Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 888 fois
  • 29 J'aime
  • 12 Commentaires

La Trinité

Chapitre 6

La Trinité et au-delà

Avec plusieurs hommes

ALBAN



     Yann n’a aucune attirance pour les hommes, alors nous nous sommes mis d’accord. Je dus lui expliquer que j’avais pour ma part eu plusieurs relations avec des hommes, mais qu’il n’aurait rien à craindre de moi. Ce fut sans doute bizarre pour lui de se retrouver nu devant moi, mais Julie lui fit oublier ses appréhensions. A quatre pattes, elle prenait en bouche son jeune amant. Sa croupe tendue vers moi appelait toutes sortes de caresses. Je ne me fis pas prier pour lécher le délicieux jus qui s’échappait de sa fente. Une fois mon érection bien formée, je me présentai à l’entrée de cette chatte ouverte et humide pour m’y enfiler lentement. Julie gémissait tout en continuant à pomper Yann qui caressait ses cheveux d’or. Le pilonnage que je lui infligeais fit son effet sans tarder sur ma jeune amie, dont les râles d’abord étouffés par le sexe de Yann devinrent bientôt des cris, et je pus goûter comme tant de fois auparavant la divine sensation des spasmes de sa gaine serrée sur mon vit.


     Je proposai ensuite que nous inversions les rôles. Yann se positionna en missionnaire pour prendre, avec une douceur et une intensité touchantes, Julie qui me prodiguait maintenant une fellation divine. Les regarder tous les deux était grandement excitant et je ne pus retenir ma semence, engloutie avec délectation par la jeune femme. Julie exigea ensuite de Yann qu’il la reprenne en levrette. Moi qui l’ai si souvent fait jouir dans cette position, c’était d’un érotisme troublant de regarder le spectacle de l’extérieur. J’adorai voir s’ébattre ces deux jeunes corps au sommet de leur vitalité. On pouvait voir le sexe du jeune Adonis se recouvrir de traînées blanchâtres alors que Julie s’empalait dessus avec force, en poussant des feulements de chatte puis de véritables rugissements. Une jouissance spectaculaire la submergeait alors que le jeune homme, les traits crispés et les mains serrées sur les hanches de sa partenaire, semblait déverser en elle une quantité impressionnante de foutre.


     Assis sur le lit de la cabine arrière tous trois, nous avions besoin de nous requinquer. Moi surtout. La jeunesse de Yann et sa bonne constitution faisaient qu’il retrouvait rapidement sa vigueur. J’étais en ce qui me concerne confiant à ma capacité à rebander mais le temps de récupération augmentait à mesure que je prenais de l’âge. Quant à Julie, pour peu qu’on sache s’y prendre et respecter ses limites, elle pouvait jouir encore et encore. Il est arrivé, alors qu’elle connaissait moins bien son corps, qu’elle regrettât les jours suivants,  les excès d’une nuit ; mais à présent, son appétit sexuel et son endurance en faisaient un rêve pour celui ou celle qui avait l’heur de lui plaire.



     A moi qui avait été son initiateur pour quelques pratiques, elle me demanda conseil une fois encore.

« Pour vous avoir tous les deux en moi en même temps, qu’est-ce qui serait le mieux d’après toi ?

— Tu pensais à quoi exactement ? Nous deux dans ton vagin ?

— Aïe, non ! Ça va pas ? Ma pauvre petite chatte ne le supporterait pas ! Je veux dire, en termes de position. Je pensais à ce que l’un de vous me sodomise.

— Alors il vaut mieux que celui-là soit moi, parce qu’avec l’engin de Yann… On va y aller progressivement. Yann peut s’installer sur le rebord de la couchette, et tu viens sur lui, puis je me mets derrière toi. Je crois que ça va marcher !

— Ok, j’ai un petit vibro et du lubrifiant dans mes affaires, histoire de préparer le terrain...

— Toujours prête, hein ? »


***


JULIE



     Ma curiosité sexuelle avait des limites et je n’aurais pas essayé n’importe quoi avec n’importe qui. La double pénétration était un vieux fantasme, mais j’avais l’intuition que la pratique pouvait être décevante si les deux mecs ne me convenaient pas ou s’y prenaient mal. C’était maintenant, avec ces deux-là, ou peut-être jamais. L’expertise d’Alban se révéla précieuse. J’étais allongée sur le dos et Yann m’embrassait en agaçant mes tétons. Mon second partenaire était placé entre mes jambes. Sa bouche butinait ma vulve tandis qu’un de ses bras maintenait mes cuisses ramenées le plus possible vers mon ventre.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


     Avec sa main libre, il taquinait l’entrée de mon anus généreusement enduite de lubrifiant avec le vibromasseur. Mes gémissements lui indiquant que j’étais bien disposée à l’égard de cette caresse, Alban commença l’intromission du jouet dans mon petit conduit. Yann regardait avec fascination les gestes de son aîné qui faisait disparaître le cylindre argenté dans ma rosette. Après quelques minutes de mignardises, il pouvait en enfoncer la totalité en m’arrachant des gémissements. Je me réhabituais aux sensations anales tout en savourant l’adresse buccale d’Alban qui, suçant, léchant, aspirant mon clito, me procura une nouvelle extase.



     Le moment était venu de m’installer à nouveau sur l’épaisse queue de Yann. J’éprouvais une joie intense à l’idée que le fabuleux organe et son adorable possesseur fassent désormais partie de mon quotidien. Même avec le sexe trempé par les sécrétions de nos précédents ébats, le reprendre en moi me faisait toujours lâcher un hoquet de plaisir. Alban invita Yann à prendre le vibro pour le remettre à la place prévue pour lui. Les longs bras de mon compagnon lui permettait de faire bouger l’objet dans mon fondement tout en pistonnant mon vagin. Je couinais déjà.

« Oh… Oh… Ooooh ! Yann ! »

Alban nous invita à reculer vers le bord du lit jusqu’à ce que les pieds de Yann touche par terre. Il vint ensuite se poster derrière nous.

« Je vais y aller, ma Julie, si tu es prête.

— Oui, vas-y.... Ahhh. Oooohhhh, doucement… »


     Je le sentais entrer centimètre par centimètre. Alban se mit à me ramoner par petits à-coups. Après plusieurs ajustements, nous trouvions la bonne cadence. J’étais affalée sur Yann qui faisait virevolter sa langue autour de la mienne. La sensation d’être remplie de partout était incroyable. C’était rassurant de se sentir comme enveloppée par les corps de ces deux hommes à qui j’étais prête à m’abandonner totalement. Leurs petits mouvements de concert me rendaient folle. Mon clitoris frottait délicieusement contre Yann et me semblait encore plus sensible après cette dilatation de mes chairs intimes. Je n’en pouvais plus. Alban, extatique, grossissait encore en moi et j’anticipais l’inondation de mon petit trou, juste avant de sentir les jets arriver. Dans le même temps, mon jeune étalon ruait du bassin pour se ficher aussi loin que possible en moi.

« OOOOH ! OH PUTAIN ! AAAAAAAAH ! »


     Ce fut le mot de la fin pour moi. Après ce dernier orgasme, exténuée, je ne tolérais plus personne, ni dans mon vagin, ni dans mon cul ! J’embrassai longuement mes deux hommes, puis allai m’installer entre les bras de Yann pour un repos bien mérité. Alban nous fit un grand sourire et se retira en disant : « Bonne nuit les amoureux ! »

Je me blotissai contre le corps élancé et ferme de celui qui m’avait chamboulée en si peu de temps. C’était ce que nous étions maintenant. Des amoureux.


***


ALBAN


     Le dernier jour avait fini par arriver. Nous étions heureux, mais le goût amer de la fin des vacances était de plus en plus présent au fur et à mesure que nous approchions du chenal de la Trinité. Yann, encore sans réelle perspective la semaine dernière, en avait gagné une. Quoiqu’il décide de faire maintenant, il y aurait une condition, qui s’appelle Julie. Julie elle-même avait décidé qu’il était inconcevable qu’elle passe un autre jour sans Yann, et n’allait pas se contenter d’une relation « longue distance » (même si tout est relatif) avec visite les week-end. Et moi, j’avais une montagne de boulot qui m’attendait et m’interdisait toute prolongation de cette croisière idyllique, au grand dam des deux tourtereaux qui ne parlaient que de naviguer à nouveau ensemble. Pour moi, ce ne serait pas avant l’année prochaine.



