Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 27 661 fois
  • 187 J'aime
  • 11 Commentaires

Tout a commencé par un dessin

Chapitre 3

Des changements imperceptibles

Inceste

Malgré avoir bien regardé mon frère, je n’ai rien remarqué. Pourtant, il a réussi me prendre en photo sans que je le remarque. Il n’a même pas fait semblant de téléphoner pour pouvoir me prendre en photo de façon discrète. Quelque part, je me dis que je ne le détaille pas suffisamment pour avoir raté sa façon de procéder.


Le lendemain, je ne remarque toujours pas sa méthode. Le surlendemain non plus. Au fond de moi, je commence à me dire que mon frère a probablement une énorme mémoire photographique. Mais après quatre jours, c’est grâce au message de ma meilleure amie que je pense avoir trouvé la solution. "Ta poche vient de m’appeler" puis-je lire sur un SMS reçu d’elle. Ce message fait tilt dans ma tête. Peut-être que mon frère laisse son téléphone dans son pantalon et laisse dépasser juste le dessus pour que l’objectif ne soit pas obstrué.


Dans la soirée, je décide de me concentrer sur son pantalon, mais tout en essayant de rester discrète pour ne pas qu’il pense que je cherche à regarder une éventuelle bosse. Il vient me parler de façon assez banale. Je lui réponds tout en laissant traîner mes yeux sur son pantalon de temps en temps. Et c’est là que je le vois. Son téléphone dépasse légèrement de sa poche de pantalon. Je viens donc de percer le mystère de sa façon de procéder. Mon frère n’est donc pas doté d’une mémoire photographique exceptionnelle. Ma première pensée est de me dire qu’il met probablement ses mains dans son pantalon au moment où il pense que cela pourrait faire une bonne photo. Mais j’apprendrai plus tard qu’il utilise la vidéo et qu’il met la pause au moment où il estime avoir une belle image à dessiner.


Dans les jours qui suivent, j’essaie de rester normale tout en cherchant de temps en temps à adopter des postures que j’aimerais revoir lors de ma prochaine intrusion dans sa chambre. Si certaines sont en effet dans ses cahiers, je suis un peu déçue de voir qu’elles n’y figurent pas toutes. Mais je ressens de plus en plus de plaisir à savoir que mon frère va probablement me dessiner. Et cette idée ne cesse de prendre de l’ampleur dans ma tête.


Alors que je suis toujours assidue dans mes devoirs et dans mes révisions, je commence à délaisser mes livres, préférant aller dans la chambre de mon frère pour aller voir ses cahiers. Lorsque tout le monde est présent et que je ne peux pas assouvir ma curiosité pour savoir si je suis représentée une fois de plus dans ses cahiers, je suis contrainte de m’enfermer dans ma chambre pour réviser. Seulement, je pense tellement à mon frère que je suis parfois obligée de relire les mêmes choses cinq à six fois afin de comprendre ce que j’essaie de lire. Je ne cherche même pas à comprendre pourquoi je suis ainsi alors que je n’ai jamais été autant déconcentrée auparavant. Je n’ai même jamais pensé autant à un homme, mais je ne réalise pas encore la raison pour laquelle mon propre frère prend autant d’importance dans mes pensées.


Un jour, alors que je suis allongée sur son lit en train de regarder ses cahiers sans savoir précisément le nombre de fois où je les ai ouverts, je décide de remettre la boîte à son emplacement initial avec tous les cahiers. Je déambule dans sa chambre sans avoir réellement envie de quitter les lieux où je me sens totalement à ma place. C’est alors que je remarque un de ses t-shirts posé sur sa chaise de bureau. Sans en connaître la raison, je le prends et je commence à chercher son odeur en portant le tissu à mon visage. Il sent vraiment bon, je prends deux ou trois grandes bouffées avant de le reposer là où il était. Je fais encore le tour de ses affaires. J’ouvre son armoire et je constate que le rangement n’est pas son point fort. J’entends le bruit de la porte d’entrée. C’est à ce moment que je réalise que je suis restée plus longtemps que je le pensais. Je quitte discrètement sa chambre et je me dirige vers le bruit. Je tombe sur mon frère qui a fait un détour par la cuisine pour se servir un verre d’eau. Pour cette fois, c’était limite. S’il n’avait pas été se désaltérer, il m’aurait surprise dans sa chambre et je n’aurais pas su quoi dire pour expliquer ma présence. Mais en le voyant, je repense à l’odeur de son t-shirt et pendant un moment, je m’imagine porter à mon nez le t-shirt qu’il porte actuellement sans savoir lequel est sur lui car je ne connais pas vraiment sa garde-robe. Puis, je sors de mon imagination et je regarde ses poches de pantalon. Aucun téléphone ne semble dépasser. Après m’avoir saluée, mon frère va aux toilettes et en revenant me voir, je remarque aussitôt que cette fois, son téléphone sort légèrement de sa poche. En faisant ce constat, je ne peux m’empêcher de lui sourire encore plus. Et ce sourire, je suis heureuse de le retrouver lors de ma visite suivante dans sa chambre.


Plus je fais de visites dans sa chambre, plus j’ai envie d’y retourner et plus mes sentiments prennent d’ampleur sans que je ne me rende compte que je suis en train de tomber amoureuse pour la première fois. Et cet amour naissant est pour un homme pour lequel je ne devrais pas avoir ce genre de sentiment. Mais je ne peux pas contrôler ce que je ressens, surtout lorsque je suis encore dans le déni et que les sentiments ressentis dans les débuts, je les considère simplement comme de l’affection fraternelle.


Diffuse en direct !
Regarder son live