Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 296 fois
  • 110 J'aime
  • 19 Commentaires

Thérapie familiale

Chapitre 79

La Petite Louvette.

Inceste

Lorsqu’ils ressortent de la Cabane alors qu’ils y sont restés un bon moment, Jade et Enzo constatent que Clara très certainement après avoir fait connaissance avec les chiens, a monté la tente qu’ils ont amenée sous le chêne et de l’autre côté par rapport à la table. Ce qui est un bon choix d’emplacement, puisqu’elle restera à l’ombre au plus chaud de la journée. Et ensuite, ne voulant pas les déranger, elle s’est installée sur une chaise longue dans le but de les attendre patiemment. 


 Quand elle les voit la jeune femme sourit, puis elle leur dit :


 ― Alors les amoureux. Je vous demande pas si vous vous êtes éclatés, parce que j’en ai assez entendu pour le savoir. Mais on fait quoi, maintenant ?


 Jade leur demande : 


 ― Man vous a montré les photos, de quand elle est venue ici y a des années ?


 Enzo et sa copine se regardent légèrement étonnés, puis c’est lui qui répond :


 ― On savait même pas, qu’y a des photos. 

 ― Vous voulez les voir ?

 ― Tu les as là ?

 ― Oui. Papy m’a confié des albums, à condition que j’en prenne soin. 

 ― Y a mon père dessus ?

 ― Non, car celles-là le Vieil Ours les a toutes détruites. Mais si ça t’intéresse, Djouba un des bergers m’en a donné une. De plus, je pense que Man les a gardées. 

 ― Parce qu’elles les a à la maison ?!

 ― Bon, y faut que je vous explique un peu le truc. Papy, la photographie c’est une de ses passions. En tout cas en ce qui concerne les gens à poil. Toutes ses pensionnaires lui ont servi de modèles, et comme y travaille toujours à l’ancienne elles sont reparties avec les pellicules. C’est pour ça qu’y veut qu’on fasse attention aux photos qu’il a gardées, parce que si on les abîme y pourra pas les refaire. Man a fait développer les siennes qu’après le départ de mon père, pis ensuite elle les a planquées pour pas qu’on tombe dessus par hasard. Mais elle m’en a donné une juste avant que je parte, pour que je sache de quoi Papy a l’air en arrivant ici, parce que j’avais aucun souvenir de lui. 

 

χ


 Ces explications ayant été données, Enzo dit à sa sœur :


 ― Ce soir on mange à la Bergerie, mais j’aimerais bien voir ces photos avant de repartir là-bas. Et aussi celle où y a mon père, juste pour savoir si je lui ressemble tant que ça. 


 Jade va chercher les albums, elle les donne à ses parents qui sont à présent tous les deux installés dans des chaises longues, puis elle leur demande : 


 ― J’ai attrapé trois truites, mais comme on est six ça va faire juste. Vous croyez qu’y faut que je les relâche ?


 Clara pose naïvement elle aussi une question, et c’est son copain qui lui répond :


 ― Elles vont pas crever, si tu les remets à l’eau ?

 ― Non. C’est ce que font ceux qui pêchent juste pour le sport, et les autres sont aussi sensés le faire quand les poissons sont trop petits. Même si elles ont la gueule déchirée par l’hameçon, ça les empêchera pas de manger ni de nager. 


 Puis il s’adresse à sa sœur : 


 ― Moi je serais toi, je les ramènerais chez Papy. Car comme y aura autre chose à bouffer, on pourra se les partager en plus. Sinon, une fois au frigo elles pourront se garder quelques jours. 


 Jade se range à cet avis, et tandis que les deux amoureux commencent à regarder les photos elle va chercher sa canne à pèche et le seau en bois au bord du lac, puis elle entreprend de vider les poissons. Alors qu’elle est en train de le faire, elle entend son frère s’exclamer :


 ― Tain c’est dingue, y a même Tatie Stéphanie !! Y (z’)ont quand même bien caché leur jeu, car nous pendant toutes ces années, on s’est jamais doutés de rien !


 Voir des proches nus et parfois en train d’avoir des relations sexuelles ne l’a pas laissé indifférent, puisque lorsque leur sœur retourne vers eux après avoir mis les entrailles des truites dans la gamelle de Louve, et s’être lavée les mains, la tête de sa copine qui est à genoux entre ses cuisses s’est retrouvée sous un des albums qu’il feuillette, et elle en train de le sucer. Le constatant, Jade lui fait remarquer en se marrant :


 ― Bé dis-donc, t’as pas menti quand t’as dit que t’as de la ressource. 


