Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 561 fois
  • 93 J'aime
  • 10 Commentaires

Thérapie familiale

Chapitre 34

Présentations décalées

Erotique

Bien entendu les trois nouveaux venus font comme les autres la bise à Jade mais également à Chloé, et ils en profitent pour souhaiter la bienvenue à la première des deux alors que la seconde fait les présentations, en commençant par la mylf qui a devancé les deux hommes :


― Belette, je te présente Valérie qui est la pensionnaire de Clément mais aussi sa mère, et à qui ont dit Bichette.

 

La jeune femme qui n’en est plus à un cas d’inceste près apprend la nouvelle sans même penser à rougir, d’autant plus qu’elle avait commencé à admettre la chose comme étant normale avant de venir dans les Cévennes, puisqu’elle avait envisagé qu’il puisse se passer quelque chose entre sa Man et son frère Enzo. Autre détail qu’elle remarque à ce moment-là, c’est que cette mère de famille au physique très avenant a un accent ressemblant à celui de Jonathan, autrement dit elle doit tout comme lui être originaire d’Alsace ou de Lorraine.

 

Bien entendu son fils qui vient juste après elle a des intonations similaires aux siennes, bien qu’elles soient moins prononcées, comme diluées par le fait qu’il vit à présent dans le sud de la France. Quant à Théo il est de toute évidence du cru, puisque même les inflexions de sa voix ressemblent à celles d’Aurélie, au point que Jade se demande s’il n’y aurait pas également entre eux un lien de parenté, que Chloé aurait oublié de mentionner.

 

Cependant elle ne pose pas de question, non seulement parce qu’elle estime que cela ne la regarde pas, mais en plus elle ne souhaite qu’une chose qui est que l’attention se détourne d’elle pour se sentir un peu plus à l’aise. C’est pourquoi elle est satisfaite, lorsque Hermine qui en a presque terminé avec son rôle de maîtresse de cérémonie, s’exclame en s’adressant une nouvelle fois à la cantonade, tandis que les derniers invités disent ensuite bonjour à ceux qui sont arrivés avant eux :


― Bon, maintenant qu’on est tous là on va peut-être penser à manger un peu ?! Car si je doute pas qu’y en a parmi-nous qui ont envie picoler toute la soirée, y en a d’autres par contre qui ont faim !


χ


Cette déclaration est accueillie par des réactions diverses, car si les femmes l’approuvent dans leur grande majorité, les hommes au contraire ont l’air d’estimer que l’heure de l’apéritif n’est pas encore passée. Clément va même jusqu’à protester :


― Nous on vient juste d’arriver, et on a même pas droit à un seul canon ?

― Bé t’avais qu’à venir avant, mon grand, et tu pourras toujours boire en te goinfrant. Par contre si je te vois allumer un tarpé avant que tout le monde ait fini de bouffer, même si je suis pas bien grande ça m’empêchera pas de botter ton beau petit cul.


Le jeune homme se retient de répliquer en constatant que Djouba le regarde fixement sans rien dire, exprimant ainsi son soutien à Chloé, et Laurent vient détourner légèrement la conversation en demandant avec humour :


― On a quand-même le droit de fumer des clopes, patronne ?


Hermine lui répond très sérieusement :


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

― Seulement si tu te tiens à une distance respectable de Lapine, car au cas où tu l’aurais pas remarqué elle attend un petit.


Alors que Jade qui s’est discrètement mise en retrait, principalement pour se délester de son pesant cadeau qu’elle a posé sur le dessus de la fontaine, mais également pour ne plus être le centre de l’attention, se demande s’ils sont vraiment en train de se prendre la tête, Stéphanie qui a parfaitement interprété ses doutes s’approche d’elle pour lui dire à voix basse à l’oreille, tout en caressant affectueusement ses petites fesses nues :


― Ne t’inquiète surtout pas, ma belle. Se chamailler est pour eux une façon de montrer qu’ils sont contents de se retrouver au complet, ce qui n’arrive qu’une fois par semaine.


