Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 344 fois
  • 157 J'aime
  • 13 Commentaires

Le transfert

Chapitre 4

Divers

Durant le trajet, je meure d’envie de me pencher sur Steven pour le sucer pendant qu’il conduit, mais je me retiens de le faire pour ne pas mettre Morgane en rage. On ne sait jamais, s’il elle arrivait à reprendre la main ne serait-ce que quelques secondes sous l’effet de la colère, on risquerait d’avoir un accident



Je reste donc sage et nous arrivons au cinéma sans encombre. Tel un gentlemen, Steven ouvre la portière à sa future conquête puis l’accompagne en lui tenant la main.


— Tu vois Stewy, ça c’est un garçon bien élevé. Tout le contraire de toi.

— Ne te fais pas trop d’illusions Morgane, s’il agit comme ça c’est pour que tu mettes plus d’ardeur à le sucer.

— Décidément Stewy, tu n’éprouves aucun sentiment. Tu ne penses vraiment qu’au sexe!

— Oui c’est vrai, mais j’assume.


Nous nous installons dans le fauteuil double situé tout en haut de la salle, puis je redonne la main à Morgane.


— Ca y est, tu es assise. Tu peux embrasser ton amoureux.


Est-ce le désir de gouter ses lèvres ou la peur que je reprenne le contrôle, toujours est-il que Morgane s’approche du visage de Steven.

Oh la coquine, elle met la langue. 


Je reste à les admirer quelques minutes sans rien faire. Ils sont si beaux tous les deux, ont l’air tellement amoureux.

Ce n’est cependant pas dans mes habitudes de rester les bras croisés, et tandis que Morgane continue de galocher Steven, j’utilise sa main pour descendre la fermeture éclair de son jean. 

Elle ne réagit pas alors que ses doigts graciles s’entourent autour du membre. Mais c’est qu’elle commence vraiment à se dévergonder ma parole!


Je me mets à branler la queue longue et large qui se dresse dans l’obscurité.


— A toi.


Je redonne le contrôle de sa main à Morgane, mais celle-ci marque un temps d’hésitation quand sa peau entre en contact avec celle du gland. C’est la première fois qu’elle touche le sexe d’un garçon et elle est comme paralysée.

Il faut encore que je la secoue.


— Allez-vas-y maintenant, remets toi à le branler. Il y a que les salopes qui allument les mecs puis les laissent en plan après les avoir bien chauffés. Tu n’es pas une salope toi?

— Bien sur que non.

— Et bien astique lui la nouille alors.


Morgane se met a faire des vas et viens en serrant la queue de Steven.


— Tu peux regarder ce que tu fais, elle ne va pas te mordre.

— Non, non, je préfère regarder devant moi.


Je suis mort de rire en la voyant droite comme un I sur son fauteuil.


— Le film est si bien que ça?

— Ah ah, très drôle.

T’es sur qu’on ne peut pas me voir?

— Sur sur, non pas à 100%

— Salaud, tout a l’heure tu m’as dit qu’il n’y avait aucun risque. Qu’est ce que je fais si quelqu’un me surprend ?

— Demande lui si tu peux finir. Ah ah ah.

— Non, sans déconner.

— Le mieux, c’est de lui proposer une petite pipe pour acheter son silence. 

— Ah je vois, super!

— Arrête de parler maintenant et concentre toi sur ta branlette, tu commences a faiblir.


Morgane prend de l’assurance et se remet à astiquer l’engin avec plus d’entrain. Hou là, mais c’est qu’elle a une sacré poigne cette petite!


— Oui comme ça, c’est parfait, tu te débrouilles vraiment très bien. 

— Mais, qu’est-ce qu’il fait?

— Il fait quoi?

— Il a posé sa main derrière ma nuque et il appui dessus.

— Ah ça. C’est parce qu’il a envie que tu le suces.

— Que je le suce, ça va pas la tête! Mais comment le sais-tu d’ailleurs?

— Tu oublies que je suis un garçon. Quand une fille me caresse au cinéma, je n’ai qu’une envie : qu’elle prenne ma queue dans sa bouche.

— Oui, et bien il est hors de question que je fasse ça.

— Tu as raison. Pour une première fois c’est beaucoup trop risqué au cinéma. Attends, ne bouge pas, je reprends le contrôle de ton corps.


Je murmure quelques mots à l’oreille de Steven puis redonne aussitôt la main à Morgane. Il arrête de pousser sur sa nuque et a la place se met a lui caresser doucement la joue.


— Merci, Je préfère ça. Qu’est ce que tu lui as dit pour le faire changer d’avis?

— Que tu allais le sucer après le film dans sa voiture.

— Mais t’es fou ou quoi, je ne vais pas faire un truc pareil!

— Ca je m’en serais douté. Ne t’inquiète pas, je le ferai à ta place. 



Le film se termine et Morgane range la verge dans le boxer sans que Steven n’ai juté. Je lui avais montré comment empêcher l’éjaculation en serrant fortement la base du gland avant qu’il ne soit trop tard, et je crois qu’elle a pris un malin plaisir à ruiner sa jouissance à de multiples reprises.

Je me rends compte que sous ses allures de vierge effarouchée, elle a en fait un tempérament de petite garce. J’adore.


— Fais gaffe de pas la lui coincer en remontant la fermeture éclair. Non seulement il hurlerait, mais en plus sa queue tendue à bloc se mettrait à cracher de façon incontrôlable. Je te dis pas le scandale!

— Je suis certaine que tu serais mort de rire.

— Ah ça je confirme ah ah ah.


Steven pose une main sur les fesses de Morgane tandis qu’il l’accompagne jusqu’à la voiture.


— Oh, je constate que ton prince charmant n’est pas si bien élevé que ça.


Comme elle ne répond pas, je rajoute


— Mais bon, on ne peux pas lui en vouloir. Il faut reconnaitre que tu l’a chauffé comme une vraie petite salope dans le cinéma. Vu la façon dont tu l’as branlé, il doit avoir une sacrée hâte de se faire sucer.


— Stewy, tout ça c’est de ta faute, je te hais!

— Cesse de parler pour ne rien dire, garde plutôt ta salive pour la pipe.

-  Pauvre connard!


Une fois dans la voiture, je reprends la main et extrais de nouveau la queue de Seven, mais avant d’entamer une fellation passionnée.


— Tu es sure que tu ne veux pas essayer Morgane?

— Non, on en a déjà parlé.

— Ok, tant pis pour toi.


Je me penche vers la queue, et arrivé à bonne hauteur je hume le gland avant d’avaler le fruit défendu. Il pousse un petit soupir de plaisir.

Je me mets à sucer doucement en prenant soin de ne pas faire de bruit tandis que Steven caresse les joues de Morgane.


— Humpf humpf humpf. C’est un régal, tu ne veux vraiment pas essayer?


(L’avantage de communiquer par la pensée, c’est qu’on peut parler la bouche pleine)


— Non merci sans façon.

— Il faut que tu essais. 

— Je préfère te regarder faire. Ne t’inquiète pas, je note tout ce que tu fais, les coups de langue, les sucions et tout et tout.

— Regarder ne suffit pas pour apprendre, il faut absolument que tu t’y mettes. J’insiste.

— J’ai dit non Stewy!

— Attention Morgane, je te laisse la main.

— Stewy NOOOOON......


Trop tard, la grosse queue raide remplit soudainement la bouche de la jeune fille.

Morgane, surprise, se met a tousser.


— Keuf, keuf, keuf. Qu’est ce que je fais maintenant?

— Sors sa queue de la bouche pour reprendre ta respiration, et profite en pour dire à Steven que sa bite est vraiment énorme, ça lui fera plaisir.

— Stewy, t’es vraiment une salope!


Morgane râle comme d’habitude, mais elle suit mon conseil à la lettre.


" Excuse moi Steven, je n’ai pas l’habitude de sucer des bites aussi grosse que la tienne!"


— Bravo ma belle, c’est comme ça qu’il faut parler aux mecs. 


Morgane ne sait pas quoi répondre. Elle est morte de honte.


— Reprends la queue en bouche et recommence à la sucer.

— Mais je ne sais pas comment faire.

— Ne t’inquiète pas, je vais te guider.


Avant de s’exécuter, elle me lance une dernière injure.


— Salope, tu me paieras ça!

— Ah ah ah ah, je n’en doute pas.


Contrainte et forcée, Morgane entame une fellation maladroite.


— Ca va comme ça?

— Tu as beaucoup de progrès a faire, mais pour une première fois ce n’est pas si mal.

— Et Steven, il ne risque pas de se rendre compte de la différence.

— A ca, après avoir été pompé par une experte comme moi, c’est sur que tes petits suçotements doivent lui paraitre étrange. Mais bon tu sais un garçon, du moment que tu prends sa bite dans ta bouche, il est heureux.


— Humf humf humf.

— Et bien, je vois que ca commence a venir. Tu as pris le rythme!

— Moui Stewy, je crois avoir compris le système.

— Alors tu aimes bien.

— Non, pas vraiment. Je ne comprends pas le plaisirs que tu prends en suçant. Moi c’est vraiment uniquement pour faire plaisir à mon homme.

— Décidément Morgane, tu ne sais pas ce qui est bon.


Au bout d’un moment.


— Tu te débrouilles pas mal du tout Morgane, tu vois quand tu veux!

— Espèce d’enfoiré.

— Bon allez, je te laisse continuer seule.

— Stewy, tu me jures de reprendre le contrôle avant que Steven ne jouisse?

— Oui, c’est promis.


Morgane pompe le gland de son amoureux depuis près de dix minutes, et la respiration de plus en plus rapide de Steven indique que l’éjaculation approche.

Qu’en pensez-vous, je le lui dis?

Non vous avez raison, c’est beaucoup plus amusant de lui faire la surprise!


— Keuf keuf keuf....


Morgane est en train de s’étouffer alors que Steven éclate de rire. 

Vite je reprends la main. D’abord avaler le sperme puis une bonne goulée d’air.


— Alors Steven, ça t’as plus?

— C’était absolument magnifique. 

— Merci. Si tu es gentils avec moi, il y en aura d’autres.


Steven ramène Morgane chez elle et dépose un dernier baiser sur ses lèvres avant de la quitter.


Une fois seuls.


— Espèce de salaud! Tu savais ce qui allait arriver. Tu en as fait exprès, comme toujours.

— Calme toi Morgane. Ne me dis pas que tu ne doutais pas que cela allait finir comme ça.

— Mais tu m’avais promis de reprendre la main juste avant.

— J’ai menti c’est vrai, mais il faut bien que tu apprennes à avaler.

— Pourquoi, c’est obligé?

— Non bien sur, mais c’est beaucoup mieux. Tous les garçons adorent juter dans la bouche des filles.

— Et bien avec moi en tout cas c’est hors de question, c’est vraiment trop dégueulasse. Le prochain mec qui s’avise d’éjaculer dans ma bouche, je lui mords la queue.

— Et bien te connaissant, je suis sur que tu en serais capable. C’est pas ça qui va arranger nos affaires

— Comment ca?

— Tu veux rester vierge, tu refuses d’avaler. Ca va être compliqué de séduire ton Steven, et encore plus de le garder.

— Mais bon, heureusement, il y a une autre solution.

— Laquelle?

— Ne bouge pas, je vais te faire voir.

— Mais qu’est-ce tu fais. Retire immédiatement ton doigt de mon cul espèce de pervers!

— Avoue que ça t’a plu.

— T’es dingue ou quoi, ne refais jamais ça.

— Ca non plus tu ne veux pas, dommage. 


Morgane est désespérée.


— Il n’y a pas d’autres solutions?

— Je ne vois plus qu’une seule chose a faire, mais bon tu va encore me traiter de tapette!

— C’est quoi ton idée?

— Si tu ne veux pas que Steven t’encule, tu pourrais l’enculer toi.

— Tu as raison, c’est bien un truc de tapette. Mais le problème, c’est que contrairement à toi, Steven est un mec, un vrai, pas une tantouse.


Je lève les yeux aux ciel.


— Mais arrête avec tes préjugés. Il y a des tas de garçons qui aiment être sodomisé par des femmes, et pourtant ce ne sont pas des Pds.

— Tu est encore en train de me raconter des conneries

— Mais non, je t’assure. Les hommes possèdent un organe très sensible, la prostate. Tu as du en entendre parler.

— Oui, vaguement.

— Et bien cet organe est particulièrement stimulé lorsque d’un objet pénètre l’anus et engendre un plaisir indescriptible. Lorsqu’un homme y a gouté, il ne peut plus s’en passer. 

Si tu encules Steven ne serait-ce qu’une fois, il tombera raide dingue de toi.


— Tu es sur? Tu me jure que tu n’es pas encore en train de te payer ma tête.

— Je te le jure.


Le visage de Morgane s’illumine tout d’un coup. 


— D’accord, je veux bien essayer.


Je n’ai encore jamais vu une fille aussi radieuse a l’idée d’enculer un mec.

Diffuse en direct !
Regarder son live