Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 787 fois
  • 15 J'aime
  • 1 Commentaire

à trois on a moins froid

Chapitre 1

Avec plusieurs femmes

Lui avait pris place en face de nous, elle s’est adossée contre moi et je l’ai prise dans mes bras. Je commençais à caresser négligemment son épaule quand je remarquais le regard qu’il posait sur nous. Je continuais donc des caresses de plus en plus précises, mes mains courraient le long de sa nuque, de son bras, de sa poitrine, jouant de mes doigts dans l’échancrure de son corsage ou dans l’espace ménagé entre les boutons. Il nous couvait d’un œil très intéressé qui avait pour moi valeur d’encouragement. Ma bouche pris donc le même chemin que mes lèvres et s’attardait dans les endroits sensible du cou. Elle soupirait d’aise pendant que je déboutonnais son corsage dévoilant deux seins moulés dans une délicate dentelle. Toujours en regardant notre spectateur dans les yeux, je déplaçais la toile pour libérer les globes et commençais à les titiller, faisant rouler leur pointe entre mes doigts, tiraillant doucement, caressent le galbe pour lui arracher des soupirs à elle de plaisir, à lui de désir. Je fis glisser son corsage puis je dégrafais son soutien-gorge afin que rien ne gêne mes caresses et je présentais à notre spectateur les tétons de mon amie, l’invitant à se joindre à moi. Nous jouions à quatre mains et deux bouches sur son buste et elle semblait apprécier, si j’en juge par ses gémissements.


Tandis qu’il prenait un de ses seins dans sa bouche et l’autre dans sa main, je m’aventurais plus bas le long de sa colonne vertébrale afin de trouver la fermeture de sa jupe que je fis jouer. Je glissais mes mains le long de ses hanches pour faire glisser simultanément vêtements et sous-vêtements, Elle vint à mon secours pour l’aider à se dégager des étoffes qui l’entravaient. Pour la première fois je la voyais nue et offerte. Je caressais son ventre et timidement, craignant qu’elle ne m’arrête encore une fois, je fis glisser ma main vers son entrejambe. Je ne sais si c’était l’alcool ou notre nouvel ami qui La désinhibait mais elle se laissa faire et même ouvrit les jambes pour laisser passer plus facilement ma main. Lorsque j’ai atteint le petit bouton et commencé à le faire rouler sous mon doigt, elle laissa échapper un cri et serra les jambes, comme pour retenir ma main que j’avais commencé à retirer. Elle murmura « encore » dans un souffle et me tendis ses lèvres. Ce fut notre premier baiser, d’abord nos lèvres qui se caressent puis une langue qui pointe et effleure la commissure, appelant une réponse de l’autre, la réponse enfin, pudiquement pour commencer puis plus assurée et enfin nos bouches se sont scellées et nos langues se sont mêlées en un baiser profond.


Je cherchais à aller toujours plus loin, de ma main et de ma langue, incapable de me retenir et je dus l’effrayer car elle rompit le baiser au moment où elle se mit à palpiter de plaisir sous ma main. Notre catalyseur pris sa bouche à ce moment pour un baiser intense mais bref, puis il me rendit la même politesse. Il me fit alors remarquer que j’avais mis mon amie en position de faiblesse en la déshabillant et que je devrais me mettre à égalité avec elle. Elle s’installa dans ses bras de la même façon que dans les miens jusque là et me dis qu’elle avait envie de me voir faire. Face à ce couple, j’improvisais un strip-tease. Les yeux fixés sur eux, je me laissais aller au rythme de la musique, découvrant tour à tour mes épaules, puis faisant glisser mon gilet le long de mes bras, laissant voir mon dos que ma robe ne couvrait pas beaucoup. Tout en ondulant des hanches, je me retournais pour leur faire face et délicatement je tirais sur le ruban qui retenait ma robe sur ma poitrine. En quelques mouvement d’épaules, le décolleté s’ouvrir largement, découvrant mes seins libres. Je fis jouer la fermeture éclair, libérais mes bras des bretelles et lentement, je fis glisser le tissus, découvrant d’abord ma poitrine, puis mon ventre, mes hanches et mon porte-jarretelles et mes bas, la robe tomba enfin jusqu’au sol. Je me retrouvais donc nue ou presque face à eux et ne savais plus comment enchaîner lorsqu’elle se leva pour entamer une petite danse avec moi.


