Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • 20 J'aime
  • 0 Commentaire

Tendre Corinne

Chapitre 1

Avec plusieurs femmes

Tendre Corinne



Melvin, 18 ans est en première année de fac, sur les bancs il fait la connaissance de Christel à peine 18 ans, ils sortent ensemble, c’est une très belle jeune fille, rigolote et sympa, Melvin l’aime bien, ils couchent ensemble depuis le début, elle n’est pas farouche et adore le sexe, elle n’était pas vierge et même loin de là, elle a avoué qu’elle avait perdu son pucelage très jeune et qu’elle avait eu un nombre incalculable de petits amis avec qui elle avait couché des la première fois.

Elle a bien dit à Melvin qu’elle ne donnait pas l’exclusivité et que s’il voulait être son copain pas de problème mais qu’elle, si elle en avait envie pouvait coucher avec qui bon lui semblent.

C’est même souvent, que lorsqu’ils sortent, elle ne revient pas avec lui mais part avec un nouvel ami et ne revient que le lendemain, repue de sexe.

Melvin s’en fiche un peu, il n’est pas amoureux et s’il ne cherche pas la compagnie d’autre fille, c’est que Christel lui suffit sexuellement.

Dans une soirée il rencontre Véronique, très belle brune de 17 ans, gentille et sympa, elle est seule et ils dansent ensemble, Christel a trouvé un copain et ne se prive pas de l’embrasser et de montrer qu’elle va partir avec lui comme à son habitude.

Melvin embrasse Véronique et celle ci lui montre qu’il est à son goût, les deux jeunes gens passent la soirée ensemble et c’est tout naturellement qu’il la raccompagne chez elle.

Véronique n’est pas une Christel, elle est encore vierge, elle veut bien les baisers et les caresses sur sa poitrine, va même jusqu’à faire une branlette mais tout s’arrête là.

Elle fait comprendre qu’elle est vierge et tient à le rester pour le moment, Melvin s’en contente et devient son petit ami, ils sont amoureux au bout de quelques temps et sortent toujours ensemble, Melvin a oublié Christel et ses frasques sexuelles, filles ou garçons.

Les branlettes et maintenant les pipes de Véronique lui suffisent, il arrive même à passer sa main dans la culotte et à caresser le sexe de la jeune fille, elle aime et le laisse la faire jouir quand il lui masturbe le clitoris.

Pour l’instant elle refuse les rapports mais elle sait que bientôt elle dira oui, les choses sont parfaites avec Melvin, c’est un garçon attentif et gentil, si ce n’était la grosseur de son sexe qui lui fait un peu peur elle se serait déjà donnée à lui.

Dimanche 11h Melvin arrive pour la première fois chez Véronique, il est invité et doit rencontrer les parents de sa copine, cela fait six mois qu’ils sortent ensemble, il arrive donc un bouquet de fleurs à la main et un grand sourire, tout est pour le mieux, le père, Jean est super sympa et la maman une femme de 36 ans, très belle femme aux allures bcbg, brune aux yeux verts comme sa fille, un corps parfait de jeune femme épanouie, habillée d’un tailleur de marque et chaussée d’escarpins, plaît immédiatement à Melvin, elle est très gentille et complice avec sa fille, une complicité qui étonne même le jeune homme, on dirait deux sœurs, il y a même beaucoup d’amour dans les regards et de légers baisers sur le coin des lèvres qui étonne le jeune homme.

Il s’en ouvre à sa copine, celle ci élude le sujet, en disant que sa mère est très jeune et que pour elle c’est comme une sœur, il s’en contente et ne cherche pas plus loin.

Les vacances d’été sont là et il est invité à passer le mois de juillet dans la propriété en bord de mer des grands-parents de Véronique, il y a là toute la famille bien sur, sauf Jean qui travaille.

Il a une chambre au rez de chaussée et la jeune fille dort à l’étage, Corinne est dans une chambre à l’autre bout de la maison, les grands-parents eux sont dans une autre aile de la grande demeure ancestrale.

