Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 27 388 fois
  • 99 J'aime
  • 3 Commentaires

La trahison - Vers ma nouvelle vie

Chapitre 1

Petite visite à Isabelle

Lesbienne

Petite visite à Isabelle

Le lendemain de mon aventure à trois, je prends le soleil au bord de la piscine, et je repense à tout ce qui m’est arrivé depuis mon installation à la campagne. C’est une nouvelle vie qui s’est offerte à moi et je me sens libérée de toute mes inhibitions et frustrations. Il me semble que rien ne peut m’arrêter sur la voie que j’ai empruntée depuis ces quinze derniers jours. Devant me rendre en ville pour refaire l’approvisionnement, en fin d’après-midi, je prends donc la route direction le chef-lieu de canton. Peu de monde au supermarché, les courses sont vite faites. J’entends sonner cinq heures au clocher de l’église. N’ayant rien de particuliers à faire, je rejoins la voiture pour y déposer mes quelques emplettes et décide de faire un peu de shopping. Quelques magasins de vêtements et de lingerie retiennent mon attention, mais la ville n’est pas grande et j’en ai vite fait le tour. Je me retrouve à proximité du cabinet d’Isabelle, il est presque dix-huit heure trente et elle ne devrait pas tarder à fermer.


N’ayant pas eu l’occasion de parler avec elle depuis notre après midi "hot" avec Geneviève près de la piscine, je décide donc de passer lui faire un petit coucou. En fait, je n’ose pas m’avouer que je brûle d’envie de la revoir, de sentir sa présence, de jouir sous ses caresses. A proximité du cabinet je croise Geneviève


— Bonjour Geneviève, comment vas-tu ?

— Bonjour Martine, contente de te voir, le séjour continue à bien se passer ?

— Super et plein d’aventures, passes un de ces jours, je te raconterai

— Pas de problème, dès que j’ai un moment je te passe un coup de fil.

— Ce sera avec plaisir, Isabelle est encore là ?

— Plus pour longtemps, elle termine avec le dernier client de la journée

— Je peux passer la voir ?

— Sans problème, cela lui fera plaisir

— OK alors j’y vais. Bisous


Après des échanges de baisers au cours desquels nos lèvres se frôlent, nous poursuivons notre chemin chacune de son côté. J’arrive devant le cabinet comme le dernier patient sort. Isabelle m’aperçoit au moment de fermer la porte


— Oh Martine, quelle surprise !

— J’ai passé l’après-midi en ville et j’ai pensé venir te faire un petit coucou

— C’est gentil, mais entres prendre un verre. Tu n’es pas pressée ?

— Non, j’ai fini mes courses et il ne me reste plus qu’à rentrer à la maison.

— L’agence m’a dit que tu prolongeais ton séjour

— Oui je me trouve bien, et comme j’ai pris une année sabbatique, rien ne s’oppose à ce que je reste encore ici un moment.


Isabelle et moi traversons la partie médicale de la maison et elle me fait rentrer dans son appartement privé. Nous pénétrons dans un salon meublé avec goût et sobriété. Face à un meuble contenant tout un matériel de sono hi-fi, un vaste canapé d’angle en cuir sur lequel je prends place.


— Je vais chercher à boire et je reviens de suite

— T’inquiètes pas j’ai tout mon temps


Isabelle revient avec deux coupes et une bouteille de champagne


— J’ai toujours une petite réserve de côté pour les visites imprévues !


Isabelle place les coupes sur une table basse proche du canapé, puis se dirige vers la chaîne et met un CD en route, une musique douce emplit la pièce. Isa vient s’assoir près de moi.


— Alors chérie, racontes-moi un peu tes journées

— Pas mal d’aventures depuis ta dernière visite avec Geneviève

— Super, racontes !


Je me mets donc en devoir de lui narrer par le menu mes deux histoires galantes. Isabelle m’écoute religieusement.


— Eh bien on peut dire que tu as profité de mes séances, tu es complètement rétablie et tes blocages font partie du passé. J’en suis ravie pour toi !


