Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 911 fois
  • 28 J'aime
  • 0 Commentaire

trop poilu

Chapitre 1

Orgie / Partouze

Je suis trop poilu, je décide de me faire épiler partout, réellement partout. J’en parle à mon amie, Gaby qui n’est qu’à moitié d’accord :

— Tu vas perdre ta virilité, Je ne sais pas si tu me plairas autant.

Je ne l’écoute pas. J’en fais à ma tête. Je cherche dans l’annuaire pour trouver un institut qui s’occupe aussi des hommes. Après presque un après midi de recherches je trouve enfin. Malheureusement il s’agit d’une femme qui en plus ne travaille qu’à domicile. Ma chérie accepte, elle me fait confiance pour ne pas me laisser aller. D’ailleurs pour qu’elle soit sure qu’il n’y aura pas de dérapage, je l’invite à rester.

Le rendez vous est fixé vers 15 heures. J’ai pris mes précautions en prenant un bain dans la matinée. C’est ma chérie qui s’occupe de mon lavage. Mon trempage se termine fort bien quand la main de ma femme vient se fixer sur ma bite. Comme souvent elle me prend à pleine main, entoure ma bite avec sa main. Gaby commence le va-et-vient avant de caresser mes couilles, de de descendre un doigt sur mon cul où elle n’hésite un seul instant à entrer. J’aime bien quand elle agit ainsi. Elle entre le doigt dans le cul. Synchronisé avec le vas et vient de sa main je ne tarde pas à éjecter mon venin dans l’eau. Le sperme flotte ainsi sur l’eau.

Je me lève nu, pour qu’elle finisse de m’essuyer. Elle le fait à sa façon. Si le corps est sec, la bite elle est sucée pour être encore plus propre. Je sens sa langue lécher ma queue, surtout le gland. Elle cherche à me faire jouir encore.

Mais elle, je ne lui ai rien fait. Penchée en avant comme elle est je peux passer ma main sur ses reins pour venir la masturber. Je ne me sers que de deux doigts, un dans le vagin, l’autre dans le cul. Je sais fort bien qu’elle aime se faire enculer pendant qu’elle se masturbe. C’est pourtant la première fois que j’essaie les deux seuls doigts ensemble. L’effet est foudroyant : je la fais jouir facilement : je recommencerais souvent.

Lorsque nous sommes dans la chambre pour me préparer, c’est elle qui s’occupe de l’habiller. Une chemise pour le haut, un pantalon en jean pour le bas. Je trouve que ça ne fait pas beaucoup. Gaby au contraire me trouve « chou ». Le manque de slip me gêne un moment.

— Tu va bander tout à l’heure.

— Je n’en sais rien.

— Je le sais, c’est une femme qui te prendra les roubignoles. Et la queue, elle te fera bander, j’en suis sûre.

— Mais tu seras là, que veux tu qui m’arrive.

— Je n’en sais rien, elle peut de lécher, te branler se faire mette.

— Tu es folle.

— Non, lucide.

— On verra bien.

Elle aussi s’habille à sa manière. Une minijupe en jean, un simple marcel pour le haut, sans plus. Quand volontairement elle se penche en avant, je peux vois sa chatte et son cul. Elle est bandante. Si nous avions le temps je la lui mettrais bien où je pense. Je suis quand même fébrile.

Enfin un coup de sonnette, la voilà.

Gaby se dévoue pour aller ouvrir. La fille qui entre doit voir tout au plus 30 ans. Son visage régulier souffle un rien d’érotisme. Le corps me semble aussi bien. C’est à croire qu’elles se sont donné le mot : les deux femmes sont vêtues pareil. La masseuse puisqu’elle se présente ainsi porte une petite mallette qui contient tout son fourniment.

— Où nous mettons nous, demande la fille.

— Sur le divan, non ?

— Parfait. Veuillez mettre une grande serviette par-dessus et couchez vous.

J’obéis normalement ; sauf qu’il faut que je sois bien découvert. Je profite de l’occasion pour me mettre nu. Gaby me fait les gros yeux. La fille me regarde de haut en bas avec un arrêt obligatoire sur mon fourniment.

Elle me fait mettre à plat ventre pour commencer par la partie pile. Je ne sais trop ce qu’elle me fait, en tout cas c’est douloureux. Au bout d’un bon quart d’heure elle entame les fesses. Sa main se fait douce avant de devenir brutale en enlevant ce qu’elle pose, sans doute des bandes de cire.

Maintenant je dois montrer ma poitrine, mon ventre, mon sexe et les jambes. Tant se passe normalement, sauf que j’ai toujours mal quand elle retire ses machins. Il ne reste maintenant que mon service trois pièces.

Gaby veille de près à ce qu’elle va faire. C’est vrai qu’elle prend à pleine main ma queue qui réagit normalement en commençant à bander, justement ce que ne voulait pas Gaby.

La fille lui dit que je ne risque rien à bander : elle sait comment s’y prendre. C’est vrai, elle sait bien comment s’y prendre. Elle me fait bander encore plus pour soit disant être plus à l’aise. Gaby commence à être excitée de voir une autre main que la sienne sur ma bite. Je la vois passer une main entre ses cuisses sous la jupette. Les mouvements que je vois sont ceux d’une masturbation commençante.

Comment ose-t-elle se branler devant une étrangère, elle si pudique. Je comprends quand je vois que la masseuse aussi est excitée en me touchant ma bite et mes couilles. Son autre main caresse son entrejambes. Elles se regardent en souriant avant de s’approcher pour partager les caresses.

Gaby la prude donne sa chatte à une autre simplement pour jouir. Elle ne se gêne pas pour en faire autant. Petit à petit les deux nanas sont nues. Je dois les regarder ans rien faite, moi qui me fait tripoter depuis un bon moment pas une fille.

Je suis comme elles j’ai envie de jouir. Je les avertis juste avant de me branler. Heureusement que Gaby m’a donné deux fois du plaisir, je vais jouir en prenant mon temps.

Je sis assez surpris quand la fille vient sur moi, m’enjambe, se met le gland sur l’entrée de son cul. Elle se laisser glisser sur moi. Son cul est au moins aussi agréable que celui de Gaby à qui je le dis. Sans doute un brin de jalousie, elle qui se faisait branler par celle que j’encule vient me donner son con sur la bouche. Je suis noyé de cyprine : elle a du bien jouir avec l’autre fille. Ma langue sait parfaitement ce qu’il faut faire, même si ma bite est occupée avec une autre. Elle entre dans son con. J’adore lécher cet endroit, source de ses orgasmes. Mon nez est pile sur son anus. Elle aime ça, elle aime mieux quand je l’y lèche.

Je sens les deux filles s’embrasser sur la bouche à leurs mouvements trop coordonnés. Elles jouissent presque ensemble alors que je suis sur le point de donner le sperme à un cul qui se retire

Toujours nue la fille prend son matériel pour finir tout ce qui est contre ma bite. Elle me rase cette fois ci. Je sens le rasoir frôler ma queue, mes couilles, mon pubis. C’est agréable, surtout que je bande toujours.

Cette fois Gaby s’occupe de moi en me branlant un peu et me suçant beaucoup. Elle me fait jouir : je lui donne avec grand plaisir mon sperme qu’elle garde dans sa bouche.

Normalement elle le déguste avant de m’embrasser. Cette fois un léger changement, elle donne la moitie de ma semence à la masseuse avant d’en avaler le resta et m’embrasser après.

L’opération n’a pas été onéreuse, nous n’avons pas payé à celle qui fut notre maitresse un après midi entier.

Diffuse en direct !
Regarder son live