Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Lue 48 681 fois
  • 145 J'aime
  • 2 Commentaires

ma tante, je te désire

Chapitre 1

Inceste

Il était 22h ma tante avait l’habitude de prendre son bain quand mon cousin et moi étions couchés. Steve, mon cousin, n’avait aucun mal à s’endormir, pour ne pas dire qu’il s’endormait instantanément.

J’entendais l’eau du bain coulé, c’était pour moi un signal d’alerte: tante se déshabille! D’un pas de loup, je me déplace à la porte de la salle de bain pour y mettre mon œil à la serrure. À l’idée de voir ma tante nue, apercevoir ses formes si existantes, mon sexe durcit. Le rituel de ma tante était d’autant plus excitant. Elle se passait une lingette humide entre les lèvres de sa chatte, pour ensuite malaxer ses obus qui à première vue font 95 c.

Une fois rentrée dans son bain, la mousse qu’elle se frottait sur le corps cachait les plus beaux moments.

Je regagne mon lit, et comme tout les soirs, je me masturbe en pensant à cette chatte bien touffue et aux seins de ma tante si volumineux.

Une demi-heure plus tard, ma tante se mit dans son lit vêtue uniquement d’une robe de chambre rose. Mais je n’allais quand même rester sans rien faire, il fallait impérativement que je trouve une excuse pour la rejoindre comme j’avais l’habitude de le faire, et me masturber à ses côtés quand elle dort.


— ma tante ?

— oui

— tu dors ?

— non, je lis …

— puis-je venir près de toi je ne trouve pas mon sommeil ?

— si tu veux !


Il ne me fallut pas 5 secondes pour rejoindre son lit


— que se passe-t-il Cédric ?

— je n’arrive pas à dormir

— je veux être près de toi

— ne me dit pas que tu as encore peur à 16 ans ?

— non, non mais j’angoisse le soir

— ha je comprends !

L’odeur de son gel douche me faisait rêver et durcir mon chibre. Je me mis dos contre-elle et pris sa main pour la poser sur le bas de mon ventre et à ma grande surprise elle me faisait des petites caresses sur le bas-ventre et ça m’excitait encore plus. J’attendis son sommeil pour pouvoir déposer ma main sur le haut de sa cuisse. D’un mouvement de va-et-vient, j’effleure son pubis. Elle se mit sur le dos, je laisse ma main sur sa cuisse pour pouvoir remonter sur sa chatte, mon cœur bat la chamade. Ce qui me semble bizarre, c’est que sa chatte est toute mouillée et sa respiration s’accélère. Dans le vif de l’action, j’accélère le mouvement et pénètre un doigt entre ses lèvres charnues et bien trempées ce qui extériorise un soupir de bien être, son bassin se dandine comme si elle voulait ressentir plus de sensations. J’enfonce un deuxième doigt très délicatement pour ne pas qu’elle se réveille et je fais des mouvements de va-et-vient. Elle se dandine encore plus fort, comme si elle cherchait un orgasme, l‘intérieur de sa cramouille se contracte en saccade. Je n’en peux plus, j’écarte lentement ses jambes et descends pour y mettre le bout de ma langue et lécher de plus en plus fort. Son corps ne répond plus de rien, elle me prend la tête pour affiner son orgasme en donnant des pulsions sur sa chatte. Sans rien dire, je me dévêts de mon slip pour pouvoir la monter comme un étalon, comme j’ai toujours rêvé de faire.


— mais qu’est ce que tu fais Cédric ?

— ne dit rien ma tante laisse-toi emporter

— non, je t’interdis… haaa


Elle ne finit sa phrase que mes doigts rendus crochus rejoignent le fond de son vagin inondé pour stimuler l’animal qui est en elle.


— arrête Cédric, non arrête,…haaa


Je me positionne sur son ventre et d’un coup de rein je pénètre ma bite, ma tante pose ses mains sur mes fesses et accélère mon mouvement. Je pose mes lèvres sur les siennes et enfourne ma langue dans sa bouche pour tourbillonner avec la sienne.

— continue Cédric, n’arrête pas, je vais jouir ! haaa, je viens, touche-moi les seins, plus fort haaa ouiiiiii


Je sens, au niveau de ma bite, une boule dans sa chatte très dure qui paraissait désenfler au fur et à mesure qu’elle jouit. Mon excitation s’amplifie et je ne mets pas deux secondes pour envoyer tout mon jus dans sa chatte déjà très mouillée en l’écoutant râler de plaisir.


— Pourquoi, pourquoi tu as fais ça ?

— Ma tante, je te désire depuis longtemps, je me masturbe en pensant à toi chaque nuit je n’en peux plus.

— Pourquoi m’en as-tu pas parlé ?

— Ce sont des choses que l’on garde pour soit.

— Bonne nuit ma tante

— Bonne nuit Cédric.


C’est ma première histoire pouvez-vous me donner vos impressions merci

Désolé pour les fautes d’Orthographe.

alex1828@live.be

Diffuse en direct !
Regarder son live