Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 19 762 fois
  • 165 J'aime
  • 8 Commentaires

Thérapie familiale

Chapitre 31

De bons coups de langues.

Lesbienne

Jade en plus d’être amusée est légèrement étonnée par la question de Chloé, d’autant qu’elle est sensée rester sur place pour attendre la venue des autres invités, cependant elle a envie de faire plaisir à la jeune femme qu’elle trouve sympathique, et qui va très probablement devenir son amie. C’est pourquoi elle lui répond, tandis qu’elles se mettent à marcher en direction de la Bergerie :

 

― Si tu veux. Mais tu sais c’est pas vraiment la mienne, alors y a pas grand-chose dedans qu’y m’appartient.

― T’inquiète, pour moi c’est pareil. Car à peine sortie de ma caisse je me suis retrouvée chargée comme une mule, et presque tout ce que j’ai amené de Montpellier est resté dans la grange.


Jade sourit, avant de répondre :

 

― Ça c’est passé comme ça pour moi aussi. Parce que c’est sûr que dans ce trou paumé, le ravitaillement c’est plus important que nos petites affaires de nanas.

 

Alors qu’elles ont parcouru la moitié de la distance, elles entendent Damien dire d’une voix forte :


― Je croyais que tu étais sensée rester avec moi pour accueillir nos invités, ma Petite Belette ?!

― Et moi Papy, je croyais que tant que je suis ici je fais que ce que j’ai envie quand j’en ai envie, parce que tout ce qu’on me demande de faire c’est que des suggestions ?!

 

L’intéressée a répliqué sur le même ton et sans se retourner tout en continuant à avancer, ce qu’elle regrette un peu puisqu’elle ne peut pas voir de quelle manière son grand-oncle réagit. Cependant elle est tout de même satisfaite de l’entendre bougonner, juste avant que Djouba éclate d’un rire aigu assez surprenant étant donnés sa stature et sa voix caverneuse.


Une fois qu’elles sont arrivées sous le balcon et que Jade a ouvert la porte, Chloé lui demande :


― Le Vieil Ours, c’est vraiment ton grand-père ?

― Non, pour de bon c’est l’oncle de ma grand-mère. Mon vrai Papy je l’ai pas connu car il est mort avant ma naissance. Mais ils étaient nés la même année et ils ont même fait l’armée ensemble, alors c’est un peu comme si c’était lui. Pourtant je le connaissais pas vraiment avant de venir ici, car y quitte rarement sa montagne et ma Man m’avait jamais emmenée à la Bergerie.

 

χ


Jade pense utile, d’expliquer clairement la situation à Chloé :


― Y faut que tu saches que cette façon de vivre c’est tout nouveau pour moi. Car si ma Man est venue plusieurs fois ici quand elle était plus jeune, à cause de mon père elle nous a élevés mon frère et moi avec tout plein de tabous, et y a à peine une semaine je les avais jamais vus à poil.

― Nous c’est le contraire car on est des nudistes, et c’est même en faisant une randonnue que ma reum a découvert cet endroit. Par contre pour le sexe elle est restée clean avec nous, même si avec ma frangine on savait qu’elle s’éclatait depuis son divorce. Mais elle a attendu qu’on soit assez grandes pour nous en parler. Ma sœur Marie qui a un an de plus que moi est venue ici l’année dernière. Elle m’en a tellement rempli les oreilles quand elle est rentrée, que j’ai eu moi aussi envie d’essayer et franchement je regrette pas.

― Mais si elle trouvé ça si bien ta sœur, pourquoi elle est pas revenue ?

― Parce qu’à la fac elle a rencontré un mec. Un fils de bourges avec un daron notaire et une reum avocate, et depuis elle a complètement viré de bord. Si y savaient ces bobos qu’elle a adoré se faire défoncer par une grosse teub de black, et tout ce qu’elle a fait d’autre quand elle était ici, y feraient une jaunisse. Note bien que j’ai rien contre les gens friqués, vu que ma daronne est toubib et qu’on est à l’aise, mais ceux-là y sont coincés du cul

― Bé justement puisque tu parles de cul... elle est balaise la poutre de Djouba, alors comment y fait pour te la mettre.

― Avec de la lube, la pommade miracle du vieil Ours comme il l’appelle. Avec ça il arrive à me la rentrer en entier dans le con tout comme dans le cul, et j’ai parfois l’impression qu’y va venir me chatouiller les amygdales. Avec lui j’arrive à jouir plusieurs fois de suite et j’ai même des éjacs. Tu verras que c’est super fun quand y te l’enfilera aussi, enfin, si t’as rien contre les renois.

― Non, même si j’ai pas encore essayé. Au lycée j’avais un pote qui l’est et je m’entendais super bien avec lui, mais c’est un antillais pas un africain, et on a jamais rien fait ensemble.

― Antillais ou africains c’est pas la même culture, mais si tu veux mon avis pour la taille du chibre c’est pareil, car c’est les mêmes origines. Le seul truc qui me faisait flipper au début, c’est que je croyais qu’après Djou je pourrais plus rien sentir avec une medium-size (ndla : taille moyenne), mais ma daronne m’a rassurée au téléphone, car c’est elle qui l’a essayé la première dans notre famille. Elle m’a affirmé que le vagin est élastique, et que si je me sentirais moins bien remplie et que j’aurais envie de retourner vers les blacks, avec un blanc je pourrais quand-même prendre mon pied. Ce que j’ai pu vérifier après avec les autres bergers.


χ


Jade qui n’avait pas du tout pensé à ce détail, même si le sexe de son grand-oncle a déjà de belles proportions, se contente d’acquiescer poliment en hochant la tête. Elle a noté au passage que sur le plateau il n’y a pas de notions de possessivité en ce qui concerne les partenaires, ce qui est en tout cas vrai pour Chloé et Djouba, étant donné que pour les autres cela reste à vérifier. Mais ce n’est pas vraiment une surprise pour elle, puisque c’est ce qu’elle avait compris par rapport aux explications que lui a données Damien. Ce qui l’étonne par contre, c’est quand la blondinette lui demande en sautant du coq à l’âne :


― On va se prendre une douche avant de se bouffer la moule ? Parce que Djou m’a ramonée juste avant de venir, et j’ai cru comprendre que le Vieil Ours t’a fait pareil dans la journée. Boire directement à la source j’aime bien, mais quand ça a mijoté c’est pas trop mon truc.


Voyant que Belette devient écarlate Hermine comprend qu’elle est allée trop vite en besogne, c’est pourquoi elle ajoute :


― Enfin si t’as envie, parce que si t’aimes pas faire ça avec une meuf ça me dérange pas non plus, et on sera quand même amies.


Jade bien que toujours aussi rouge, lui répond posément :


― C’est pas que je veux pas, mais je l’ai encore jamais fait avec une nana. Et pour les mecs c’est nouveau aussi, hier première sodo et aujourd’hui dépucelage. Parce que je suis timide, et c’est en partie pour ça que ma Man m’a envoyée ici, pour que je me dégourdisse.

― Tu sais on a tous commencé un jour, et pour moi c’était y a pas si longtemps. Pour ce qui est du rodage, si t’es motivée t’auras pas de problèmes. Parce que si c’est ce que tu veux les bergers se feront une joie de te passer dessus les uns après les autres, et aussi en même temps si tu leur demandes. Mais si tu préfères avoir un seul partenaire c’est aussi possible, par contre tu pourras pas l’empêcher d’aller voir ailleurs s’il en a envie. Parce qu’ici c’est la règle numéro un, chacun fait ses propres choix et les autres les respectent.


χ


Ces explications qui n’ont pas manquées de faire rougir à nouveau Jade ayant été données, les deux jeunes femmes ne tardent pas à se retrouver dans la salle de bain, et Chloé forte de son expérience prend les choses en mains, même si une fois que la rousse a enlevé ses sabots suédois à talons haut, la blondinette reste la plus petite et la plus frêle des deux. C’est cette dernière qui enlève la queue de belette de sa nouvelle amie en tirant doucement dessus, qui sent son anus s’écarteler momentanément sans ressentir la moindre gêne, avant de ressortir elle aussi la queue d’hermine de la même manière. Ensuite Hermine défait la queue de cheval haute de belette, et elle pose le lacet de cuir avec les plugs sur le meuble de la salle de bain.


À présent qu’elles sont toutes les deux complètement nues elles entrent dans la douche, dans laquelle elles se serrent puisque celle-ci est de conception classique, et mesure environ un mètre carré au sol. Cela ne les dérange absolument pas, et elle se collent l’une contre l’autre pour profiter du jet fumant préréglé à la bonne température, parce que la pomme d’arrosage a un rayon d’action limité. Une fois que l’eau a arrêté de couler elles se séparent en se souriant, et Chloé attrape un savon de Marseille pour le frotter délicatement sur la peau de Jade.


