Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 11 999 fois
  • 50 J'aime
  • 1 Commentaire

Sympa maman

Chapitre 5

Hétéro

(tâches ménagères)


Bonjour, je m’appelle Michel, j’ai 19 ans et vis avec mes parents Bob et Maryse en banlieue de ville de province. Nous sommes amis avec la famille de mon meilleur copain Phil, (19 ans), ses parents Laurence et René. Le lecteur aura fait connaissance dans les épisodes précédents.


En ce samedi matin, ma mère Maryse, 52 ans, femme mûre, bien conservée comme on dit, fait un peu d’entretien ménager dans la maison. Elle est vêtue d’un t-shirt assez long, mi-cuisses, ample, qui doit lui servir également de chemise de nuit. Mon père est parti participer à un concours de boules dans un bourg voisin avec le père de Phil.

Alors que je suis au salon à me prendre pour Solberg et Sainz réunis, avec WRC sur playstation2, ma mère passe le chiffon sur la télé.


maman :

— Excuse-moi Michel mais je dois ’faire les poussières’.


moi :

— Pas d’importance maman, je mets sur pause, je viens de me planter 3 fois dans la 2? spéciale du Monte Carlo, c’est pas mon jour.


maman :

— Phil ne devait pas venir aujourd’hui ?


moi :

— Oui, on va se faire un entraînement VTT dans la fôret de L....


Tout en discutant, ma mère continue son travail. Un rayon de soleil entre dans la pièce, juste où nous nous trouvons et me permet de voir les formes de maman par transparence à travers le tissu du t-shirt.

Les contours de son corps se dessinent en formant une ombre noire dans le léger vêtement. Elle n’a pas mis de soutien-gorge, ses gros nichons se balancent suivant les mouvements de son corps. L’écran de télé nettoyé, elle se penche en avant pour passer le chiffon sur les pieds du meuble. Elle fléchit donc une jambe et relève l’autre, tendue, bien haut, faisant une sorte d’écart, une jambe au sol et l’autre en l’air. Discrétement, tout en étant assis dans le fauteuil, je me penche moi aussi un peu, pour regarder le spectacle. Dans cette posture, maman me montre son entrejambe, elle porte une culotte noire, quelques poils en dépassent. Elle est très fournie de ce côté là. Le t-shirt suit le mouvement et se trouve complétement détendu vers le bas, je vois donc ses gros nénés qui pendent et qui bougent comme des mamelles. Je tiens la manette de jeu à deux mains que je pose au niveau de mon bas-ventre, pour cacher mon érection. J’ai déjà mis mon cuissard de VTT et ma bite tend outrageusement le tissu.


maman :

— Tu te souviens de la partie qu’on a faite l’autre jour ?


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

(Tu parles que je m’en souviens ! -lire l’épisode précédent-)


moi :

— Oh oui que je m’en souviens, c’était super !


Elle en a terminé du nettoyage de la télé, elle se place debout face à moi. Elle est toujours dans le rayon de soleil, c’est comme si je la voyais nue.


maman :

— Donne-moi la manette, je vais essayer.


Elle se penche en avant pour me la prendre des mains, dans l’échancrure du t-shirt, je vois ses gros nichons, blancs, massifs, avec leur petite auréole et leur petit têton. En saisissant la manette, le dos de sa main touche mon sexe à travers le tissu de mon short.


maman :

— Mais..... Michel ! Qu’est-ce........?


moi (lui coupant la parole) :

— Bin... oui m’man, tu es presque à poil là, ça me fait des choses.


maman :

— Quel petit coquin Michel, tu as envie ?


moi :

— Bin..... heu....


Ma mère, sans dire un mot, tire sur l’élastique du short et en sort ma bite bandante, mettant l’élastique sous mes couilles. Je suis toujours assis dans le fauteuil, elle vient se placer debout à côté de moi, sur ma gauche. En se penchant en avant elle prend ma bite en main, je tourne un peu la tête de son côté pour mater ses nichons dans l’échancrure de son t-hirt, puis je regarde fixement sa main sur ma bite.

Maman commence un lent mouvement de va et vient, j?avance le bassin, mon gland se découvre complètement. Sa main est douce, ses ongles teints d’un rouge léger, montent et descendent le long de ma hampe, je suis en train de me faire branler par ma mère, c’est l’un de mes fantasmes. Je passe mon bras gauche au dessus de son épaule, et descend ainsi jusqu’à ses fesses.

Je fais remonter son t-shirt et enfile ma main sous le tissu de la culotte. Je caresse ses fesses et lui passe un doigt dans la raie. Maman maintenant me branle un peu plus vite et avec l’autre main me masse les couilles. Je tourne la tête vers elle, enfile ma main droite dans le décolleté du t-shirt et lui malaxe fébrilement les nichons. Elle me sourit, nos visages se rapprochent et nos lèvres se joignent. Elle ouvre grande sa bouche qu’elle plaque sur la mienne, sa langue fouille, tourne dans ma bouche. Elle la met en pointe je lui suce. Nos lèvres se décollent, c’est un jeu de langues maitenant, puis elle plaque à nouveau sa bouche sur la mienne, on se roule des patins frénétiques. Nous sommes tous deux très excités.


Je glisse mes doigts jusqu?à sa chatte, elle a beaucoup de poils, je trouve ce contact avec sa touffe très excitant. Je passe mon majeur tout le long de sa fente puis je lui glisse profondément dans la chatte ; elle mouille, j’entre et sors mon doigt au rythme où elle me branle. Elle écarte un peu les jambes pour bien se faire caresser. De l’autre main je lui masse toujours ses gros nichons qui deviennent roses à force de les presser peut-être un peu fort.


moi :

— Ohh maman c’est bon, tu me branles bien, laisse-moi enlever ta culotte.


maman :

— Oui mon petit chéri, vas-y, tiens, j’ôte mon t-shirt. Tu veux voir ta maman à poil, hein ?


Elle lâche donc ma bite et debout face à moi, retire son t-shirt le faisant remonter par dessus la tête. Je prends ses gros nichons en mains et approchant mon visage je commence à les têter. Je tourne avec langue autour des têtons qui se dressent, toujours en malaxant ces deux gros nénés.


moi :

— Oh m’man je vais t’enlever ta culotte !


Je m’agenouille devant elle, saisis l’élastique de sa culotte sur les côtés et la fait descendre lentement. Je suis en admiration devant sa touffe drue et épaisse, je colle et frotte mes joues dessus. Maman lève les pieds pour que je puisse retirer comlétement son slip.


moi :

— C’est sensationnel maman, quel barbu ! Tu es magnifique.


maman :

— Dis-donc ça te fait de l’effet d’enlever la culotte de maman, tu es tout dur.

    Assieds-toi mon chéri.


Je reprends donc place dans le fauteuil après avoir enlevé mon cuissard. Maman reprend sa place debout sur ma gauche comme tout à l’heure. La différence, c’est que maintenant on est tous les deux à poil. Maman cette fois reprend ma bite bien raide en main et, en se courbant, en approche son visage.

maman :

— Je vais te sucer un peu mon petit Michel, tu veux ?


moi :

— Oh oui m’man, une pipe de femme mûre c’est extra !


Elle commence par donner quelques coups de langues sur mon gland, passant bien autour, sur le frein aussi. Avec le bout de la langue qu’elle pose sur la fente de mon gland, elle léche quelques gouttes du liquide qui en sort. Je suis maintenant très excité, je regarde maman jouer de la langue avec ma bite, ça va me faire gicler, quelle expérience !


moi :

— Ahhh m’man vas-y ! C’est trop bon pompe ! Pompe-moi la bite !


maman :

— Hummm ouiii mon petit chéri, ça t’excite ça hein ? maman va bien te pomper maintenant !