Ici tout le monde fait la sieste l’après midi, Melvin n’aime pas trop ça, il trouve que c’est du temps perdu, il est 14h 30 et il décide de voir si Véronique est réveillée et veut venir avec lui à la plage.

Il monte à l’étage, approche de la porte de la chambre, va pour frapper mais entend des soupirs et des gémissements, on fait l’amour dans cette chambre.

La stupeur le fige sur place, sa Véronique fait l’amour avec quelqu’un et ce n’est pas lui, qui cela peut-il être, le jeune homme est jaloux bien sur, il aime la jeune fille et lui n’a jamais eu droit à cela mais avec qui est-elle, il n’y a dans la maison que la mère de véronique et ses grands-parents.

Que faire alors, entrer sans frapper? Frapper et attendre pour voir? Ou partir et faire comme si de rien n’était?

Il est amoureux, jaloux, la main est sur la poignée il pousse et entre, le spectacle est horrible pour lui, il y a là sur le lit deux corps nus enlacés, il règne dans la chambre une pénombre qui ne permet pas de voir réellement qui est sur le lit, il n’a pas fait de bruit et on ne l’a pas vu, il avance au pied du lit et découvre toute l’impossible réalité de ce qu’il se passe sur le lit, la mère et la fille font l’amour, Corinne a la tête entre les cuisses de sa fille et déguste son sexe, la jeune fille, les yeux fermés jouit sous la langue experte.

Elle ouvre les yeux et voit ce qui lui glace le sang, Melvin est au pied du lit et regarde le spectacle qu’elle donne avec sa génitrice.

Elle resserre les cuisses et tente de cacher sa nudité, il ne bouge pas, Corinne regarde ce qui stupéfiait sa fille et a un cri de surprise, elle se rend compte de l’incongruité de la situation.

Il est sorti de la chambre sans un mot, comme un somnambule, hébété, blanc comme un linge, ce qu’il vient de voir est inconcevable pour lui.

Il regagne sa chambre, il est assit sur le lit depuis dix minutes, quand la porte s’ouvre sur Véronique, elle ne sait pas trop que dire ni que faire, elle vient à lui.

— J’aurais du te dire mais je ne savais pas comment!

Il la regarde sans pouvoir décrocher une parole, la stupéfaction est dans ses yeux, il ouvre la bouche mais rien ne sort.

— Dit quelque chose, je te dégoûte, c’est ça, tu ne veux plus me parler?

Il se lève se dirige vers la porte et sort, il va jusqu’à la piscine et plonge dans l’eau rafraîchissante, il nage un moment, il faut qu’il arrête de penser à ce qu’il a vu, il faut qu’il sache ce qu’il a envie de faire, quitter Véronique et rentrer chez lui ou rester et demander une explication, qui lui semble improbable.

Quand il sort de l’eau les deux femmes sont là, elles attendent qu’il sorte, Corinne est vêtue d’un simple paréo, qui laisse voir qu’elle est nue dessous et Véronique a la même tenue, si ce n’est qu’elle a un bas de maillot.

Il sort de l’eau, regarde les deux femmes et se dirige vers la maison, sa décision est prise, il va rentrer chez lui, il ne peut accepter une telle tromperie, Christel elle au moins était franche et si elle couchait avec tout le monde c’était au grand jour.

Il entend la voix de Corinne.

— Melvin attend, ne fais pas une bêtise, ce n’est pas la faute de Véro, c’est la mienne, c’est moi qui suis allé dans sa chambre, laisse-moi au moins te parler!

Il se tourne et fait face à la jeune femme.

— De quoi, du fait qu’elle me trompe avec vous, avant même qu’on ait couché ensemble, elle est libre on n’est pas fiancés et je ne suis rien pour elle, elle vient de me le prouver, elle couche avec vous mais pas avec moi, je ne vois pas ce qu’il y a à dire!

— D’accord pour ça, elle est pucelle et ne couche pas avec toi, du moins pas encore et elle fait l’amour avec moi. Que je sache, elle te suce, te branle et se laisse caresser aussi et te laisse lui lécher le minou, comme tu en as envie, ton sexe lui fait peur, elle aurait du te le dire, tu veux te fâcher avec elle pour ça? Tu as bien tort car ce n’est pas une mais deux que tu perds!

Il ne répond pas, s’avance et prend Corinne dans ses bras, plaque sa bouche sur ses lèvres et enfonce sa langue dans la bouche ouverte.

Elle le repousse gentiment.

— Pas ici, on pourrait nous voir, on te rejoint dans ta chambre!

Il est dans sa chambre, la porte s’ouvre sur Véronique, qui se met nue, Corinne sur ses talons laisse tomber son paréo et vient se placer à genoux devant lui, elle prend le sexe dans sa bouche.

Véronique embrasse Melvin frénétiquement, pendant que sa mère lui fait une pipe d’enfer, s’enfonçant le gland au fond de la gorge, le branlant d’une main, elle veut qu’il vienne dans sa bouche pour qu’il dure plus longtemps, quand il les prendra, elle et sa fille.

— Je t’aime Melvin, je veux être à toi!

Il caresse le jeune corps, elle est belle et se laisse faire, un doigt dans sa vulve, il titille son clitoris, la cyprine coule sur sa main, son sexe est en ébullition dans la bouche de Corinne, les jets explosent au font de la gorge, emplissant de sperme la bouche avide de sexe.

Ils sont sur le lit, Véronique sait que ce sont ses derniers instants de pucelle, la langue de Corinne et celle de Melvin font des ravages sur son jeune corps et son intimité gorgée de plaisir, sa vulve enflée par la jouissance, il entre en elle guidé par la main maternelle, le gland la déchire, le sexe hors norme la pénètre, la déflore dans un cri de douleur, il est en elle au plus profond de sa vulve écartelée, la douleur laisse peu a peu place à un plaisir intense, il va en elle buttant contre son utérus à chaque coups de rein, elle jouit enfin dans un cri de bonheur, la bouche de Corinne plaquée sur la sienne pour étouffer le cri.

Il se déverse dans sa jeune chatte, l’emplissant de sperme et de semence, elle est pleine, il vient de lui faire leur premier bébé, elle se repose enfin, les cuisses maculées de sang et de sperme qui dégoulinent de sa chatte défoncée par ce pieu énorme.

Il prend Corinne, la tête enfoncée dans l’oreiller, jamais elle n’a eu la vulve écartelée comme ça, jamais un tel sexe n’est entré en elle, la douleur de l’écartèlement du début, quand il l’a pourfendu de son énorme pal a fait place au plus extrême des plaisirs, chaque muscle de son vagin est écartelé par le pieu, distendu et meurtri mais c’est si bon qu’elle en hurle dans l’oreiller qui assourdit ses cris.

Il prend tour à tour une ou l’autre, jouissant dans la mère comme dans la fille, les emplissant de sperme, il est dans les entrailles de Corinne, elle pleure de douleur mais subit la sodomie extrême, son anus est défoncé, dilaté au possible, le pieu de 7 cm de diamètre et 22 cm de long la défonce, écartèle les chairs, distend le muscle anal, elle aura l’anus dilaté au possible, ce pal vient de la déchirer, il s’enfonce dans ses entrailles, la semence gluante coule en elle lui emplit le ventre, quand il se retire l’anus à du mal à se refermer, le sperme coule de son trou béant.

L’après midi se termine dans un sommeil réparateur, il faut se lever et rejoindre les autres, Melvin aura tout le mois de juillet les deux femmes dans son lit, nuit et jour, Jean n’arrive qu’en août, d’ici là il aura le temps de dilater la mère et la fille.




  Merci de me lire


barbebleue

Diffuse en direct !
Regarder son live