La jeune femme se laisse faire docilement, et lorsque des doigts encore plus petit que les siens s’insinuent dans les replis de sa vulve pour la nettoyer, elle rosit à peine parce qu’elle se sent à l’aise avec sa compagne. Même si Hermine ne s’attarde pas, se contentant de faire un nettoyage dans les règles, Belette apprécie le contact de ces mains en même temps semblables et différentes de celles de Damien. Pas seulement au niveau de leur taille, mais parce qu’il y a dans les gestes de la blondinette une douceur toute féminine, qu’un homme n’arrivera jamais à égaler.


Il semble ensuite normal à Jade de se faire doigter l’anus pour qu’il soit lui aussi nettoyé, et lorsque sa compagne de douche se met accroupie pour lui savonner également les mollets et les pieds, déposant au passage un chaste baiser sur sa vulve, elle trouve cela naturel. Ensuite elle lui rend la politesse mais avec des gestes plus maladroits, parce qu’elle se sent intimidée et par manque d’habitude, même si elle essaie d’y mettre toute la tendresse dont elle est capable. Son amante en devenir ne s’y trompe d’ailleurs pas, puisque lorsqu’elles se font face avant de se rincer, elle lui décoche un sourire qui ferait fondre de la glace.


χ


Une fois qu’elles se sont sommairement séchées, ne doutant pas que la chaleur de l’été fera le reste, les deux jeunes femmes vont dans la chambre de Jade en emportant avec elles leurs queue, le lacet et leurs chaussures, la seconde prenant également sa brosse à cheveux dans sa trousse de toilette.


Quand elles sont sur place la superbe rousse se sent à nouveau intimidée, et la magnifique blonde qui a l’air de parfaitement le comprendre, lui dit affectueusement tout en lui caressant la joue :


― Tu vas t’allonger sur ton lit, mais en plein milieu pas comme si tu voulais dormir.


Elle s’exécute aussitôt, en pliant les jambes de manière à ce que ses pieds ne dépassent pas, et en écartant largement ces derniers l’un de l’autre pour que ses cuisses soient grandes ouvertes. Chloé ne tarde pas à grimper à son tour sur la couche, mais en se mettant à quatre pattes et inversée, sa tête se retrouvant ainsi au dessus de la vulve de son amie. Elle est tellement légère que le sommier a à peine bronché, et elle se penche pour donner un coup de langue gourmand sur la vulve joufflue de sa nouvelle amante.


Jade commence par regarder le sexe de sa partenaire, dont les grandes lèvres dans cette position se sont écartées l’une des l’autre. Ses nymphes sont encore plus courtes que les siennes et forment justes deux crêtes, avec en bas là où elles se rejoignent le capuchon enflé de son clitoris. L’absence de replis de chair autour fait que ceux de l’entrée de son vagin sont visibles, toutefois ce dernier reste fermé, ce qui démontre qu’il est bel est bien élastique et que le membre aux dimensions hors normes de Djouba ne l’a pas déformé.


Au départ Belette est hésitante, bien qu’elle ait déjà regardé des vidéos sur lesquelles des femmes se donnaient du plaisir de cette manière, c’est pourquoi elle ne prend aucune initiative se contentant de reproduire ce que lui fait Hermine, qui a pris de l’avance sur elle. Convaincue que ce qui marche pour l’une, le fera également pour l’autre.


χ


Chloé qui pour garder son équilibre a appuyé ses coudes sur le lit, afin que ses mains puissent se poser sur les fesses de Jade, entreprend sans se presser de lui lécher les babines sur toute leurs surfaces, insérant sa langue fouisseuse dans les moindres recoins. Elle se régale au passage de leur goût mais aussi de leur odeur, puisque son petit nez n’est pas bien loin. Elle semble satisfaite que le même procédé soit reproduit sur son propre sexe, puisqu’elle n’émet aucune remarque, alors qu’elle sent également des mains à peine plus grandes que les siennes posées sur son postérieur. Ce n’est que lorsqu’elle entend des petits geignements de contentement, auxquels les siens ne tardent pas à faire écho, qu’elle commence à s’intéresser aux nymphes de son amante.


