Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 559 fois
  • 1 J'aime
  • 0 Commentaire

Tout en humidité........

Chapitre 1

Divers
1
1

Je m’appelle Julien, j’ai 20 ans et suis étudiant en droit à Paris. Depuis 1 ans, je vais régulièrement sur un chat (dont je ne citerais pas le nom...), et j’y ai rencontré en mai dernier l’amour de ma vie, Christine. Elle a 19 ans, habite Strasbourg, elle est super belle et très chaude. Nous nous sommes rencontrés en ’vrai’ un mois après. C’était fantastique, car nous étions déjà vraiment amoureux...

Christine avait loué une chambre d’hôtel à Paris car elle était venue me voir (et puis assister au tournoi de Roland Garros). Un soir, en la raccompagnant (nous n’avions pas encore eu de rapport sexuel...), elle me décida à piquer une tête dans la piscine de l’hôtel, qui restait ouverte toute la nuit.

Je la suivis donc dans la chambre, et, chacun de notre côté, nous enfilions notre maillot de bain. J’avais un short noir, normal, qui mettait tout de fois mes muscles, qui d’après les échos, plaisent drôlement aux filles. De son côté, elle avait un joli maillot de bain noir, 2 pièces. Le soutien-gorge était rembourré et laissait ressortir ses deux seins, bien fermes et lisses. Le bas était légèrement échancré, laissant apparaître ses hanches... Je n’avais qu’une envie, c’était de m’approcher d’elle et de lui dévorer littéralement les seins. Mais je me montrais patient et sage.


Nous arrivons à la piscine (extérieure), il fait nuit, elle est donc éclairée d’un spot légèrement verdâtre. La piscine est de petite dimension, et l’eau y est tiède, c’est très chaleureux, voir même excitant. Nous avons failli faire demi-tour à la vue d’un garde, mais Chris m’a dissuadé de rester et m’a même susurré à l’oreille ’ça m’excite plutôt...’


Alors là je ne me suis pas fait prier !!! Elle avait emmené son poste et mis sa cassette préférée. Je me souviens que la chanson était très sensuelle. Nous pénétrâmes dans l’eau doucement, chacun de nous à l’opposé de la piscine, puis nous nous rejoignîmes au milieu. Je l’approchais tendrement contre mon corps et lui caressais le dos, puis les hanches. La musique nous étreignait vraiment, nous échangeâmes alors de tendres baisers, puis nous abandonnâmes sans retenue à d’énormes baisers. Une bosse commençait à se former sous mon maillot, l’excitation montait, et visiblement pour elle aussi, qui se plaqua contre mon bas ventre et m’embrassa de plus belle...


Tout en l’embrassant dans le cou, je nous entraînais sur le reborde de la piscine, affin de la faire s’asseoir sur moi. C’est presque naturellement qu’elle écarta les cuisses pour m’encercler. Ma queue gonflée au maximum était maintenant collée contre sa chatte, et j’accentuais ce contact tant bien que possible. Chris elle, se laissait aller et tomber la tête en arrière pendant que je lui léchais le cou. Quand elle sentait l’extase monter, elle me prenait par les cheveux, se collait encore plus contre moi, et m’enfonçait sa langue dans ma bouche. Hmmmm que j’étais excite...


Nos respirations étaient de plus en plus fortes, et la chaleur montait drôlement. Alors mes mains se dirigeait machinalement vers sa poitrine, dont les tétons ressortaient tellement de désir qu’on aurait cru qu’ils allaient transpercer le maillot. J’hésitais a les tâter, parfois même a retirer le bout de tissu qui les recouvrait...


La ’goutte qui fit déborder le vase’ fut le glissement de ma main, délicatement, de son ventre vers son pubis. Elle n’en pouvait plus et poussa un gémissement qui ne faisait que m’appeler. Je me levais brusquement, toujours Chris les cuisses m’encerclant, puis lui dégrafa d’un coup son soutien gorge. Je la plaquais contre le rebord d’en face assez violemment et vis sa grosse poitrine s’ériger, se libérer sous mes yeux. Ma langue les scrutaient dans les moindres recoins, je jouaient avec les tétons, puis ma main se baladait vers sa chatte qui ne demandait qu’a s’ouvrir. De son cote, Chris aussi commençait les attouchements, mais je bandais déjà tellement! Elle prit ma queue a travers le short et commença un mouvement miment la masturbation. C’en était trop, je ne me contrôlais plus, je la souleva et la plaqua contre le sol, elle gémissait de désir, et moi je m’attelais a l’embrasser sur tout le corps, affin de faire monter son excitation. En même temps, elle délivra enfin ma bite, autant le dire comme ça, je bandais comme un cheval. Elle la pris et délivra mon gland, puis me branla, doucement, sous mes caresses. Elle se mordait les lèvres a s’en couper, comme un supplice, elle me demandait a travers son regarde de feu de la prendre la, maintenant.


Mais la présence du garde me revint soudaine en tête. Il nous aurait coupe, donc, tous mouilles, et Chris toujours les jambes m’encerclant, je la portais en courant a la chambre d’hôtel qui était au bout du couloir. Nous nous allongeâmes sur le lit, moi ma grosse queue a l’air et elle sa poitrine toujours pointée au maximum. Elle m’enleva entièrement le short, et moi le bas de son maillot, je descendis immédiatement pour lui faire le cunnilingus du siècle. Elle poussa un véritable rugissement, comme si je la libérais, elle appuyait ma tête entre ses cuisses, m’enferma presque entre sa chair, j’enfonçais ma langue le plus possible, puis laissa place a un doigt, puis deux, pendant que ma langue titillait son petit clitoris en feu. Elle ne cessait de se mordre les lèvres, mes doigts étaient trempes, mais plus a cause de l’eau de la piscine, par sa mouille, dont je n’hésitais pas a m’emplir la bouche.


Elle m’attira brusquement vers elle, elle voulait se faire défoncer. Trop excites, nous n’avons même pas commencé ’comme tout le monde’, elle s’est retournée et s’est cambrée vers ma queue. Je fit jouer mon gland sur son clito trempe un instant, puis pénètre sa chatte ouverte d’un seul coup, de plus en plus vite. Ma queue allait au plus profond d’elle, à chacun de mes coups elle gémissait comme une folle, c’était la folie totale, moi même, j’avais du mal a me retenir, je voulais me lâcher entièrement mais ne pas lui faire mal. Elle ne pouvait même pas se tenir en équilibre, je n’en pouvais plus et lui dit que je voulais la prendre par derrière. Elle me sortit elle même la queue de sa chatte et tendit encore plus son petit cul vers moi. Je me suis introduit sans trop de difficulté dans son orifice tout mouille déjà par la mouille de son vagin qui avait coulé partout, elle jouit au bout de quelques secondes, car elle se touchait en même temps le clitoris. Elle hurlait presque, c ’était animal, on aurait même dit qu’elle pleurait! Je venais aussi, au moment d’éjaculer, mes coups de bite étaient très intenses, je lui labourais le cul littéralement pendant qu’elle hurlait de plaisir et tremblait suite a ce formidable orgasme.


Pendant quelques secondes, elle me nettoya la queue en la prenant dans sa bouche, puis nous nous couchâmes, tranquillement...


Je suis toujours avec Christine, nous nous aimons et adorons baiser ensemble:)

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder