Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 5 338 fois
  • 8 J'aime
  • 0 Commentaire

Terrible soirée

Chapitre 1

Hétéro

C?était il y a plus d’un an quand tout allait bien dans ma belle famille. A l’époque j’avais 15 ans et ce qui s’est passé, resteras à jamais gravé dans ma mémoire.

Mon père est un richissime homme d’affaire dont je ne dévoilerais pas le nom de sa société. Pour le décrire, c’est un homme de 40 ans mesurant 1m80 pour 90kg, cheveux brun court, enfin bref un léger gros avec un caractère de cochon alors que ma mère faisait 35 ans, petite brune (1m62 pour 58kg) aux cheveux long bouclés, un corps avec de légère forme, une petite poitrine (disons à vue d’oeil du 90b) et une jolie paire de fesse et à l’opposé de mon père, elle est très adorable et très aimable. Je me demande comment elle a pu tombé amoureuse de celui-ci. Quant à moi je suis une vraie peste qui fait des tas de conneries de tout genre.

Il était 20h et mon père m’enfermait à double tour dans la salle de surveillance de la maison. EH oui toute la maison est sous vidéo surveillance et avec le son mes amis donc vous entendez tout ce qu’il peut s’y dire, il l’a fait installer surtout pour mater et surveiller les femmes de ménage........PERVERS le bougre. Je vous rassure à cette heure ci, j’avais mangé et je ne manquais de rien dans cette pièce (télé, jeux vidéo, etc.)

J’étais là car un homme d’affaire d’Afrique du sud d’une autre société venait négocier un énorme contrat avec la boite de mon père et pour éviter tout coup fumant de ma part je me retrouvais enfermer dans cette pièce mais je n’allais rien manqué de la soirée avec les moniteurs de contrôle.

Vers 21h, les invités arrivèrent. Une fois à l’intérieur, je pouvais les distinguer clairement. La première personne que je vis fut cette belle black habillée d’une robe de soirée blanche fendue jusqu’à mi-cuisse qui laissait entrevoir le liserai de ses bas blanc assortie à la robe mais ce qui ressortait le plus, c’était ces deux gros lolos qui étaient emprisonnées dans un décolleté qui les mettaient en valeur (waouh la Barbie black en bref), sa chevelure noire ondulée et le maquillage de son visage ne la rendait que plus belle encore. Elle était accompagnée de son mari sans doute, une vraie bête de muscle et de la même taille que mon père à peu près, il était black et vêtu d’un costard de luxe. Après que le serveur les ait débarrassés de leurs vestes, mes parents les accueillirent.

Ma mère était habillé d’une jupe légèrement fendue, de collant très fin qui mettait en surbrillance ces magnifiques petites gambettes bronzées et d’un superbe chemisier très fin dans lequel le soutif était assortis pour qu’il ne transparaisse pas à travers le chemisier, quant à mon père tenue classique (costard cravate...je crois qu’il ne possède que ça dans son armoire!!).

Apres un apéritif de bienvenue, ils passèrent tous à table. Pendant qu’ils mangeaient, j’épiais chacun de leurs gestes et la position d’une camera me permis de me rincer l’oeil sur les belles cuisses de la belle invitée pendant une bonne demi-heure avant qu’elle ne change de position. J’avais également remarqué que son mari n’arrêtais pas de mater du coin de l’oeil ma mère.

Le repas se termina vers 23h, mon père et son homologue black partirent dans la salle réservée aux affaires. Sur le chemin, il ordonna aux serveuses de prendre congé pendant 2 jours quand tout serait nettoyé. (Voila qu’il devenait noble ou bien avait-il une idée derrière la tête?).Tout ça devenait intéressant et je décidais de lâcher ma partie de playstation2 pour écouter ce que ces deux lascars allaient pouvoir se dire. Ils parlèrent de leurs affaires pendant 10 longues minutes puis ils signèrent les papiers et se mirent à discuter.

MON PERE : félicitation pour ce magnifique contrat

LE BLACK : merci mais parlons de ce que nous avons dit au téléphone cela tient toujours

P : bien sur j’en meurs d’envie (mais de quoi parler t-il?)

B : en avez vous parler à votre femme?

P : oui mais elle ne veut pas alors il va falloir que vous lui forcer la main

B : c’est à dire.....euh....!!!!!!!!!!!!

P : oui il va falloir la violer et la votre.

B : consentante bien sur c’est une vraie chienne quand il s’agit de sexe.

Mon estomac se noua soudainement et je voulais ouvrir cette putain de porte verrouillée mais rien à faire, j’allais assister incessamment sous peu au viol de ma mère sur le moniteur de surveillance. J’étais dans un vrai piège à rat, aucune fenêtre et rien pour déclencher l’alarme que de la vidéo surveillance, de l’eau, gâteau, jeux et mon désespoir.

Je reprenais place devant les télés et recherchait ou ils avaient tous pu passer et à force de cliquer je les retrouvai tous dans le salon en train de boire un digestif.

Mon père se levait en lançant : IL EST L’HEURE D’ALLER DORMIR et demanda aux invités de les suivre avec ma mère en tête de file. Ils arrivèrent dans la chambre ou était censé dormir les invites. Rosita (drôle de nom pour une black d’ailleurs je n’ai retenu que son nom car j’en suis tombé amoureux....) demanda où se trouvait les toilettes. AU FOND DU COULOIR rétorqua ma mère du fond de la chambre pour regarder si les femmes de ménages n’avaient rien oubliés. Mon père fit entrer le black en le poussant dans le dos (il semblait hésitant) puis il refermait la porte violement et la verrouillait à double tour. Le cauchemar allait commencer pour moi et surtout pour ma mère.