Puis elle ajoute, sur un ton malicieux :


― De toute manière, je voudrais bien voir Hermine interdire au Vieil Ours d’allumer sa pipe quand il en a et où il en a envie. Même Djouba qui la considère pourtant comme étant la huitième merveille du monde, ne la laisserait pas faire. Car ton grand-oncle a converti notre montagne africaine au fait de fumer le calumet de la paix, comme ils appellent ça entre eux.


χ


Cette dernière remarque fait sourire Jade, et sa bonne humeur s’accentue lorsqu’elle constate que certaines personnes, principalement des femmes mis à part Kevin qui obéit docilement à Charlotte, sont en train de placer sur la table des plats qu’elles ont préparés à l’avance, et qui ont été amenés dans les sac à dos. Cela va des incontournables salades de lentilles et de pâtes, à des mets plus élaborés comme une terrine et même un gratin, qui est mis à réchauffer sur le barbecue toujours dans son plat en terre. Sans parler de la viande qui y est en train de griller, et dont deux assiettes pleines de merguez de chipolatas et de côtelettes d’agneau déjà cuites, ont été mises à la disposition des convives.


Ce sont sans surprise Damien et Djouba qui s’occupent de cette tâche, ils ont tout les deux pour le faire mis des tabliers qui s’ils n’ont rien d’esthétique leurs évitent d’être brûlés par les projections de graisse, et leurs gestes parfois complémentaires démontrent qu’ils ont l’habitude de l’accomplir ensemble depuis des années.


La jeune femme se sent légèrement dépitée de n’avoir rien à offrir aux invités, d’autant plus que même si elle n’est pas vraiment chez elle elle est sensée recevoir, mais c’est cette fois Valérie après s’être absentée pour aller mettre ce qui doit être un dessert à l’intérieur de la maison pour qu’il ne prenne pas la chaleur, qui s’approche à son tour d’elle et qui lui dit tout en lui pelotant elle aussi affectueusement les fesses :


― Tu n’as pas être gênée, tu sais. Nous n’avons pas toutes des aptitudes culinaires, et de toute manière comme à chaque fois il y aura des restes, car on prévoie toujours trop large de peur de manquer.


Bien que n’étant pas vexée, mais au contraire attendrie par les attitudes maternelles de ces femmes qui sont bien plus âgées qu’elle, Jade demande :


― Je suis si transparente que ça, que tout le monde sait en permanence ce que je pense ?


χ


La mylf blonde fait à Jade un sourire qui se veut consolateur, en profitant au passage pour la caresser des épaules jusqu’à l’arrière train comme pour la réconforter, et tout en la cajolant le plus naturellement du monde elle lui explique :


― Le fait est que tu as parfois du mal à cacher tes émotions, mais si je sais ce que tu ressens c’est surtout parce que j’étais comme toi à ton âge. En même temps timide et attirante aux yeux des hommes, ce qui faisait de moi une proie facile parce que je ne savais pas dire non. D’autant plus que contrairement à toi je n’avais personne pour me protéger. C’est pourquoi après plusieurs relations aussi courtes que décevantes, j’ai rencontré le père de Clément qui m’a enseigné ce qu’est la soumission envers un homme.


Valérie marque une courte pause, avant de poursuivre :


― Mais en observant celui qui nous domine, on peut également apprendre à se comporter comme lui, et arriver à le faire ensuite avec une autre personne est autant une question d’envie que de volonté. Mon assurance m’est venue avec l’expérience, même si avant cela j’aurais pu mourir plusieurs fois de honte, à cause de ce que le père de mes enfants m’a obligée à faire en public. Mais comme le dit le proverbe, ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts.


