Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 965 fois
  • 40 J'aime
  • 3 Commentaires

Tante, actrice, tentatrices.

Chapitre 4

Inceste

Le jeune homme s’écroula sur son dos, encore planté entre ses fesses.

Reprenant tous deux leur respiration, elle l’entendit murmurer :


— Oh, putain, que t’es bonne...


D’habitude, ses amants, qu’elle choisissait dans sa tranche d’âge, n’avaient pas ce genre de formulations pour flatter ses performances. Elle aurait pu s’offusquer des qualificatifs employés, mais en fait elle en était plutôt fière.

Elle se cambra un peu pour sentir le pieu bouger en elle. Rien que ce petit mouvement du bassin lui envoya une onde de plaisir qui la fit gémir, et cela n’échappa pas à Antoine.


— Dis-donc, on dirait que tu en veux encore ?

— Oh oui, c’est si bon...

— Hé, mais ça se mérite !

— Que veux-tu que je fasse de plus ? Je ferai ce que tu voudras, mais continue, je t’en prie... Oh oui...


Maxime avait repris un lent va-et-vient, encore dur et excité de découvrir sa tante si chaude. Il la sentait complètement à la merci de son sexe. Il s’enfonça d’un coup sec jusqu’à la garde. Elle cria.


— Jusqu’où es-tu prête à aller, ma chère tante ? Si je te demande d’être une vraie salope, tu le feras ?

— Oui, oui, continue, tout ce que tu veux...


Il reprit sa sodomie avec plus d’ardeur, Marie recommença à jouir comme une folle. Son jeune amant semblait infatigable.

Il accéléra son rythme, une main passée sous les hanches relevées, l’autre appuyant la tête contre l’oreiller, les doigts agrippés à ses cheveux, étouffant ainsi les cris de sa tante.

Devant la soumission qu’elle semblait accepter et désirer, il se mit à échafauder des scénarios dans sa tête, laissant libre cours à des fantasmes qu’il n’oserait même pas avouer à sa petite amie. Très vite, il explosa une seconde fois dans les reins de la femme prosternée.


Marie avait du mal à reprendre son souffle, tant elle avait été dévastée par son troisième orgasme. Le jeune homme, toujours au-dessus d’elle, lui souffla à l’oreille :


— Demain, je veux que tu viennes me réveiller dans ma chambre. Habillée sexy, et maquillée. Tu me réveilleras avec ta bouche, en douceur, à 8 h 30.


Il n’attendait même pas de réponse : il donnait un ordre. Elle ne chercha même pas à discuter.


Il se retira, laissant un vide entre les reins de Marie. Elle l’entendit quitter la chambre et, avant de sombrer dans un sommeil réparateur, comme un automate elle régla le réveil de son portable.

Diffuse en direct !
Regarder son live