Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 011 fois
  • 124 J'aime
  • 0 Commentaire
  • Corrigée par l'équipe

Trois jours de Vacances

Chapitre 3

Orgie / Partouze

4-     Echangismes


 

Au matin, un mal de tête me rattrape de volée et il me faut quelques injections de café fort et musclé pour en venir à bout. On raconte comme on peut la soirée de la veille en évitant les détails. Pour la seconde fois je mens à Mélodie. 

Catherine doit aller à la ville à son tour et personne ne semble vouloir aller avec elle. Je me propose et nous laissons les quatre autres à l’hôtel. Je me demande ce qu’on va pouvoir tirer de cette journée. Catherine a pris le volant et du siège passager je vois ses longues jambes car elle a mis une mini robe. 

La discussion va bon train et elle me demande ce que nous avons vraiment fait la veille car elle ne croit pas un instant à nos histoires. Je n’ai rien à perdre et lui raconte grosso modo l’histoire. J’évite de parler des machines car je trouve ça à la limite du sauvage. Elle rigole un peu puis elle me demande ce que je pense d’elle. J’hésite puis je fonce : elle m’excite beaucoup et j’aimerais la baiser. Je me surprends à dire ces mots mais j’ai lâché cela et je la vois sourire. Elle tourne sa tête vers moi et me demande quand et comment.

Pour le "comment ", elle impose ses conditions : par derrière uniquement. Je suis étonné et lui demande pourquoi. Elle me répond que devant c’est pour Jacques uniquement. Je suis très excité à prendre ce joli cul et le "quand" commence à me manquer. Elle fait un brusque virage à droite et nous voilà sur une petite route de terre déserte. Elle arrête le moteur et se tourne face à moi mettant ses jambes sur mon fauteuil. 


"Laisse-moi déjà de montrer ce que tu n’auras pas”. Sous sa robe courte, elle porte une culotte brodée blanche, très féminine. Je vois ses poils sous l’étoffe fine et ajourée. Elle la retire lentement en soulevant ses fesses et la fait glisser sur ses jambes puis l’enlève complètement. En écartant les jambes généreusement, elle offre un spectacle que je n’oublierai pas de sitôt. Elle repousse vers l’arrière ses deux lèvres pour dévoiler une jolie fente mais la coquine veut me montrer plus. Elle presse son clitoris entre ses doigts et le fait rouler.

Puis, elle glisse deux doigts de chaque main dans sa vulve et se met à tirer lentement. Je comprends ce que Mel disait à propos de sa fente : Catherine a la plus large chatte qu’il m’ait été donné de voir. Je pense que sans forcer j’aurais pu mettre ma main entière sans trop pousser.  Elle semble très excitée et me propose de faire le tour de la voiture.

 

 

Pendant ce temps, Stéphanie est descendue à la plage. Mélodie et les deux hommes restent un instant autour d’un café puis ils décident de remonter dans leurs chambres. Mélodie les rejoint quelques minutes plus tard. Elle sait ce que les deux mecs veulent et cela lui donne des frissons. C’est Pierre qui la rejoint le premier dans sa chambre. 

Mélodie est sur la terrasse, à l’abri de la vigne vierge quand il l’enlace. Il n’a pas fermé la porte mais c’est le vent qui le fait dans un claquement qui fait sursauter les deux amants. Pierre l’attrape par les deux seins et se met à lui pétrir la poitrine. Mélodie lui dégrafe la ceinture de son short et sa verge se déplie mollement puis se tend vers le ciel. Mélodie regarde le gland prendre forme sous l’impulsion de la vapeur que dégage sa bouche. Puis à petits coups de dents, elle se met à lui dévorer la queue jusqu’à la garde. Pierre la laisse faire puis lui propose de la prendre sans tarder mais de la même manière que Jacques la veille.

Mélodie accepte sans mot dire. Elle enlève son maillot et elle se positionne pour recevoir le sexe de Pierre. Celui-ci contemple quelques instants cette jolie chatte, lisse et blanche, et lui enfourne en une fois toute la longueur de son arme. Mélodie est aux anges. Elle aime souvent que je la prenne sans trop de préliminaires, elle dit que c’est plus sauvage. Pierre la lime lentement puis il passe une des mains sous son ventre et redescendant il se met à titiller son petit bouton rose. 


Mel jouit rapidement, reculant avec force sur le sexe de Pierre qui résistant de son mieux la pénètre encore plus profondément. Un peu précocement, il lui décharge dans le vagin sans prévenir. Pierre lui dit qu’il adore lui faire l’amour. Mélodie est choquée, autant le plaisir sexuel est Ok avec elle, autant elle a très peur des sentiments des autres à son égard. Mais Pierre la rassure en la traitant gentiment de salope. Ils rient ensemble quand Jacques entre dans la pièce. Il trouve les deux amants nus. Il propose à Mélodie de lui vider les couilles rapidement avant qu’ils ne descendent tous à la plage. Il a déjà enlevé son short de bain et sa queue érigée montre ses intentions.

