Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 15 923 fois
  • 47 J'aime
  • 0 Commentaire

toute première fois

Chapitre 1

Zoophilie

J’avais 18 ans, quand un jour dans l’immeuble où j’habitais chez mes parents, j’ai caressé dans le hall d’entrée, une chienne, qui appartenait à des copropriétaires, et qui avait ses chaleur. Il faut dire que j aime les animaux en général.

Dehors, deux chiens qui devaient avoir senti son état, attendaient patiemment qu’elle sorte.

Quand j’ai descendu les marches devant notre entrée, ils sont venus vers moi pour me sentir. J’ai tendu ma main vers eux, pour les caresser. Ils m’ont flairé, suivi et l’un d’eux m’a sauté dessus encerclant ma cuisse de ses pattes antérieures commençant un mouvement de va et vient sans équivoque comme s’il montait cette chienne.

Je l’ai chassé.

Arrivé au bout de la rue, un désir m’a pris. Je ne saurais l’expliquer mais j’ai eu envie d’être chienne, pourquoi pas...

Mon cœur s’est mis à battre à cette folle idée, et je suis retourné sur mes pas. Ils étaient toujours là, patients. J’ai approché celui qui m’avait fait des avances et je lui ai dit: "Viens, je veux être ta chienne!"

Je le caresse, j’ouvre la porte d’entrée de l’immeuble, il me suit comme s’il avait compris et nous descendons dans les caves.

J’allume et me dirige au fin fond du couloir, là où on ne peut me voir.

Mon cœur tape, c’est la première fois. Je sens bien que ce chien va être mon amant. Le premier qui s’introduira en moi. Je fais glisser mon jean, mon caleçon, déjà l’animal se jette sur moi.

Je passe ma main sous son ventre à la rencontre de son sexe que je caresse. Je sens qu’il devient dur, il sort de sa gaine. J’ai envie de le sucer. "Laisse toi faire, laisse moi te sucer, j’ai envie de ta queue dans ma bouche"

Je le rassure, le calme. Il s’assoit. J’en profite pour me glisser sous ses pattes, je le décalotte et aspire son membre. Je n’avais jamais sucer un chien ni personne avant mais dans le feu de l’action j’assume. J’avoue que ça m’a beaucoup plu. Au bout d’un petit moment il a éjaculé dans ma bouche, s’est retiré puis m’a fait comprendre qu’il en voulait plus.

Je me suis mis aussitôt à quatre pattes, j’ai bien écarté mes jambes l’une de l’autre tandis qu’il me montait. Je n’ai pas eu à guider son sexe dans mon anus. Cela s’est fait tout seul! Il est rentré en moi d’un coup sans forcer. J’étais humide comme une chatte qui désire la pénétration.

Son membre allait et venait dans mon ventre, durcissant, grossissant. Il a joui plusieurs fois avant de s’enfoncer plus encore. Et pour ce faire je me suis mis sur mes coudes, offrant ainsi à mon animal-amant la possibilité de glisser sur mon dos afin de mieux me pénétrer.

C’est alors que j’ai ressenti une vive douleur. Deux protubérances s’étaient introduites dans mon rectum en feu.

Il a éjaculé par saccades me remplissant de plaisir. Je ne savais plus où j’étais, je crois que j’ai joui du cul.

"Encore, encore mon amour, mon amant..."

Brusquement, il s’est retourné et nous sommes restés coincés, lui en moi et moi espérant qu’il resterait ainsi des heures durant dans mon conduit.

Au bout de cinq minutes, d’un coup sec, il s’est retiré m’arrachant un cri de douleur. Après s’être secoué, il s’est dirigé vers la sortie me laissant comme une chienne abusée et abandonnée.

Bien sûr, je l’ai revu et nous avons continué nos relations sexuelles. Souvent, c’est moi qui allait où il demeurait comme une maîtresse amoureuse.

Mais un jour je ne l’ai plus revu. ses maîtres avaient déménagés. C’est un de leur voisin qui me l’a dit. Il m’avait observé plusieurs fois de sa fenêtre quand je l’appelait.

C’est lui qui a remplacé mon, "à quatre pattes" amant. Ce n’était pas pareil mais il me baisait bien et c’est tout ce que je demandais.

Diffuse en direct !
Regarder son live