Bichette continue à expliquer :


― Lorsque j’ai enfin eu le courage de mettre ce tyran à la porte de chez moi, prouvant ainsi qu’il n’était pas un véritable dominateur mais juste un salopard qui a profité de ma faiblesse, j’ai pu inverser les rôles vis à vis de certains de mes partenaires qui l’ont suivi, après m’être entraînée sur mes enfants qui entre-temps avaient grandi. Mais bien entendu il faut pour que ce soit agréable pour tout le monde, que les personnes qui s’adonnent à ce jeu soient consentantes et acceptent de tenir leur rôle, sans aucune contrainte pour ceux qui tiennent celui du soumis.


Jade observe un instant celle qu’on appelle bizarrement Bichette, car elle trouve que ce surnom ne lui correspond absolument pas si elle n’est pas en train de la mener en bateau, et qu’elle est véritablement une dominatrice. Car rien dans son apparence avenante ne laisse deviner qu’elle a pu s’adonner un jour au sadomasochisme, ni dans un sens ni dans l’autre. Ensuite elle lui demande :


― Vous affirmez que votre ex-mari est un salaud parce qu’il a abusé de votre faiblesse, mais c’est pas ce que vous faites aujourd’hui ? Car même si j’y connais rien à tout ça, vu de l’extérieur ça ressemble plus à un rapport de forces qu’autre chose.

― Tu marques un point, mais regarde Clément. Est-ce qu’il a l’air de vouloir s’en plaindre ? Et est-ce qu’après ce que je viens de te dire il a moins l’air d’un homme à tes yeux ?


χ


Jade reporte son attention sur le jeune berger de 27 ans qui ne se doute pas que sa mère et elle sont en train de parler de lui, et effectivement rien dans son attitude n’indique qu’il puisse lui être assujetti en quoi que ce soit, puisqu’il est en train de se comporter comme si elle n’était pas là. De plus, une franche camaraderie virile typiquement masculine semble le lier à Théo, qui a pourtant près d’une décennie de moins que lui. Le seul couple présent sur lequel la jeune femme pourrait avoir des doutes est composé de Charlotte et de Kevin, puisque la sur semble surveiller le frère en permanence, comme si elle était à l’affût de la moindre erreur de sa part qu’elle pourrait réprimander.


Valérie qui cette fois encore a parfaitement interprété le fil des pensées de la jeune femme, lui dit :


― Les apparences sont parfois trompeuses, et s’il y a une leçon que tu dois tirer de cette soirée c’est bien celle-là. Parce que si je ne t’en avais pas parlé tu n’aurais rien deviné de nos petits jeux à mon fils et moi. Par contre tu prends Kevin en pitié alors qu’il n’est pas le plus malheureux des deux, car celle qui l’est vraiment c’est Charlotte. Elle est tellement raide dingue de lui, qu’elle a plaqué son mari pour venir habiter ici à l’année. Elle est soit dit en passant la seule femme qui ne soit pas une pensionnaire mais une résidente, et si elle est tout le temps après lui, c’est parce qu’elle a peur que nous pensions qu’elle ne s’en occupe pas assez. Lui par contre vit assez bien ce qui pourrait passer pour du harcèlement aux yeux d’une personne non avertie, car il sait qu’elle ne le fait pas pour lui pourrir la vie mais parce qu’elle ne peut pas s’en empêcher, pour la bonne raison qu’elle déborde d’amour pour lui.

― Si je comprends bien, c’est un peu comme si elle était malade ?

― Absolument. À partir du moment où il ne s’agit pas d’un choix de sa part mais d’un besoin compulsif, on peut considérer que c’est maladif.


χ


Même si Jade est persuadée que Valérie aurait aimé continuer à lui faire part de sa vision des choses, probablement en analysant toutes les personnes présentes les unes après les autres, cette dernière est interrompue par Stéphanie qui s’approche d’elles en tenant à la main une assiette, sur laquelle il y a une belle portion de légumes cuits et froids ainsi qu’une fourchette. Elle s’adresse directement à la plus jeune des deux femmes, en lui disant :


― Pour une qui prétendait avoir faim, je trouve que tu ne manges pas beaucoup ma Belle. Il faut absolument que tu goûtes à ma ratatouille, pour m’en donner des nouvelles.