χ


 Une fois qu’Enzo s’est vidé dans la bouche de Clara, qui de toute évidence aime autant le sperme que ses parentes d’adoption, les trois jeunes partent pour la Bergerie de Damien. Jade pensant cette fois à prendre en plus de son talkie-walkie et des truites, une lampe à gaz dans le placard de sa Cabane, puisque Laurent a depuis récupéré la sienne et qu’ils ne savent pas à quelle heure ils vont revenir. Ils s’en vont donc après qu’elle a abaissé son fanion tout en leur expliquant à quoi il sert, leur bâtons de bergers à la main et un chapeau de paille sur la tête en ce qui concerne les deux filles. 


 En chemin, le frère annonce à sa sœur :


 ― Man nous a expliqué pour la salle de torture, et si c’est son kif, on est d’accord pour qu’elle en fasse installer une. 

 ― Au départ j’ai réagi comme toi, car je trouvais ça super zarbi. Mais appeler ça de la torture c’est un peu exagéré, car il est surtout question d’y avoir du plaisir. 

 ― Oui, mais avoir du plaisir en se faisant mal moi je trouve ça glauque. 

 ― Personne t’oblige à aimer, et c’est déjà cool que tu sois assez compréhensif pour qu’elle construise son donjon. Même si de toute évidence, t’as pas l’intention d’aller ensuite jouer dedans. 


 Clara demande timidement et en rougissant légèrement, ce qui se remarque à peine tant sa peau mate est hâlée pas le soleil :  


 ― Et toi, t’as essayé sœurette ? 

 ― Puisque Man vous en a parlé, je pense pas braver l’interdit qu’elle m’a fait en vous disant qu’elle et moi, on est allées dans le grenier de Papy le week-end dernier. Mais c’est ses fesses qui ont été tannées, pas les miennes, car moi je suis pas encore prête à essayer.


 Alors qu’elle rougit à son tour, parce qu’elle vient de comprendre qu’elle a entrouvert une porte qui jusqu’à présent était fermée à clef, Jade entend son frère s’exclamer :


 ― Alors tu te vantais pas, quand t’as dit au téléphone que t’allais lui en mettre une ?!


χ


 Jade réfléchit quelques instants, puis elle répond :


 ― À ce moment-là, c’était juste des paroles en l’air. Pis quand je lui ai raconté la discussion qu’on a eue toi et moi au tel, elle m’a demandé si ça m’intéressait de lui coller une fessée pour de bon. J’ai réfléchi jusqu’au dimanche matin et j’ai accepté pour lui faire plaisir, parce que j’avais compris que contrairement à moi elle en avait envie. Sauf que…


 Elle laisse sa phrase en suspens, et Enzo la presse :


 ― Sauf que ?

 ― Sauf qu’au final j’ai aimé ça autant qu’elle. Même si comme je vous l’ai déjà dit, je suis pas encore prête à inverser les rôles. 


 Enzo qui est scotché par ces révélations, s’exclame à nouveau :


 ― Je suis dans une famille de dingues ! Ma mère est maso, et ma sœur est sadique ! 


 Jade que sa réaction amuse plus qu’autre chose, réplique :


 ― Tu ressembles peut-être à ton père physiquement, mais au niveau du caractère c’est plutôt à Papy. La même tendance à l’exagération, et à te faire passer pour un martyr. 

 ― N’empêche que l’inverse m’aurait paru logique. Mais Man dans le rôle de la soumise et toi dans celui de la dominante, c’est quand même hallucinant. Et puisque tu parles de mon paternel, la seule photo qu’on a pas vue c’est la sienne. Alors je suis toujours obligé de vous croire sur parole, quand vous me dites que je suis son portrait craché. 

 ― C’est vrai que j’ai oublié de te la montrer, mais on va pas non plus retourner la chercher. Et comme je l’ai prise que pour toi quand Djouba m’a proposé de la garder, je te la donnerai avant que tu partes. Après, t’en feras ce que tu voudras. En attendant, la prochaine fois que tu te regarderas dans une glace, imagine-toi en blond et avec de la barbe, et t’en auras même pas besoin de cette photo. 


 Clara qui a repris sa contenance, fait remarquer :


 ― Ça fait déjà deux fois, que tu nous parles de ce berger qui a un drôle de nom.

 ― En vrai c’est pas comme ça qu’y s’appelle. Mais je vous en dirai pas plus à son sujet, pour pas vous gâcher le plaisir de la découverte. 


