Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 15 686 fois
  • 85 J'aime
  • 3 Commentaires

De très bonnes vacances entre amis

Chapitre 1

Erotique

Charlotte, Estelle, Margaux, Paul et Romain, cinq amis se connaissant depuis bientôt 10 ans, ont décidé pour les vacances d’hiver de cette année, de partir ensemble au soleil !

Et la destination choisie ? Les Seychelles ! Sable fin, soleil, eau bleue transparente, petite cahute pour dormir la nuit, en résumé, des vacances de rêves pour eux.

Lors de l’arrivée, ils ont fait la courte paille pour savoir qui allait dormir avec qui, étant donné que leur logement ne comporte que trois lits. Romain dort seul, Estelle et Charlotte dorment ensemble, et Paul quant à lui dort avec Margaux.

Au programme de la journée des cinq amis, plage toute la journée, baignade, cocktails bien frais et surtout de la détente.

On est déjà le troisième jour sur les sept prévus. Aujourd’hui, comme tous les autres jours, est une journée très ensoleillée. Tout le monde se réveille quand bon leur semble, et dès que tout le monde est prêt, c’est direction la plage !


Une journée rythmée par de la baignade, des parties de football, volleyball ou même un peu de frisbee ! Dans l’eau quand parfois certains nagent, d’autres s’amuser à se couler !

Un moment où Margaux tente de mettre la tête de Paul sous l’eau, celui-ci tente de se rattraper à quelque chose, et il ne trouve que le haut du maillot de bain de Margaux, qui ne se défait pas, mais la main de Paul reste quelques secondes sur son sein.

C’est n’est qu’en remontant à la surface qu’il s’en rend compte, et s’excuse en rigolant ! Margaux lui adresse un clin d’œil et lui dit que ce n’est pas grave.

Paul n’y fait pas spécialement attention, et la journée se termine tranquillement.

Le soir arrive et le soleil se couche lentement, tout le monde se rejoint à la cahutte, se douche, se change. Ils partent au restaurant le plus proche, comme à leur habitude, pour manger et boire tous ensemble jusqu’à la fermeture. Et comme chaque soir, tout le monde, légèrement ivre, rentre en ne marchant pas très droit ! Mais c’est les vacances, alors finalement, ils s’en fichent.

Après un dernier verre de rhum tous ensembles, ils partirent se coucher dans leurs lits respectifs.


Margaux se laisse tomber sur le lit d’un coup, alors que Paul s’assoit sur le bord du lit. Ils discutent un petit moment, puis Paul retire sa chemise et son short pour s’installer dans le lit. Avec la chaleur ambiante, pas besoin de couette ou de draps !

Margaux, elle, se levé péniblement pour retirer ses vêtements, comme à son habitude elle ne garde que sa culotte, mais contrairement aux autres jours, elle ne se couvre pas la poitrine du drap.

Paul, qui est tourné naturellement vers elle, lui demande si elle ne voulait pas se couvrir.


— Oh, tu les as eus en main cet après-midi, alors j’imagine que tu peux les regarder sans trop de problèmes, non ? dit-elle en rigolant

— Encore désolé pour ça, ce n’était pas fait exprès, vraiment !

— Ne t’inquiète pas Paulo, c’est pas bien méchant ! après avoir terminée sa phrase elle se tourna vers Paul, et ajouta :

— Tiens, voilà, tu peux pas les rater maintenant, donc tu vois bien que je m’en fiche et lui adressa, à nouveau, un léger clin d’œil !

— Oui, tu me diras, on touche avec les yeux pas avec les mains !

— Margaux rigola, et s’imagina prendre la tête de Paul pour lui bloquer entre les seins pour pouvoir lui dire qu’il touchait avec les yeux. Ça aurait pu être marrant, mais elle se ravisa.

— Margaux, tu rougis, c’est normal ou tu surchauffes ? dit-il.

— Haha, petit con va, j’ai juste chaud. lui répondit-elle en sachant très bien que c’est l’image de Paul au niveau de sa poitrine qui venait de la trahir.

— On ferait mieux de dormir pour être en forme demain, histoire que tu sois un peu plus performant si on refait un foot !

— Alors là, ma grande, sache que je suis très performant, j’économise seulement mes forces au cas où une belle occasion se présente

— Toi, performant ? Alors là, j’aimerais bien voir ça !

— Ce n’est qu’après avoir terminé sa phrase qu’elle se rendit compte que ça pouvait être interprété ... différemment !

