Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 34 100 fois
  • 69 J'aime
  • 0 Commentaire

Ma tante Marie

Chapitre 1

Inceste

Depuis qu’elle est veuve, ma tante Marie a la bougeotte: elle vas chez tous les parents et y reste une quinzaine. Elle est encore jeune, 35 ans, et ne manque pas de charmes, au contraire. Ce devait être une sacré baiseuse avant son veuvage. Ce matin elle vient chez mes parents pour plusieurs jours. Elle s’installe dans la chambre que nous lui réservons, juste en face de la mienne. Pour être plus précis, si elle ne parait pas son âge, alors que moi, avec mes 22 ans je fait plus vieux. Dès son arrivée elle s’installe et déballe ses affaires pour bien les ranger dans l’armoire. Par simple politesse je lui demande de l’aider. Peut être répond elle d’un air entendu, mais plus tard. Je retourne à mes livres pour continuer à étudier. La journée se déroule normalement. Nous regardons en famille je ne sais qu’elle fadaise sur TF1 à tel point que je retourne dans ma chambre. La soirée terminée, j’entends des bruit dans la chambre de ma tante.J’ai peur qu’il lui soit arrivé quelque chose. J’entre sans frapper et là j’ai la stupeur de ma vie: elle est nue, couchée sur son lit, les jambes grandes ouvertes et se masturbe avec un godemiché. Elle me regarde mais ne cesse pas de se branler, au contraire. Elle m’excite d’une part parce que c’est la première femme que je vois se branler une femme, et qu’elle a un corps splendide. Elle me demande de fermer la porte. Je lui obéi. Je ne lui demande rien: je me met nu et je prend ma bite en main, Je commence à ma branler devant elle sans complexe.

Elle arrête un moment de se donner du plaisir et me pend la bite en bouche. J’aime beaucoup les fellations: je suis encore jeune et c’est la première fois qu’une fille me suce avec cet art. Elle suce, lèche, ma caresse les couilles, arrête un instant avant de recommencer. J’ai du rester un bon quart d’heure dans sa bouche avant de jouir: elle avale mon sperme en le dégustant. je débande et ça ne lui plaît pas du tout. Elle me reprend un court instant en bouche et ensuite se couche sur le dos et écarte encore ses cuisses, se remet le gode en elle. Je la vois manier avec dextérité son engin. Elle se caresse un sein avec la main gauche puis me demande de venir la peloter et lui sucer les pointes. Je le lui fais et reste aux aguets: je veux la voir jouir de ses caresses. Ça ne tarde pas trop: je la vois se tordre et gémir quand elle jouit. Elle ne s’arrête pas là, elle se fiche le gode à l’entrée de son cul et elle le rentre facilement: elle gémit encore et jouit une fois de plus.

Je recommence à bander: je vais me branler à mon tour: elle me veux dans son con, c’est comme ça que je baise ma tante Marie. Elle sait réellement faire durer les plaisirs et en prenant au moins autant. Elle me fait coucher sur le dos et m’enjambe pour venir poser son con sur ma bouche. Je suis plein de sa mouille et le lèche son clitoris. Elle me laisse la faire jouir encore deux fois et change de position. Elle vient s’empaler sur ma bite dressée pour se la mettre dans le con. Elle me fait face et je vois qu’elle se branle. Elle se tord et gémit plus que tout à l’heure. Heureusement je ne jouis pas. Elle se soulève légèrement pour venir poser son cul à la place du con. Elle assure elle même les vas et viens.

Je suis comme un pacha: je me laisse baiser: elle jouit souvent et qu’en, enfin j’éjacule, elle sent mon sperme jaillir dans ses entrailles: elle jouit une dernière fois. Satisfaite elle me demande de retourner dans ma chambre: à mon âge j’aurais bien aimé continuer cette nuit.

Je suis à peine couché qu’elle rentre chez moi, toujours nue, elle vient simplement me sucer: elle aime le sperme et n’en a pas pris assez dans la bouche. Elle me fait bien jouir et s’en va en me disant un énigmatique à bientôt.

Le lendemain matin je me réveille en bandant, comme d’habitude. Je commence une bonne branlette en pensant à tante Marie. Il est très tôt quand ma porte s’ouvre sur ma tante. Elle me regarde faire en silence et m’encourage même à prendre du plaisir. Quand je suis devenu plus calme, elle m’explique que pendant son mariage, son mari ne savait plus quoi faire pour la faire jouir, tellement elle était insatisfaite des baises. Après la mort de mon oncle elle se rattrapait largement avec son gode et quelque fois des neveux ou nièces.

Elle aime autant les filles que les garçons, mas ne saurait faire du triolisme. A la rigueur avec deux hommes, mais pas avec un couple. Elle ne sait trop pourquoi: peut être elle n’aime pas partager ses amantes/amants. Tout en parlant elle s’excite toute seul et m’excite à mon tour. Nous faisons un 69. Nous allions jouir, quand la porte de ma chambre s’ouvre: c’est ma sœur qui entre sans rien dire en mettant un doigt devant sa bouche pour que nous ne parlions pas trop fort, Elle quitte sa nuisette qui ne cachait pas grand chose et c’est nue qu’elle s’approche de nous. Je la voit nue chez moi et ça me fait tout drôle. J’espère qu’elle ne va pas me demander de lui faire l’amour, quoique la connaissant comme je la connais elle en est capable. Elle cherche simplement le con de notre tante et c’est comme ça que j’ai appris que ma sœur outre les hommes aimait aussi les filles. Comme en terrain conquis ma sœur, incite notre tante à la baiser. Je n’en suis pas tellement, elle vient imposer sa volonté. Mais ma tante a envie de la sucer aussi: elle se font un 69, devant moi qui bande comme un âne.

Tant pis pour la pudeur de ma tante. Elle se trouve dessus pendant le 69 et je me décide à venir l’enculer, puisqu’elle aime la sodomie. Au début, quand elle me sent sur elle, elle refuse, mais le désir de l’avoir dans le cul est plus fort. Elle m’accepte enfin. Elle jouit d’une part de ma queue et d’autre part de la langue agile de ma sœur. Je me lève et les laisse se baiser entre filles non pas que je n’aime pas, mais c’est la présence de ma sœur.

La nuit arrive et j’entends encore les bruits dans la chambre de ma tante. Je m’y précipite et là je reste cloué: elle baise encore avec ma sœur. Je vais partir quand ma tante m’invite à rester: je ne serait pas de trop pour les baiser. Une mini partouze s’installe et je me mêle à elles. J’évitais ma sœur quand sans rien demander elle venait sur moi pour que je la suce. Je ne pouvait plus reculer et je prenais son clitoris dans ma bouche pour y passer ma langue. Je la faisais jouir, alors que je ne voulais pas. Ma tante nous regardait faire en se branlant; approuvait notre union hors normes.

C’est comme ça que nous avons passer tout le séjour de tante Marie. Nos rapports frère..sœur étaient devenus parfait. Nous baisions ensemble de temps en temps.

Diffuse en direct !
Regarder son live