Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 8 549 fois
  • 152 J'aime
  • 18 Commentaires

Il termine soumis alors qu’il voulait la soumettre

Chapitre 1

Le déclencheur

SM / Fétichisme

Je vous propose de relater en plusieurs publications mon histoire. Je souhaitais l’écrire avant de perdre les détails. Bien entendu si mon histoire ne soulève aucun commentaire, je me permettrai d’arrêter de poster sur le site. Ces épisodes sont un mélange – comme les bons vins – de réalité et de fantasme.


Avec ma femme : Sylvie, nous sommes mariés depuis une bonne douzaine d’années et tout se passe merveilleusement bien. Nous sommes très complices et adorons passer des heures sous la couette à faire l’amour. Sans être un apollon, ma femme a toujours aimé me regarder et je sais qu’une seule chose ne l’attire pas vraiment : ce sont les poils. Elle a de nombreuses fois fait comprendre qu’elle aimerait bien me voir sans, mais comme je lui explique : j’ai essayé et les poils qui repoussent c’est l’enfer. Ça gratte, ça fait des boutons et la cire a tendance à brûler parfois. La repousse est rapide tout de même.


Mais les femmes ont de la suite dans les idées et elle m’a bien piégé.


Pour notre anniversaire de mariage, je nous prépare un bon petit repas et cache son cadeau : un joli ensemble de lingerie très coquin. Au moment des cadeaux, je suis surpris, car je n’ai qu’une enveloppe. J’y trouve dedans l’adresse de son esthéticienne et elle me dit qu’elle a trouvé une nouvelle technique d’épilation pour moi, qui ne fait pas mal et elle assure que je n’aura aucun bouton et que ça ne gratte pas à la repousse. Il y a une mention supplémentaire : je ne dois avoir aucun geste déplacé envers l’esthéticienne. Sinon... Je suis très sceptique, mais accepte et l’embrasse pour son cadeau étrange.


Dans la semaine qui suit, au premier rendez-vous avec l’esthéticienne : j’avoue être plutôt surpris, mais effectivement cela fait beaucoup moins mal et effectivement ça ne gratte plus à la repousse. En plus, les rendez-vous sont super agréables, car l’esthéticienne commence par un massage de mes parties intimes avec une crème, le ventre, le torse et les fesses – sans oublier la raie des fesses. Ensuite elle passe un appareil qui ne fait que de la lumière : ça picote un peu, mais rien de comparable avec le supplice de la cire.


Après plus de six mois de rendez-vous, le résultat est flagrant : une peau lisse, sans boutons et Sylvie qui n’arrête pas de me prodiguer caresses et plaisir... sans compter les rendez-vous avec l’esthéticienne, qui malgré une érection quasi permanente pendant chaque rendez-vous continue à me recevoir gentiment - elle me répond un jour que ça l’aide même dans son travail. Je pense qu’elle dit cela pour me mettre à l’aise et qu’elle n’en pense pas moins. Mais je ne peux m’empêcher de bander. En plus, ma Femme vient ici et je n’ai pas intérêt qu’elle apprenne ça... Elle a dit pas de gestes déplacés... donc je respecte la demande ! Mais que c’est difficile et j’avoue avoir énormément de mal à contrôler mes pulsions. Je me surprends moi-même à avoir réussi à ne pas jouir sous ses mains...


Nous voici en mai, les vacances arrivent, je ne me vois pas bronzer à la plage sans un poil sur moi. J’ai quand même ma fierté de mâle à préserver et je veux laisser repousser mes poils pour les arborer fièrement cet été. Sylvie avec un sourire étrange me dit qu’il n’y a pas de problèmes et que je peux arrêter si je le souhaite.


Nous commençons nos recherches pour un lieu de vacances, et Sylvie nous trouve un coin sympa, perdu dans la pampa comme on dit. C’est vrai que la maison semble magnifique, bien qu’un peu perdue, mais surtout elle est sur un terrain de 20ha. Sacré jardin ! La vue semble magnifique sur les montagnes, et il y a une belle piscine. La mer et ses plages sont à une heure de route. On se réserve le mois de juillet en entier !


Cet endroit magique, paumé dans la campagne, me donne des idées. En y réfléchissant, je tiens l’occasion de pimenter nos journées et j’imagine que ma femme peut bien assouvir quelques fantasmes. Un soir je lui propose donc mon idée qui consiste à écrire une série de gages à réaliser : on en tirerait un chaque matin et elle devra le faire, sans possibilité de refuser. Elle y réfléchit un peu puis accepte, si elle aussi peut rédiger des gages. C’est de bonne guerre je trouve, et puis les femmes sont moins perverses et j’imagine de gentils gages. J’accepte donc.


Puis les semaines passent... mais pas de poils en repousse, je reste glabre et un doute monte en moi. Je passe à l’institut de beauté pour comprendre pourquoi ça ne repousse pas comme d’habitude... et je suis effondré en comprenant que c’est définitif. Devant ma mine décomposée, l’esthéticienne est surprise, car la technique est définitive et on le savait au démarrage. En gros j’ai été trop confiant... et comprends mieux le sourire énigmatique de ma femme.


Les semaines passent et je peaufine mes gages à faire pendant les vacances. Ma femme va souvent se retrouver sans culotte, et avec des robes ou jupes mini... Je prévois même quelques sorties en magasin pour des achats de fringues, car j’ai toujours rêvé d’une bonne pipe par ma femme, nue dans une cabine d’essayage. En prévision des gages, j’achète également un peu de lingerie : des soutiens-gorge quart de sein, et quelques chemisiers un peu translucides. Je me lâche sur les gadgets en tous genres : plugs, godes, baillons, menottes... Je trouve également un ultra-mini-maillot de bain qui est un appel au sexe à lui seul. Rien que le nom : « Hyper-micro bikini »... Je sens que ces vacances vont être torrides. Un mois du départ ! Je rêve toutes les nuits de mon épouse, exhibée, offerte à mes regards. Je passe mes nuits à bander comme un taureau. Je n’en peux plus d’attendre le départ.


— A suivre —


Diffuse en direct !
Regarder son live