Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 468 fois
  • 14 J'aime
  • 0 Commentaire

TANYA

Chapitre 4

SM / Fétichisme

Chapitre 4 : Tanya fait plus ample connaissance avec Stella.



Comme convenu, j’arrivai chez Tanya le samedi après-midi. Celle-ci n’eut pas besoin de me prouver que ses seins étaient libres, je pus le constater dès qu’elle m’ouvrit la porte. En effet, elle était bien en pantalon, mais elle portait le top modifié par Stella, et à chacun de ses mouvements, ses pointes jaillissaient hors du vêtement.


L’après-midi se passa tranquillement, en conversations aussi diverses que variées, comme celles que nous avions avant qu’elle ne vienne pour la première fois chez moi. A aucun moment nous n’avons évoqué mes petites inclinaisons.


Tanya était vraiment libérée, heureuse de vivre, comme jamais je ne l’avais vue auparavant. Elle continuait de me vouvoyer, et de me donner du Monsieur, mais elle et moi savions qu’ici ces marques de respect n’entraient pas dans la même configuration que lorsqu’elle était chez moi.


Dans la semaine, je suis passé à son magasin, j’avais acheté une bricole pour justifier cette visite. En m’apercevant, un sourire éclaira son visage. Comme j’étais le dernier client sur la file, et que personne ne se présentait derrière moi, j’avais un peu de temps avec elle.

— Je suis venu vérifier que tu suis bien mes consignes, même lorsque je ne suis pas là. Ouvre donc quelques boutons de ton chemisier.


Après un petit coup d’œil pour voir si aucun de ses chefs n’était dans le secteur, elle dégrafa les trois premiers, et écarta les deux pans pour me montrer fièrement sa poitrine libre de toute entrave. Mais elle n’était pas rassurée, elle craignait pour son emploi. Une fois que j’ai pu constater qu’elle m’obéissait bien, je l’autorisai à refermer ses boutons. Ce qu’elle fit très rapidement.


Je suis repassé chez elle le jeudi suivant, nous avons passé un excellent moment ensemble, toujours dans les mêmes attitudes que celles du samedi précédent.


Avant de la quitter, je lui demandai :


— Samedi, ce sera chez moi, ou ici ?


Elle fut toute heureuse de me dire qu’elle viendrait chez moi. Je lui donnai alors une nouvelle consigne :


— Maintenant, en arrivant chez moi, je veux que tu te déshabilles entièrement avant de sonner à la porte. Je t’attends à 18 heures.


Son éternel « Bien Monsieur » me confirma ses dispositions pour la suite de nos rencontres.


Lorsque je lui ouvris la porte le samedi, sa tenue était conforme à mes attentes : elle se présentait devant moi en tenue d’Eve.


Avant de la faire entrer, je lui tendis une clé, en lui demandant d’aller voir si j’avais du courrier. Le facteur était passé depuis longtemps, mais c’était un petit test. Je savais que mon voisin était toujours sur son balcon, et Tanya ne pouvait pas manquer de l’apercevoir en venant chez moi. En l’envoyant à la boite aux lettres, elle devrait repasser tout près de lui : quelle serait son attitude ? Être dénudée devant moi était une chose, mais devant un autre homme, en était une autre.


Tanya passa devant lui comme une reine, en le saluant même. Elle marchait comme si elle était normalement vêtue, n’étant pas gênée d’être nue devant un inconnu. Un nouveau bon point pour elle.

Quant au voisin, il avait les yeux qui sortaient de la tête, et ne quittait pas Tanya du regard. Lorsqu’elle revint vers la maison, l’épouse du voisin était venue le chercher manu militari, et elle traita Tanya de dépravée.

Cette dernière eut un grand sourire en voyant le couple se disputer, et continua vers la maison sans changer son comportement.

Je l’accueillis de nouveau par un :


— Bienvenue au club des pervers.


Une nouvelle fois, elle éclata de rire, ne se sentant pas du tout concernée.


Une fois entrée, je lui annonçai que nous serions trois au dîner, qu’elle devrait préparer le repas, et faire le service.


— Va à la cuisine, il y a tout ce qu’il te faut pour le repas, et tu trouveras ta tenue de travail.


Celle-ci était constituée en tout et pour tout d’un petit tablier blanc de bonne. Il n’était pas très grand, et cachait juste le devant de son corps, son joli petit derrière serait bien visible, et à portée de main.


Notre invitée du soir était tout simplement Stella, la vendeuse de la boutique de vêtements. Son attitude m’avait intrigué, et je voulais en savoir plus. J’étais simplement passé la voir à son travail pour l’inviter. Elle avait semblé un peu surprise par ma demande, mais avait accepté de bon cœur. Je saurais bientôt ce qu’elle voulait vraiment.


Elle arriva vers 19 heures, et ne sembla guère étonnée de la tenue de Tanya.


Le repas fut succulent, Tanya l’avait bien préparé, et se comportait en parfaite maîtresse de maison. Comme elles avaient sensiblement le même âge, le courant était bien passé entre elles, et Tanya n’était pas jalouse de Stella. A aucun moment pendant le repas nous n’avions parlé de sexualité. Ce n’est qu’après le dessert, une fois les deux filles installées sur le canapé face à moi, que je passai aux choses sérieuses :


— Stella, tu n’es pas choquée par la tenue de Tanya ?


— Non Monsieur.


J’avais adopté le tutoiement dès le début, et Stella par respect envers notre différence d’âge, avait opté pour ce style de déférence.


— Et toi, quelle tenue portes-tu ?


Voyant de quel genre de tenue je parlais, elle me répondit sans aucune gêne.


— Généralement, des ensembles en dentelle. Mais ce soir je n’ai rien mis.


— Pourquoi. L’interrogeai-je alors.


— Lorsque j’ai vu Tanya sans aucun sous-vêtement, j’ai voulu savoir ce que ce que l’on ressentait. Continua-t-elle calmement.


— Et alors ?


— C’est assez agréable.


Je pris alors un ton un peu plus ferme pour lui dire :


— Si tu n’as rien sous ta jupe, tu n’es pas bien assise. Lève-toi, Tanya va te montrer comme il faut faire.


C’était quitte ou double à présent. Elle se leva et attendit.


Tanya souleva l’arrière de sa jupe, jusqu’au niveau de ses reins, et lui demanda de se rasseoir.


Stella ne fut pas déconcertée par le geste de Tanya, et reprit sa position initiale.


Tanya posa ensuite ses mains sur les genoux de Stella et les lui écarta. Pour terminer, elle lui remonta sa jupe sur le devant, au plus haut qu’elle put.


— C’est mieux ainsi. Glissa Tanya à l’oreille de Stella, sans lui préciser pour quoi, ou pour qui.


J’avais maintenant une magnifique vue sur son entrecuisse, et pus constater que c’était une vraie blonde. Stella ne marqua aucun signe de velléité, ce qui m’encouragea à continuer. J’annonçai alors à Tanya :


— J’aimerais voir ses seins, retire-lui son chemisier.


Tanya se leva, et passa derrière notre invitée, et commença par ouvrir doucement les boutons un par un. Cette dernière se laissait toujours faire gentiment. Une fois le dernier dégrafé, Tanya écarta lentement les pans du chemisier, laissant apparaître peu à peu une magnifique poitrine. Stella ne fut pas gênée d’être exposée ainsi, et aida même Tanya à retirer complètement son vêtement maintenant devenu superflu.



Pendant que j’admirais Stella, Tanya vint reprendre place à côté d’elle. J’avais maintenant deux magnifiques jeunes filles, nues ou presque en face de moi, j’étais aux anges. Je n’allais pas m’arrêter en si bon chemin, je sollicitai une nouvelle fois Tanya :


— Guide notre invitée à la salle de bain.


Tanya comprit immédiatement ce que j’attendais d’elle. Elle prit la main de Stella, qui la suivit docilement.


Lorsqu’elles revinrent un peu plus tard, les deux filles étaient identiques à présent. Stella était entièrement nue, et on ne pouvait plus voir sa blondeur naturelle, Tanya lui avait ôté le peu de poils qu’elle arborait à son arrivée.


Les deux filles reprirent leurs places sur le canapé. Et j’interpelai une nouvelle fois Tanya :


— Je suis sûr que notre invitée doit déjà être bien excitée, vérifie.


Celle-ci posa gentiment une main sur la cuisse de sa voisine, et remonta tranquillement vers le bas-ventre offert.


Stella se laissait toujours faire, et j’étais sûr que je pourrais à présent continuer ainsi, sans qu’elle n’oppose beaucoup de résistance.


Arrivée à l’intersection des cuisses, Tanya glissa un doigt dans l’intimité de Stella. Celui-ci pénétra très facilement, confirmant mon impression.


— Goûte-la maintenant. Demandai-je alors à Tanya.


