Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 21 560 fois
  • 45 J'aime
  • 3 Commentaires

Tentation au camping

Chapitre 1

Erotique

Voici mon premier récit. Quelques caractères qui partent d’une demande (de ma MMM) que je ne peux refuser. Moi, je suis un jeune homme de 24 ans, tout ce qui a de plus simple, brun, yeux marron un peu de barbe cheveux courts, ma fierté, mes abdos naturels, souvent comparés au diable, mais ne parlons pas de moi, mais mon aventure lors d’un séjour camping avec mes potes, nous sommes partis rejoindre le sud-ouest pour quelques vacances bien méritées.


Elle est seule ! Comment une fille aussi jolie peut-elle être seule ? Dans la journée, elle anime dans le camping, elle fait de petites balades à vélo. Son bungalow est à l’autre bout de celui-ci, de l’autre côté du chemin. Je la regarde assez souvent cette fille, pas trop quand même. Dans les moments propices, elle accroche furtivement mon regard. Il me faudra quatre jours pour que s’esquissent un sourire et un petit bonjour timide. Son sourire m’a fait fondre. Ce que j’adore, c’est au soleil couchant, quand elle passe par le chemin, entre le soleil et moi, ses cheveux bruns mi- longs et bouclés s’enflamment. Ses bouclettes viennent mourir dans sa nuque, et moi, je meurs surtout d’avoir remarqué ses seins si mignons sous son tee-shirt violet. Elle ne porte pas de soutien-gorge, ou alors son maillot de bain aux couleurs du camping. Ses tétons pointent haut, presque vers le ciel, coiffant une poitrine ni grosse ni petite, mais aux courbes que j’adore. Fermes, pointés vers le haut.


De voir ça et de savoir qu’elle est seule, je me dis que ce n’est pas possible. Pour ses petites fesses, elle porte un simple short en jeans. D’ailleurs, elle pourrait porter n’importe quoi, je la trouverai jolie.


La semaine file à toute vitesse, c’est déjà vendredi. Je suis trop timide. Comment faire ? Je profite d’un petit moment seul pour rédiger un petit mot, où je lui dis que j’adore voir sa chevelure s’enflammer au couchant, que si elle voulait de moi, qu’elle laisse ce soir une chaise en dehors de son bungalow.


Je calcule bien mon coup : c’est le soir, elle n’y est pas, hop ! Je traverse le chemin à toute vitesse, je fixe le mot dans la porte de son bungalow, j’ai le cœur qui bat à 200 à l’heure, je me dis que je suis taré, qu’elle va m’envoyer bouler.


Il ne me reste plus qu’à attendre. Pour passer le temps et ne pas éveiller les soupçons, j’entame une partie de cartes avec mes amis avec qui je séjourne dans le camping. Plusieurs parties s’enchaînent, nous discutons et plus le temps passe, plus je trouve ma voix bizarre. Le stress, l’impatience, la peur du refus, je ne sais pas. De temps en temps, je regarde furtivement, mais ma belle inconnue n’est pas rentrée, la nuit tombe.


Ça y est, elle est rentrée ! Mais elle a fermé son bungalow. Pas de chaise dehors. Je veille un peu. Rien. Et merde...

Samedi, nous sommes partis très tôt pour profiter des premiers rayons du soleil pour faire une descente en rafting puis plage et soirée arrosée par les férias du sud-ouest. On est rentré tard, je n’ai pas eu l’occasion de la croiser à nouveau. Demain, nous quittons le camping, je ne la reverrai jamais. Je reste sur un échec.


Dimanche matin, mes amis profitent une dernière fois de la piscine avant notre départ en fin d’après-midi, pendant que je retourne chercher nos vélos laissés près de notre bungalow.

Et là, vers 11 heures, sur qui je tombe ? Ma voisine, sur une chaise, en train de bouquiner, elle est toujours en repos. Glup !

J’ai la gorge hyper-nouée, je me sens comme un con. Elle m’a dit non, et maintenant, je l’ai en face de moi. Il faut que j’aille la voir. Je m’approche, elle me sourit.


On se dit : « Bonjour ».

C’est la première fois que je suis si près d’elle. Je vois bien son visage maintenant, elle est canon cette petite. Je suis dingue. Je reste bredouille et elle me dit ne pas avoir vu le mot le soir même, mais l’avoir seulement trouvé le samedi matin.

Elle me regarde et entre dans son bungalow, son minishort fait ressortir son derrière sexy !


— La chaise est dehors.


Mon sang ne fait qu’un tour ! Je ne dis plus rien, le temps s’est arrêté ! Je rentre, me penche doucement vers elle, elle s’est un peu redressée et me donne un baiser.

Elle me pousse sur son lit de fortune et me jette son short. Elle porte un string en dentelle rouge ! Elle est sexy !


Je me déshabille et là, elle m’ordonne de la manger. Je l’embrasse, l’allonge et plonge ma bouche avide sur son sexe déjà humide. Je la lèche lui aspire son clito, elle commence à pousser des gémissements, j’accélère. Là, elle plaque ma bouche sur son sexe, un flot de cyprine m’inonde, je ne perds pas une goutte. Elle jouit dans un râle ! J’attrape un de ses jolis seins, ses tétons durcissent en deux secondes. Comme une furieuse, elle ne résiste pas à descendre mon caleçon. Elle me regarde en souriant, en sortant ma queue gonflée à bloc par toutes ces émotions. Elle la décalotte et l’engouffre en salivant à merveille sur mon gland bien doux. Je vois ma longue queue disparaître dans sa bouche, elle est complètement trempée. Quelle gourmande, elle attrape un préservatif que je m’empresse d’enfiler. Elle me fait basculer et s’empale sur mon sexe, commence des va-et-vient moi tout entier, à l’intérieur d’elle.


Je change de position, nous sommes en levrette, elle me demande de lui caresser son clitoris et nous ne mettons pas longtemps à nous faire partir dans un tourbillon de plaisir.

Orgasme.

Souffle court, saccadé.

Violente envie de dormir.

Elle s’écroule de sommeil.

Diffuse en direct !
Regarder son live