Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 841 fois
  • 64 J'aime
  • 6 Commentaires

UNDERWEAR

Chapitre 1

ma culotte enroulée autour de ton pénis

Hétéro

Derrière une porte dans un appartement bourgeois, un Jeune Homme à la voix légèrement grave chante une comptine pour enfant.


Le Jeune Homme ouvre la porte, il apparaît bien bâti dans une tenue décontractée, les cheveux en pagaille. Il continue de chanter l’air de la mélodie en baissant la voix jusqu’à ce que la porte soit totalement refermée.


Le jeune règle le volume d’un babyphone qu’il accroche à sa ceinture, puis sort son smartphone et envoie un SMS :


— Votre bébé s’est endormi.


Le Jeune Homme attrape une pomme dans la cuisine et croque dedans, lorsqu’il reçoit un message, puis un second :


— Merci de m’avoir informé".

— Nous pensons rentrer plus tard que prévu, OK pour vous ?”


Le jeune homme répond :


— Oui bien sûr".


Le Jeune Homme traverse un grand couloir pour arriver dans un salon au design luxueux, entouré de grandes fenêtres. Il observe les différents appartements en face, sans voir personne ni rien d’intéressant.


Pourtant, dissimulée dans l’obscurité d’un des appartements en face, il y a une Jeune Femme en t-shirt et leggins, qui l’observe. De là où elle est, elle a une vue imprenable sur toute la longueur du luxueux appartement où se trouve le Jeune Homme. Elle l’observe en train de regarder la bibliothèque.


Le Jeune Homme regarde les photos du couple de quarantenaires, en voyage, avec leur famille, leur bébé, etc. Toutes sont encadrées et disposées devant les livres de la bibliothèque.


Le Jeune Homme attrape une photo en particulier sur laquelle l’Épouse tient son Mari par l’épaule, ils sourient tous les deux face à l’objectif. Le Jeune Homme concentre son regard sur l’Épouse. Elle semble réservée, mais son regard est chaleureux.


Le Jeune Homme repose le cadre et s’arrête maintenant sur une autre photo qui l’interpelle : l’Épouse y est accroupie sur la plage en maillot une pièce, elle sourit coquinement face à l’objectif. Le Jeune Homme fixe son sourire, puis sa poitrine et ses tétons qui pointent à travers son maillot de bain. Il descend le regard et devine la fente de son sexe sous le tissu. Il est captivé.


Le Jeune Homme saisit le cadre, mais la photo glisse aussitôt et révèle une autre photo qui était cachée sous la première : l’Épouse y est exactement au même endroit, dans la même position, mais cette fois totalement nue, offrant au photographe une vue dégagée sur ses seins et sur son sexe totalement épilé.


Le Jeune Homme est décontenancé, il remet aussitôt la photo et le cadre à leur place.


Le Jeune Homme est assis dans un canapé, immobile, il allume la télé. Mais ne peut s’empêcher de regarder en direction de la photo.


De l’autre côté dans l’appartement vis-à-vis, la Jeune Femme regarde le Jeune Homme débloquer un portail pour enfant à l’entrée d’un escalier dans lequel il disparaît, pour réapparaître à l’étage où il allume la lumière.


Le Jeune Homme est dans une grande chambre très ordonnée. Il passe en revue la petite maquilleuse dans un coin, les deux tables de chevet de chaque côté du lit, avec des livres, des Kleenex et des crèmes de soin.


Le Jeune Homme ouvre une armoire dressing, ouvre des tiroirs, et finit par tomber sur un bac rempli de sous-vêtements féminins : strings, culottes, soutiens-gorge.


Le Jeune Homme attrape une culotte rose en soie avec dentelle et commence à la caresser du bout des doigts.


Il se concentre ensuite sur la partie cotonneuse au centre, avant de la coller sous son nez pour la sentir, tout en se pinçant le sexe.


Le Jeune Homme baisse son pantalon sur ses pieds, s’assied sur le coin du lit et sort son sexe déjà raide, qu’il commence à branler, avec la culotte entre ses doigts.


Il attrape un flacon de crème posé sur la table de chevet et enduit sa verge de crème. Il commence ensuite à se masturber, tout en humant la culotte.


De sa fenêtre, la Jeune Femme observe avec des jumelles le sexe luisant et dressé du Jeune Homme qui se masturbe sans aucune gêne.


Le Jeune Homme enroule la culotte autour de sa bite, puis empoigne le tout et continue de se masturber, en faisant attention de laisser un léger espace entre sa main et sa verge pour qu’il y ait frottement du tissu sur sa queue.


De l’autre côté en vis-à-vis, la Jeune Femme continue de le regarder en se glissant une main dans son leggins, puis s’arrête brutalement. Son regard se déplace sur la porte d’entrée de l’appartement qui s’ouvre : c’est l’Épouse.


L’Épouse entre chez elle dans une robe très élégante. Le son de la télé se fait entendre. Elle se hasarde en laissant un “Bonsoir”, sans réponse.


Elle enlève ses talons, puis son manteau qu’elle accroche au porte-manteau.


Elle traverse l’appartement qu’elle balaie du regard, puis entre dans la chambre de l’enfant.


Elle ressort et referme la porte.


Elle passe sa tête dans la cuisine allumée, puis ne voyant personne, elle ouvre la barrière pour bébé de l’escalier et monte à l’étage.


L’Épouse est sur le pas de la porte de sa chambre. Elle découvre le Jeune Homme allongé sur le lit en train de se masturber avec une de ses culottes ficelées autour de son pénis.


L’Épouse regarde la scène impassiblement, puis se racle la gorge.


— Bonsoir.


Le Jeune Homme sursaute et par réflexe se lève brusquement et tourne le dos à l’Épouse. Il enlève la culotte de son sexe, qui tombe à ses pieds. Il jette un coup d’œil derrière lui et voit l’Épouse qui est restée dans l’embrasure de la porte.


Pris au piège, il met ses deux mains derrière son dos pour cacher ses fesses.


L’Épouse l’interpelle comme si de rien n’était.


— Tout s’est bien passé ?


Pas de réponse.


— Je vous ai posé une question ?

— Oui, tout va bien, il dort. J’ai le babyphone dans ma poche.


Je suis désolé.


L’Épouse regarde le Jeune Homme de dos, son corps nu et ses fesses entravées.


— Regardez-moi quand vous me parlez, je vous prie.


Le Jeune Homme reste de dos, décontenancé. Il a le souffle court.


— Vous jouez à des jeux risqués, faut assumer.


Retournez-vous s’il vous plaît.


Le Jeune Homme se retourne tête baissée et met ses mains sur son sexe.


— Je suis désolé, je sais pas ce qui m’a pris.


La femme l’observe un moment.


— Je peux vous demander d’enlever vos mains ?


Ou si vous préférez, je peux appeler mon mari.


Le Jeune Homme hésite, puis dégage ses mains pour laisser apparaître son sexe encore gonflé. Elle baisse son regard sur son sexe, puis revient sur son regard.


— Qu’est-ce que vous comptez faire maintenant ?


Le jeune homme remet ses mains sur son sexe, il ne sait pas quoi répondre.


— Rentrer chez moi...


L’Épouse lève les sourcils, en le jaugeant du regard.

Elle glisse ses mains sous sa robe et enlève sa culotte en dentelle.


Le Jeune Homme ose un deuxième regard furtif.


L’Épouse s’approche lentement du Jeune Homme avec sa culotte au bout des doigts. Elle lui met sous le nez puis la lui tend.


— Tenez. Prenez là.


C’est un petit cadeau, pour terminer ce que vous avez commencé.


Le jeune l’attrape. L’Épouse fait demi-tour puis s’en va, avant de réapparaître aussitôt.


— Si vous préférez rester, vous pouvez aussi.


Le jeune relève le regard vers elle.


— Mais dans ce cas, je veux que vous alliez vous asseoir sur le canapé du salon, entièrement nu,


et que vous enrouliez ma culotte autour de votre pénis.


Sur ces mots, l’Épouse hausse les sourcils et disparaît.


Le Jeune Homme remet son caleçon et son pantalon. Il est tout tremblant.


Il traverse l’appartement tout habillé sans voir l’Épouse, mais entend le micro-onde allumé dans la cuisine.


Il ouvre lentement la porte d’entrée. Il hésite puis jette un œil à la culotte en dentelle.


La porte d’entrée se referme.


La lumière dans le salon est tamisée. L’Épouse apparaît dans le salon avec une tasse de thé chaud.


Elle découvre le Jeune Homme totalement nu, assis sur le canapé, avec la culotte enroulée autour de son sexe.


— Tiens tiens, qui voilà. C’est gentil de rester un peu.


Vous voulez du thé ?


Le Jeune Homme ne bouge pas, il ne sait pas comment réagir.


Elle regarde le sexe du Jeune Homme enroulé dans sa culotte.


— Vous m’avez apporté un cadeau en plus, fallait pas.


Je peux le déballer ?


Le Jeune Homme essaie de se détendre, il sourit.


L’Épouse s’assied sur la table basse en face de lui et écarte les jambes pour le laisser voir sa fente entièrement rasée. Il ne peut s’empêcher de regarder.


L’Épouse approche ses mains du sexe du Jeune Homme et déroule la culotte qui libère sa verge.


— C’est quoi ? Une pâtisserie ? C’est sucré ou salé ?


Le jeune homme est très excité.


— Vous savez pas ?


Va falloir que je goûte alors. Je peux ?


Il acquiesce.


Elle sourit tout en approchant son visage de la verge, mais soudain fronce les sourcils en humant son gland.


— C’est marrant, on a la même crème de soin pour le visage.


Vous avez raison, c’est anti-ride. Petit coquin.


Elle tend le bras à l’autre bout de la table basse et attrape une lingette nettoyante pour bébé dans un étui en cuir. Elle fait basculer le Jeune Homme en arrière, la tête en angle droit contre le dossier du sofa.


Elle lui attrape la bite énergiquement pour la nettoyer tout du long avec la lingette, le nettoyage se transforme en masturbation pendant que de l’autre main, l’Épouse enveloppe ses couilles dans la lingette et joue avec de glisser la lingette sous ses couilles, pour se diriger jusqu’au milieu de sa raie de ses fesses.


Le Jeune Homme tente de se retenir, mais lâche un gémissement qui le dépasse, la femme sourit, faussement innocente.


— Qu’est-ce qui se passe ?


Elle continue de le nettoyer en concentrant la pression de la lingette sur son anus. Elle prend plaisir à le regarder retenir son excitation.


— Ça fait du bien...


Le Jeune Homme ouvre la bouche d’excitation. L’Épouse jette la lingette et vient approcher son doigt avec un ongle pointu et verni, qu’elle caresse contre son gland. Elle s’amuse de voir son sexe bouger tout seul d’excitation.


L’épouse sort sa langue qu’elle approche pour commencer à lui lécher le gland, puis continue d’enfoncer son sexe dans sa bouche et commence à aller et venir. Il gémit.


Elle prend son temps, serre bien son sexe tout en le suçant pour faire monter le sang. Elle salive aussi énormément pour que ses lèvres maquillées glissent sur sa verge.


Dans le bâtiment d’en face, la Jeune Femme se masturbe avec le leggings baissé sur les genoux, une main devant et une main derrière. Quand par accident elle pose son pied sur le bouton qui allume sa lampe.


