Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 1 993 fois
  • 5 J'aime
  • 0 Commentaire

Toute dernière fois.

Chapitre 1

Gay

La dernière fois.


Je me suis connecté sur le site afin de prendre rendez-vous avec lui. Par chance, il était en ligne, et ma demande a obtenu une réponse rapide. Je lui ai fait part de ma grande envie d’avoir ses lèvre autour de ma bite et de pouvoir exploser en lui une fois de plus. Sa réponse positive m’a incité à lui proposer un rendez-vous pas moins d’une heure et demi plus tard. Il était libre, et m’a répondu que c’était « Ok », à notre dernier lieu de rendez-vous.

Prétextant un rendez-vous personnel, j’ai quitté le boulot plus tôt que prévu, en prenant soin de rendre mon téléphone professionnel injoignable (renvoi d’appel vers un portable éteint, c’est imparable) et d’éteindre mon portable personnel.

Je pars avec, comme toujours dans ces situations, une petite boule d’appréhension au ventre. Le trajet d’une vingtaine de minutes se déroule sans accroc car je prends d’extrêmes soins pour tout respecter et n’avoir rien à me faire reprocher. En effet, je n’ai en théorie rien à faire dans ce coin de le ville à cette heure-là.

Mes précautions sont payantes, car le rendez-vous est fixé à la demie et j’arrive un peu avant vingt-cinq à notre lieu de rencontre. Comme c’est un lieu un peu connu de la communauté homosexuelle de la région, je vois sa voiture mais aussi une autre, garée de l’autre côté de la route, en face la sienne. Un homme vient juste d’y rentrer. Je dépasse le lieu d’une cinquantaine de mètres, fait demi-tour et vient me garer une vingtaine de mètres derrière la voiture de mon suceur. Je vois l’autre voiture en face avec son conducteur au volant. Je traficote trente secondes pour lui laisser le temps de partir, mais il semble ne pas en avoir envie. Tant pis, mon coup est déjà dans les bois. Je sors, rapidement mais sans précipitation et je me dirige vers le coin où nous nous sommes déjà rencontrés il y a quelques semaines.

J’y vais calmement, en tendant l’oreille pour être sûr que l’autre homme ne se précipite pas à ma suite. Sinon, je ne sais pas ce que je ferais...

Lorsque j’arrive, je vois mon suceur déjà en position, un genou au sol et l’autre plié, le talon sous les fesses. Je m’approche, nous nous saluons tout en écoutant les bruits alentour. Rien, donc je défais ma braguette, descends mon pantalon et mon boxer à mi-cuisse et présente ma queue molle à sa bouche. Il la prend entre ses lèvres, et la suce admirablement bien. Il l’aspire et la repousse, et à chaque passage entre ses lèvres, le bord de mon gland prend un maximum de sensations. Ma bite commence à durcir, et ses mouvements s’amplifient un peu. Il émet de petits bruits semblables à des soupirs de jouissance. L’effet est assez rapide, et ma bite prend du volume et sa pleine raideur très rapidement.

Il me suce alors à vitesse de croisière et tout à coup j’entends quelqu’un qui marche proche de nous. Je me tourne, et vois un homme d’assez petite taille, dans le milieu de la quarantaine, le teint légèrement halé. Il me demande s’il peut rester à côté. Je suis un peu interloqué, mais je lui réponds que oui. Même si ça n’a jamais été un fantasme, je crois que de me faire mater m’excite un peu.

Il reste donc à côté de moi, et mate mon suceur remplir son office de manière impeccable. Ma queue est tendue au maximum. Devant le spectacle de cette formidable pipe, il ouvre sa braguette et sort son engin de son slip. Un sexe de taille moyenne, avec un « cock-ring » à la base. Il est mou, mais il commence à se branler doucement. Je ne peux résister à lui prêter main-forte, et commence à le masturber calmement. Alors que je le branle, je me demande si je pourrais pas me pencher pour lui sucer, mais devant sa petite taille, je me rends vite compte que ça ne serait pas possible sans déranger mon suceur. Je décide donc de rester à le branler. Il en profite aussi pour me caresser le cul, sans hélas passer trop de temps dans la raie. Je pense que j’aurais pourtant vraiment apprécié.

Tant pis, je prends ce que l’on me donne. Et l’on me donne si bien que quelques minutes plus tard, je sens que cela monte. Je préviens discrètement mon pipeur qui ne change même pas son rythme. J’éclate dans sa bouche, et il gobe toute ma semence en continuant ses mouvements de lèvres.

Lorsque ça ne sort plus, il la sort de sa bouche, crache les premiers jets mais la reprend en pour ne rien laisser perdre. Il nettoie parfaitement, recrache et se lève. Il me demande si ça a bien été. Je lui réponds que ça a même très bien été. Le troisième homme reste là, la queue sortie à l’air.

Pendant que je me rhabille, je crois le voir faire signe à mon suceur s’il peut aussi le lui faire, mais comme nous nous en retournons à nos voitures respectives, j’en déduis que c’est négatif. Nous nous disons à une prochaine, et nous nous quittons là dessus.


Le lendemain, je vois qu’il m’a réécrit par l’intermédiaire du site, me signifiant que d’avoir eu un troisième larron m’a assez coquinement excité. Il me signale aussi que sa bouche est prête quand j’en aurai envie, selon nos disponibilités à chacun.

J’en ai encore sacrément envie, mais je ne peux dire quand ça pourra avoir lieu, les aléas de la vie rendant ce genre de rendez-vous plutôt compliqué. Mais c’était encore une fois tellement bon que j’espère que cela pourra se reproduire rapidement.

Diffuse en direct !
Regarder son live