Cette remarque fait sourire Belette, car à sa connaissance ce plat est une spécialité de sa région à elle et de nulle part ailleurs. Toutefois elle est touchée par l’attention de cette matrone qui lui est apparue dès le départ comme étant protectrice, ce qui lui a été confirmé par Hermine qui a affirmé qu’elle était leur mère à tous. Même s’il y a dans la communauté qu’ils forment, des bergers bien plus âgés qu’elle.


De plus son estomac si elle l’avait oublié est effectivement désespérément vide, au point qu’il donne son avis en gargouillant, et après avoir dit merci elle prend la nourriture qui lui est gentiment proposée. Elle n’est pas déçue car la première bouchée fond littéralement dans sa bouche avant qu’elle ne l’avale, et la cuisinière plus que satisfaite par son air surpris lui demande :


― Pas mal pour une nantaise, hein ?

― Oh ouais, c’est super bon. Y faudra me filer la recette.

― Bien entendu, je te la donnerai quand tu viendras me voir à notre Bergerie. Mais en attendant je te conseille d’aller prendre aussi de la viande, avant que les hommes aient tout dévoré. Car les légumes s’ils sont meilleurs pour la santé, tiennent moins bien au ventre.


Puis elle les laisse pour retourner vers le reste du groupe, ses énormes seins se balançant allègrement au rythme de ses pas pourtant mesurés.


χ


Jade en regardant à présent les autres convives, constate que négligeant la grande table qui ne sert qu’à poser la nourriture et les boissons, ils sont presque tous restés debout mis à part Élodie qui s’est installée sur le Banc d’Amour de Damien, son ventre rebondi semblant encore plus rond que lorsqu’elle se tient debout. Même si l’assiette qu’elle a posé dessus à l’air d’être assez stable, puisqu’elle ne bouge pas lorsqu’elle pioche dedans. Valérie qui a suivi son regard, lui explique toujours à voix basse :


― Celle-là elle cache bien son jeu, car son mari est persuadé qu’elle va depuis 5 ans tous les étés en cure à Gréoux-Les-Bains pendant que sa sur garde leurs enfants, alors qu’elle vient ici en douce pour se faire ramoner les tuyauteries par les bergers.

― Mais ça la dérange pas, sa sur ?

― Pense-tu, elle est parfaitement au courant car c’est une ancienne pensionnaire, mais elle a arrêté de venir quand elle a rencontré son homme qui l’a prise en main. À présent ils font des partouzes qui suffisent amplement à son bonheur, et Lapine dont l’époux travaille la nuit et ne se doute de rien, y participe si bien qu’il paraît que pas deux des ses trois premiers enfants ne se ressemblent. Bien entendu Alain est au courant et ça ne le dérange pas non plus, vu que c’est lui qui a dépucelé ses trois filles quand elles en ont eu l’âge. Malheureusement, sur la plus jeune d’entre elles je ne sais pas grand-chose alors je ne peux rien te raconter.


Jade suite à toutes ces confidences éprouve des sentiments mitigés, car si elle est contente d’en savoir un peu plus sur ceux qui vivent sur le plateau et qu’elle va côtoyer pendant un mois, les révélations faites par Valérie à l’insu des personnes concernées la mettent également mal à l’aise, car elles pourraient passer pour de l’indiscrétion mais également de la médisance.


C’est la raison pour laquelle prétextant qu’elle va chercher de la viande, ce qui n’a rien de curieux puisque cette dernière semble disparaître assez rapidement une fois qu’elle est cuite et que Stéphanie lui a conseillé de le faire, elle s’éloigne de la mylf blonde pour s’approcher du barbecue.


χ χ χ


La suite, si vous en manifestez le désir...

Diffuse en direct !
Regarder son live