     Leur cafard était assez contagieux. Julie en particulier, semblait angoissée à l’idée de perdre Yann de vue sitôt après l’avoir trouvé, comme si le jeune homme allait s’évaporer. Cela dit, est-ce que cette crainte était si infondée ? Combien de temps son béguin pour Julie allait-il faire tenir en place cet assoiffé d’océan ? Elle se voyait déjà probablement en pleurs sur un quai, agitant un mouchoir en direction d’une voile qui disparaissait à l’horizon...  


     Une fois la manœuvre terminée et le bateau amarré, nous avons décidé de prendre un dernier verre dans le carré. J’avais quelque chose en tête.

« Oban va rester à quai jusqu’à l’année prochaine…

— Alban, ça aide pas vraiment, là, coupa Julie.

— Il va rester tout seul, vide. Désœuvré. Triste spectacle que celui d’un voilier…

— S’il te plaît…

— Je blague. J’ai trouvé des gens intéressés qui vont en prendre soin.

— Ah bon ? fit Yann.

— Oui, un jeune couple.

— Ils arrivent quand ?

— Leurs affaires sont déjà à bord. Ils sont un peu longs à la détente, mais...  »


     Le visage de Julie s’éclairait. Julie heureuse, c’était la clé d’un univers bien ordonné, pour moi.

« J’ai quelques conditions. D’abord, vous devez être heureux dessus, tous les deux. Deuxièmement, il ne faut surtout pas qu’Oban reste au ponton. Faites-lui voir du pays. Et troisièmement, vous me donnez des nouvelles, bien sûr. Julie, l’argent que je te donnais tous les mois, je continuerai de te le verser. Si vous faites attention, ça devrait aller… »

Ils me sautèrent au cou tous les deux et Yann paraissait à deux doigts de me galocher sous le coup de l’émotion.


***


YANN


      Je nage dans l’eau claire et grouillante de vie d’un lagon des Tuamotu, un poisson au bout d’une flèche. Je me suis perfectionné au cours des derniers mois dans maniement de l’arbalète et je crois que Sylvain commence à être impressionné par le récit de mes prises, quand un accès à Internet me permet de lui narrer mes exploits. Internet est par ailleurs devenu un des moyens de gagner (un peu) notre vie. Julie et moi avont une chaîne YouTube où nous racontons nos traversées et escales. Hervé, qui s’y connaît en montage vidéo, nous a mis le pied à l’étrier avant notre départ pour le grand large. Sylvain nous a également donné d’utiles conseils sur la photographie sous-marine. Les deux sont tombés de leur chaise quand je leur ai présenté Julie et annoncé que je partais faire le tour du monde avec elle… Entre l’argent que m’avait laissé mon père et celui d’Alban, nous nous en tirons pour l’instant. On verra pour la suite. J’ai découvert qu’il y avait de sortes d’aventures sans lendemain. Celle où l’autre disparaît définitivement après le petit-déjeuner (ou avant), et celle que j’ai la chance de vivre avec Julie, où c’est la notion de lendemain elle-même qui a disparu.


     Nous avons commencé par un tour de la Bretagne, puis par une traversée de la Manche jusqu’aux îles Scilly, pour tester les réactions de Julie à des situations inévitables en grande croisière et qui peuvent dégoûter une personne plus attirée par l’idée que la réalité de ce genre de vie, telles que la navigation de nuit avec tours de veille. Il fallait aussi que nous sachions si nous étions capable de cohabiter tous les deux, longtemps et sans Alban... Une fois rassurés sur ces points, nous avons commencé à penser aux choses sérieuses.



     Oban pouvait nous emmener où nous voulions, mais que voulions-nous ? Nous avons décidé de commencer par les Canaries puis le Cap-Vert pour ensuite traverser l’Atlantique jusqu’aux Antilles. Ensuite, la mer des Caraïbes nous a emmenés jusqu’à Panama. La traversée du canal m’a tellement remis mon père en mémoire, lui qui est passé si souvent par là. Après quoi s’ouvrait devant nous l’immensité du Pacifique. Nous n’avons pas été épargné par les tempêtes, mais n’aurions échangé nos places pour rien au monde. Nous goûtons un bonheur insolent. A quoi le devons-nous ? Je peux maintenant regarder pour de vrai ce ciel de l’hémisphère Sud, que je ne connaissais que par les atlas célestes. Je comprends pourquoi les humains ont pu penser que ces astres influençaient leurs vies ou représentaient leurs chers disparus. Après tout, j’ai le sentiment que deux d’entre eux veillent sur Julie et moi.



 

FIN

Diffuse en direct !
Regarder son live