Pendant que je lui parlais, la main d’Isabelle s’était ostensiblement posée sur ma cuisse, je n’avais pas bronché, et déjà dans mon esprit je pressentais ce qui ne manquerait pas de suivre. Au fur et à mesure que j’approchais de la fin de mon récit, sa main commençait à aller et venir doucement entre mon genou et la moitié de ma cuisse. La tension montait entre nous et devenait palpable. Ayant terminé, je passe ma main derrière sa tête et lui lisse les cheveux. Isabelle me sourit, se rapproche de moi et sa main quitte ma cuisse, effleure ma poitrine, puis la caresse à travers le tissus de ma robe. Je me sens toute chavirée, mon regard plonge dans le sien, elle me fascine, une irrépressible envie d’elle s’empare de moi. Son visage s’approche du mien, elle me prend par le cou, et ses lèvres prennent délicatement possession des miennes. Nos bouches se frôlent, nos lèvres se caressent, Isabelle entrouvre la bouche, et sa langue vient caresser la mienne. J’ouvre la bouche à mon tour et nos langues se mêlent, nos bouches se soudent dans un baiser passionné tandis que nos mains parcourent nos corps.


Nous restons ainsi de longues minutes échangeant baisers et caresses. Ma main s’attarde sur sa poitrine généreuse tandis que de son côté elle remonte et caresse mes jambes. Je me lève, m’empare d’une de ses jambes, ôte la chaussure et lui masse doucement le pied. Appuyée sur le dossier du canapé, Isabelle les yeux fermés se laisse faire. Je passe à l’autre jambe et cette fois mon massage remonte le long de la jambe, faisant crisser le nylon de son bas sous mes doigts. Quelque minutes passent puis Isabelle se redresse prend mon visage entre ses mains et nous échangeons un long baiser. D’une main je caresse un de ses seins, puis je déboutonne son corsage et en écarte les côtés. Isabelle l’enlève aussitôt, sa poitrine est enfermée dans un joli soutien-gorge de dentelle rouge bordée de noir. Nous échangeons un long baiser, puis elle se tourne de façon à ce que je libère sa généreuse poitrine. Lorsqu’elle se retourne vers moi, j’ai la vision de deux beaux globes dont les pointes roses se dressent fièrement.


Saisissant l’un d’entre eux, je promène ma langue sur l’aréole puis en aspire le téton tandis qu’Isabelle caresse l’autre sein à pleine main. Je m’en empare moi aussi, promène doucement mon doigt sur la pointe rose et frémissante y déposant par instant de petits baisers. Je reviens m’assoir près d’elle et nous nous embrassons longuement et avidement pendant que je continue à lui masser un sein. Une de ses mains passe alors dans mon dos et défait la fermeture éclair de ma robe dont je fais glisser le haut jusqu’à ma taille. Ses mains viennent emprisonner mes seins et elle les caresse à travers la dentelle blanche. Un de ses doigts s’incruste dans un des bonnets et en fait saillir un petit bout rosé et raide qu’elle agace avec son pouce tout en m’embrassant au creux de l’oreille. Les yeux fermés je savoure cet instant. Sa langue a remplacé son pouce, elle suce, aspire, provoquant en moi des sensations qui se répercutent au bas de mon ventre. Je caresse ses cheveux et m’allonge sur le canapé.


J’ôte mon soutien-gorge, Isabelle se lève, s’agenouille devant moi et d’une bouche avide prend possession de ma poitrine.

Nous nous levons, je me débarrasse complètement de ma robe et parait devant elle vêtue de ma seule petite culotte de voile transparent au travers duquel se devine la toison de mon pubis. Isabelle esquisse une caresse furtive entre mes cuisses, s’agenouille, et alternativement caresse mes lèvres à travers le tissus et promène sa langue sur le voile déjà tout imprégné de ma mouille. Enfin elle fait glisser mon mini slip, le respire et le promène sur son visage tout en me souriant, puis dépose sa bouche sur mon sexe dont elle suce et aspire le bouton d’amour.