χ


 Alors qu’ils discutaient tout en marchant ils sont arrivés à la Bergerie, et après que Jade s’est délestée de son sac dans la cuisine, en mettant au passage les poissons dans le réfrigérateur, ils trouvent leurs trois aînés sagement assis dans des chaises longues à l’ombre du balcon, et en train de discuter tranquillement. La jeune femme après s’être penchée en avant pour enlacer sa Man, sa Mamie puis son Papy, demande à ce dernier pour le taquiner un peu :


 ― T’as pas encore sorti ton matos de voyeur, Vieil Ours ?


 Cette question fait sourire Nadine, hausser un sourcil qui se veut désapprobateur à Anne-Lise, et l’intéressé répond d’un air pitoyable :


 ― Ça m’est interdit jusqu’à nouvel ordre sous peine de représailles, ma Petite Belette. Je ne peux même plus faire ce que je veux, dans ma propre maison. 


 Clara qui a compris que c’est à cause d’elle, intervient en rougissant :


 ― Si j’ai bien compris, vu le support utilisé y a aucune chance pour qu’elles se retrouvent sur internet. Alors ça me dérange pas, à partir du moment où ça restera soft. 


 Le vieil homme est aux anges, à l’idée qu’il va pouvoir ajouter une nouvelle modèle à sa collection. Mais pas sa petite-nièce, qui fait remarquer à sa fille :


 ― Je croyais, qu’on devait laisser ta sœur évoluer à son rythme ?

 ― Mais c’est ce qu’on fait, Man. Je me contente juste de lui présenter les options, et comme tout le monde ici, c’est à elle de décider ce qu’elle a envie de faire. Ou pas.   


 Damien qui a compris qu’il a trouvé en Jade une alliée solide va chercher son appareil-photo, et lorsqu’il revient elle lui demande :


 ― T’as compris ce que ça veut dire soft, Papy ?

 ― Tu crois quoi, que c’est ceux de ta génération qui ont inventé l’anglais ? 


 La jeune femme sourit en entendant cette réponse, puis elle propose :


 ― Si y a un retardateur sur ton bidule, je propose qu’on profite qu’on est tous réunis, pour faire une photo de famille. 


χ


 C’est bien entendu ce qu’ils font en posant l’appareil sur la table qui se trouve sous le Grand-Chêne, ils en prennent même plusieurs, et Anne-Lise qui s’est rendue à l’avis général arrive à sourire de manière naturelle. Ensuite, Jade demande :


 ― Vous avez prévu quoi pour manger ce soir ? Parce que j’ai ramené trois truites, et ça fera pas assez pour six. Par contre, on pourrait les manger en plus d’autre chose. 


 C’est sa grand-mère qui répond :


 ― Pour ce soir j’ai amené de la moussaka, et on a aussi du fromage. Mais demain-midi il y a des grillades de prévues, alors on pourrait les cuire au barbecue à ce moment-là.


 Puis sa Man ajoute :


 ― Et demain-soir, comme tu le sais sûrement déjà, un repas est prévu chez Alain. Mais il se déroulera dans les mêmes conditions, que le premier auquel tu as assisté. 

 ― Alors c’est plutôt à Clara et Enzo que tu devrais l’expliquer, car moi j’ai dépassé ce stade depuis déjà un bon moment. 


 La curiosité du jeune couple a été éveillée, et c’est le fils de la famille qui demande :


 ― C’est quoi, ces conditions ?


 Damien leur explique :


 ― En temps normal dans notre communauté, nous pratiquons le sexe sans trop nous poser de questions. Lorsqu’une personne est demandeuse elle le fait savoir, et il y a toujours quelqu’un pour répondre à ses envies. Mais nous ne sommes pas des animaux pour autant, alors quand nous accueillons un nouveau venu nous attendons que ce soit lui ou elle qui prenne l’initiative, de manière à ce qu’il ou elle s’adapte à son rythme. 


 Clara très intéressée, pose à son tour une question :


 ― Et vous entendez quoi, par initiative ? 

 ― Eh bien il s’agit d’un acte sexuel, la plupart du temps exhibitionniste puisqu’il aura lieu devant les autres. Mais bien entendu il est également possible de s’isoler, et la progression consistera dans le fait que tout le monde saura ce qui ce sera passé.


χ


 La jeune femme, continue de se renseigner :


 ― Donc, si je comprends bien, si j’ai envie de me faire prendre par un autre homme devant mon amoureux, y me suffira d’aller vers celui que j’aurai choisi et y le fera devant tout le monde ? Mais si par contre je veux pas qu’y en ait d’autres qui me voient, on ira tous les trois dans un endroit discret ? 

 ― C’est exactement ça.