Hermine se met alors à lécher les petites lèvres de Belette, ne se privant pas de les mordiller délicatement de temps en temps, car elle est convaincue que comme pour elle cette pointe furtive de douleur noyée dans le plaisir ressenti, augmentera grandement les sensations de sa partenaire. Elle ne s’est d’ailleurs pas trompée, puisque les geignements de l’autre jeune femme deviennent en même temps plus aigus et plus profonds, tout en se rapprochant les uns des autres.


Par expérience Chloé comprend qu’il est temps de passer aux choses sérieuses, et sa langue va délicatement se poser sur le capuchon du clitoris de Jade. En appuyant dessus elle l’entraîne, faisant jaillir le petit bout de chair rose-vif qui ne demandait qu’à coulisser pour se retrouver à l’air libre. Lorsque son appendice buccal se pose dessus la petite belette pousse un couinement, comme si elle venait de se retrouver prise dans un collet, mais elle ne tarde pas à se ressaisir et à faire subir le même traitement à l’hermine, qui réagit de la même manière.


Alors que jusqu’à présent elles avaient pris leur temps, s’engage soudain une course tandis que leurs lèvres du haut s’approchent des boutons de roses, qu’elle se mettent à sucer goulûment jouant à qui fera jouir l’autre la première. Cependant aucune des deux ne gagne la partie étant donné qu’elles atteignent l’orgasme en simultané, poussant chacune un long gémissement qui réjouit sa partenaire presque autant que son propre plaisir, puis elle restent quelques instants immobiles, récupérant de la violence de leur extase.


χ


Chloé se reprend la première, se faisant un devoir de lécher l’intégralité de la vulve de sa petite camarade de jeu pour lui faire une toilette sommaire, mais également récupérer la moindre goutte de son nectar qu’elle a beaucoup aimé, et Jade qui a également apprécié le goût du jus de sa nouvelle amie, fait encore cette fois comme elle. Lorsqu’elle estime avoir terminé Hermine fait un demi tour sur elle même, en faisant attention de ne pas heurter Belette qui reste sagement allongée. À présent qu’elles sont face à face elles se sourient, puis elles s’embrassent sans retenue leurs langues se frottants l’une à l’autre, et leurs mouilles respectives se mélangeants en même temps que leurs salives.


Elle mettent tant de ferveur dans ce baiser bien qu’elles ne soient pas véritablement des amantes, mais juste des partenaires sexuelles, que lorsqu’elles se séparent elles sont obligées de reprendre leurs souffles, puis elles éclatent du même fou-rire complice, comme si la situation dans laquelle elles se sont retrouvées avait quelque chose de comique.


Une fois qu’elle a regagné un peu de son sérieux, Jade dit à Chloé :


― Waouh, c’était super fun et j’ai hâte de recommencer.

― T’inquiète de rien ma belle, nos cabanes de bergères sont encore plus près l’une de l’autre que les Bergeries de Djou et Damien, alors on pourra se voir autant qu’on en aura envie.

― Oui, mais qui gardera les brebis pendant ce temps ?

― Apparemment, t’as pas compris que c’est juste un prétexte et que c’est les chiens qui s’occupent des moutons et pas nous. Pendant qu’y se tapent tout le boulot nous on est juste là pour s’éclater, prendre et donner du plaisir autant qu’on le peut, et tout le reste c’est rien que du cinéma. Car si les bergers avaient vraiment besoin d’aide, ce serait toute l’année et pas seulement en été.


Jade réfléchit à ce que son amie vient de lui affirmer, pour en arriver à la conclusion que c’est logique et qu’il n’y a rien à y redire, étant donné qu’elle a le choix de dire oui ou non. Puis elle fait à Chloé :


― J’ai un double-dong dans mon armoire, la prochaine fois y faudra qu’on l’essaie.

― Bien entendu, parce qu’il faut que tu saches ce que ça fait pour pas mourir idiote. Mais moi si j’ai emmené tous mes jouets dans ma cabane, c’est pour m’amuser avec quand je suis seule et que je m’ennuie. Parce que tu verras que pour prendre son pied rien ne vaut une vraie bite, quelles que soient sa grosseur et sa longueur.


Puis elle ajoute :


― Ou alors une bonne langue, car y faut aussi varier les plaisir.


Les deux femmes éclatent alors du même rire cristallin, même si celui de la blonde est légèrement plus aigu que celui de la rousse.


χ χ χ


La suite, si vous en manifestez le désir...

Diffuse en direct !
Regarder son live