Nous nous levons je dégrafe sa jupe qui tombe à ses pieds, elle l’envoie valser au loin et se montre à moi parée de la ceinture de dentelle noire qui supporte ses bas et du mini slip assorti dont je m’empresse de la débarrasser. Je m’agenouille devant elle, son sexe, dénué de toute pilosité est à hauteur de mon visage. Je m’approche, ma langue l’effleure doucement, Isabelle écarte les jambes lève l’une d’elles et la pose en hauteur sur le canapé. Dans ce mouvement son sexe s’ouvre, laissant apparaître des petites lèvres développées, délicatement ciselées, au creux desquelles se cache le clitoris. Je mouille mes doigts et en parcoure les contours délicats. Ma langue, remplace bientôt mes doigts, s’incruste entre les petites lèvres, ma salive les mouille abondamment, je plonge mon index au fond de son intimité, le ressort et le tend à la bouche d’Isabelle qui le suce immédiatement. Pendant de longues minutes je continue, alternant langue et doigts, enfonçant maintenant index et majeur au plus profond de ce sexe qui me fascine et dont je ne me lasse pas, je lèche mes doigts trempés par la cyprine d’Isabelle qui laisse échapper des soupirs de plaisir.



Isabelle me relève, me pousse doucement et me fait allonger sur le canapé. C’est elle maintenant qui est à genoux près de moi et qui s’empare de mon sexe. Sa langue experte en explore tous les contours et toutes les profondeurs, s’enroule autours, le pénètre, titille et agace mon clitoris. Abandonné je la laisse faire, tenant sa tête contre mon ventre et râlant de plaisir. Ma tête dodeline de droite à gauche, je gémis, je me mord les lèvres, espérant que cette jouissance ne s’arrête jamais. Je suis agitée de soubresauts sans fin, chaque secousse déclenchant un écoulement de mes liqueurs intimes. Isabelle glisse dans ma bouche ses doigts trempés je les suce avec délice, sa bouche se soude à la mienne, nos langues se mêlent savourant le jus dont elles sont imprégnées.

Isabelle se relève et me rejoint sur le canapé, nos corps se collent un moment l’un à l’autre, nous échangeons quelques caresses passionnées, puis elle me chevauche et vient se placer au-dessus de mon visage, mes mains s’emparent de ses fesses charnues et fermes, son sexe est tout près de ma bouche, sans hésiter ma langue s’active, la pénètre, je suce, j’aspire les petites lèvres qui pendent vers moi, ne résiste pas à la tentation de les mordiller tout doucement, lui déclenchant une nouvelle explosion de jouissance. Elle s’allonge tout contre moi, nos seins se touchent, elle me couvre de petits bisous.

Je jette un des coussins par terre, nous nous levons et je m’allonge sur le sol, sur le dos, jambes largement écartées. A cette invite, Isabelle se mets à quatre pattes face à moi, se met en devoir de me lécher abondamment. Elle passe une de ses jambes sous une des miennes, l’autre par-dessus, avance son bassin. Nos sexes se trouvent ainsi collés l’un à l’autre. Nous entamons des mouvements de frottement de plus en plus rapides et sentons monter en nous les prémices d’un nouvel et commun orgasme. Isabelle se renverse en arrière, d’un bras elle se maintient torse relevé tandis que de l’autre main elle prend ses seins, les malaxe, et en pince les tétons. La vue de sa poitrine généreuse qui s’agite sous les coup de boutoir de nos ventres m’excite au plus haut point. Les spasmes du plaisir montent en moi et j’explose pratiquement en même temps qu’elle, déversant à nouveau de long jet de cyprine et hurlant mon plaisir. Epuisées, nous reprenons nos souffles, puis nous redressant, nous nous enlaçons et échangeons de tendres baisers.


De longues minutes plus tard, nous avons retrouvé nos esprits et commençons à nous rhabiller. Je contemple ce corps qu’Isabelle cache peu à peu, pour lequel j’ai tant d’attirance et qui m’a tant donné. Fin prête je me prépare à partir


— Au revoir Martine, et à bientôt j’espère

— A bientôt chérie, tu sais où j’habite, alors n’hésite pas

— Compte sur moi dès que j’aurai un moment je file te voir

— J’espère bien


Nous nous embrassons tendrement et je sort retourner à ma voiture la tête encore pleine des moments délicieux que je venais de vivre.

.

Diffuse en direct !
Regarder son live