Il fantasme sur elle aussi.

maman : - Je vois.... Justement je dois aller faire des emplettes avec elle ce matin, vas chez Phil, faites ce que vous avez à faire et revenez ici vers les 3 heures, cet après-midi.

moi : - D’accord, on fait comme ça.

maman : - Je vais me doucher.

moi : - Maman !

maman : - Oui ?

moi : - Non..... rien...

maman : - Hé bien quoi ?

Ma mère s’approche de moi, et pose une main directement sur ma bite qui s’est durcie. Dans cette chemise de nuit elle me fait triquer.

maman : - Une petite envie, c’est ça ?

moi : - Tu es excitante dans ta chemise, m’man.

Elle n’attend pas ma réponse et m’embrasse. Bouche grande ouverte elle m’enfonce sa langue, nos deux langues se tournent autour, puis je suce la sienne, je l’aspire. Mes mains plongent dans l’échancrure béante de la chemise de nuit, qui est largement ouverte par le fait que maman se penche en avant pour me rouler des patins, je reste assis tandis qu’elle ,est debout. Je masse ses gros nichons qui dans cette position ressemblent à des mamelles, ses têtons se dressent tout de suite, je les pince entre mes doigts, ma mère gémit en me bouffant la bouche. Puis elle s’accroupit, baisse mon slip, je l’aide en relevant les fesses ; elle ouvre la bouche et y engouffre ma queue qui bande sec. Elle l’avale toute entière, de sa main droite, elle me branle et de l’autre me masse les couilles pendant que sa langue joue avec mon gland. Elle me taille une pipe comme elle sait les faire parfois rien qu’en succion, très peu de jeu de langue, ma bite toujours dans sa bouche sans la faire ressortir.

moi : - Hummm oui maman c’est bon, quelle suceuse  !

Elle se caresse les nichons maintenant et se pince les mamelons. Sa main libre descend, j’en profite pour lui masser les nénés qu’elle a passés par-dessus le col échancré en ’ V’ de sa chemise de nuit. Ils sont gros, doux et moelleux. Pendant ce temps, maman se farfouille la chatte avec un doigt, elle se branle en me suçant. Elle met ma queue entre ses seins et me fait une branlette espagnole. Elle aime faire ça, elle m’enserre bien la bite et me donne des coups de langue sur le gland ou alors ouvre la bouche légèrement pour pomper ma bite.

moi : - Ahhhhh maman je vais jouir, que tu es bonne !

Elle arrête et me prend la queue en me branlant fortement, son autre main passe entre mes cuisses, un doigt s’insinue dans mon anus. Elle me doigte le cul en rythme avec la branlette, j’adore.

maman : - Vas-y, mon petit chéri, montre-moi comme tu jouis ; maman va boire ton jus.

moi : - Tiens ! Je viens ! Ouiiiii je te largue tout m’man, ahhhhh ton doigt...c’est bon, ouiiiii.

Elle ouvre la bouche et sort la langue juste en dessous du gland. Mon premier jet de sperme s’écrase sur sa joue mais tout le reste gicle sur sa langue et dans sa gorge. Elle continue à me branler pendant un long moment tout en me suçant pour ne rien perdre.

maman :- Hummmm, il est bon ton jus mon petit chéri, embrasse-moi.

Elle se relève et colle sa bouche sur la mienne, je me retrouve à lapper mon jus sur sa langue. Maman me fait goûter mon sperme. C’est chaud, épais, ni sucré ni salé, bizarre comme goût.

moi : - Ohhh m’man tu es merveilleuse !

maman : - Bon allez, j’y vais, Laurence m’attend.

Elle prend sa douche et part faire son shopping. Je vais chez Phil et on répare son carburateur de moto, une vieille ’yam ty’, excellente pour le trial. J’invite Phil à venir à la maison car il se pourrait qu’on recommence avec ma mère come l’autre fois. Nous arrivons donc chez moi.

Phil : - P... j’ai adoré, c’était super, elle bonne ta mère. je voudrais bien avec la mienne mais elle voudra jamais.

moi : - Allez on se fait un WRC, en les attendant.

Nos mères rentrent vers 16 heures, et sans presque faire attention à nous, après avoir pris un verre à la cusine, montent dans la chambre de mes parents pour les essayages et commentaires. On termine notre partie, ayant aussi bataillé avec ’Tekken’ et on monte sans bruit à l’étage. On se place de chaque côté de la porte de la chambre, le spectacle est plus qu’intéressant. Je ne sais pas si l’essayage est terminé, mais les deux femmes se font face et approchent leur visage l’une de l’autre.

Sans dire un mot, elles se roulent une pelle. Durant leur baiser passionné, Maman déboutonne le chemisier de Laurence, frôlant les seins dans le soutien-gorge, et l’enleve. Maman continue en déposant des baisers sur le cou et les épaules de Laurence. Maman prend l’initiative, s’agenouille et remonte la jupe de la mère de Phil, laissant apparaître une culotte noire. Laurence écarte les pieds tandis que maman plonge la tête dans cette entrejambe, léche ses cuisses fermes, sa culotte qui s’humidifie, puis, écartant le bout de tissu, sa chatte ouverte. Laurence dégrafe son soutien-gorge et se caresse les seins, elle dézippe sa jupe qui tombe au sol, maman lui fait descendre sa culotte. maman se relève et Laurence lui dégrafe sa robe, lui ôte son soutien gorge, palpant ses seins, et, accroupie, lui fait descendre aussi sa culotte. Maman et la mère de Phil sont maintenant complétement nues, elles se roulent des patins en se caressant les cheveux, leurs mains se posant sur leurs seins et leur touffes, qu’elles ont toutes deux bien fournies.

Très excités avec Phil, on regarde ce joli spectacle, nos mères se gouinent devant nous. On est dissimulés de chaque côté de la porte, dans le couloir, nous avons chacun un oeil sur la séance. Pour l’instant nous n’entrons pas dans la chambre.On a sorti nos bites et on se caresse, nous retenant d’arriver à l’orgasme. Le miroir de l’armoire nous donne une vue imprenable sur l’ensemble de la scène, il nous offre des angles de vue supplémentaires. Il y a toujours le risque qu’elles nous aperçoivent également, mais pour l’instant, elles se donnent du plaisir, la mère de Phil doit être loin d’imaginer que son fils et moi, on la mate.

Phil (murmurant) : - P..... je ne m’imaginais pas ma mère en gouine.

moi : - Quelle trique ! c’est mieux que les les films hein ?

Phil : - T’as raison, j’arrête de me branler, je vais jouir trop tôt.

Après une longue séance de baisers, maman s’allonge sur le lit, jambes écartées.

maman : - Viens ma chérie.

Laurence se place sur maman, s’appuie sur les mains et caresse les nichons de maman avec les siens. Elles ont toutes deux de gros nénés, Laurence fait passer er repasser ses têtons durcis sur ceux de maman. La vue des grosses mamelles flottantes de la mère de Phil m’excite, j’arrête aussi de me branler, je sens que ça vient. Avec Phil, on mate, bite dehors, mains appuyées sur l’encradrement de la porte. On voit la scène de profil mais le miroir nous la donne sur le fessier de Laurence. On distingue nettement les poils autour des lèvres de sa chatte ainsi que ceux qui remontent dans la raie. La mère de Phil prend un néné dans une main, fait glisser son mamelon sur le clito de maman, passant sur les grandes lèvres, qu?elle écarte largement. On dirait qu’elle va rentrer tout son nichon dans la fente de maman. Le nichon est couvert de mouille, maman crie de plaisir. Laissant ce petit jeu, Laurence vient lécher la chatte de maman et tout en lui glissant un doigt dans le cul, sa langue s?enroule autour du clito.

Laurence : - C’est trop bon Maryse, c’est la première fois pour moi avec une femme. Bouffe-moi la chatte, ma chérie !

Maman renverse Laurence sur le dos, et commence un lichage de moule. Sa langue s?avance et vient lécher le pourtour de la chatte, puis parcourt les lèvres, d?abord à l?extérieur, puis à l?intérieur. Une fois que sa langue a pénétré dedans, elle joue avec le clitoris ; le léchant, le suçant, tournant autour du bout de la langue. Elle l’insinue au plus profond, retourne au clito, l?excitant à nouveau. Laurence se caresse les seins, se lèche même les têtons elle-même.

Phil : - T’as vu ma mère, elle se suce les nichons toute seule !

moi : - Elle en a une sacrée paire aussi, c’est la première fois que je la vois à poil.

Laurence : - Ouiiii, continue, ouiii encore, mon clito ouiiii.

Maman sentant que Laurence va jouir, se glisse entre ses jambes de façon à placer les quatre jambes en ’ X’, chatte contre chatte ; les deux femmes par des mouvements de bassin se frottent la chatte l’une contre l’autre. Le mouvement est d’abord lent puis en gémissant, les femmes se tortillent de plus en plus vite, faisant encore monter le plaisir en se branlant le clito ou se mettant un doigt. Elles se font sucer leur doigt chacune à l’autre, c’est brillant de mouille. Leurs gros nénés se balancent de tous côtés, j’ai une envie folle d’aller les peloter, Phil a repris sa branlette, il se régale tout comme moi du spectacle que nous font nos mères. Maintenant elles se donnent complétement et sans aucune retenue elles s’envoient en l’air presque simultanément.

Laurence : - Ohhh Maryse c’était merveilleux avec toi, comme j’ai joui !

Maman : - Moi aussi j’ai joui, pour une première, c’est réussi, ma chérie.

Les deux femmes se roulent de nouveau des patins, jouant de leurs langues agiles, elles se mettent la main à la touffe.

Maryse : - On est trempées de plaisir ma chérie, on dirait.

Laurence : - Je vais te nettoyer le minou.

Elles sont allongées côte à côte, maman a compris, elle se met sur le dos, en travers du lit dans le sens de la largeur, la tête vers la porte, vers nous. Laurence vient se mettre en ’69’ au-dessus et elles recommencent une séance de lichage. Laurence nous offrant son fessier en gros plan. A ce moment maman nous aperçoit, nous sourit et ne dit rien, continuant à lécher la chatte de son amie. Nous lui faisons comprendre que Phil voudrait bien participer. Il a déjà enlevé ses vêtements et s’approche du lit Sa mère, trop occupée ne peut le voir car il arrive derrière elle. Il trique dur, se penche sur le fessier de sa mère, fesses offertes et passe la langue à plat sur la raie. Maman prend sa bite en main et lui caresse aussi les couilles. Puis avec la langue en pointe il entre dans ce joli trou du cul, il fait entrer et sortir sa langue de l’anus de sa mère, vite, puis lentement puis vite.

Laurence (ignorant qui est derrière): - Hummm oui Maryse, c’est bon !

Maman : - Tiens chérie, je te mets un doigt.

En réalité c’est Phil qui met son index dans l’anus de Laurence et la lime en rythme. N’y tenant plus, il prend sa bite en main et la dirige sur le visage de maman qui immédiatement le prend en bouche en prenant soin de bien saliver. Maman écarte alors au maximum les fesses de Laurence, il faut que Phil la pénétre d’un coup pour l’effet de surprise. La bite bien humide, il pose le gland sur la rondelle de sa mère et d’un coup de bassin violent l’encule à fond, jusqu’aux couilles. C’est rentré tout seul.

Phil : - Ahhhhhhhhh

Laurence : - Aïeeeeeeeeeeee ! Ohhhhhhhhhh ! (se retournant) Phiiiiiiiil ? Noooooooon pas ça !! Aïeeeeeeee !!! tu m’as déchirée, salaud !