Elle ouvre alors la bouche et commence à sucer avec vigueur. Elle enfonce ma bite très profond dans sa bouche et me taille une magnifique pipe. Elle s’applique, change de rythme, salive beaucoup, elle suce merveilleusement. Je me remets à caresser son cul, je mouille sa raie avec la mouille de sa chatte. Je glisse un doigt vers son anus, je le fait doucement pénétrer, maman commence à onduler, la salope ! Je l’attrape par les cheveux, lui remonte la tête vers la mienne et colle ma bouche sur la sienne ; nos langues se mêlent, elle me branle.


moi :

— Suce-moi encore salope, je vais gicler !


maman :

— Oui mon chéri, jouis dans ma bouche, ta salope de maman va te faire jouir.


Elle me reprend à pleine bouche, reprend sa pipe et tout en posant sa main sur les couilles elle m’introduis un doigt dans le cul. Quelle merveilleuse sensation ! J’avance le bassin encore plus en avant sur le fauteuil et je jouis dans la bouche de maman.


moi :

— Ahhhhhhhhh ouiiiiiiiii ton doigt ! Ahhhhhhh maman, je gicle, je gicle ! Tiens ! Tiens, salope ! Ohhhh que c’est bon !


Je lui envoie quatre giclées de foutre dans la gorge, elle a laissé les jets se faire dans sa bouche, le jus maintenant commence a sortir au bord de ses lèvres, il y en a trop pour l’avaler en une seule fois. Elle me branle encore un peu, finissant d’extraire mon foutre. Elle commence à avaler, tout en gardant mon gland en bouche, oh la la quelle salope, quelle vue ! maman la bouche débordant de mon jus, qui avale mes quatre giclées , quelle chienne ! Elle me laisse débander dans sa bouche, mon gland est noyé dans le jus au fond de sa gorge. Elle ouvre maintenant la bouche, ce qui laisse une coulée de foutre glisser le long de mes couilles, sans rien dire, elle me les caresse et posant sa bouche sur la mienne me roule un frénétique patin avec mon jus sur sa langue, m’enfonçant en même temps un doigt dans le cul, lubrifié par mon sperme. Avec la bouche elle me met du jus partout sur les joues, sur les lèvres mais aussi sur ma langue qu’elle aspire goûlument.


moi :

— Ohhh m’man tu es merveilleuse, quelle suceuse ! Excuse-moi si je t’ai dit salope mais c’était dans l’action . Je t’aime !


maman :

— Ce n’est pas grave mon chéri, tu sais, beaucoup de femmes aiment ça.


Ainsi, j’ai réalisé l’un de mes fantasmes, ôter la culotte de maman, la mettre à poil devant moi et me faire sucer à fond, quel pied !


Nous en étions là avec maman, tous les deux à poil dans le salon et ce qui devait arriver arriva.


-Hello ! Y’a quelqu’un dans la boutique ??


Merde c’est Phil qui vient me chercher. Trop tard ! Il est passé par le garage dont la porte intérieure donne sur un couloir qui mène au salon où nous nous trouvons maman et moi. Il faut dire que nos parents et nous-mêmes sommes amis depuis de nombreuses années, ils ont d’ailleurs la clé de la maison comme nous avons la clé de la leur, on se rend souvent service. Phil est donc chez nous comme chez lui, ce qui aujourd’hui nous vaut cette situation. Evidemment il est venu en VTT, on n’a rien entendu.

Ni maman ni moi n’avons le temps de nous rhabiller. Maman s’essuie la bouche avec son t-shirt, un peu de foutre a coulé sur ses nénés.


Phil :

— Merde ! Excusez-moi .... heu.... Maryse.....Michel........ heu...


maman :

— Hé bien Phil, ne reste pas là planter, tu garderas le silence, n’est-ce-pas ?


Phil :

— Bin oui, bien sûr madame Maryse.


Maman :

— Allons pas de madame avec moi, Phil, mais qu’est-ce que je vois là !


Phil ne peut cacher la forme de sa grosse bite qui trique dans le cuissard.


Phil :

— C’est que .... heu.... c’est bandant de vous voir comme ça.


maman :

— Bon allez faire votre entraînement de VTT, on en reparlera plus tard.


Ainsi, Phil et moi partons. Je lui raconterai tout au cours de notre promenade VTT, nous reviendrons chez moi ensuite, peut-être que maman nous fera un petit cadeau ?

Diffuse en direct !
Regarder son live