Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 12 108 fois
  • 157 J'aime
  • 4 Commentaires

Tout a commencé par un dessin

Chapitre 9

Rassurée

Inceste

Cela ne fait que quelques jours que mon frère et moi avons profité de quelques heures ensemble seuls dans une chambre d’hôtel. Depuis, aucun de nous deux n’a eu droit à ce qui lui avait été offert dans cette chambre. Certes, je lui ai prodigué quelques fellations à plusieurs reprises, mais sans jamais aller jusqu’au bout. En général, c’était surtout pour les préliminaires. Et de son côté, il ne m’a plus léchée jusqu’à atteindre l’orgasme. Là encore, cela servait surtout de préliminaires.


Ce matin, mon frère me réveille environ une demi-heure avant l’heure officielle à laquelle nous nous levons habituellement pour aller en cours. Après quelques baisers, il descend rapidement sa tête entre mes cuisses et de bon matin, savoure mon fruit. Ce n’est pas notre premier réveil câlin, mais je les apprécie toujours autant. Mon chéri semble vouloir me lécher longtemps puisque c’est la première fois, en étant sous le toit des parents, qu’il reste aussi longtemps. Mais après quelques minutes, je comprends ce qu’il veut faire.


— Arrête bébé, ne me fais pas jouir ici, dis-je à voix basse pour éviter de réveiller les parents.


Mon chéri semble sourd de cette requête. Ce n’est pas que je n’ai pas envie de ressentir à nouveau l’orgasme, c’est juste que j’ai peur de faire trop de bruit et que les parents entendent ce qu’il se passe dans la chambre de mon homme. Mon chéri continue de me lécher et assez rapidement, j’abdique. Je ne veux plus lutter pour éviter de jouir, je veux maintenant avoir un orgasme. Étant certaine que c’est ce que cherche à m’offrir l’homme que j’aime, je prends un oreiller que je plaque sur mon visage. Après quelques minutes, même si je me retiens de crier, je suis soulagée de savoir que le coussin était là pour étouffer les sons. Je pense qu’il n’y a que moi et mon homme qui avons pu entendre l’expression de mon plaisir.


Alors que j’ai toujours le coussin sur le visage, mon homme le retire et vient m’embrasser tout en se positionnant entre mes cuisses. Penché sur moi pendant notre baiser, je sens son sexe frotter contre le mien. Et assez rapidement, il trouve l’entrée de mon orifice et s’y engouffre. Il va et vient jusqu’à ce qu’il délaisse son offrande à l’intérieur de mon antre. Le réveil sonne seulement quelques secondes après que nos corps se soient désunis.


Quelques heures plus tard, alors que je suis en pause pour le midi, je vais aux toilettes de la fac et je constate que j’ai mes règles. Mon chéri et moi avons donc fait l’amour juste à temps. Mais en voyant la tache rouge, je repense à ce que mon médecin a dit. Même si j’ai mes règles, je suis peut-être enceinte. Je ne perds pas une seconde et en sortant de là, je me dirige à la pharmacie la plus proche pour acheter un test de grossesse. Les cours n’allant pas tarder à reprendre, je range le test dans mon sac et je l’utiliserai plus tard.


Quelques heures après, les cours se terminent. Au lieu d’aller attendre le bus comme à mon habitude, je vais aux toilettes et j’essaie d’uriner sur le test. Mais après plusieurs minutes, je reste bloquée. Alors que je suis toujours en train d’essayer d’uriner, la porte s’ouvre. Trop préoccupée par le test, j’avais oublié de fermer la porte. C’est une de mes professeurs. Elle me voit et s’excuse. Puis, voyant le carton d’emballage au sol, elle comprend ce que je suis en train de faire et son regard change avant qu’elle referme la porte. La sentant toujours à proximité après plusieurs autres minutes, je suis définitivement bloquée. Je décide de me rhabiller et de retenter le lendemain. Je ne veux surtout pas faire le test chez moi. Si mon chéri voit l’emballage, il risque de penser que je suis enceinte et que je lui ai caché quelque chose (comme une prise de pilule oubliée par exemple). Si c’est ma mère qui tombe dessus, elle risque de me poser des tonnes de questions sur mon état et risque de me demander le résultat du test. Elle risque même de me poser des questions sur l’homme que je fréquente.


Je sors de la pièce et tombe sur ma prof qui, comme je m’en doutais, est toujours là. Elle entame la conversation.


— Si vous avez besoin de quelque chose, sachez qu’il y a tout ce qu’il faut à l’infirmerie, dit-elle de façon apaisante.

— Ce n’est pas ce que vous croyez.

— Si c’est négatif, dans ce cas vous devez être rassurée. Mais si un jour ce n’est pas le cas, vous saurez que vous aurez toujours un endroit où aller.

— Merci, dis-je avant de partir.


Le soir, alors que nous sommes dans mon lit, mon chéri pose ses mains autour de ma culotte.


— Non, pas ce soir, lui dis-je.

— Désolé, me répond-il.

— J’en ai envie, mais j’ai mes règles.

— Ah d’accord. Je comprends.

— Tu n’es pas déçu qu’on ne puisse rien faire ?

— Tu te trompes. Que tu aies tes règles ou pas, il y a toujours une chose que nous pouvons faire et que j’adore.

— Et si je ne veux pas te sucer pour éviter que tu sois frustré que je n’ai pas été jusqu’au bout, tu ne m’en veux toujours pas ?

— Je ne parlais pas de ça. Donc je reformule. Il y a toujours quelque chose que l’on peut faire et que j’adore tout en gardant couvert ce qui se trouve sous la ceinture.

— Là je ne vois pas de quoi tu parles.

— Passer la nuit ensemble. Pour moi, ça me suffit pour être heureux. Je n’ai pas besoin du sexe.


Rassurée par ses propos, je l’embrasse en passant ma main sur son corps. Ne portant rien sur lui, je peux facilement sentir son envie.


— Tu es en forme. Tu es sûr que ça ne te dérange pas de ne rien faire ?

— Ce n’est pas parce que j’ai envie de toi que je suis incapable de me contenir. Je l’ai fait pendant des années, je peux très bien me retenir pendant quelques jours.


Il me prend dans ses bras et ferme les yeux. Après plusieurs minutes, sa respiration semble apaisée. Il dort déjà et n’a pas cherché à obtenir une faveur de ma part. Il semble donc sincère sur ses propos. Ce qui signifie qu’il est aussi totalement sincère sur ses sentiments envers moi. Je finis par m’endormir.


Le lendemain matin, le réveil sonne et je sens toujours la présence de mon homme dans mon lit. Au moins, même s’il n’a pas eu de quelconque gratification, il n’est pas parti durant la nuit, ce qui me conforte une fois de plus sur la sincérité de ses sentiments. En arrivant dans l’établissement scolaire, je file rapidement aux toilettes. Cette fois, j’arrive à uriner sur le petit embout. J’attends quelques minutes qui me paraissent interminables, mais le test ne révèle aucune grossesse. Donc même en ayant été quelques jours sans nous protéger, je ne suis pas tombée enceinte.

Diffuse en direct !
Regarder son live