Comme je le lui faisais assez régulièrement depuis un moment, Tanya porta son doigt à ses lèvres, et le suçota avec application.


Elle avait de moins en moins de tabous depuis qu’elle était avec moi, encore un qui s’évaporait aujourd’hui.


— Goûte-la directement maintenant.


Tanya comprit ce que je désirais, elle se leva et vint se mettre à genoux devant Stella. Je savais qu’elle n’avait jamais eu de relation avec une fille, mais en voyant comment elle régissait, je compris que cette première pour elle allait bien se passer.


Elle posa ses mains sur les genoux de Stella, et inclina sa tête doucement vers l’avant. Dans un premier temps, elle se contenta de faire de nombreux petits bisous sur cette zone ardente, de haut en bas, ou de droite à gauche. Elle ne semblait pas suivre un tracé précis, mais explorait plutôt à l’instinct. Sa langue prit la relève peu de temps après, errant sans but précis.


Stella, qui n’avait peut-être jamais, elle non plus, eut l’occasion de se câliner avec une partenaire féminine, goûtait cette découverte avec plaisir.


La langue de Tanya trouva enfin le bon chemin, sa pointe se glissa timidement entre les lèvres gonflées par la provocation habile.


Mais j’en voulais un peu plus, et que Tanya savoure ce plaisir en même temps que Stella.


— Et si tu offrais toi-aussi une petite dégustation à notre invitée ?


Elle cessa son petit jeu de langue et se releva. Stella, voyant ce qui se tramait, en profita pour mieux se positionner, et s’étala tout en longueur sur le canapé. Tanya reprit la position, en plaçant sa tête dans l’entrecuisse de Stella, et elle l’enjamba pour lui présenter à son tour son intimité. Elles étaient à présent dans une magnifique position de 69.


A ce moment là, j’aurais voulu pouvoir me dédoubler, pour pouvoir suivre les péripéties de chacune. Ayant vu que Tanya avait bien commencé l’instant d’avant, je choisis d’aller observer en premier comment se débrouillait Stella.


Après avoir écarté davantage les cuisses de Tanya, elle leva la tête pour s’en approcher davantage. Je lui mis un coussin sous la tête, pour ne pas qu’elle ait de crampe au cou. Je l’avais choisi assez gros exprès pour qu’elle ne puisse pas reculer sa tête. Elle n’hésita pas une seule seconde à planter directement sa langue, en plein centre de la fente offerte. Elle y trouva rapidement ce qu’elle cherchait, et se mit à s’occuper uniquement du petit bouton de Tanya.


Tanya en était au même point elle aussi, sa langue frétillait sur ce point particulièrement vulnérable chez les filles. Elle l’aspira ensuite entre ses lèvres, et se mit à le faire aller et venir. Elle avait assez de mal car Stella se tortillait de bonheur, sous la caresse experte. Pour une première fois, Tanya se débrouillait vraiment très bien.


Stella n’allait pas trop mal elle non plus, mais dans un tout autre style. Elle avait continué avec sa langue, mais deux doigts s’étaient immiscés à présent au plus profond de Tanya. Leurs va-et-vient démontraient une certaine pratique, elle devait avoir l’habitude de se donner du plaisir seule.


Malheureusement le spectacle ne dura pas assez longtemps à mon goût, Tanya se libéra, comme l’autre jour, dans un parfait silence. Stella qui avait fait des efforts jusqu’à présent pour se retenir, se lâcha à son tour, mais beaucoup moins silencieusement.


Je leurs laissai quelques minutes pour reprendre leurs esprits, avant de reprendre les commandes :


— Vous avez été parfaites toutes les deux. Pour une première rencontre, vous m’avez agréablement surpris. J’espère qu’il y en aura d’autres.


Avant de les renvoyez chez elles, je demandai à Stella d’aller chercher les vêtements de Tanya, et de les mettre. Tanya mettrait ceux de Stella. Comme elles avaient sensiblement la même taille, il ne devrait pas y avoir de problèmes.


Stella revint avec la jupe fendue, et le t-shirt moulant. Je lui annonçai alors :


— Nous passerons jeudi à ton magasin, si tu souhaites revenir, tu mettras de nouveau cette tenue ? Et comme aujourd’hui, je ne veux rien dessous.


J’avais hâte d’être au jeudi pour connaître le choix de Stella.


Merci de me laisser vos commentaires, si ce récit vous a plu : azkinato@hotmail.fr

Diffuse en direct !
Regarder son live