Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 13 938 fois
  • 156 J'aime
  • 6 Commentaires

Trois jours de Vacances

Chapitre 1

1

Orgie / Partouze

Cette histoire est une histoire à deux mains dans le sens ou des années plus tard ma femme Mélodie m’a raconté sa version des faits. Entre sa version et la mienne, j’ai pu reproduire les évènements dans l’ordre chronologique.



Mélodie est une très jolie jeune femme de taille moyenne, cheveux aux épaules, elle a vingt sept ans à l’époque des faits, blonde avec des yeux bleus, petite poitrine mais très jolis seins, fesses fermes et dos très cambre. Toujours très bien habillée, Mélodie est avocate à Paris depuis quatre ans.



1- L’éveil des sens, la plage


Cette année-là, nous décidons d’aller à Ibiza passer les vacances d’été avec deux autres couples amis de longue date. Nous n’avons jamais pratique l’échangisme et nous voyageons avec deux couples: Pierre et Stéphanie, un couple d’amis parisiens très mignons, dans la trentaine, et Jacques et Catherine, vivant en banlieue. Je tiens à préciser que les noms de toutes les personnes ont été changés dans cette histoire mais que les faits sont réels. Jacques a une particularité que j’avais déjà remarquée après nos matchs de squash à Bercy, une très grosse et longue verge. J’en avais parlé à Mélodie tellement je trouvais ça troublant. Je ne pouvais m’empêcher de penser à Catherine, plutôt fine qui devait résister aux assauts de cet engin. Je m’étais toujours dit qu’elle devait avoir un sexe très large et profond pour recevoir un tel machin. Bref, nous partons à Ibiza, direction un petit hôtel au Sud du pays, loin de l’agitation légendaire du port.


Notre première soirée est calme mais dès le lendemain, en arrivant sur la plage, notre première surprise est de taille : la plage est très petite et surtout bourrée de nudistes, nous n’étions pas au courant au moment de la réservation. Mélodie me regarde puis sans hésiter se mets nue .Nos amis ne semblent guère ennuyés et se déshabillent sans tarder. Dévêtus, nous ne pouvons pas nous empêcher de nous regarder et de d’en discuter.


L’ambiance est franchement légère et je sens comme un petit courant électrique agiter le groupe. Et si les vacances cools à Ibiza se transformaient en séjour un peu plus chaud ?

Pierre et Stéphanie se sont mis à raconter une histoire plutôt drôle et torride qu’ils ont vécue au Club Med l’année passée. Jacques, allongé sur le dos et les mains derrière la nuque, reluque les autres personnes sur la plage. Sa verge molle, est grassement posée sur sa cuisse. Catherine me fait face, les jambes en tailleur laissant entrevoir une chatte rasée sur les côtes de très près. Certainement, même elle n’avait pas prévu que la plage serait nudiste, elle avait dû s’épiler de très près pour les vacances. C’est pour moi le premier souvenir impérissable des vacances : il y en aura d’autres !


La journée passe en fou-rires et détentes .Nous nageons jusqu’à un rocher à quelques encablures de la plage qui a la particularité d’être très accessible et de s’isoler quelques minutes. Catherine me précède et Mélodie est derrière moi. Pierre nous suit.


Au moment où Catherine s’agrippe à une aspérité pour monter sur le rocher, je suis juste derrière et je ne peux que contempler le magnifique spectacle qu’elle me donne sans s’en douter le moins du monde : ses jambes s’écartent complètement dévoilant une magnifique chatte mouillée d’eau de mer. L’espace d’une dizaine de secondes, j’ai mon nez a moins d’un mètre de son sexe. Les lèvres s’entrouvrent légèrement et je vois les prémices de son vagin.


Depuis des années que je la connais c’est la première fois que je vois aussi bien son sexe. Puis elle se redresse et se retourne vers moi. Elle n’a évidemment pas vu ce que j’ai pu voir. Mélodie me dira plus tard qu’une femme est toujours consciente de ce qu’elle expose aux yeux de l’autre surtout quand il s’agit de cette partie du corps ! Bref, c’est au tour de Mélodie de se hisser sur le rocher. Sans toutefois le soupçonner, je me demande si Pierre va avoir la curiosité de regarder entre les jambes de ma femme… Mélodie exécute le même mouvement et je vois le visage de Pierre s’illuminer. C’est sûr le salopiot a eu droit au même spectacle que moi. Un peu jaloux mais toujours excité je plonge dans l’eau sans tarder car j’ai un début d’érection.


Je laisse les trois derrière moi et je regagne la plage. Mélodie me racontera que Pierre n’arrêtait pas de les vanner quand ils étaient sur le rocher et qu’il affichait une verge à la limite de l’érection.