Mélodie s’exécute et se remet en position. Craignant la pénétration trop profonde de Jacques, elle lui expose ses fesses. Mais Jacques semble déterminé à s’amuser et commence par lui enfoncer un doigt dans l’anus. ”Il te fait-ca souvent ton mari?”. Pierre joue encore le rôle d’assistant et lui présente le tube de vaseline qui traine sur la commode. Jacques lui badigeonne l’anus et se met à lui stimuler le clitoris. 

Sous l’excitation, Mélodie sent son anus se relâcher. Laissant passer le doigt de Jacques, puis deux. Elle commence à prendre son pied mais redoute le moment fatal où il essaiera de la sodomiser. Elle lui précise qu’elle ne fait pas ça très souvent et qu’il faut y aller doucement. A trois doigts, elle jouit une première fois mais Jacques ne relâche pas son effort et se positionne derrière elle.

 

 

Le tour de la voiture ne me prend pas plus de cinq secondes à faire et ouvrant la porte, je me retrouve face au cul délicieux de Catherine qui a pris la pose pour se faire sodomiser. Au même moment (ou presque) ma femme est dans la même position avec son mari. Mais ça je ne le sais toujours pas. Elle tend ses fesses vers l’arrière et me donne un flacon de crème solaire qu’elle a pris de son sac. Je lui huile un peu le trou et je constate qu’elle a un anus assez lâche.

Mélodie n’aime guère se faire prendre par derrière (du moins c’est ce qu’elle disait). Elle me dit d’y aller d’un coup et que c’est ça qu’elle cherche : la défonce. Je mets mon gland au bord de son anus et à ma surprise elle recule violemment. Je suis au fond de son colon en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. C’est chaud et c’est étrangement lisse et doux. 

Je me mets au travail, le short sur les pieds, tentant de rassasier la jeune femme. Au bout de quelques minutes d’intenses va-et-vient , je la sens jouir et chercher à s’empaler encore plus sur mon sexe, dressé à limite de la rupture. Je jouis à mon tour dans le trou visqueux, inondant ma partenaire.

 

 

Jacques a la ferme intention de se vider dans ce trou qu’il pétrit depuis quelques minutes déjà. L’anus se fait moins rigide et il est plus facile d’y rentrer trois doigts. Le moment est venu et il présente son gland hors de proportion. Pierre lui dit que cela est peux être trop gros, mais Mel fait signe qu’elle veut essayer.


Ecartant ses jambes au maximum, elle laisse l’homme pousser sur l’orifice mais c’est vraiment trop gros. L’impression est que cela va la couper en deux. Jacques effectue un mouvement de rotation autour de sa verge et elle s’enfonce d’un bon centimètre. Mélodie a cru que son anus s’était déchiré sous la pression mais Pierre en lui massant la vulve a su étouffer sa peine par du plaisir. Il se redresse alors et entreprend son pilonnage, poussant sur la queue comme pour en forcer l’entrée. 

A dix centimètres, Mélodie lui dit d’arrêter et de remuer lentement. Ajoutant de la vaseline sur son propre sexe, Jacques s’exécute et se met à limer plus lentement. Mélodie s’aperçoit que la peine a fait place à un plaisir intense. L’homme remue plus vite et Pierre peut voir les parois de son cul se déformer sous les coups de Jacques. Pierre a mis deux doigts dans son vagin et peut sentir la verge de Jacques se répercuter jusque-là. Jacques n’en peut plus et se met à limer plus fort car il veut jouir.

Mélodie essaie d’échapper à ce pieu et avance mais Jacques en jouissant lui enfonce encore plus sa verge dans l’anus. Mélodie jouit en sentant des tonnes de foutre la remplir. Avec joie, elle sent Jacques retirer sa queue de son cul puis elle se retourne pour faire face à lui.


"Alors. Catherine fait-mieux ?" demande-t-elle. Il ne répond pas mais la félicite pour avoir supporté son pénis. A la simple vue de ce sexe énorme, Mélodie se redresse et se penchant devant la glace de la chambre, examine ses fesses. L’anus s’est refermé mais les bords sont rougis et enflés. L’idée qu’elle n’est qu’une pute prête à tout la séduit. Elle sourit. 

 

 

Tout n’a duré que quelques minutes avec Catherine mais c’était intense. Je suis doublement en faute vis-à-vis de Mélodie et la culpabilité me saisit. Nous bâclons nos courses et nous rentrons vers une heure à l’hôtel. L’après-midi est calme et je retrouve Mélodie plus câline que jamais. Nous jouons dans les vagues, nos corps serrés l’un contre l’autre. Catherine et Stéphanie m’observent bizarrement.

Diffuse en direct !
Regarder son live