Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 9 816 fois
  • 11 J'aime
  • 1 Commentaire

Tante Anne

Chapitre 1

Hétéro

Dans les années 1970 j’avais 15 ans


Une voisine de palier m’avait fait connaître les joies de la masturbation dans sa lingerie, qui depuis je jour là ma fait aimer la lingerie de cette époque. Mon fantasme est de voir les femmes vêtus de se sous vêtement que les filles mettent aujourd’hui pour dormir. A cette époque il été inadmissible qu’une femme n’en porte pas sous sa robe, qui au premier frémissement de vent dévoilait leurs dentelles qui garnissez leurs combinette. Ma tante que sont mari été en maison de repos pour une longue période, demanda à Maman si je pouvais l’accompagner car elle n’osait pas rester seule dans la train ?. Maman lui accorda sa demande et nous partîmes le lendemain matin. Après avoir rendu une visite a son mari, elle me demanda si ça me déranger de rester une journée supplémentaire ? - Maman va s’inquiéter dit-je! - Nous allons lui téléphoner a son travail dit-elle. Maman rassurée, Anne chercha un hôtel puis nous partîmes faire une ballade en ville, après avoir manger nous rentrons à l’hôtel et là surprise il n’y avait qu’un seul lit. Voyant mon inquiétude Anne me rassura en me disant qu’on dormirait ensemble - Tu n’as quand même pas peur de dormir avec une femme! Me dit-elle en riant. Dans la chambre il y avait un petit lavabos caché derrière un rideau. - Donne-moi tes affaires et vas faire ta toilette dit-elle ! Tout le temps du déshabillage ma tante pliait mes affaires et les rangeait sur une chaise. - Lave ton zizi aussi dit-elle. Je m’exécute derrière le rideau et une fois fini je me précipite en slip dans le lit. Puis Anne partit faire sa toilette, j’entendais qu’elle laver quelques chose mais quoi ?. Sortant du rideau j’entrouvre mes yeux et je vois ma tante en combinaison s’approcher du lit et y rentrer. Une trique me prend en repensant à la masturbation dans cette étoffe par ma voisine de palier. - Pousse toi un peu dit-elle. - J’ai envie de faire pipi lui dit-je ! - Les wc sont au bout du couloir dit-elle, met ma gabardine sur toi pour aller là bas. Je me lève en dissimulant ma bosse et part pisser. Une fois revenu je repasse au lavabos et là! Je vois ses bas et sa petite culotte rose en nylon garnit de dentelle qui sèchent sur le porte serviette, ce qui n’arrange pas mon érection. - Tu vient te coucher ? me dit ma tante. Je me couche en dissimulant ma bosse mais je crois que ma tante s’en aperçois car elle me regarde sans rien me dire. Comme il ne faisait pas trop chaud Anne se rapproche de moi et me fait un bisous en me souhaitant bonne nuit, le tissus soyeux de sa combinaison contre moi me ravi, j’ai du mal à m’endormir et Anne aussi, dans un geste malencontreux ma main se pose sur sa cuisse dénudée, voulant la retirer elle me dit - C’est doux la peau d’une femme hein ? et elle pose la sienne sur mon slip.- Mais tu bande ! ça t’arrive souvent? - Oui dit-je! - Et que fait-tu, pour .... Comme je ne répond pas elle me dit - Allons soit pas timide, même les filles aussi le font, tu te branle ? - Oui, tata! Elle pose plus franchement sa main sur mon sexe à travers mon slip, - Tu aimerais que je te branle, tu sait je le fait à ton oncle quand j’ai mes règles. - Pourquoi tu as tes règles? - Non d’ailleurs je n’ai pas de culotte sur moi. A ses mots mon sexe grandi encore - Oh, oh je vois que ça te fait de l’effet, tu as déjà vue une fille nue? - Non lui dit-je mais Martine m’as fait jouir dans sa combinaison en m’embrassant. Ma tante ne dit rien, ses doigts entoure toujours mon sexe, quand soudain elle baisse mon slip et me demande de le retirer. Découvrant les draps elle remonte sa combinaison et me dit regarde comment et fait le sexe d’une femme. Au premier abord je ne vois qu’une touffe de poils, elle écarte ses cuisses et avec ses doigts écarte ses lèvres roses, tu voit c’est ici que ton oncle rentre son zizi, puis elle se lève et revient avec une serviette qu’elle étale sous elle. - Pour ne pas salir les draps me dit-elle, prenant mon sexe en main elle m’attire vers le siens. - Met-toi sur moi et laisse-moi faire. Comme un puceau que j’étais à l’époque mes gestes sont brusques. - Calme-toi ! dit-elle et prend ton temps tu verra c’est merveilleux. Elle guide mon sexe sur l’entrée du siens - Pousse doucement dit-elle, mon sexe rentre dans une espèce d’étuis chaud et humide, Anne relève ses jambes et m’enserre les croisant dans mon dos posant ses mains sur mes fesses. - Voilà tu est dedans! Reste comme ça s’en bouger, le temps que je m’habitue à ton sexe. Elle me caresse le dos, la nuque et nos lèvres se rejoignent puis sa langue agile force mes lèvres, nos langues se nouèrent, pour mieux se retrouver corps plaqués l’un contre l’autre, Anne commerce à onduler du bassin en me cramponnant les fesses ma jouissance fuse immédiatement dans son vagin, sentant mes spasmes Anne me retourne et me chevauche faisant coulisser sa vulve le long de ma tige maintenue par sa main, elle accélère sa chevauchée, un bruit de clapotis s’élève de sa chatte dans un va-et-vient endiablé, s?empalant les jambes grandes ouvertes, pressée d?atteindre l?orgasme, puis elle cambre ses reins, cachant son visage dans mon cou jouissant à son tour - Oh que c’est merveilleux dit-elle en se mettant sur le coté le visage trempé de sueur. Nous restâmes un moment ainsi, je n’osais rien dire, c’est Anne qui levant les yeux vers moi me rassure - Cela t’as plus demande-t-elle ? Naturellement pas un mot à personne sinon tu ne me fera plus l’amour! - C’est ça l’amour dit-je ravie ? - Oui et Non! Il y a d’autre façons ! - Lesquelles ? Elle s’essuie son sexe avec la serviette, puis essuie le mien, remonte le draps sur nous et nous nous endormons.


Anne se lève et après une petite toilette elle me demande de l’attendre. - Pendant que je vais chercher le petit déjeuner, attend-moi au lit! Elle passe sa gabardine sur elle et sort, je me lève et part regarder si elle a mit sa culotte ? Elle est là avec ses bas. Quand elle revient, charger d’un plateau de café au lait avec des croissants. Je veut me lever mais Anne si oppose. - Nous avons tout le temps, les visites ne sont pas autorisées le matin, va faire une petite toilette le temps que je dispose le déjeuner sur le lit. Je me lave précipitamment sachant ce qui m’attend, quand je m’approche du lit Anne est nue. Devant ma mou rébarbative, Anne me demande ce qu’il ne vas pas ? - J’aime quand tu garde ta combinaison ! - Mais tu es un fétichisme ? dit-elle mi-amusée, bon je la renfile! Nous déjeunons et une fois fini Anne me dit. - Tu sait ton oncle est partie depuis 2 mois et je suis privée ! - Mais vous avez pas fait l’amour hier ? - Non ! il n’a aucune réaction c’est le bromure qui les rends comme ça ! - C’est quoi le bromure ? - Un produit qui bloque l’acte sexuelle ! - Ah ! j’ignorai. Anne se couche sur moi et referme fermement ses doigts autour de ma bite et entreprend une lente masturbation puis se place à genoux entre mes jambes, ses fesses reposant sur ses talons. Fixant avec envie mon sexe elle se penche sur mon ventre et pose ses lèvres sur le gland l’embrassant et s?empressant de refermer ses doigts autour de mon sexe. Les yeux fixés sur mon visage, elle me masturbe lentement. - Tu aimes ?. - Oh oui ! - Essaye de te retenir, nous avons tout notre temps. - Tu veux que je te suce ? - Oh oui ! - Tu t’es déjà fait sucer ? - Non jamais ! Ses lèvres engloutissent mon sexe jusqu’à lui heurter la glotte. Ce fourreau chaud et humide sur ma bite me donne la chaire de poule. - Tu aimes dit-elle ? on abandonnant sa fellation pour lécher mes couilles. Malgré mes efforts je sent que je ne pourrait pas me retenir plus longtemps. - Ah c’est bon je vais jouir! Ca vient ! - Laisse toi allez ne te retient pas dit-elle. Elle me branle sur la partie hors de sa bouche, tout en continuant de sucer, jusqu’à ce que je décharge des jets dans sa gorge qu’elle avale. Après de longues minutes Anne garde mon sexe dans sa bouche jusqu’à la fin des éjaculations en me léchant tendrement ma verge.



L’après midi nous allons voir mon oncle qui est ravi que j’ai accompagner sa femme. - Rester une journée de plus demande-t-il ! Anne me regarde et comme je suis en vacance, ça ne me dérange pas. Je pense déjà à ce soir. - Ecoute mon gamin dit mon oncle, laisse-nous seule avec Anne, va te promener en ville c’est très beau. Anne me dit revient vers 18 heures j’ai quelques courses à faire. Elle m’attend sur le trottoir et lorsqu’elle me voit elle m’entraîne dans le prisunic. - Il faut que je m’achète une rechange de lingerie dit-elle. Dans le magasin je regarde les articles gêné. Anne regarde une combinaison et une petite culotte. - Dit-moi si ce serais toi qui m’offrirait la lingerie laquelle choisirais-tu ?. C’est un enfer pour moi, mais Anne me sourit et dit - C’est pas des achats facile pour toi. - Oui dit-je enfin libéré. Je choisi une combinette noire avec une culotte de même couleur. - Tu as bon goût et ça se porte facilement dit ma tante. Dehors ma tante me dit - Ton oncle ta trouver grandit et dit que tu fait jeune homme, si il savait que je t’ai dépucelé, allez viens allons dîner. Au cours du repas elle me dit qu’elle a masturbé son mari derrière un bosquet, nous ne pouvions pas faire autre chose avec les autres malades qui se promenaient dans le parc. Revenu a l’hôtel Anne me dit - Allons prendre une douche ! La douche se trouve sur le palier, nous entrons et sous la douche ont se frictionne, et Anne me demande de lui laver son minou. - Met-toi a genoux et passe le gant entre mes cuisses. Je me met à genoux et m’exécute, puis une pulsion me prend j’embrasse son minou qui sent bon la savonnette, Anne me tiens la tête devant son minou et me dit d’entrée ma langue dedans, quelques coups de langues sans expérience, Anne me libère et me dit - Allons faire ça sur le lit, mais avant regarde si il y a quelqu’un sur le palier. Ce soir là j’ai fait mon premier cunnilingus et plus tard notre premier 69. D’ailleurs cette nuit là nous n’avons pas beaucoup dormit et Anne m’as dit que je l’avais comblée.


Dans le train qui nous ramener chez nous elle dit - Comme ta mère ne sait pas que tu es rentré veut-tu rester avec moi cette nuit!. - Oui! Dit-je en me penchant sur elle, son parfum m’enivre et ma trique aussi. - Oh ! il se réveil dit-elle en posant sa main dessus. Nous sommes seul dans la cabine mais quelqu’un peut venir, pour me calmer je sort de la cabine et marche dans le couloir, Anne part au toilette et me regarde souriante, elle entre et laisse la porte entrouverte, sans réfléchire j’entre et Anne ouvre ma braguette sort mon sexe et me fait une pipe rapide.


Dans son appartement Anne déambule en combinaison noire, ce qui me procure une trique bien dure. Elle est magnifique, en combinaison et en bas, se couchant sur le ventre et me dit. - Caresse-moi le dos!. Je relève sa combinaison, elle ondule du cul, mes mains se posent sur les rondeurs de ses fesses.- Vas-y, caresse-moi le cul, j’aime ça dit-elle. J’obéi, comme hypnotisé je me couche contre elle. - Embrasse mes fesses. Pendant que j’embrasse ses fesses elle se trémousse et soudain ses mains écartent les lobes de ses fesses. - Rentre ta langue, lèche moi le cul. Elle se conduit comme une salope, ma langue pénètre son anus elle se met à quatre pattes, - Rentre un doigt dedans, j’enfonce mon doigt dans son oeillet - Ah! Que c’est bon, puis elle se dégagea et dit - Tu es hyper dure, c’est le moment viens dans mon cul dit-elle en me présentant ses fesses qu’elle écarte pour l’intromission. J’approche mon sexe dur comme de la pierre et pose mon gland à l’entrée de son oeillet, je pousse, rien ne se passe ma bite glisse dans son sillon. - Prend-le en main et pousse fort dit-elle. Poussant fortement mon gland fut comme aspiré, je sent une brûlure sur le frein de mon sexe, pendant que Anne gémissais. Je voulais ressortir craignant lui faire mal. - Non reste accroche toi à mes hanche et pousse à fond. Elle répond en tendant ses fesses en arrière, jusqu’à ce que je sois enfoncé dans ses reins jusqu’à la garde. - Je te sens, c’est chaud dans mon cul, ne bouge plus. Prenant ma main elle la dirige sur son clito, - Masturbe-moi en même temps que tu m’encule, allons et venons dans son anus de plus en plus vite Anne se cambre s’activant comme une folle sur mes couilles, soudain elle se mit à trembler s’affalant sur le lit ma bite bien fiché dans son anus, la situation est moins confortable dans cette position, je passe ma main sous son ventre et la sort du lit la posant sur le bord. A demi coucher en travers du lit ses pieds posant sur le sol, je continue de la sodomiser sous ses cris. Je sort et rentre de son petit trou qui est béant maintenant, lui arrachant des cris qu’elle étouffe dans l’oreiller. Ejaculant dans son anus j’inonde ses intestins. Quelque instants plus tard Anne me fait une confidence. - Tu as été formidable, et sait tu que c’est la première fois quand m’encule ! - Tu dit ça pour me faire plaisir! - Non, c’est la vérité et c’était un de mes phantasmes les plus chers, puis elle m?embrasse. Depuis ce jour quand quelques fois je passe rendre visite à ma tante, nous faisons l’amour.

Diffuse en direct !
Regarder son live