Le soir arrive rapidement et nous nous préparons chacun dans nos chambres d’hôtel. En fait nous occupons un étage de l’hôtel et de ce fait, nous pouvons laisser nos portes ouvertes pour créer un petit courant d’air. Du couloir, j’aperçois Stéphanie assise sur son lit en train de se passer de la crème sur le corps. Il semble que les limites de notre pudeur ont volés en éclat l’espace d’une seule journée tous ensemble.


Au repas, les conversations vont bon train. Les filles sont ravissantes, Stéphanie a une jupe très courte sur ses jambes déjà bronzées, Catherine un pantalon en toile fine et un petit haut qui s’arrête au nombril. Mélodie est en jupe avec un haut brodé très court et très lâche qui laisse voir par moment ses seins sur les côtés. La conversation débouche sur le sexe et la présence à Ibiza des raves en pleine nature. Chacun connaît ces histoires de raves : musiques rythmiques et obsédantes, alcool et sexe au menu de ces soirées bien spéciales.


On décide que nous allons nous organiser le lendemain pour assister à une : mais le motif invoqué est celui de la curiosité plutôt que celui du sexe. Cela rassure tout le monde mais je crois que personne n’est dupe. Je me mets à penser que mon rêve pourrait se réaliser.


A la fin du repas, Stéphanie propose une ballade à la plage. Tout le monde adhère à l’idée et quelques minutes plus tard nous y descendons. Le silence n’est troublé que de quelques rires étouffés que nous entendons sur notre gauche. Il fait noir et il n’y a pas de lumière seulement la clarté de la lune.


Je me décide à aller voir et Catherine, curieuse comme moi m’accompagne. Mélodie reste avec Pierre, Jacques et Stéphanie, plus fainéants qui ne veulent pas les déranger. Notre intention n’est pas de déranger mais plutôt d’espionner ce qui se passe.


Derrière un des rochers de la plage, une fille est à genou devant un homme. Sans bruits, Stéphanie et moi nous tapissons et observons le manège. L’homme et la fille sont nus. Je reconnais la fille que j’avais vu sur la plage dans la journée. J’avais remarqué son corps très bien fait et sa peau très mate. Elle a aussi une chatte complètement rasée. L’homme a mis son sexe dans sa bouche et elle le suce sensuellement. Stéphanie se serre un peu contre moi et ne peut retenir un petit « oh! » de surprise.


La fille lâche le sexe du gars et se retourne dans notre direction. Elle lui présente ses fesses et sa fente ouverte que le gars se met à lécher avec bruit. Je crois qu’elle nous voit mais elle ne dit rien. Elle est très occupée à ouvrir de plus en plus ses jambes. L’homme lui a mis ses doigts dans le vagin et remue. Je dis à Stéphanie discrètement qu’il lui fait du fist-fucking. Je passe ma main dans son petit haut et j’arrive sans trop de mal à lui toucher un sein. Il est bouillant et de jolie taille. Elle se retourne sur le côté et je peux m’emparer du second.


La vision surréaliste du couple faisant l’amour l’a rendue docile et moi m’a rendu capable de franchir les dix centimètres qui restaient. C’est amusant de penser qu’il n’y a souvent qu’un seul centimètre entre une situation parfaitement normale et une situation aussi sensuelle. J’ai une érection énorme. Je lui dis que nous devrions retourner car les autres vont rappliquer. Elle dit OK dans un souffle alors que l’autre fille est maintenant en train de jouir en tentant d’étouffer ses gémissements.


Sans bruits nous retournons vers nos amis. Le souvenir des seins de Stéphanie me hante pendant encore quelques minutes.

Nous racontons avec excitation ce que nous avons vu : Stéphanie n’épargne aucuns détails et je la soupçonne de vouloir créer une excitation chez les autres. Pour ma part, je n’en ai pas besoin car mon érection ne veut pas se calmer. Mais j’ai l’impression que Pierre peut lire sur mon visage ce qui s’est passé.


La soirée se termine et nous décidons de regagner l’hôtel. Ma tête tourbillonne et je ne peux m’arrêter de penser à Stéphanie. Sa peau était si douce. Arrivée à la chambre, Mélodie me raconte l’histoire du rocher dans la journée et je lui cache ce qui vient de se passer sur la plage. Je suis très excité par la situation qu’elle m’a décrite. Sans souhaiter réellement qu’elle ait des rencontres avec d’autres hommes, il m’est souvent arrivé de l’imaginer faisant l’amour avec autre que moi. Quelquefois avec plus qu’un seul, une bande d’hommes violents et fièrement montés. Ce n’est pas rationnel.

Nous faisons l’amour ce soir-là, avec vigueur. Ces vacances seront placées sous le signe de l’audace. Mon plan est que je dois pousser le groupe plus loin. J’ai déjà eu une touche avec Stéphanie, Mélodie doit s’occuper de Pierre et Jacques pendant que je dois tenter quelque chose avec Catherine... mais comment faire ?

Diffuse en direct !
Regarder son live