— Ma petite Margaux, je pourrais te surprendre ! rétorqua-t-il sur un air de défi !

— Margaux se releva, se mit à califourchon sur lui.

— Tu crois ça ?


Elle prit les mains de Paul, les posa sur sa poitrine et ajouta


— T’as une très belle occasion sous la main, alors fait moi rêver !


Paul n’en revient pas, il s’est d’abord cru dans un rêve, et finalement il renverse Margaux pour se positionner au-dessus d’elle, il veut lui faire comprendre qu’il va s’occuper d’elle.

Vu la chaleur ambiante, il n’y a presque aucun vêtement à enlever, Paul peut immédiatement aller là où il le veut. Il ne perd pas de temps, et pose ses mains ainsi que ses lèvres sur le sein gauche de Margaux, pendant que sa main droite agrippe sa hanche, pour la soulever légèrement vers lui.

Sa main gauche malaxe et masse le sein de Margaux, et de sa bouche il lèche et mordille sagement son téton. Par moment, sa bouche part sur son autre sein, quand sa main reste toujours sur le gauche.

Margaux a chaud, elle bouillonne, le mélange d’alcool, la chaleur ambiante et l’endroit la rendent folle. Paul commence à peine et pourtant déjà elle le veut en elle. Elle se caresse lentement d’une main, et de l’autre elle griffe le dos de Paul.

Paul remonte, et embrasse Margaux avec passion. Tous leurs sens sont en éveil, les langues se mêlent, leurs mains caressent l’autre sans pour autant aller immédiatement vers l’intimité de l’autre. Paul sent les seins de Margaux durcir et sa respiration s’accélérer, elle a passé ses deux jambes derrière Paul, pour le coller contre elle. Dans cette position elle peut parfaitement sentir à quel point il est à l’étroit dans son caleçon, et réciproquement, Paul peut sentir que Margaux mouille abondamment. Il appuie légèrement sur la culotte en satin de Margaux, tout en bougeant son bas ventre, ce qui provoque plusieurs soupirs de plaisirs chez Margaux.


Tout doucement, Paul descend vers son cou, lui mordant en y laissant quelques baisers. Il descend sur son ventre, en laissant trainer sa langue. En continuant sa descente il finit par arriver sur sa petite culotte blanche, déjà bien trempée, il l’a fait rouler jusqu’à apercevoir le commencement de sa fente. Il soulève sa jambe droite, lui écartant ainsi légèrement les cuisses, et commence à embrasser l’intérieur de la cuisse de Margaux, en remontant doucement vers son intimité. De sa main droite, il caresse maintenant son ventre et son pubis dégagé. Il positionne son pouce sur sa culotte pour lui exciter le clitoris. A ce moment-là Margaux se relâche totalement. Paul sent ses jambes trembler. Au bout de quelques minutes, il lui retire complètement sa culotte. Sa vulve est parfaite, un petit abricot tout rose, tout lisse.

Il continue ses caresses directement sur son petit clitoris, descendant de temps en temps ses doigts à l’entrée de son vagin afin de les humidifier pour ne pas lui faire mal, vu à quel point Margaux mouillait, ses doigts sont rapidement trempés. Il place sa bouche devant son entre, et commence à lui lécher ses grandes lèvres. Margaux se laisse de plus en plus aller.

Ses gémissements commencent à se faire entendre. Sa langue s’attarde sur son petit bouton, c’est à ce moment qu’elle s’abandonne complètement. Elle gémit, se tortille et appuie sa vulve contre le visage de Paul. Il aventure un doigt dans son anatomie, puis un deuxième, son vagin est étonnamment serré, ce qu’il apprécie immédiatement.

Enfin ! pense-t-elle. Elle qui attend ça depuis le début du traitement que lui inflige Paul, enfin, ses doigts sont en elle. Elle aurait préféré avoir directement son sexe en elle, mais c’est déjà un plaisir énorme pour elle.

Paul fait des allers-retours avec ses doigts, en prenant soin de caresser les parois de son intérieur, il se régale de son jus. Après de longues minutes de caresses, il sent son corps frémir, puis durcir à nouveau. Elle lâche un gémissement plus fort que les autres, puis se relâche complètement avant de dire « Je crois que tu m’as fait jouir… »

Paul, fier de lui, dépose un ultime baiser sur l’intérieur de la cuisse de Margaux, remonte, et l’embrasse...


...la suite très bientôt !

Diffuse en direct !
Regarder son live