Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 730 fois
  • 199 J'aime
  • 6 Commentaires

Thérapie familiale

Chapitre 60

L'antre du sculpteur.

Erotique

Les invités de Jade finissent par s’en aller, Jonathan et Théo lui faisant un check avant de partir et Aurélie l’enlaçant tendrement, puis une fois qu’elle se retrouve seule la jeune femme a envie d’aller rendre visite à Chloé, qu’elle a négligée depuis son retour ce matin. Avant de prendre sa décision elle vérifie que le fanion de son amie est vert, ne voulant pas la déranger, puis elle baisse le sien afin de signaler à tout le monde qu’elle sera absente. Ensuite il ne lui faut pas bien longtemps pour se préparer vu qu’elle n’a pas l’intention d’emporter grand-chose, elle va dire au revoir à Louve et a ses petits, puis elle emprunte le sentier son bâton de bergère à la main et son chapeau de paille sur la tête. Sans oublier bien entendu son talkie-walkie éteint, qu’elle a mis dans un sac à dos passé sur ses épaules. 


 En chemin toujours le même sentiment de liberté dû au fait de se retrouver nue en pleine nature la reprend, alimenté par le balancement de ses gros seins qui bougent au rythme de ses pas tranquilles et réguliers.


 Elle ne tarde par à arriver en vue de la Cabane d’Hermine, en premier signalée par le troupeau de moutons ainsi que leurs gardiens toujours indifférents à son approche, et une fois sur place une surprise qui n’en est pas vraiment une l’attend, puisque Djouba est présent. Le géant et la lilliputienne ne semblent pas remarquer son approche, car leur regards sont fixés sur un très beau plateau à damier en marqueterie, sur lequel sont disposées des pièces finement sculptées elles aussi en bois. 


 Ne voulant pas les déranger Jade s’avance en silence, et elle sursaute lorsque le berger africain lui demande sans tourner la tête :


 ― Tu sais jouer aux échecs, Jade fille de Anne-Lise ?

 ― Un peu, mais pas trop. Mon frère m’a appris quand j’étais petite, mais comme il a deux ans de plus que moi y me mettait tout le temps la pâtée. Du coup, quand y me proposait de faire une partie, je disait souvent non.

 ― C’est pourtant en affrontant ceux qui te sont supérieurs, que tu es le plus susceptible de progresser. Ta Maman a un excellent niveau, encore meilleur que le mien. Elle ne t’a jamais proposé, de t’enseigner quelques unes de ses tactiques ?


χ


 Jade qui n’est plus étonnée d’être surprise, sourit en apprenant que sa mère sait également jouer aux échecs alors qu’elle ne l’a jamais vue s’adonner à ce genre d’activités. D’autant qu’elle la voit mal rester pendant une heure à réfléchir à une stratégie, mais plutôt privilégier l’action suite à une décision prise rapidement. Cependant elle n’en est plus à ça près, et elle répond :


 ― Je crois qu’elle a jamais trouvé le temps de le faire, car elle est très occupée. 

 ― C’est bien dommage, car avoir un adversaire à ma mesure me manque terriblement. Et je m’entraîne régulièrement, dans l’espoir de son retour parmi-nous. 


 Prouvant qu’il n’est pas en train de se vanter, il annonce ensuite calmement après avoir déplacé sa reine :


 ― Échec et mat, Souricette. 


 Chloé pousse un gros soupir, avant de faire remarquer :


 ― Je me demande pourquoi je joue contre toi, car t’es vraiment trop fort.


 Puis semblant seulement se rendre compte de la présence de son amie elle se lève pour venir l’enlacer, et elle lui dit :


 ― Je t’attendais plutôt ce matin, car tu m’as manquée.


 Jade légèrement embarrassée décide de ne pas dire tout la vérité, afin d’éviter de se lancer dans une explication trop compliquée, c’est pourquoi elle se contente de répondre :


 ― C’est que peu de temps après mon retour à ma Cabane, j’ai eu de la visite.

 ― Ah bon, de qui ?

 ― Aurélie, Jonathan et Théo. 

 ― Hum hum, et je suppose que vous vous êtes éclatés. 


 Belette rougit légèrement, ce qui ne l’empêche pas de répondre franchement :


 ― Bé, c’est un peu pour ça qu’on est ici, non ?

 ― Bien entendu et je te taquine, vas. Toi est moi on est des amies et pas des amoureuses, par conséquent t’as le droit de faire tout ce que t’as envie, sans avoir besoin de te justifier. 


 Puis elle ajoute avec malice :


 ― Et t’es même pas obligée de me le raconter après. 


χ


 Djouba pendant que les deux jeunes femmes discutaient a rangé les pièces de l’échiquier, puis il leur annonce sur un ton neutre :


 ― Je vais vous laisser papoter entre filles, pour retourner dans ma Bergerie.


 Mais Chloé lui demande :


 ― T’as pas plutôt envie de la faire visiter à Jade, et de lui faire goûter ce soir ton shayaa et tonfasouliya. Puisque tu m’as dit que t’en as cuisiné pour toute une tribu.


 Jade ne connaît pas ces plats qui doivent être originaires du pays dont vient le berger africain, mais appréciant la cuisine exotique elle n’a rien contre l’idée d’essayer d’en manger, même si les noms qu’elle a entendus lui sont totalement inconnus et qu’elle ne sait par conséquent pas à quoi s’attendre. C’est la raison pour laquelle, elle répond au regard interrogateur du géant noir :


 ― Y paraît qu’ici, je dois faire ce que j’ai envie quand j’en ai envie. Et j’aimerais bien voir où tu vis, goûter ta cuisine, pis savoir si je suis aussi nulle qu’Hermine pour lancer des flèches. 


 Elle reçoit aussitôt un coup de coude de la part de son amie, en réponse à la petite pique qu’elle vient de lui envoyer, et plus pour la forme car elle n’a pas vraiment eu mal elle fait Ouille. Car tous les trois sont ravis de se retrouver, et Djouba le montre de manière plus ostensible que ses jeunes compagnes, puisque son sourire fait ressortir ses dents blanches sur sa peau d’ébène.


 Il ne faut pas bien longtemps au berger et à sa pensionnaire pour ranger les quelques affaires qui traînent et baisser le fanion de Chloé, tandis que Jade les attend patiemment, puis ils empruntent un sentier encore inconnu de cette dernière. 


 La distance à parcourir est plus importante que précédemment étant donné qu’elle est d’environ quatre kilomètres, cependant la jeune femme ne trouve pas le temps long malgré le paysage toujours aussi monotone, car son amie n’arrête pas de raconter de futilités pendant le trajet. Ce qui la fait sourire car cela lui rappelle la première fois qu’elle a vu ce couple singulier, elle babillant de sa voix flûtée de petit lutin, lui l’écoutant en ponctuant le monologue de commentaires monosyllabiques et caverneux.  


χ


 Lorsqu’ils arrivent en vue de la Bergerie de Djouba, Jade n’est pas étonnée puisqu’elle est dans le style de toutes les constructions qu’elle a rencontrées depuis qu’elle a laissé le village de Saint André de Valborgne derrière elle, et même avant ça à l’intérieur de ce dernier. Tout d’abord il y a deux bâtiments, un destiné aux humains et l’autre aux animaux, leurs murs ont été montés avec des pierres bien ajustées, et ils sont coiffés de toits recouverts de tuiles d’ardoise.


 Le terrain qui entoure la propriété n’a rien non plus de singulier, lui semblant en même temps différent et identique à ceux qu’elle connaît déjà, et il lui donne par conséquent un sentiment de déjà vu. Il y a bien évidement un cours d’eau qui prend sa source à proximité, et qui a fait son chemin en suivant l’inclinaison du terrain, un bosquet de chênes sessiles avec en bordure un barbecue et une table à l’ombre des branches, mais également un Banc d’Amour identique dans ses dimensions à celui qui se trouve chez son Papy. Le tout étant entouré par une prairie sur laquelle il n’y a aucune clôture, comme si ces dernières pouvaient entraver la liberté de ceux qui on choisi de vivre sur le plateau.


 Tout en s’approchant de la première structure qui doit abriter les moutons, Jade sent leur odeur forte à travers les meurtrières qui servent d’aération. Cependant, elle constate qu’à présent qu’elle s’y est habituée ces effluves ne la dérangent pas plus que ça. De toute manière ils ne font que passer devant pour se diriger vers la maison du géant noir, cette dernière vue de l’extérieur, ne donnant aucun indice montrant qu’elle est habitée par un africain. Même lorsqu’ils sont entrés dans la cuisine, car comme chez Damien cette pièce à vivre doit être le cœur du logis, la jeune femme ne remarque rien de spécial dans la pièce mis à part un éléphant miniature posé sur le sol, alors que le reste est agencé de manière assez classique. 


 La sculpture mesure tout de même dans les soixante-dix centimètres de haut. L’animal se tient debout sur ses quatre pattes et sa trompe est recourbée, avec l’extrémité posée sur son front comme s’il était en train de saluer ou tout simplement de barrir, puisque sa gueule est ouverte. Ses défenses quant à elles longues et parfaitement proportionnées, pointent fièrement vers l’avant même si elles sont incurvées, et le majestueux animal a été finement matérialisé dans un morceau d’olivier. Voyant qu’elle regarde l’objet avec attention après s’en être approchée, Djouba lui demande :


 ― Tu t’intéresses à mon modeste travail, Jade fille de Anne-Lise ?

 ― C’est toi qui l’as fait ?! Il est magnifique !

 ― Oui, enfin, disons qu’il est assez acceptable pour être montré aux autres…

 ― T’es modeste, car y faut être un véritable artiste pour arriver à faire ça. Pis en plus, c’est important de conserver sa culture d’origine. 

 ― Là je ne te rejoins absolument pas. Car lorsque ta culture était basée sur un régime féodal, et qu’une de ses particularités consiste à pratiquer l’ablation du clitoris des femmes pour les empêcher d’avoir du plaisir durant l’acte sexuel, tu as plutôt envie de l’oublier pour en adopter une nouvelle.


χ


 Jade constate que tout comme elle Chloé ouvre de grands yeux, très certainement parce qu’elle partage sa stupeur suite à cette révélation, et Djouba qui a l’air embêté comme s’il en avait trop dit, tente de faire diversion en recentrant sur le sujet de départ :


 ― J’ai amené très peu de choses de mon pays natal, car je n’avais pratiquement pas de bagages lorsque je suis arrivé en France. Mais il est vrai que certains animaux d’Afrique ont quelque chose de fascinant, même si d’autres en Europe mais aussi dans le reste du monde, n’ont absolument rien à leur envier.


 La jeune femme comprenant qu’il n’a pas envie de s’étendre sur son passé, et que s’il a voyagé léger ses souvenirs semblent au contraire être lourds à porter, décide de poursuivre dans la voie de son art :


 ― Je suppose que tout comme mon Papy avec sa pommade miracle, t’as pas envie de vendre tes sculptures pour te faire de la thune ?

 ― Je l’ai envisagé à une époque, car certains s’accordent à dire que j’ai du talent. Mais ce serait un travail à plein temps, et j’ai déjà un métier qui est berger. Comme tu as pu le constater ce sont nos chiens qui font l’essentiel, et sauf quand vient le moment de la tonte, cela nous laisse pas mal le loisir de profiter de la vie. Ce qui me convient parfaitement. De plus, à quoi ça me servirait de gagner plus d’argent, s’il n’y a pas de commerces à proximité pour le dépenser ? Par conséquent il m’arrive de donner certaines de mes réalisations en cadeau, mais il n’est pas question pour moi d’en faire une activité lucrative.


 Jade se garde bien de préciser qu’elle aimerait avoir une représentation du sexe de son grand-oncle en souvenir, elle se contente de rosir légèrement en y pensant, et à son grand soulagement Chloé détourne l’attention d’elle en faisant un commentaire :


 ― Pis ici y a même pas internet pour commander des trucs, et je crois pas non plus que que Tom Hanks viendrait jusque là pour les livrer. 


 Cette remarque les fait sourire tous les trois et elle détend l’atmosphère, puis Belette demande :


 ― Tu me fais visiter le reste de ta baraque, que je voie si y a d’autres merveilles à découvrir ?


χ


 Djouba ne se fait pas prier, et Jade ne tarde pas à se rendre compte que sa Bergerie n’est pas très différente de celle de Damien. Bien entendu les pièces ont des dimensions qui ne sont pas identiques, les deux chambres sont placées du même côté au lieu d’être en vis à vis, mais il y a également une terrasse sur le devant, dont une partie se situe sous un balcon qui donne de l’ombre. Car comme elle a pu le remarquer en arrivant, ici aussi il y a un deuxième niveau. 


 Elle fait très peu de cas de l’aménagement, qui est dans un style classique par rapport à celui qu’elle a pu voir depuis son arrivée, mais s’intéresse surtout aux sculptures qui sont disséminées ça et là, sans aucun ordre apparent, comme si les animaux qu’elles représentent à des échelles différentes s’étaient placés là touts seuls. Certains d’entre eux étant assez petits pour s’être posés sur des meubles, mais d’autres plus volumineux s’étant contentés du sol. 


 Les statues les plus remarquables mise à part celle qui se trouve dans la cuisine, étant un cerf d’un mètre de haut avec ses cors longs et fins qui lui donnent un air majestueux, malgré leur fragilité évidente montrant la difficulté qu’il y a eu à les sculpter. Mais également un grand tétras faisant la roue probablement représenté à sa taille réelle, tout comme un aigle posé sur ses pattes dont le bec est ouvert montrant sa langue, ainsi qu’un éléphanteau plus petit que nature ayant l’air jovial, comme si celui qu’il évoque était très heureux de la vie qu’il mène.  


 Cependant il y en a bien d’autres, que des animaux principalement des oiseaux et des écureuils, mais également quelques autres espèces sont présentes. Toutes ces réalisations n’ont pas été taillées dans du bois d’olivier car Jade semble reconnaître également du chêne, ainsi que diverses essences qu’elle n’arrive pas à identifier. 


 Deux jeux d’échec sont également exposés, l’un d’entre eux très certainement en ébène et en ivoire attirant son attention, puisque ses pièces parfaitement alignées représentent des personnages nus, tous des hommes à l’exception des deux reines. Ils ont été sculptés dans les moindres détails, puisque même les fentes des sexes circoncis et des vulves, ainsi que les toisons pubiennes et les tétons ont été matérialisés. 


 Ce qui vu la taille des figurines qui mesurent entre cinq et sept centimètres de haut, est carrément à ses yeux un exploit. Cette véritable œuvre d’art aurait cependant plus sa place dans un sex-shop que dans un musée, même si les sexes masculins ne sont pas en érection, et cette idée la fait sourire mais pas rougir, quand elle passe délicatement un doigt sur la femme blanche.


χ


 Mais le plus intriguant pour Jade reste à venir, car la visite se termine par la pièce unique qui se trouve à l’étage. Ici ce n’est pas un musée des horreurs, mais tout simplement un atelier. S’y trouvent pas moins de trois établis, ainsi que des râteliers sur lesquels sont disposés en lieu et place de cravaches des ciseaux à bois de tailles variées, avec les maillets qui leurs sont probablement correspondants. Ainsi que divers autres outils qui doivent eux aussi être nécessaires à la sculpture, mais certainement moins fréquemment utilisés puisqu’en plus petit nombre. Mis à part la toile émeri qui est omniprésente, et qui sert bien évidemment à poncer pour la finition. 


 Après son flair étant donné qu’une bonne odeur de bois flotte dans l’air, la curiosité de Jade est éveillée par ce qui se trouve sur l’un des établi, alors qu’il n’y a que des copeaux sur les deux autres, puisque un objet qui mesure dans les cinquante centimètres de haut est entièrement dissimulé par du tissu, qui a été un drap dans un passé plus ou moins récent. Elle s’en approche sans oser soulever l’étoffe, se doutant qu’elle a été placée là pour une bonne raison, et elle demande :


 ― Y a quoi, là dessous ?


 C’est Chloé qui lui répond :


 ― Même pour moi c’est un mystère, car Djou est superstitieux et y veut pas qu’on voit sur quoi y travaille, avant que ça soit terminé.


 Le berger se défend, en parlant calmement :


 ― Ce n’est pas vraiment de la superstition, mais juste que je ne veux pas que ceux qui verraient une de mes sculptures en cours de réalisation l’idéalisent, et soient déçus par le résultat final. D’autant plus que je pourrais commettre une erreur fatale en donnant un coup de ciseau de trop, ou alors un autre qui serait plus appuyé que nécessaire, et tout serait à recommencer. 


 Sa pensionnaire réplique, sur un ton légèrement ironique :


 ― Si c’est pas de la superstition, alors t’appelles ça comment ? 

 ― Tout simplement une phobie. 


 Jade pose également une question :


 ― Mais on peut au moins savoir ce que c’est ?

 ― Non, car je ne tiens pas non plus à le révéler. Tu pourrais alors la visualiser dans ta tête selon ta propre idée, et ta déception n’en serait que plus grande.


 Comprenant qu’il est très sérieux la jeune femme n’insiste pas, d’autant qu’elle se doute que son amie a dû le faire bien avant elle sans pour autant réussir à obtenir gain de cause. De plus, il ne lui viendrait même pas à l’idée de passer outre en soulevant le voile, non pas qu’elle craigne une réaction violente de la part du berger africain, mais de peur de lui faire de la peine. 


 Par conséquent elle se contente de demander : 


 ― Je pourrai quand même la voir avant de repartir chez moi ? Je veux dire chez ma Man à la fin du mois ?


 Le berger sculpteur lui fait alors un sourire éblouissant, puis il répond :


 ― Sauf si comme je l’ai déjà dit survient un incident, je pense que oui Jade fille de Anne-Lise. Et tu pourras même la contempler tout ton soûl. 


χ χ χ


Vous aimez cette histoire et vous voulez la suite ?

Alors montrez-le !

Comment ?

En cliquant sur j’aime ! 


Et surtout n’hésitez pas à faire un petit retour en arrière, si vous avez oublié de le faire pour les chapitres précédents  !


De plus, si vous voulez savoir quand le prochain épisode arrivera, cliquez sur « S’abonner aux histoires de Conteuse ».

Diffuse en direct !
Regarder son live