 ― Mais si je lui plais pas, à ce type, je vais me chopper la honte de ma vie.


 Le vieil homme réplique : 


 ― Pour que tu ne plaises pas à un homme même quand tu es habillée, ma jolie, il faudrait qu’il soit complètement pédé ou alors impuissant. Et à ma connaissance, des comme ça on n’en a pas sur le plateau. Tu peux demander à ta sœur, vu qu’elle les a tous testés.


 Jade sourit, parce qu’effectivement elle connaît à présent par cœur les dimensions de chacun des membres de la Communauté des Bergers Décalés, et c’est Clara qui par contre rougit en annonçant :


 ― C’est ce qu’on va voir. Parce que si je veux être à la hauteur demain, y faut que je m’entraîne.


 Même si elle est visiblement intimidée elle s’avance sans hésitation vers Damien, et elle pose sa main gauche sur ses bourses chauves afin de caresser ses testicules à travers leur peau fripée. Il est aux anges d’être l’objet de cette initiative, ce que ne dément pas son sexe qui prend lentement du volume, et finit par se dresser. 


 Jade tout comme sa Man observe son frère pour savoir de quelle manière il réagit, et le petit sourire qu’affiche Enzo indique très clairement que sa copine et lui en avaient discuté avant. Ou en tout cas qu’en venant dans les Cévennes tout en sachant ce qui s’y passait, il était prêt à accepter de telles éventualités. De plus ce qui est en train de se passer ne doit pas lui déplaire, puisque sa queue a elle aussi relevé la tête pour profiter du spectacle. 


χ


 Pendant que les deux femmes faisaient ce constat Clara n’a pas perdu son temps, puisqu’une fois le résultat escompté obtenu elle masturbe lentement le membre de Damien, et ayant repris de l’assurance elle lui demande tout en caressant les poils gris de son torse de son autre main, après lui avoir fait un sourire enjôleur : 


 ― Tu veux que je suce un peu ta grosse queue avant que tu me l’enfiles, Papy ?


 Il lui répond, alors que pour sa part il s’est mis à caresser en même temps ses petites fesses brunies par le soleil, et ses seins pommés haut-perchés qui n’ont rien à leur envier au niveau de la couleur :


 ― Oui, j’aimerais beaucoup ça, ma Petite Louvette. 


 Puis il précise, avant qu’elle s’exécute :


 ― La tradition ici, c’est que quand une pensionnaire se baisse elle se mette accroupie en écartant les cuisses.  


 Bien qu’elle n’en soit pas une la jeune femme suit cette consigne, et une fois que sa tête est à la bonne hauteur elle commence par lécher le gland du vieil homme pendant quelques instants, avant de le mettre dans sa bouche pour le téter. Puis lentement tout en le regardant pour voir comment il réagit à ses attentions, elle s’enfonce son membre dans le gosier. 


 Jade ne manque pas de remarquer que si sa sœur a des aptitudes, elle n’a pas pour autant les prédispositions des femmes de la famille Roux-Pasquier. Car tandis qu’elle ingurgite les vingt-cinq centimètres de chair en entier ses yeux se sont embués, et lorsqu’elle les ressort des fils de salive se mettent à pendre aux coins de ses lèvres. Toutefois elle ne semble pas incommodée plus que ça, probablement parce qu’elle s’est entraînée avec son frère sous la houlette de leur Man, et une fois que le gland est retourné dans sa bouche et qu’elle a pris le temps de respirer, elle entame une autre plongée. 


 Notre belette reporte alors son attention sur les autres membres de sa famille, pour constater que tout comme elle sa Man en regardant le couple se caresse distraitement la vulve, pas vraiment excitée mais tout de même très intéressée par ce qui se passe. Mais chose plus surprenante, sa Mamie est passée derrière Enzo écrasant ses gros seins contre son dos, et elle le masturbe lentement tandis qu’il est fasciné par le tableau vivant de la femme dont il est amoureux, en train de faire une fellation à un homme qui a une cinquantaine d’années de plus qu’elle.  


χ


 Clara avale trois fois le membre de Damien, ne s’arrêtant que lorsque son nez vient s’enfoncer dans les poils gris de son pubis, puis elle le recrache complètement pour ensuite se relever avec souplesse, et lui dire :


 ― Maintenant tu vas pouvoir me l’enfoncer dans le con, Papy. Tu pourras même me l’enfiler d’un coup car je suis chaude, mais au début y faudra que t’y ailles doucement. Car celle d’Enzo est plus petite, et avant lui et même après, j’ai jamais connu aucun autre homme. 

