Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 682 fois
  • 125 J'aime
  • 13 Commentaires

Le transfert

Chapitre 5

Trahison

Divers

"Chérie, il y a un colis pour toi."


Le visage de Morgane s’empourpre en entendant ces paroles, pourvu que sa mère ne l’ait pas ouvert.


" J’arrive maman, j’arrive."


— Ouf, il est intact.

Tout de même Stewy,  tu exagères. Imagine un peu que maman ait regardé ce qu’il contenait, cela aurait été la cata!

— Mais non, c’aurait été très amusant au contraire.

— Pour toi peut-être, mais pas pour moi. Je n’aurais jamais su quoi dire à ma mère si elle avait su que j’avais acheté un gode.

— Tu aurais pu lui proposer de le lui prêter.

— Ah ah, très drôle.

— Mais arrête de stresser Morgane. Tu vois ce n’était pas la peine d’avoir peur, Brigitte est une femme trop bien élevée pour ouvrir un paquet au nom de sa fille.


Morgane ne dit rien. A mon contact elle commence peu à peu à se détendre.


— Oui c’est vrai Stewy tu as raison, je suis conne.

— C’est oublié. Allez tiens, essais le.


Morgane examine avec attention le gode ceinture que je lui tends.


— Ca marche comment?

— C’est simple, il suffit de l’attacher autour de la taille avec les sangles.


Elle s’exécute, puis s’admire dans le miroir en tendant la bite en caoutchouc de façon indécente.


— Alors, ça te plait?


Ma question est complétement stupide. A la façon dont elle sourit, il est évident que cela lui plait. Elle me réponds seulement avec une petite pointe de sadisme :


— Il va prendre cher.



Cela fait maintenant un mois que je "squatte" le corps de Morgane, et elle ne me demande plus constamment quand je vais réintégrer le mien. Je crois qu’elle a fini par s’habituer à ma présence qui, il faut le reconnaitre, présente aussi de nombreux avantages pour elle.


Ne sachant ni l’un ni l’autre combien de temps cette situation allait durer, nous avons décidé de répartir les rôles :

Morgane gère ses études ainsi que les relations avec sa famille et ses amis.  

En ce qui me concerne, je m’occupe de l’habillage, du maquillage, et bien sur c’est moi qui supporte les douleurs liées au port quotidien de talons hauts. Comme c’est moi qui l’oblige à les mettre, J’estime que c’est la moindre des choses. Inutile de vous dire que sa mère est aux anges, sa fille n’a jamais été si coquette ni féminine.

Enfin, pour ce qui est des aspects moins agréables de la vie d’une femme, comme par exemple les douleurs menstruelles, nous avons adopté le système du 50 - 50.



Et en ce qui concerne le SEXE me direz-vous. Rassurez-vous je n’ai pas oublié, je sais très bien qu’il n’y a que ça qui vous intéresse vraiment.

Et bien c’est simple, on a également partagé les tâches:

Je laisse Morgane galocher Steven ; c’est normal, c’est son petit copain. En compensation, elle me laisse gérer tout ce qui est fellation. Et oui, j’ai beau avoir tout essayé pour lui faire apprécier cet art, elle n’y a jamais pris gout. Le simple fait de prendre une queue entre ses lèvres la révulse toujours. Par contre, elle adore me regarder en silence pendant que je suce son homme. Je sens alors son esprit m’observer avec attention et ça m’excite comme une folle.

En revanche, là où Morgane excelle et ne laisserait sa place pour rien au monde, c’est quand il s’agit d’enculer son petit ami! Avec sa bite en caoutchouc autour de la taille, elle se transforme en véritable amazone. Elle se jette sur le cul de son amoureux avec entrain, et c’est presque risible de voir une frêle jeune fille comme elle posséder de la sorte un grand garçon fort et costaud comme Steven. Surtout que lui ne se gène pas pour montrer qu’il apprécie. Il en redemande et couine toujours comme un goret pendant qu’elle lui défonce l’anus à grand coup de gode.

C’est alors à mon tour de l’observer en rêvant d’être à la place de Steven.

Cependant, mon cul, enfin celui de Morgane, n’est pas à plaindre. Quand l’amazone est épuisée à force de ravager celui de son amant, ils échangent les rôles et c’est alors la queue de Steven qui se présente devant la rosette de Morgane. 

Et là, à chaque fois elle me demande timidement :


— Stewy, tu veux bien reprendre la main?


Pour ceux qui n’auraient pas encore compris le système ou les nouveaux lecteurs, "reprendre la main" signifie ici "te prendre la grosse bite de Steven dans le cul à ma place". Magnanime, j’accepte toujours de lui rendre ce service, et je peux vous dire que son amant est très bien monté.

De même que lorsque je taille une pipe, Morgane me regarde alors avec un petit sourire en coin. Elle n’est pas dupe que j’adore me faire enculer, il faut dire que quand Steven défonce l’anus de Morgane, je couine aussi fort que lui, sinon plus.

D’ailleurs une fois elle m’a même dit :


— Quand tu retrouveras ton corps Stewy, c’est promis, je t’enculerais.


A chaque fois que je pense à cette phrase, je frémis d’excitation.



Tout va donc pour le mieux du monde jusqu’à aujourd’hui. Pour une fois Steven a sodomisé Morgane (donc en fait moi) en premier, et la jeune fille a ensuite inversé les rôles.

Après avoir fait mettre son amant à quatre patte sur le canapé, elle a humecté 2 doigts de salive puis les a planté d’un coup sec dans son cul.


" Oh, doucement Morgane."

" Pauvre petite chochotte, attends de prendre ma queue!"

" Ahhhh, petite garce."

" Moi aussi je t’aime Steven, se contente-elle de répondre en riant."


Et sans plus attendre, elle se mets au travail avec entrain.  

Très vite, estimant qu’elle maitrisait maintenant parfaitement la situation, je me mets complétement en retrait ce qui fini par l’inquiéter.


— Stewy, ou es-tu? Je ne sens plus ta présence?

— Ne t’en fait pas pas, je ne suis pas loin. Continue à limer le fion de Steven.


Rassurée, Morgane agite son bassin de plus bel.


— han han han.


" Ah tu aime ça que je te défonce le cul mon amour"

" Oh oui Morgane, j’aime ton gode autant que tes pipes"


Tout en continuant à le sodomiser, Morgane empoigne la queue de Steven et se met à l’astiquer avec fougue.

Après quelques minutes de ce traitement.


" Morgaaaaaannnnnee, je vais jooouuuuiiiiir......"

" Oui mon chéri vas-y, fais moi un beau jet."


" AAAAARRRRGGGHHHHH."

" OUUUUUIIIIIIIIII."


Les cris de plaisirs des deux amoureux se mêlent en même temps que leur jouissance, puis, complétement épuisé par la fougue de son amante, Steven s’affale sur le lit.  

Morgane quand à elle très fière de sa prestation, s’adresse alors à moi par la pensée.


— Tu as vu un peu Stewy, je crois que Steven a beaucoup apprécié que je le branle en même temps que je l’encule.


Steven, encore en pleine extase lui répond alors :


" Oh oui, c’était vraiment formidable!"


Morgane marque un temps d’arrêt.


" STEVEN! Tu as entendu ce que je viens de penser?"

"Heu, je..., c’est à dire..."


Putain, j’ai oublié de réintégrer mon cops avant de répondre.


— STEVY!, ne me dis pas que......Tu t’es mis dans le corp de Steven?   

— Heu, en fait.., heu.

— Et il te laisse faire?

— Heu,... c’est à dire que.....en fait. Heu, comment te le dire....


Morgane semble comme frappée par la foudre, elle vient de comprendre.


— Non Stewy, dis moi que c’est pas vrai. Tu, tu es...... STEVEN!

— Je comptais te le dire Morgane, je te le jure.



— STEVEN ou STEWY, je men fous. Putain de pédale!  

Tu t’es foutu de moi depuis le début! Tu t’es servi de moi, de mon corps, pour assouvir tes pulsions dégueulasses. Quand je pense que tu as sucé ta propre queue en te servant de ma bouche, que tu as avalé ton propre sperme! Et puis tu m’as incité à t’enculer, espèce de sale fiotte.

Et moi qui était amoureuse d’une tantouse, non mais qu’elle conne je suis!


— Morgane, laisse moi t’expliquer.


— Il y a rien à expliquer. Dégage sale fiotte, je ne veux plus te voir. Tu peux aller sucer toutes les bites de la fac si tu veux. J’en ai plus rien à foutre!


— Oui, tu as raison Morgane. Je suis une fiotte, un salaud, un sacré connard.


Après quelques secondes qui me paraissent des heures, j’ajoute dans un souffle.


— Morgane, je te rends ton corps. Excuse moi pour tout le mal que je t’ai fait.


— Oui c’est ça dégage de ma vie. Mais avant prends ça en souvenir de moi.


"BLAM".


Bon sang, qu’elle idée j’ai eu de lui faire porter des chaussures à plateforme aujourd’hui.


Je m’éloigne lentement avec les couilles en compote et l’anus en ébullition, tandis que Morgane éclate en sanglots.  


A suivre

Diffuse en direct !
Regarder son live