L’Épouse la voit aussitôt, elle lui sourit d’un air complice, et tout en regardant la Jeune Femme dans les yeux, l’Épouse mouille son doigt dans sa bouche et le glisse lentement, mais avec assurance dans l’anus du Jeune Homme, qui s’arrête un instant de respirer.


La Jeune Femme gémit elle aussi en se masturbant.


L’Épouse fait de petits va-et-vient avec son doigt dans le trou du cul du Jeune Homme recouvert de bave, tout en le regardant avec tendresse et plaisir. Il peine à contenir son plaisir. Elle accompagne tous ses râles, faisant monter la pression.


— Il est si doux, et si fragile. Ton petit trou du cul m’excite.


L’Épouse gémit en continuant d’aller et venir avec son doigt tout en le masturbant de l’autre main. Le Jeune Homme a le souffle court, il s’emballe en accélérant le rythme en tordant son corps, quand l’Épouse décide de sortir le doigt lentement de son cul et cesse de le masturber.


— Calme-toi. On a pas encore fini.


De l’autre côté de la fenêtre, la Jeune Femme est maintenant complètement nue, la lumière toujours allumée. Elle se tient les bras tendus et les mains plaquées contre la vitre de la fenêtre, tout en pointant ses fesses en arrière, où un homme dont on ne voit pas encore le visage est agenouillé.


L’Homme se révèle être le Mari de l’Épouse. La Jeune Femme se tourne vers lui.


— Dépêche-toi.


Il écarte les fesses de la Jeune Femme pour avoir une vue imprenable sur son anus tout rose au-dessus de ses lèvres gonflées. En même temps que le Mari lui lèche sa petite rondelle puis sa vulve toute trempée, il passe sa main sous sa chatte, lui caresse le ventre, puis remonte sur son sein qu’il presse dans sa main, et enfin redescend pour appuyer sa main contre son clitoris, en faisant de petits mouvements circulaires de plus en plus rapides. La Jeune Femme gémit en regardant l’Épouse de l’autre côté, maintenant accroupie sur le canapé, la robe relevée, dévoilant sa chatte rasée et mouillée qu’elle positionne à quelques centimètres du visage du Jeune Homme. Il tire la langue, mais n’arrive pas à atteindre la vulve.


— C’est ça dont t’as envie depuis le début ?


Il acquiesce en tirant la langue, sans toutefois pouvoir l’atteindre.


— Oh oui t’as faim.


L’Épouse vient doucement, mais sûrement presser ses lèvres gonflées contre le visage du Jeune Homme, qui enfonce sa bouche en elle sans retenue, il la dévore avec sa langue. Il a du mal à respirer, tout en gémissant de plaisir.


Elle le laisse respirer puis passe sa robe par-dessus la tête du jeune homme, qui continue de remuer son crâne caché sous le tissu.


L’Épouse gémit et fait de petits mouvements pour guider son visage en se tortillant. Elle grimace de plaisir, puis se redresse encore et se cambre pour que le visage du Jeune Homme soit collé sous ses fesses.


Elle attrape chacune de ses fesses et les écarte pour que le Jeune Homme puisse enfoncer son visage le plus profondément possible en dessous d’elle. Elle remue et gémit, en rythme avec les râles animaux du Jeune Homme.


L’Épouse sort ses seins de son décolleté, les attrape et les presse, puis redouble d’excitation lorsqu’elle découvre que le Jeune Homme est en train de se masturber en même temps.


De l’autre côté chez la Jeune Femme, le Mari est debout derrière elle, il verse un tube de lubrifiant en quantité à l’entrée des fesses de la Jeune Femme, tandis que le gel glisse dans sa raie et coule en grande partie au sol.


Le Mari fait glisser son pénis raide dans sa raie jusqu’à ce qu’il atteigne le petit anus rose de la Jeune Femme, qui s’élargit rapidement sous la pression, laissant le membre du Mari s’engloutir dedans. La Jeune Femme se cambre et agrippe la cuisse du Mari.