Elle se jetait immédiatement sur la porte pour l’ouvrir mais en vain, elle appelait mon père en criant de toute sa voix

---OUVRE MOI SALOPARD JE NE LE FERAIS PAS---

Le black s’était mis à coté d’une chaise et commençait à se dévêtir, il retirait tout son haut (chemise......) c’était une montagne de muscle.

Elle le regardait faire et lui criait en même temps:

---VOUS NE COMPTEZ PAS QUE JE COUCHE AVEC VOUS, IL EN EST HORS DE QUESTION---

Sans lui répondre il fit tomber son pantalon et caleçon à la fois et retira ses chaussettes. Il était nu comme un vers et il parla:

----ALLEZ ARRETES DE FAIRE TA SAINTE NITOUCHE JE VAIS TE FAIRE AIMER LE SEXE----

---NON---

Sur ces mots il s’avançait vers elle en marchant. Ma mère reculait et fut bloquée par le mur et l’armoire sur son coté. Il l’agrippait par la taille pour l’embrasser mais elle lui envoyait des coups de poing et des tartes sur son corps pour le repousser mais il lui saisissait ces deux bras et lui collaient au dessus de sa tête et reprenait ses embrassades dans le coup de ma mère. Elle se déhanchait pour pouvoir s’extraire de cette bête noire en ruth, en vain !!!!

Il rapprochait les mains de ma mère qu’ils mettaient en croix et lui bloquait d’une seule main tandis que son autre main arrachait furieusement la chemise et le soutif.

Ces deux petits seins rebondissaient dans la lutte mais sa main baladeuse descendait jusqu’au zip de sa robe. Et hop d’un coup il baissait la fermeture et la robe se retrouvait au sol, la laissant en collant fin et string. Je me mettais à bander comme un taureau et là je zappais sur un autre moniteur et je vu l’incroyable: mon père qui faisait l’amour avec Rosita, il la pénétrais frénétiquement, j’avais 2 scènes de sexe carrément opposées l’une de l’autre.

Quand je revins sur le moniteur de la chambre dans laquelle se trouvait ma mère, je la voyais à genoux, le black essayant de lui faire engloutir son sexe tendu dans sa bouche. Il lui mettait des claques en criant:SUCE LA.

Elle gémissait, des larmes coulaient de son visage. Il l’attrapait par ses cheveux et lui faisait avaler sa bite mais en se débattant elle la faisait ressortir de sa bouche en toussotant, il essayait à plusieurs reprises de se faire sucer mais ma mère le suçait lamentablement. La colère envahissait le black, il la relevait subitement et la jetait sur le lit après l’avoir traînée jusqu’à celui-ci. Il sautait aussitôt sur elle, lui bloquait ses 2 bras d’une seule main et déchirait le collant.

Entre temps j’apercevais son sexe monstrueux un bon trente centimètre et large de surcroît. Il écartait le string de sa main et lui collait deux doigts furieusement la masturbant très vite. Les cris de ma mère me déchiraient les tympans, elle remuait de tout son corps pour échapper à ce doigté insoutenable pour elle. Il retirait enfin ces doigts et lui écartait ses cuisses de ses 2 bras, elle en profitait pour le frapper à grands coups de poing sur le torse.

----NOOOOOOOOONNNN-----

Il la pénétrait d’un trait et lui plaquaient ces bras de chaque coté de sa tête. Il la limait lentement lâchant des cris de plaisir-oohhhhhhhhhhhohhohohoho.

Ma mère pleurait et lâchait des cris de souffrance ou de jouissance par intermittence aux rythmes des pénétrations. Au bout d’un moment il en eut marre de la position et il la retournait, lui prenait ces 2 bras lui tirant dans le dos et il la pénétrais de nouveau pénétrais avoir déchiré encore les collants qui devait le gêner. Son rythme s’accélérait jusqu’a ce qu’il se retire et plaque ma mère sur le dos et lui jouisse en pleine figure. Elle était maculée de sperme sur son beau visage et éclatait en sanglot se recroquevillant sur elle même.

---AAAAAAAAENNNNNNHH---OUUUUUUU CE N’EST QUE LE DEBUT TU AIMERAS DEMAIN. Sur ce il se levait et se dirigeait vers la petite salle de bain de la chambre.

Pendant ce temps la mon père lui prenait son pied, Rosita lui taillait une pipe d’enfer, il ne mis pas longtemps à juter dans sa bouche pulpeuse qui n’en perdait pas une goutte. Ayant fini le nettoyage complet du gland ils s’embrassaient et s’allongeaient sur le lit ne se décollant pas l’un de l’autre.

Le calvaire de ma mère était loin d’être fini car au bout de 10 longues minutes dans la salle de bain il ressortait avec une queue visiblement revigorée et prête à faire feu.

----ME REVOILA JE VAIS T’EN METTRE PLEIN LA CHATTE------

Ma mère se levait du lit mais il la saisit par sa jambe et la tirait brusquement vers lui. IL se mettait derrière elle et la pénétrait mais devant le débattement de celle-ci sa bite sortie à plusieurs reprises du fourreau. Apres l’avoir maîtriser il l’enfourchait sur une cadence de folie. Mais quelle endurance car au bout d’une demi-heure ma mère explosait en cri strident, il venait de jouir en elle car je voyais un filet de sperme pendre entre la chatte et sa queue qui se retirait lentement du cratère vaginal qu’il venait d’agrandir.

Il viola ma mère jusqu’au petit matin puis il s’en allait contrat en poche.

Depuis ce jour ma mère n’adresse plus un mot à mon père et a même demandée le divorce. C’est une femme déchirée que je soutiens car j’ai décidé de partir avec elle quoi qu’il arrive.


RICOU3@CEGETEL.NET

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder