Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 47 208 fois
  • 66 J'aime
  • 2 Commentaires

Tante Agèle - "L'armoire"

Chapitre 1

Inceste
66
5

Bonjour, je me présente : Michel, j’ai 19 ans.

Ma tante Angèle a demandé à mes parents si je pouvais venir monter une armoire chez elle.

En effet, son mari, mon oncle, n’en aura pas le temps car trop pris par son travail.

Je me rends donc chez elle en début d’après-midi.

Elle habite un pavillon dans un village voisin.


— Bonjour ma tante, ça va ?


— Bonjour Michel, ça va merci. C’est gentil de venir nous aider.

  Tante Angèle est âgée de 48 ans et bien ’conservée’. Elle va à la gym 3 fois par semaine, ça aide a rester en forme.

Elle est brune, cheveux coupés assez court, aux yeux bleus, et plutôt mince avec une belle paires de seins.

Elle porte une jupe courte noire à mi-cuisses, un chemisiser bleu foncé et visiblement n’as pa mis de soutien-gorge.

Je dois avouer que j’ai toujours fantasmé sur elle.


— Tu veux boire quelque chose ?


— Non merci, je vais commencer tout de suite.


— C’est l’armoire de la chambre la-haut, suis-moi.


— On y va, je te suis.

  Elle commence à monter l’escalier d’environ une vingtaine de marches.

Je reste derrière elle, juste ce qu’il faut pour regarder sa culotte sous sa jupe.

C’est une culotte noire, qui met bien en valeur ses fesses toutes blanches. Ses cuisses sont fermes et ne porte pas de trace de cellulite, comme chez beaucoup de femmes de cet âge là.

Arrivée presqu’en haut, tante Angèle s’arrête ; tourne la tête vers moi en souriant. Elle se doute bien que je regarde ce q’elle me montre.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Une sensation de chaleur m’envahit le bas-ventre.

Je lui rends son sourire un peu gêné quand même.

  Nous arrivons dans la chambre.


— Ton oncle a déjà démonté l’ancienne armoire, tu n’as juste qu’à monter la nouvelle.

  La nouvelle armoire est sur le sol dans son emballage.

Je remarque immédiatement que le linge qui se trouvait dans l’ancienne a été posé sur le lit.

Oui mais quel linge !

Il y a là de la lingerie fine de qualité.

Soutien-gorges balconnets, body, bas dim up, culottes, strings, porte-jarrettelles et tout de couleur noire.

  Voyant ma surprise, tante Angèle me met à l’aise.


— Tu aimes la lingerie Michel ? Tu peux toucher si tu veux.


— Oh là oui tata, j’adore ça.

  Je me mets a caresser tout cette lingerie. J’ai un moment d’hésitation puis je décide de sentir les culottes et strings. Je m’essuie le visage avec ces effets.

Ma tante, debout, bras croisés me regarde.

Je porte une ’côte bleue combi’, qui rend très voyante la bosse au niveau de ma braguette.

Ma tante s’en aperçoit.


— On dirait que tu aimes vraiment.


— Oui mais ...


— Oui mais quoi Michel ?


— Bin heu.... ça sent rien.


— Ah oui, je vois...., je vois ; viens avec moi.

  En effet tous ces strings et culottes ne sentent que l’adoucissant de la lessive.

Tante Angèle se rend donc aux toilettes de l’étage où je la suis, de plus en plus excité.

Elle laisse la porte du wc ouverte, remonte sa jupe.

En s’appuyant avec les mains contre les parois elle s’accroupit sur la cuvette, mettant les pieds sur les rebords. Ses cuisses sont grandes écartées. Je me place dans l’encadement de la porte et regarde ce spectacle.

Elle n’a pas baissé sa culotte, ses poils noirs et touffus sortent de chaque côté.

Elle commence à uriner. Le jet ne gicle pas mais se répand sur la culotte, et tombe dans la cuvette délicatement. Le jet est plutôt clair, elle a du s’hydrater peu avant.


— Humm c’est bon de pisser, ça te plaît mon petit chéri ?


— Oh tata c’est fou ! J’ai jamais vu ça !

  N’y tenant plus je dezippe ma combi et sors ma bite pour me branler.


— Ohhh tata j’ai trop envie, il faut que je me branle.


— Humm tu en as une belle, vas-y, montre-moi comme tu te caresses.

Dhésabille-toi complétement Michel.

Je veux voir ton corps.


— Tout ce que tu voudras tata.

  Je me déshabille rapidement. Tante Angèle termine de pisser et se relève, en souriant me prend la main et me conduit à nouveau dans la chambre. Elle se plante à moi debout.