Au moment où elle se détend à nouveau, le Mari commence à faire de longs va-et-vient très lentement, en la tenant par le cou, l’obligeant à se cambrer énormément.


La Jeune Femme se met à gémir, ce qui fait plaisir au Mari. La bouche de la Jeune Femme est grande ouverte d’excitation.


Dans l’autre bâtiment, l’Épouse découvre le visage du Jeune Homme, qui a les cheveux et le front tous transpirants, et sa bouche toute luisante de mouille.


La Femme lui sèche la bouche avec un coin de sa robe et lui tourne la mâchoire vers la fenêtre.


— Tu veux me faire jouir devant ta petite amie ?


Le Jeune Homme découvre la Jeune Femme en face, et le Mari derrière elle qui la prend par à-coups secs. La Jeune Femme prend son pied en fixant le Jeune Homme du regard. Son regard est intense.


Le Jeune Homme soulève la robe de l’Épouse positionnée en levrette contre la fenêtre. Il la pénètre, avant d’accélérer, tout en agrippant ses hanches avec assurance. L’épouse exulte.


— Prends-moi partout.


Le Jeune Homme met un doigt dans la bouche de l’Épouse qu’elle lèche avec extase, avant qu’il lui enserre le cou, tout en lui mettant des coups de reins de plus en plus forts.


Les deux couples baisent face à face en se regardant par fenêtres interposées.


Le Jeune Homme regarde la Jeune Femme devant lui, tout en s’approchant du visage de l’Épouse qui gémit, il lui chuchote à l’oreille...


— Ta chatte est si sucrée, et ton cul si salé.


Je pourrais les dévorer du matin au soir.


En voyant l’Épouse jouir dans un état second, la Jeune Femme en face ouvre grand la bouche d’excitation, elle jouit elle aussi, pendant que le mari fait de tout petits mouvements en elle.


Le Jeune Homme accélère le rythme en regardant la Jeune Femme jouir, et au moment où il se hasarde à passer son pouce à l’entrée de l’anus de l’Épouse et à s’y enfoncer, l’Épouse crie de plaisir, c’est violent, tandis que lui ressort sa verge dans un sursaut pour aussitôt éjaculer dans un râle incontrôlé. Son sperme gicle et se répand sur le parquet.


Le Jeune Homme se redresse et s’accoude sur le dossier du sofa, avec du sperme qui continue de couler de son sexe jusque sur sa jambe.


Le Jeune Homme regarde vers la fenêtre, soudain surpris de voir l’appartement de la Jeune Femme en vis-à-vis éteint, et les rideaux tirés. Il sourit.


De l’autre côté de la fenêtre, dans l’obscurité, la Jeune Femme porte toujours son tee-shirt et son legging, elle est allongée sur son lit, toute transpirante, elle sourit aussi.


Dans l’appartement bourgeois, le Jeune Homme est tranquillement assis devant la télé. Il se lève en voyant l’Épouse et le Mari rentrer. Tout le monde se sourit poliment, l’Épouse sort son porte-monnaie et paie le Jeune Homme, qui lui rend le babyphone accroché à sa ceinture.


La Jeune Femme se passe de l’eau sur le visage en se regardant dans la glace de sa salle de bain, quand elle sursaute, ça frappe à la porte.


— Entre !


La porte s’ouvre sur le Jeune Homme qui apparaît tout souriant.


— Hey !


La Jeune Femme sourit.


— C’était comment ton babysitting ?

— (ironique) Passionnant comme d’hab.


Et toi tes révisions ?


Elle fait la moue. Il s’approche et l’embrasse, avant de s’arrêter en posant sa main sur son cœur. Puis en glissant sa main dans son legging.


— Non ?!

— Quoi ?

— Tu nous as encore imaginés en train de baiser les voisins ?


Elle sourit, en faisant l’air de celle qui ne comprend absolument pas de quoi il parle.



fin

Diffuse en direct !
Regarder son live