Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 15 517 fois
  • 51 J'aime
  • 6 Commentaires

TRAVESTIE AU CINEMA

Chapitre 1

Travesti / Trans

Excuser pour commencer mes fautes d’orthographe merci.

Cette histoire est entièrement véridique, j’allais il n’y a pas si longtemps dans ce cinéma dans le 18ème sur Paris et voilà comment cela se passait.


Pour commencer et pour que l’on me trouve plus douce


Je me rase et m’épile toujours très bien avant de sortir, je me passe également une crème grâce qui nourrit très bien ma peaux et qui laisse un effet de fraîcheur mentholées sur l’épiderme ce qui a pour effet d’éveiller mes envies sexuelles.


Vient alors, l’habillage, en général je commence par enfiler avec douleur mon corset noir qui me fait facilement gagner deux tailles, m’aplatit le ventre à souhait, offre mes fesses comme deux pastèques biens dures, je souffre mais c’est très excitant de se faire prendre pour mieux s’offrir, une fois la torture terminée, je ceinture mon porte jarretelles noir autour de la taille avec le corset cela fait un ensemble très sexy j’enfile de très beaux bas très fin coutures apparentes taille 2 forçant le voile de nylon à s’étirer (avis aux amateurs).


Je parfais le tout en plongeant mes jambes si appétissantes dans une mini-jupe noir également laissant découvrir la naissance mes fesses juste assez pour éveiller le désir la curiosité.


Dans ce bel écrin, je ne pouvais pas laisser le haut du corset simplement avec ses fines bretelles, j’ai une petite veste dans le style (Chanel) elle fait très bien l’affaire et met le bustier du corset en valeur laissant découvrir mes petits seins sensibles aux regards.


Voilà, je suis prête !! Dans un sac j’ai préparé mes chaussures à talons hauts, ainsi que ma flamboyante perruque rousse bouclée je n’ai pas oublié mon parfum 5 Chanel, le bâton de rouge, mon stock de préservatifs et mon lubrifiant (chauffant) j’allais oublier mon miroir circulaire de 15 cm de diamètre bien utile ainsi parée je me sens toute émoustillée. (On le serait à moins)


Il faut camoufler tous cela, car je ne me sens pas encore le courage d’affronter le regard des autres dans la rue, j’assume cela viendra peut-être un jour quoi qu’il en soit j’enfile par-dessus tout cela un bas de jogging un coupe-vent et pour me chausser je n’ai rien trouvé de mieux que des mules très souples, un cadeau d’un ami marocain, oui, mon sac à main est très petit une fois enlevé ces trois habits doivent prendre le moins de place possible.


En route pour mon samedi de folle !!!!!! J’arrive devant le cinéma vers 10h30 approximatif à l’ouverture pour ainsi dire, les plus maligne ou malins d’entre vous ont compris pourquoi!!!!!!!! Le parking !!


Après avoir trouvé une place (je viens en voiture) et là ce n’est guère chose facile je me dirige vers l’entrée, je donne mes 7.50 euros je déchire le ticket, le jette dans le cendrier qui ne sert plus qu’à ça d’ailleurs et je rentre.


Après avoir descendus quelques marches j’arrive devant les toilettes que je contourne pour me diriger au fondu couloir devant le grand escalier montant au premier étage je m’installe sur les marches enlève rapidement le peu de vêtements recouvrant la (créature) je les plient et enroulent pour qu’ils tiennent le moins de place possible je me chausse je jette rapidement un coup d’œil dans mon miroir je me maquille tranquillement passe et repasse mon bâton de rouge sur mes lèvres gourmandes sachant qu’il faudra refaire cette manœuvre plusieurs fois dans la matinée, je prends mon temps et profite de l’instant il n’y a pas bousculade à cette heure-ci quoi que !!!!!Voilà je me trouve présentable, passable, prenable, acceptable, crédible dirais-je!


J’ajuste ma perruque après l’avoir secouée vivement pour qu’elle retrouve son flou naturel, je sens maintenant les boucles sur mon visage et soudain mon personnage devient réel dans le reflet du miroir me renvoie l’image d’une bonne salope, d’ailleurs les regards vicieux des rares clients qui commencent à entrer me laissent aucun doute sur leurs pensées lubriques.


Définitivement prête, je commence à monter le reste des marches sur lesquels je m’étais maquillé, je pousse la double porte, là je mes yeux ont du mal à s’habituer à l’obscurité et bien qu’il y ait un film très sexe projeté ou l’on voit une fille sucer une grosse queue je ne vois pas autre chose pour l’instant. Mais petit à petit je commence à distinguer quelques habitués tout au fond de la salle, assis dans la dernière rangée, environs 3 hommes plus ou moins âgés. Je me sens épiée, quelques regards me déshabilles, la sensation est très agréable. Quelque temps après, quelque minutes, ça bouge en haut j’entends un siège qui se rabat puis deux, des pas sur les marches on descend inspecter la nouvelle venue il me semble.


Un jeune rebeu d’environ 25ans vient droit sur moi décidé je sens déjà qu’il me touche, les lèvres avec son doigt et m’entraîne doucement dans les toilettes sur ma droite, le moins que l’on puisse dire c’est je rentre dans un trou noir attention!!!! Aux deux marches!!! J’ai failli tomber, mais il m’a retenue, galant homme !! Il connaît l’endroit. Le bruit de mes talons sur les carreaux doivent l’exciter il me plaque contre le mur et commence à me sucer les seins comme un fou mais avec beaucoup de sensualité je sens sa barbe me griffer la peau j’ai l’anus qui commence à me démanger il doit le ressentir il me prend les fesses à pleine mains les malaxe comme de la pâte a modelée.


Sa main derrière ma nuque me m’incite à me baisser, je me trouve devant un gros membre bien dur, qui ne demande qu’à se faire sucer, je le prends dans la bouche doucement avec ma langue je lui titille le petit frein, ce qui a pour effet immédiat de le faire redresser il bouge bien mon nouvelle ami.


Je le travaille bien et je sais qu’il prend du plaisir, des gémissements me parviennent il se laisse bien sucer, je pense que dans quelque minutes je le recevrai dans mon anus qui se contracte et se relâche, mais avant que je ne fasse ouf !!!! mes plans sont chamboulés car, m’étant tellement appliqué dans mon labeur; je n’ai pas senti venir un autre comparse qui lui tout de go m’enserre par la taille m’écartant avec délicatesse ma raie m’écartant mon string me passant un gel que je reconnu tout de suite un lubrifiant mentholé qui chauffe un peu les muqueuses, je le laisse faire le gaillard, il se débrouille très bien, je dirais même il s’en sort très bien tout seul, d’ailleurs la tête de son gland frôle mes cuisses et cherche fébrilement l’entrée j’accepte car le contact du latex me rassure sur les précautions qu’il a pris, qui sont indispensables et sans lesquelles je ne me donnerais pas.


Je crachote sur la verge de mon jeune beur, elle glisse à merveille dans ma bouche je la rentre très loin maintenant je lui trouve un goût sucré elle gonfle sous mes assauts répétés Oui!!!! Le gros ovni commence à entrer à petit coups dans mon anus, ouvert, bien excité. Voilà j’écarte mes cuisses, mes jambes le coup de grâce je le prends entièrement dans mes fesses je me l’enfile bien profond et il commence son va-et-vient lentement j’’harmonise tant bien que mal mes deux pénétrations matinal et j’y arrive c’est un véritable bonheur (les amateurs comprendrons) les autres penserons à moi si ils se trouvent un jour dans cette situation.


Les secousses se succèdent à un rythme que je ne maîtrise plus, cette queue me ravis, la bouche se tends et se détends de plus en plus régulièrement, je viens d’écarter mes fesses au maximum, pour que mon marteau pilon me défonce bien l’anus, la rapidité augmente aussi un jet bien chaud viens de gicler dans ma gorge je continue à sucer sans m’arrêter la jouissance me fais bander à mon tour.

Le jus d’orgeat coule autour de ma bouche un filet blanchâtre tiède coule le long de mon visage

Secoué par les spasmes de mon metteur infatigable mon nouvelle ami beur se retire de ma bouche son gland bien pompé et laisse la place, une fois de plus je ne sais d’où??? Un autre plus petit mais plus épais le remplace sans attendre je ne me rends plus très bien compte mais autour de moi plusieurs queues se dressent curieux sûrement par les gloussements de mes deux premiers compères, je suce sans m’arrêter les unes après les autres des tas de sexes bien raides de toutes formes mais toujours bien durs faits pour être vidés.

Mon petit cul n’est pas resté non plus sans amateur après le premier pilon qui vient de jouir et d’enlever rapidement et jeter sa capote bien remplie à mes pieds, d’autre prennent mon petit cul d’assaut, décidément j’ai de la chance ce matin pas beaucoup de concurrence!!! Ce n’est pas toujours le cas! J’entends des commentaires qui me font plaisir "quel beau cul" combien de minutes ou d’heures sont passé comme cela je ne peux le dire mais une fois le calme revenue je me suis senti sur les genoux ou plutôt sur mes talons je me suis rincé la bouche avec un petit flac de whisky la tête me tourne.

Je suis sortie des toilette décoiffées la perruque ne devait plus être vraiment à sa place, je me suis assis dans un fauteuil, le premier qui me tendait les bras.

Je me suis remise de mes émotions confortable toujours sollicité par de nouveaux arrivant mais je leur ai faits comprendre que je faisais un petit break je regarde ma montre cette partie avait quand même durée 45 minutes.

Après avoir recouvré mes esprits je me suis donc tranquillement remaquillé recoiffée mon visage avait pris des couleurs, mes yeux brillaient, mon rouge à lèvre allait mettre une dernière touche à l’ensemble, mon anus était bien lubrifié, il avait été visité plusieurs fois, et en demandait encore le bougre, je n’avais pas eu le temps de me branler pour jouir aussi, et puis je préfère, la quantité, dans un premier temps, j’ai encore deux heures à passer je trouverai bien un partenaire black ( j’en raffole) leurs sexe sont énormes et je prends un plaisir intense en leur compagnies, je profiterais disais-je d’un rapport avec l’un d’eux pour me faire jouir aussi mais me voilà prête de nouveaux assaut.

Diffuse en direct !
Regarder son live