Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 13 443 fois
  • 150 J'aime
  • 4 Commentaires

Tout a commencé par un dessin

Chapitre 7

Définir les choses

Inceste

Le réveil sonne sur mon téléphone. Puis, quelques secondes plus tard, c’est sur celui de mon frère. Je me réveille et je sens un bras posé sur moi et un corps chaud contre le mien. Je suis nue et vu ce que je sens dans mon dos, la personne derrière moi est nue aussi et c’est un homme. Je n’ai pas besoin de réfléchir, je sais très bien qu’il s’agit de mon frère et je suis heureuse de savoir qu’il est encore dans mon lit.


Après avoir coupé l’alarme du réveil sur mon téléphone, je me retourne et je constate que mon frère fait la même chose. Il me sourit et m’embrasse en gardant son bras sur moi.


— Bonjour, bien dormi ? me demande-t-il.

— Très bien. Et toi ?

— Je n’ai jamais aussi bien dormi. Je t’aime dès les premières minutes du jour.


Nous nous embrassons encore puis je me lève de mon lit. Je sens le regard de mon frère qui semble ne pas perdre une miette du spectacle. Par plaisir, je me retourne et je lui fais face pour qu’il puisse admirer davantage ce que j’ai à lui offrir quotidiennement. Une fois habillée, il sort du lit et me laisse constater son état matinal.


— C’est moi qui te mets dans cet état ou c’est parce que c’est le matin ?

— Tu es responsable de ça à 99%, me répond-il.


Il remet ses vêtements de la veille puis en sortant de ma chambre, je lui fais un signe pour lui signaler que la voie est libre pour qu’il retourne dans sa chambre pour s’habiller. Pendant ce temps, je me dirige à la cuisine où je prépare le petit-déjeuner pour nous deux. Étant suffisamment grands pour nous prendre en charge seuls, nos parents ne sont pas encore levés. Mon frère vient dans la cuisine quelques minutes plus tard. Il me prend dans ses bras et m’embrasse en offrant sa langue à la mienne. Tout en m’embrassant, il fait glisser ses mains sur moi.


— Arrête ! Pas ici, lui dis-je à voix basse.

— Désolé, je n’ai pas pu me contrôler.


Je nous sers le petit-déjeuner et nous mettons nos bols et couverts dans l’évier avant de quitter la cuisine. Chacun de nous va dans sa propre chambre. Je termine de me préparer pour la fac et mon frère en fait de même. Nous sortons de la maison en même temps et nous allons attendre le bus. Pendant le court trajet jusqu’à l’arrêt de bus, je sens une main se poser sur l’une de mes fesses. Je tourne ma tête vers mon frère qui me sourit. Je lui rends son sourire. Hors de portée de la maison des parents, il me pousse hors de notre chemin, regarde autour de nous puis m’embrasse à nouveau. Je me laisse faire et je lui rends ce baiser qui dure plus longtemps que ceux que nous avons précédemment échangés aujourd’hui. Puis nous reprenons ensuite notre chemin. Lorsque le bus arrive, nous montons tous les deux et prenons des places différentes. Nous nous séparons ainsi pour tout le reste de la journée.


Durant ma journée de cours, je repense à ce que nous avons fait la veille. Si bien sûr je ne regrette pas d’avoir fait l’amour avec l’homme que j’aime, je me pose la question par rapport à notre situation. Comment mon frère définit-il notre relation ? Même s’il a dit m’aimer, le pensait-il vraiment ou le disait-il pour mieux m’amadouer et me mettre dans son lit ? De nombreuses questions que je me pose font que je n’arrive pas à me consacrer pleinement à mes cours. Mais ce n’est pas dramatique de manquer de concentration en classe pendant une journée. Après quelques heures, je finis par me dire que tant que je ne serai pas fixée sur les intentions de mon frère, il n’aura plus rien de moi. Même si je le reconnais, cela risque d’être difficile de ne pas lui céder par amour.



Ma journée de cours se termine et au lieu de prendre la direction pour rentrer chez moi, je prends le bus en direction de chez mon médecin traitant, espérant qu’il pourra me prescrire la pilule contraceptive sans devoir passer par un rendez-vous chez un gynécologue. Mon frère et moi avons fait l’amour à deux reprises et sans aucune protection. Je ne veux pas prendre le risque de tomber enceinte parce que je risque de ne pas pouvoir terminer mon année commencée depuis peu, mais aussi, je ne suis pas encore totalement fixée sur les intentions de mon frère. Donc même si rien ne peut me garantir que je ne suis pas déjà enceinte, je ne préfère pas prendre de risque que cela arrive si nous recommençons à faire l’amour. Ce que j’espère, car cela signifierait que mon frère a de vrais sentiments pour moi et qu’il veut réellement s’engager dans une relation sérieuse.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Sur place, je suis rassurée de savoir que je n’ai pas besoin de prendre rendez-vous avec un gynécologue pour me faire prescrire la pilule contraceptive.


— Est-ce que je serai protégée ce soir si je la prends quand je rentre chez moi ? demandé-je au praticien.

— C’est la première fois que vous prenez la pilule ?

— Oui.

— Alors non. Il faut continuer à utiliser le préservatif pendant environ une semaine avant d’être protégée.

— Et si mon copain et moi l’avons déjà fait sans préservatif ?

— Je vous conseille vivement d’utiliser le préservatif pendant les sept prochains jours et de faire un test de grossesse même si vous avez vos règles. Vous pouvez tomber enceinte et continuer de les avoir tout au long de la grossesse si vous faites un déni, ou vous pourriez continuer de les avoir pendant un mois ou deux. C’est ce qu’on appelle les règles anniversaires. C’est plus fréquent que ce que l’on peut imaginer.

— D’accord, merci.



Je repars avec l’ordonnance et je me dirige aussitôt à la pharmacie où ils me fournissent la boîte valable pour les trois prochains mois. Je la mets dans mon sac de cours et je rentre enfin à la maison où mon frère et les parents sont déjà là.


— Désolée, j’ai un peu discuté avec des potes après les cours.

— Tu n’as pas à te justifier, dit notre père. Tant que tu es là pour le dîner, il n’y a pas de souci.



Je me dirige vers ma chambre où je défais mon sac et cherche un endroit où cacher ma boîte de pilules contraceptives. Alors que je suis en train de chercher, quelqu’un frappe à ma porte et entre aussitôt. J’essaie de cacher la boîte dans mon dos pour éviter que mes parents ne la voient et me posent des questions. Je suis soulagée de voir mon frère entrer. Je lui montre alors la boîte prescrite par mon médecin, mais je ne lui parle pas de la semaine où je ne serai toujours pas protégée. Je finis ensuite par trouver un endroit suffisamment discret grâce à l’aide de mon frère. Je m’assieds sur mon lit, à côté de lui et il m’embrasse aussitôt. Je profite de ce baiser et j’engage la conversation une fois ce baiser terminé.


— Il faut qu’on parle de ce qui s’est passé hier, lui dis-je.

— Aïe, ce n’est jamais bon quand ça commence comme ça.

— Ça dépend de ce que tu vas dire, lui fis-je savoir.

— Ah, je crois savoir ce que tu vas me demander alors. Tout ce que je t’ai dit hier était sincère. Je suis réellement amoureux de toi et je n’ai aucune intention de te quitter un jour.

— Donc tu veux dire que tu es prêt à t’engager réellement avec moi ?

— Une relation sincère et pure. Aucune autre fille que toi dans ma vie. Et je te promets de t’aimer tous les jours.

— Et tu serais prêt à avoir des enfants ? Je te rappelle que nous l’avons fait deux fois hier sans aucune protection.

— Si tu devais déjà être enceinte, alors j’assumerais mon rôle. Mais sinon, je préfère encore attendre que nous ayons tous les deux fini les études et que nous ayons un emploi stable et que nous ne vivions plus chez les parents.


Il a les réponses à toutes mes questions. Je ne m’attendais pas à une telle maturité de sa part.


— Et comment je peux savoir que tu es vraiment honnête ?

— Simplement en me faisant confiance. Mais si tu préfères que je révèle notre relation aux parents pour te prouver que je suis sincère avec toi, alors je le ferai dans la minute.

— Non, te faire confiance ira très bien. Par contre, je préfère qu’on continue à rester discrets sur notre relation. Les parents ne doivent jamais savoir pour nous. Ils risquent de mal le prendre.

— Pas de souci. Ça veut dire qu’on doit éviter de dormir ensemble ?

— J’en serai incapable, avoué-je. Mais nous devrons faire très attention quand l’un de nous deux ira dans la chambre de l’autre. Il ne faudra pas sortir pendant la nuit pour aller aux toilettes par exemple. Ou alors, faire vraiment très attention de ne pas croiser les parents en sortant ni en revenant.

— Pour moi aussi ça serait difficile de ne pas être à tes côtés pendant la nuit. Donc je préfère continuer d’être prudent que de me passer de toi.


Après la conversation, nous nous embrassons jusqu’à ce qu’il soit l’heure d’aller manger. Je retourne ensuite dans ma chambre où je vais prendre la pilule et faire quelques révisions. Puis le soir, une fois que les parents sont partis se coucher, mon frère vient dans ma chambre pour me signaler que nous sommes maintenant tranquilles. Cette fois, je décide d’aller dans sa chambre pour y passer la nuit. Nous faisons à nouveau l’amour et je garde encore le secret de la semaine durant laquelle je ne suis pas protégée. Je préfère éviter les préservatifs, car il y a un risque d’oublier d’en jeter un le lendemain si nous faisons l’amour plusieurs fois dans la nuit.

Diffuse en direct !
Regarder son live