Nos deux corps collés l’un à l’autre se caressant sensuellement au rythme de la musique, nos seins s’effleurant doucement de la pointe, nos mains parcourant le corps de l’autre rapidement suivies de nos bouches… tout cela du contribuer à le rendre impatient de désir car il vint nous rejoindre, nous enlaçant et nous effleurant partout où il était possible. Nous nous tournâmes vers lui et entreprîmes de le débarrasser de ses vêtements. Très rapidement, nous eûmes la preuve que notre compagnie lui plaisait beaucoup. Nous tenant par la main, il nous entraîna vers son lit où nous nous allongeâmes et reprîmes nos caresses. Toutes deux avons convergée vers son sexe tendu, d’abord avec nos mains enlacées nous avons parcouru toute la longueur de sa queue avec un mouvement de va et vient le faisant gémir. Nos langues ont pris le relais, caressant toujours la longueur, insistant sur le frein, titillant le gland, nos langues se mêlaient en même temps, s’alliant pour lui plaire, se combattant pour recueillir la petite goutte qui s’échappait parfois, l’abandonnant pour s’embrasser juste au dessus de cette queue tendue, puis replongeant pour son plaisir. Chacune notre tour le prenions dans notre bouche, l’avalant entièrement avant de le libérer pour que l’autre puisse à son tour profiter de lui. Rapidement sa respiration se fit plus haletante et comme nous ne lui laissions aucun répit, il finit par jouir dans la bouche de mon amie. Celle-ci recueilli tout le sperme dans sa bouche, mais je savais qu’elle avait horreur d’avaler, aussi je m’approchais de sa bouche et elle fit couler le liquide chaud et mêlé de sa salive dans ma bouche afin que je m’en régale. Lorsque j’eus tout avalé, elle m’embrassa et commença à me caresser les seins, sa main trouva le chemin de mon sexe puis d’un simple effleurement à mon clitoris déjà gonflé de désir, elle m’arracha un cri de plaisir. Ses doigts continuèrent jusqu’à s’introduire dans ma chatte trempée, et de deux doigts, elle entreprit de me caresser doucement mais profondément, trouvant rapidement cet endroit particulièrement sensible chez moi déclenchant des ondes de plaisirs dans mon ventre. Je m’approchais le plus possible d’elle pour coller mon corps au sien, et ma main s’insinua en elle pour tenter de lui rendre le plaisir qu’elle me donnait.


Ayant récupéré et ne voulant pas être exclu complètement de nos jeux, il nous rejoignit, nous fit allongé sur le dos côte à côte et s’installa entre nous. Il commença à nous caresser partout, jouant la carte de la symétrie, faisant subir aux deux en même temps le même attouchement. D’abord, nos seins furent palpés, soupesés, serrés, étirés, nos mamelons durent se dresser quand il les manipula, les fit rouler entre ses doigt, les tira et les pinça. On aurait pu croire qu’il cherchait à comparer nos formes, savoir quelle paire de seins lui plaisait le plus, laquelle répondait le mieux à ses caresses, laquelle était la plus opulente. Nous nous tendions sous ses caresses, en appelant d’autres, chaque fois que nous faisions mine de vouloir le caresser ou nous caresser, il nous en empêchait doucement mais fermement, nous l’avions fait jouir trop vite et il était hors de question qu’il ne nous donne pas le plaisir auquel nous avions droit. Ses mains glissèrent vers nos sexes, tout deux moites et brûlants, avides de l’accueillir. De la même façon qu’avec nos seins, il reprit ses investigations, lequel des deux était le puits le plus profond, le plus accueillant, le plus chaud, le plus mouillé… il introduit deux puis trois doigts en moi, m’arrachant un gémissement, il dut faire de même avec elle car je l’entendis gémir presque en même temps. Nous nous regardions droit dans les yeux tandis qu’il nous masturbait, je voulais la voir jouir et je refusais de me rendre avant elle. Au fur et à mesure que le plaisir montait par vague sous ses doigts, je voyais ses yeux s’agrandir, sa poitrine se soulever au même rythme que la mienne, j’entendais les gémissements qu’elle ne parvenait plus à retenir. Je vis dans son regard le moment où elle capitula et je l’entendis réclamer pitié, qu’il vienne en elle. Je le poussais vers elle pour qu’il la satisfasse et je m’installais près d’elle pour caresser son visage, l’embrasser et observer comment allait évoluer son orgasme.


Il écarta Ses jambes et se positionna pour entrer en elle, je recueilli sur ses lèvres son cri de plaisir quand il commença à pousser pour s’introduire profondément. Tandis qu’il la pénétrait je l’embrassais à pleine bouche mais elle me repoussa et me demanda de me positionner au-dessus d’elle. De ses doigts, elle commença à caresser mes lèvres intimes puis elle mit au jour mon clitoris et le caressa du pouce tout en introduisant trois doigts dans mon vagin. Elle se calqua sur le rythme qu’il lui imposait et très vite nos gémissements s’accordèrent. Mais au bout que quelques instants, elle le repoussa, retira ses doigts et lui demanda de s’occuper de moi. Il m’attrapa par les hanches et me fit reculer vers lui, je me laissais tomber à quatre pattes et il s’introduisit en moi assez facilement après le traitement que mon amie m’avait fait subir. Son premier coup de rein me projeta contre elle qui n’avait pas changée de position, je plaquais ma bouche contre son sexe et de ma langue j’explorais tous les replis cachés entre ses cuisses. Je mis deux doigts à l’intérieur et tout en titillant son clitoris de ma langue, je la caressais cherchant à atteindre le plus profond possible. Lorsque je fus prête à jouir sous les coups répétés de notre ami, je forçais un peu le passage, ajoutais un doigt et me mit à la masturber violemment tout en léchant amoureusement le petit bouton. Je crois que nous avons joui tous en même temps.


Nous sommes ensuite tombés épuisés sur le lit mais Elle est venue se placer à mes genoux et de sa langue habile, Elle a nettoyé mon sexe englué de sperme. Je savais qu’elle faisait cela pour moi puisqu’elle détestait le goût du foutre. Je recommençais à haleter sous sa bouche et très vite je jouis de nouveau. Elle s’arrêta et se mis aussi à pousser des petits cris de plaisir, je me redressais et je pus voir qu’il l’avait prise en levrette et s’agitait frénétiquement entre ses cuisses. Comment il avait pu retrouver sa vigueur aussi rapidement me dépassait mais je m’allongeais sous elle et recommençais à les caresser tous les deux en même temps, de ma langue et de mes mains. Il s’était introduit dans le passage le plus étroit et je pouvais observer son sexe dilater son anus, entraîner un peu de peau à chaque fois qu’il se retirait, puis la rondelle qui se distendait à nouveau quand il se réintroduisait. Je pouvais entendre les cris de plaisir et de douleur mêlés de mon amie. Je soulageais un peu sa souffrance et augmentais son plaisir grâce à ma langue qui la caressait et à mes mains qui l’empêchait de se déchaîner dans cette voie étroite. Elle me rendait la pareille et une nouvelle fois nous avons jouis. Cette fois nous nous sommes endormis sur place nos corps emmêlés.


Diffuse en direct !
Regarder son live