 ― T’inquiètes de rien, ma Petite Louvette. J’en ai dépucelé plus d’une et il y en a trois ici parmi elles, qui peuvent te confirmer que si je suis un queutard je n’ai rien d’une brute. 


 Elle lui fait un sourire avant d’aller poser ses petites fesses sur le bord de la table, puis elle s’allonge pour que son dos vienne s’appuyer également dessus, et le doyen des berger sans se presser attrape ses jambes qu’il soulève, pour coller son gland contre les petites lèvres de sa vulve qui dépassent de leur grandes sœurs. Mais avant d’aller plus loin, il lui précise :


 ― Si tu as le moindre désagrément, il ne faudra pas hésiter à m’en faire part. Car je tiens à ce que tu gardes un bon souvenir, de notre première fois. 


 Elle lui fait un sourire chargé de tendresse, avant de répondre :


 ― T’inquiètes pas non plus, Papy. Je suis sûre, que ça va très bien se passer. 


 Il s’enfonce alors lentement en elle d’une seule poussée, en l’observant pour voir de quelle manière elle réagit, et satisfait alors que son bassin est venu en contact avec sa croupe, il se recule au même rythme. Dès qu’il sent que son membre coulisse plus librement il accélère un peu la cadence, et c’est alors qu’Enzo vient se mettre à genoux sur l’un des deux bancs, son sexe à la hauteur de la tête de Clara. Cette dernière qui n’a pas manqué de s’en apercevoir, en tournant le cou pose son menton sur la table avant d’ouvrir la bouche, puis elle se met à téter le gland de son copain tandis que leur Papy continue à l’enfiler, en prenant son temps. 


χ


 Clara geint doucement tandis qu’elle a sa première relation sexuelle avec deux hommes en même temps, car que ce soit par mimétisme ou par inclination naturelle, elle est aussi sobre dans ses manifestations de plaisir que les autres femmes de sa famille d’adoption. Pourtant sa façon de réagir ne laisse planer aucun doute sur ce qu’elle ressent, vu que le membre de vingt-cinq centimètres qui est en train de la fouir lentement est luisant de la mouille qu’elle a produite, ses seins de taille modeste ont augmenté de volume, et leur tétons se sont érigés pour former deux petits cylindres de chair brune. 


 Nadine qui a été abandonnée par Enzo ne semble pas en être chagrinée, puisque tout comme sa fille et sa petite-fille elle a porté sa main à sa vulve pour la caresser distraitement, et elle observe le trio d’un air satisfait. Car toutes les trois sans le savoir, sont en train de penser que ce qui se passe sous leur yeux est une excellente préparation pour la nouvelle venue, en prévision de la soirée qui les attend tous le lendemain. À présent, qu’elle y participe en tant qu’exhibitionniste ou en simple voyeuse, elle saura à quoi s’attendre. De plus, elles ne se tripotent pas à la recherche d’une excitation qu’il leur faudrait ensuite mener à son terme, de peur d’en éprouver de la frustration, mais tout simplement par habitude même si se toucher à cet endroit n’est pas non plus désagréable.


 Enzo est le premier à arriver à la jouissance, il éjacule dans la bouche de son aimée en poussant des petits grognements, et cette dernière en vieille routarde bien qu’elle n’ait que 19 ans, avale les jets de sperme en déglutissant tout en se régalant au passage de la saveur du liquide gluant. Ensuite la jeune femme lèche le gland et son copain pour le nettoyer, et il reste sur place pour la regarder avec tendresse. 


 Damien et Clara parviennent eux aussi à l’orgasme, environ cinq minutes plus tard et en même temps. Alors que les geignements de la jeune femme étaient devenus plus audibles une fois sa bouche vide, elle émet à présent un gémissement clair, tandis que le vieil homme se vide en grondant bien plus fort que son descendant indirect. C’est ce dernier qui aide son amoureuse à se redresser quand le Vieil Ours s’est retiré la queue encore raide, sa nièce et sa petite-nièce venant lécher sa tige de chair, dans le but de lui faire une toilette toute symbolique.


Cela se passe sous le regard amusé de Jade qui n’a pas bougé, et se dit qu’elle a tout de même une famille qui a une façon de s’aimer assez singulière. Même s’il ne lui viendrait pas l’idée de s’en plaindre, tant cela lui est devenu naturel.


χ χ χ


Vous aimez cette histoire et vous voulez la suite ?

Alors montrez-le !

Comment ?

En cliquant sur j’aime ! 


De plus, si vous voulez savoir quand le prochain épisode arrivera, cliquez sur « S’abonner aux histoires de Conteuse ».

Diffuse en direct !
Regarder son live