Phil : - Ohhhhh m’man, tiens dans ton cul, tiens  ! C’est trop bon, ça y est maman, je t’encule, je t’encule !!!

Laurence : - Ahhhhh ! Vous êtes des salauds, aïeeeee !

Maman a enserré la tête de Laurence entre ses cuisses, Phil la tient fermement par les hanches et lui ramone sec, le cul, à grands coups de bite. Je m’approche pour maintenir la position de Laurence. Je suis à côté de Phil, je mate sa bite qui entre et sort complétement du cul de sa mère. Laurence a l’anus dilaté à la dimension de la queue qui le bourre, Phil ne lui donne pas le temps de se retracter, il sodomise sa mère avec énergie. Maman passe quelques coups de langues sur ses couilles.Je me place vers la tête de Laurence, l’attrape par les cheveux et lui tend ma bite bandante. Maman relache sa prise, Laurence enculée par son fils commence à gémir, ouvre la bouche et j’y enfonce ma bite. Elle ferme les yeux de honte et de plaisir, je suis dans sa bouche à fond, elle n’utilise pas les mains car elle s’appuie dessus pour la position levrette,je lui baise la bouche en la tirant par les cheveux. Maman n’est pas en reste car elle lui malaxe les nichons lui triturant les têtons.

Laurence : - mmmmmmmffffff !

Je retire ma bite de sa bouche pour qu’elle puisse parler et respirer.

Laurence : - Ouiiiiiii, je vais jouir, je vais jouir, ouiiiiiii dans mon cul chéri, vas-y ! Encore ! Bourre-moi !

Phil : - Ohhh m’man , je savais que tu aimerais ça, tiens ! tiens ! J’tencule à fond, j’vais jouir dedans.

Laurence qui a repris ma bite en bouche, serre les lèvres très fort, elle jouit. Je lui lâche mon jus dans la bouche, elle le garde, ça coule partout sur son menton, ses nichons, je lui en mets quatre bonnes giclées. Une fois vidé, je sors ma bite et embrasse immédiatemment Laurence qui me fourre sa langue pleine de jus dans la bouche. Phil décharge aussi.

Phil :- Ouiiiiiiiiii je gicle ! Je gicle ! Tiens ! Tout mon jus dans ton cul m’man.

Laurence : - Donne mon petit chéri, donne tout à maman. Tu m’as bien enculée mon chéri, j’ai joui.

Phil : - Que c’est bon maman, quel pied ! Tu m’as fait réaliser mon fantasme, m’man.

Il se retire du cul de sa mère, le jus coule en dehors et sur les cuisses. Maman toujours dessous le lèche avidement, nettoyant même la bite de Phil. Sa mère se retourne et à quatre pattes sur maman lui roule des patins plein de foutre, puis suce la bite de son fils qui vient de bien l’enculer. La bite bien propre, Phil prend sa sa mère par le cou et l’embrasse à pleine bouche.

Laurence : - Tu ne diras rien à papa hein Phil ?

Phil : - Bien sûr que non. Personne ne dira rien, c’est trop bon.

Fatigués par le plaisir nous nous allongeons tous les quatre sur le lit, les femmes entre nous deux.

Laurence : - Vous m’avez bien eue. J’ai bien joui, d’abord avec toi Maryse et ensuite avec ce petit salaud de Phil, quel vicieux ! Tu te rends compte Maryse, il m’a enculée quand même.

maman : - Tu as aimé ça ma chérie, t’as pris ton pied, non ?

Laurence : - Quelle partouze, j’ai du foutre partout.

Avec maman nous avons réussi à réaliser le fantasme de Phil. Nous nous rhabillons tous et il est l’heure pour Phil et sa mère de prendre congé, les maris vont bientôt rentrer.


*****************************************

Eusèbe

(votre avis m’intéresse : peut-être une suite...le lecteur décidera)

eusebraq@aol.com

Diffuse en direct !
Regarder son live