— Enlève-moi ma culotte.

  De son côté elle dégrafe sa jupe et déboutonne son chemisier. Ses deux gros nichons sont magnifiques, pour moi, jeune et inexpérimenté, c’est quelquechose d’extraordinaire.

Je m’accroupis et lui fait descendre sa culotte jusqu’aux chevilles. J’ai le nez pratiquement sur sa touffe, très drue, très dense d’un noir intense.

Je déshabille un femme de trente ans plus âgée que moi, ça me paraît incroyable et j’ai du mal à réaliser.


— Ohh tata quelle chatte ! quel barbu fourni !

Et tes nichons, laisse moi toucher.


— Oui chéri vas-y caresse-moi, tate mes seins.

  Tout en lui massant ses gros nichons, je porte sa culotte pleine de pisse à mon visage et renifle.

J’adore cette odeur, j’ai une trique incroyable.


— Je parie que tes petites copines ne font pas tout ça.


— Oh la non tata, tu sais en plus je n’ai pas beaucoup d’expérience.


— Elles n’y connaissent pas grand choses ces jeunettes. Tant Angèle va te montrer mon petit Michel.

    Elle me prend sa culotte souillée des mains et approche son visage du mien. Je sens quelquechose me saisir la queue.

Tante Angèle a enroulé sa culotte autour de ma bite et me branle lentement. Elle pose sa bouche sur la mienne et m’enfonce sa langue dedans. Ses seins frottent sur mon torse, nos langues se mêlent, je sens que je vais éjaculer. C’est trop fort, c’est top bon, je n’en peux plus. Je gémis, mon cri est étouffé par notre baiser, je lui gicle dans la main.


— Ohhhh tata, j’en pouvais plus, j’étais trop excité, que c’est bon !


— C’est bien mon petit chéri, regarde ma culotte, elle toute blanche et gluante de ton jus.

  Tante Angèle la porte immédiatement à la bouche et lèche avec envie tout mon jus. Sa langue en est pleine.

Elle me roule à nouveau un patin.

Nos langues se mêlent chargées de sa pisse et de mon jus.

  Ma tante va à la salle de bains pour mettre la culotte dans le bac à linge sale. Le lit étant occupé par la lingerie, je m’assieds dans un fauteuil pour récupérer un peu. je regarde ma bite qui n’a pas complétement débandé.

La vue de ma tata entrant à poil dans la chambre, me remet en érection.


— Je te fais de l’effet on dirait mon Michel.


— Oh que oui tata, j’ai jamais eu envie comme ça.

Qu’est que tu me fais bander ! Tu as un corps magnifique.


— Merci. Mais tu as déjà du un peu regarder ta mère en douce non ?


— Oui c’est arrivé que je la mate. Elle a des seins moins gros que les tiens et une touffe moins fournie.

  Et tes copines ?


— Oh c’est pas pareil, il faut mettre une capote tout ça.

Une femme mûre c’est beaucoup plus excitant.


— Et... qu’est qu’elles te font ?


— Elles veulent rarement heuuu.. sucer.


— Je vois...

  Alors que je suis toujours assis dans le fauteuil, tante Angèle écarte mes cuisses, s’y agenouille. Elle commence par me caresser lentement la bite, mon gland apparaît et disparaît dans sa main experte. En me regardant dans les yeux, elle passe la langue sur le frein, puis l’enroule autour du gland. Elle met la pointe de sa langue sur le méat, d’où sort déjà un peu de jus.

Puis d’un coup, elle enfonce ma bite dans sa bouche.

C’est doux, c’est chaud, elle salive et commence à me pomper.

Je la regarde ainsi sucer ma bite, ma tante se fait salope pour moi. De temps en temps elle ouvre les yeux pour me fixer. Elle me suce avec application.

Ses mains caresse mes couilles, j’avance un peu le bassin vers elle pour mieux m’enfoncer dans sa bouche.

Elle me lèche les couilles puis les prend une par une en bouche pour les gober. Sa langue continue dessous mes bourses et passe sur mon anus. J’écarte bien les jambes et m’offre entièrement à la langue de tata.


— Ohhhh tata, c’est trop bon, quelle suceuse merveilleuse.

On ne m’avait jamais bouffer le cul. Je vais gicler, tu es trop bonne.


— Tiens regarde ! Sens mon doigt qui rentre dans ton cul mon petit chéri.

  Elle m’enfonce un doigt das le cul en reprenant sa pipe.

C’en est trop et je jouis à nouveau, cette fois dans sa bouche.


— Ouiiiiiiiiiiiii, je gicle tata, tiens ! tiens! salope !

Elle me vide complétement les couilles.

Elle avale ce qu’elle peut et le reste coule aux commissures de ses lèvres et sur son menton.

Elle récupère le jus avec sa langue et me nettoie ainsi la bite entièrement.


— Alors petit chéri c’était bon hein ?

Tu sais que j’apprécie ton foutre.


— Oh la la ça n’a rien à voir avec mes petites baises du dimanche avec les copines.

C’est vrai qu’elles sont loin de te valoir tata.

Excuse-moi, je t’ai traitée de salope mais c’est dans l’action, je ne......


— Aucune importance chéri, si tu savais ce que me dit ton oncle !


— Oh tu sais ma tante, j’aimerai que tu te caresses pour moi.

j’aimerai bien te regarder faire ça.


— Laisse-moi ta place dans le fauteuil chéri.

  Tante Angèle s’assied dans le fauteuil, écarte grandes les cuisses et commence a se caresser.

Je suis debout devant elle, ma bite reprend forme.


— Tu veux que je fasse ma salope quoi ? Chou ?


— Ouiiii ma tante, vas-y touche-toi pour moi.

  Elle commence d’une main par se caresser ses gros nichons, de l’autre qu’elle place sur son barbu, elle fait entrer deux doigts dans sa fente.

Elle pose les cuisses sur l’accoudoir et avance le bassin.

Elle écarte les lèvres de sa chatte puis elle se titille le clito.

Tante Angèle passe la langue sur ses lèvres, ferme les yeux et commence à gémir.

ses doigts s’agitent et, sur le clito et, dans sa fente, elle remue les fesses. Le plaisir monte.


— Ahhh Ahhh je me branle pour toi mon petit chou, c’est bon, regarde mes doigts sont trempés.

  De mon côté je m’astique la bite en la matant.


— Ma tante, j’ai jamais vu de si près, une femme se branler, c’est extra. Parfois j’ai regardé maman mais pas le nez dans sa chatte comme toi maintenant.


— Mets-toi un doigt dan le cul, vas-y, montre moi.

  Elle ne se le fait pas dire, et maintenant elle s’en rentre 2 simultanément, 2 doigts dans la chatte et 2 autres dans le cul, son bras passant sous ses fesses.

Elle se tortille sur le fauteuil, son bassin avance de plus en plus, elle va tomber tellement elle s’agite.


— Ahhh mon petit Michel, viens, viens ! Prends -moi, je te veux.

  Bite en main je m’avance sur elle, et lui enfonce d’un coup dans sa chatte trempée.


— Hummm t’es trempée tata, je suis au fond, sens mes couilles qui tapent !


— Ouiii, Ouiiii chéri, bourre-moi, donne ! Donne !

  Tout en la limant je lui palpe les nichons, je le lui masse, je les presse, je lui fais mal, elle aime ça.


— Ahh presse fort mon chou, ouiiiiii comme ça !

Tu vas me faire jouir.

  J ’accélère la cadence et la bourre à fond.

Tout à son plaisir, je la soulève un peu, sort ma bite de sa chatte et lui enfonce dans le cul.

Ma bite est pleine de mouille, ça rentre tout seul.

Je lui bourre maintenant le cul, jusqu’aux couilles.

Ma position debout face à elle me permet de regarder ma queue entrer et sortir de son anus.

Mais également de voir tante Angèle yeux fermés commençant à crier, donnant des coups de bassins proche de l’orgasme.


— Ahhhh ouiiiiiii je viens ! Ouiiiiiiiiiii.

  Tante Angèle jouit en criant de plaisir.

C’est fabuleux, j’ai fait jouir une femme qui pourrait être ma mère, en la prenant par le cul.


— Tata c’est la première fois que je ....


— Que tu sodomises une femme hein ? Je parie.


— Oui c’est vrai, mes copines n’ont jamais voulu. Je vois le faire dans les films X, ça me fait rudement triquer.


— C’était très bon mon chéri, tu m’as fait jouir.


— Mais dis-moi tu te caresses souvent ?


— Oui en regardant des cassettes ou parfois quand j’ arrive à mater maman dans sa chambre ou dans la salle de bains.


— Bon allez, Michel on monte cette armoire, ton oncle va rentrer.


— Oui on y va.

  Après avoir monter l’armoire je suis rentré à la maison, avec de merveilleux souvenirs.

Tante Angèle m’a promis qu’elle me rappellerait pour de menus travaux. J’attends avec impatience ces nouveaux petits boulots.

  signé :

Eusèbe.

eusebrak@aol.com

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder