Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 707 fois
  • 9 J'aime
  • 7 Commentaires

Une affaire rondement menée.

Chapitre 1

Trash

A VENDRE…



Cela faisait 18 mois que Caroline tentait de vendre sa voiture, sans succès....

Elle avait vraiment besoin de cet argent pour un achat urgent et, était résolue à tout tenter pour réussir.

Un jour, elle eut une idée audacieuse et passa cette annonce :

A vendre et à prendre de suite si affinités…

Elle y ajouta une photo de la voiture et de sa propriétaire appuyée lascivement sur la carrosserie et habillée d’une jupe droite en cuir noir, juchée sur des escarpins hauts galbant ses jambes et d’un chemisier décolleté laissant clairement transparaître sa superbe poitrine.

Elle reçut plusieurs dizaines de mails suite à son annonce.

La plupart pour négocier le prix de la Pin-up plutôt que celui de la voiture.

Souvent bien graveleux et vulgaires, ceux-ci demandant des photos complémentaires de la fille en talons … ou de savoir si la pipe était en option… l’éjac était à part… ou si, à ce prix, on pouvait venir à plusieurs pour tester les airbags, lui faire reluire le pare chocs et lui faire faire la vidange !!!

Caroline était un peu surprise de déclencher de tels élans, même si elle savait que ses formes attiraient les regards et déclenchaient quelques torticolis !!

Elle fit un tri, n’oubliant pas le but de sa recherche, et laissa de côté les demandes les plus vulgaires.. Pourtant, elle ne pouvait s’empêcher d’imaginer des scènes de sexe particulièrement débridées en lisant les réponses de ces inconnus…

Dans le lot, un mail retenu particulièrement son attention :


- Vous êtes fort attirante sur cette photo ! Je ne peux résister à l’envie de vous connaître plus ’’profondément’’...

Je suis expert en jolies carrosseries et le prix que vous demandez pour l’ensemble de la ’’prestation’’ semble intéressant !...


Le langage travaillé et le désir à peine voilé de cet homme provoqua en elle une forte montée d’adrénaline.


— Pouvez-vous m’en dire davantage sur l’ensemble des prestations proposées ? Et si, des suppléments sont à prévoir ?


Le message était signé ’’JM’’ ….



L’audace de cet homme était alléchante. Elle répondit :


— Je suis ouverte à toutes propositions qui puisse me satisfaire et serai soumise à vos expertises approfondies avec ou sans supplément ! Mais sachez que le moteur est puissant et … gourmand !!


La réponse ne se fit pas attendre :


— Si la gourmandise est en rapport avec la carrosserie, l’affaire sera facile à conclure !

Et il lui proposa de la rencontrer là où elle voudrait en fin de journée le lendemain.


Elle confirma le rendez-vous chez elle, la voiture était dans le parc devant la maison.

Puis le jour venu elle se prépara, très excitée par cette rencontre. Elle mit une robe rouge moulante très décolletée qui mettait ses formes en valeur, un soutien-gorge pigeonnant en dentelle noire, un porte-jarretelles assorti, des bas de soie et des escarpins à talons aiguilles.

Dans l’excitation... Elle en oublia sa culotte… (Ou serait-ce un acte manqué ???)


L’homme arriva, prenant soin d’être à l’heure, à l’adresse indiquée. Le soleil commençait à tomber. Il gara sa voiture devant le portail, sonna.

La porte de la propriété étant ouverte, il entra de quelques pas sur l’allée de graviers bordée d’arbres qui menait à la maison.

Elle le regarda par la fenêtre :


— Un beau mâle rien que pour moi ! se dit-elle.


Elle en eut de légers spasmes dans le bas-ventre.


Jeans, chaussures de ville, chemise…classique…


— Entrez votre voiture si vous voulez ! dit-elle.

— Ok ! lui répondit-il tout en souriant de la voir si provocante et sensuelle dans l’encadrement de la porte.

’’Hummm… qu’elle est bonne cette salope ! ’’ se dit-il. ’’On va bien s’amuser...’’


Il avança sa voiture jusqu’à la cour, se gara, coupa le moteur.... mais stupeur…il n’était pas seul !?....

En effet, alors que le conducteur sortait à nouveau de son véhicule, elle vit les portes-passagers s’ouvrir également et un homme et une femme de belle allure sortirent à leur tour.

Elle fut étonnée de l’attitude de son acquéreur, ne sachant pas si la présence de ce duo était un signe de revirement de situation ou s’il avait l’intention de voir jusqu’où elle était capable d’aller.


— ’’Soit !’’ Carrant les épaules et gonflant la poitrine elle sortit les accueillir.


JM vit sortir une panthère glamour, de rouge vêtue, s’avancer vers lui. Elle était fière, insolente, et d’un sex-appeal ravageur.


Sûre d’elle, elle lui lança :


— ’’Eh bien, vous êtes venu accompagné? Participeront ils à la vente ou … sont-ils là en qualité d’observateurs ?’’

— ’’J’ai fait appel à mes experts personnels, pour juger des qualités et des réelles capacités de la bête, et si le moteur vaut aussi bien que la carrosserie … Cela ne vous dérange pas.... J’espère ...?!’’


Sans se démonter elle asséna un ’’pas du tout’’ franc et direct et appuya ses dires en embrassant sur la bouche les trois arrivants.


— ’’Au fait, mon nom est Caroline.... ’’dit-elle, en se retournant, roulant des hanches, perchée sur ses talons, avant de les inviter à la suivre ...


— ’’Vous prendrez bien un verre à l’intérieur avant d’inspecter la voiture ?’’


La femme invitée, une belle rousse, dit en se léchant les lèvres et prenant la main de son compagnon brun :


— ’’Eh bien JM, on peut dire que c’est une belle salope que tu nous as trouvé là ! On va bien s’amuser !’’

— ’’T’emballe pas, ma belle, pas sûr qu’elle supporte nos traitements !’’

— ’’En tout cas ça s’annonce bien cette vente, finit JM en emboîtant le pas de la maîtresse des lieux.’’


Installés au salon pour un drink, les trois convives prenaient plaisir à se laisser servir par la belle Caroline.

Autour d’une table basse deux canapés se faisaient faces dans un intérieur cossu.

JM pris place seul, sur le premier canapé ; faisant dos à l’entrée de la pièce.

La rousse et son compère brun se placèrent sur celui resté libre face à JM.

En bonne maîtresse de maison, Caroline, servait avec zèle ses invités, tout en sensualité et provocation.

Elle prend soin de se placer debout, sur le côté gauche, entre la table et JM afin de lui présenter l’échancrure de sa robe, laissant apparaître sa jambe droite galbée de soie.

JM pouvait voir jusqu’en haut de ses cuisses et la lisière de ses bas.

Elle se baissait pour servir ses autres invités - ce qui faisait ressortir ostensiblement sa croupe... JM n’en perdait pas une miette...

Ainsi courbée vers la rousse, elle montrait clairement son décolleté plongeant et ses gros seins ronds et fermes jusqu’à l’aréole brune de ses tétons.

Ce spectacle provoquât une vive excitation chez ses invités.


Le brun commença à caresser la cuisse de sa rousse, faisant imperceptiblement remonter sa jupe de satin, laissant apparaître ses jambes nues. Elle, lui palpait sans pudeur le sexe, laissant deviner sous son pantalon une verge de belle taille.

Caroline ne pouvait détourner le regard de cette scène et sentit sa vulve réagir vivement...

Elle en laissât tomber la serviette de papier qu’elle tenait en main... Elle écartât légèrement les jambes et, sans lâcher la scène des yeux, continuât à se baisser, toujours jambes tendues, afin de ramasser la serviette...

JM, ne put se retenir de lui poser sa main gauche sur la fesse droite et commença à lui caresser et lui palper comme pour vérifier la qualité du produit... Caroline eut un infime sursaut mais se laissa faire, allant jusqu’à légèrement rouler des hanche pour montrer son approbation.

Elle posa ses mains sur ses chevilles et écarta davantage les jambes. Pivotant la tête, elle sourit à JM.


— ’’Ça vous convient ?’’ Dit-elle.


Il fit une moue satisfaite en redoublant ses palpations viriles, avant de lui envoyer une bonne claque sur la fesse.

Elle se redressa et fit volte-face, l’air mutine, comme si cela l’avait choquée !

Mais sourire et pincement aux lèvres, elle se pencha sur lui, offrant ainsi sa poitrine en spectacle. Elle posa ses mains sur l’intérieur des cuisses de JM, qui écarta les jambes, ouvrant la voie vers sa queue.

Caroline se glissa vers lui ondulant du cul comme dans une danse de strip-tease. Elle commença à lui caresser la queue à travers la toile de son jeans … JM lui attrapa alors les cheveux d’une poigne ferme et la força à l’embrasser...

Caroline ne se fit pas prier, et plongea sa langue dans la bouche de JM, s’en suivit une joute linguistique des plus profonde …


Brusquement elle sentit, dans son dos, le zip de sa robe s’ouvrir …. Elle ouvrit les yeux et reprit ses esprit alors même qu’elle était en train de se retrouver en lingerie, sans culotte....offerte au regard de tous.

Elle tourna les yeux et vit le brun, queue à la main. Elle voulut se retourner mais JM l’agrippa pour la maintenir contre lui...


    - ’’Mais …. ???? Que... Je.... ’’ balbutia Caroline quelque peu désarçonnée.


’’Ne bouge pas ma belle’’ lui dit-il droit dans les yeux.

’’Luc va s’occuper de toi, il aime les bonnes salopes dans ton genre !!...’’.



A ces mots Luc lui enfonça puissamment deux doigts dans la chatte. Cela la fit tressaillir mais JM la tenait fermement, et elle n’avait d’autre choix que d’accepter son traitement... Caroline écarta les jambes, et se cambra en signe de soumission...

L’homme derrière elle lui fourra violemment la chatte et elle se répandit en jets de cyprine abondants et incontrôlables, mouillant jusqu’à ses escarpins.


— ’’Et bien regardez-moi cette salope !! Elle démarre au quart de tour ! ’’ Fit JM en souriant.


Caroline était morte de honte de se répandre ainsi si facilement devant ces deux hommes.


— ’’Non de dieu je suis vraiment en salope ! ’’ se dit-elle intérieurement alors qu’elle ne pouvait retenir des gémissements de chatte en chaleur...


L’homme sortit ses doigts, et lui colla dans la bouche pour lui faire lécher...


— ’’Tiens ! Goûte comme tu es bonne...’’


L’humiliation continuait alors que JM lui malaxait les seins sans vergogne, s’amusant de lui pincer les tétons et de la sentir tressaillir à chaque fois...

Luc derrière elle, posa ses deux mains sur ses fesses et, lui remontant légèrement, plaça son gland turgescent contre la chatte de sa victime trempée.

Elle sentit toute la puissance et l’excitation de cet homme avec sa belle grosse queue dûment branlée par la rousse ! Elle allait être pénétrée promptement et la rudesse de cet assaut ne faisait aucun doute....


JM la pris alors par les cheveux, lui relevant le visage, et lui dit brutalement :


— ’’Il va te baiser ! Et toi tu vas me sucer comme une bonne pute !’’


Elle tâtonne de ses mains, ouvre le jeans de JM, et trouve sa queue déjà bien bandante. Elle la sort de son pantalon.... Une belle grosse queue d’un bon diamètre mais dont elle sent qu’elle n’est pas à son maximum d’érection.

Elle commence à le branler fermement alors qu’il accroît la puissance de ses palpations diverses.


L’homme derrière elle enfonce alors puissamment sa queue dans le vagin de Caroline.

Toujours juchée sur ses talons, jambes écartées, elle peine à garder son équilibre.

Luc lui attrape les hanches et lui assène de grands coups de reins violents !

Elle peut sentir le diamètre imposant du membre de son assaillant lui ravager la chatte...

Caroline gémit alors même qu’elle est secouée de nombreux spasmes de plaisir... Elle tente de se reprendre pour désespérément introduire la queue de JM dans sa bouche....

Mais, ouvrant les yeux, elle découvre que la rousse lui a volé sa proie.


— ’’Elle n’a pas perdu de temps, la pute’’ se dit-elle en serrant les dents...


La rousse était en train d’engloutir la belle et grosse queue de JM.

Elle la prenait jusqu’aux couilles, ce qui impressionna Caroline.

Avec son autre main, JM doigtait la rousse posée à quatre pattes sur le canapé.

Elle non plus ne semblait pas avoir de culotte !!

JM sortit ses doigts de cette chatte rouquine pour les fourrer dans la bouche de sa blonde du jour.


— Tiens goûte cette belle salope ! Elle est bonne hein ?


Le brun en profitait et pilonnait Caroline sans la moindre retenue... Puis, sans prévenir, sortit sa queue pleine de mouille, retourna Caroline et la fit s’accroupir devant lui entre le canapé et la table basse...


-’’Puisque tu n’es pas capable de sucer mon pote, bouffe moi donc la queue, salope !’’

Et il commença à lui baiser la bouche comme la dernière des traînées.

Alors qu’elle était soumise devant cet homme, avalant goulûment sa queue, elle sentit une langue pénétrer sa fente trempée : la rousse était en train de la lécher, allongée par terre, elle allait de son clitoris à son cul, tandis que JM se branlait vigoureusement en les regardant.


Luc attrapa notre blonde par les cheveux, lui sortant ainsi sa queue de la bouche et approcha son visage du sien lui éructant en serrant les dents :


— ’’On va te la prendre ta voiture et te la payer… Mais en attendant c’est toi qui va prendre et payer cher…Tu vas être notre petite pute…bien sage !!’’


Et il lui enfonça de nouveau son membre bien à fond dans la bouche en un geste violent et précis.


Pendant ce temps la rousse lui introduisit quelques doigts dans la chatte en continuant de la lécher. Caroline gémit de plaisir, malgré sa bouche pleine et se cambra pour bien se faire pénétrer.

La rousse s’attardait désormais sur son entre fesse en lui enfonçant le bout de sa langue dans l’anus, ses mains lui écartant les fesses.


JM se branlait et bandait bien dur.


— ’’Bouffe-lui le cul à cette salope ! Elle aime ça…’’ dit-il. Caroline confirma dans un geste de la tête et un ’’hmmm’’ de plaisir.


JM se plaça en missionnaire par terre devant la rousse... lui souleva les jambes...et commença à lui branler la raie des fesses avec son gland.


-’’Regarde ce que je leur fais aux salopes !’’ dit-il.


Et il la pénétra d’un coup, profondément, d’une seule poussée, en lâchant un râle de mâle dominant !

La rousse continuait pourtant sa besogne sans broncher entre les fesses de Caroline. Elle lui avait maintenant mis deux doigts dans le cul et la ramonait vigoureusement.

Caroline se sentait de plus en plus dilatée et redoublait d’effort, léchant maintenant les couilles du brun, les engloutissant tout en le branlant, désireuse d’être à nouveau digne d’être baisée copieusement. Elle suppliait du regard qu’on la prenne comme une chienne.

Surexcitée elle léchait, branlait, suçait tour à tour, comme une junky en manque.

Le brun sortit sa queue de cette bouche débordante de salive et retourna la demanderesse de façon à ce qu’elle se retrouve à quatre pattes au-dessus de la rousse allongée.

Les deux femmes commencèrent à mêler leurs langues mais JM interrompit ce plaisir lesbien en attrapant la rousse par les cheveux, tirant sur sa crinière tout en lui pilonnant le cul encore violemment! Les jambes levées, les cheveux tirés, ainsi malmenée la rousse hurlait de plaisir! Après quelques coups, toujours plus profonds et virils, il relâcha la crinière de la rousse qui s affala sur le tapis devant Caroline.

JM continuait ses pénétrations furieuses tout en fixant notre blonde d’un regard dément...

Caroline était fascinée par ce traitement, cela l’excitait terriblement. De la pitié pour la rousse, du malaise devant cette violence ainsi étalée, perversion extrême du plaisir coupable d’envier son plaisir. Envie de prendre sa place et peur de ne pas être à la hauteur... Tous ces sentiments se mêlaient en un seul désir : celui du lucre, du sexe le plus débridé, d’un instinct animal d’être baisée!


Elle regardait les seins tendus de la rousse, secoués à chaque coup de rein. Ils étaient plus petits que les siens mais elle en voulait sa part et ne se fit pas prier pour les attraper et les lécher abondamment.

La rousse, quant à elle, avait le visage dans les grosse mamelles de Caroline qui lui fouettaient le visage...

C’est à ce moment que, le brun cracha un long trait de salive entre les fesses de Caroline, lui enfonça le pouce dans l’anus, puis, lui enfila son braquemart dans la chatte sans sommation!


— ’’Prends ça belle pute ! ’’lui dit le brun.

— ’’Oh oui !! ’’ gémit Caroline. ‘‘Baise-moi avec ta grosse queue !’’

— ’’Attend de voir la suite !’’ asséna JM avec un sourire pervers.

— ’’Oh oui ! J’aime ça ! Défoncez-moi tous les deux, bande de salops!’’ continua la blonde en relevant les yeux dans un regard de défi vers JM.


La rousse avait glissée sous Caroline et les deux femmes étaient maintenant en 69, JM lui bourrant toujours le cul vigoureusement. Et Caroline était, elle-même, copieusement baisée par le brun en levrette.

JM sortit sa queue du trou béant de sa victime rousse et intima à Caroline :


— Lèche la, salope ! Bouffe-lui la chatte !


Elle s’exécuta toujours à quatre pattes pendant que le brun lui introduisait maintenant de multiples doigts dans le cul. Elle se sentait bien prise ainsi avec cette grosse queue et ces doigts qui la fouillaient lui procurant un plaisir intense, la faisant s’ouvrir davantage.

JM fourrait maintenant la chatte de la rousse, sortait son membre de temps en temps pour le caler dans la bouche d’une Caroline déchaînée, qui le pompait goulûment.

Elle gouttait le jus de la rousse le long de la queue de JM alors qu’elle sentait les coups de boutoir du brun de plus en plus sauvages et puissants.

Il lui écartait l’anus encore et encore avec ses doigts et elle sentait son trou se dilater à mort.


— ’’Elle aime vraiment ça cette chienne ! Son cul est moelleux et sa chatte est un vrai garage à bites !

— ’’ C’est trop bon de la défoncer ! Tu vas adorer JM !’’ dit le brun en enfonçant sa poutre jusqu’à la garde de plus en plus ardemment.

— ’’Écarte lui bien le cul…ça va être sa fête !’’ dit la rousse qui léchait tour à tour le clito de la blonde et les couilles du brun.


Caroline suçait, léchait et engloutissait comme une junky le membre de JM.

Elle sentait des soubresauts dans les reins de JM tandis qu’elle-même se faisait de mieux en mieux défoncer. Elle reprenait son souffle, comme une nageuse, dans les rares instants où JM ne lui appuyait pas sur la tête pour l’obliger à bouffer sa grosse queue en gorge profonde.


— ’’Elle est bonne la queue de JM hein ?! T’aime ça sucer des bites toi ?!’’ dit le brun.

— ’’Oui elle est bonne et j’aime ça !!’’ dit-elle entre deux apnées.


JM prit alors un peu de recul, mis plusieurs doigts dans la chatte de la rousse, et commença à la fourrer pour la faire jouir.

Il prit la tête de Caroline par les cheveux, et la força à descendre vers la chatte de la rousse, au moment même où celle-ci gicla sa cyprine en longs flots erratiques. Caroline fut aspergée par la mouille de la rousse et n’eut d’autre choix que d’avaler la jouissance de celle-ci.

Le visage trempée, elle releva les yeux vers JM et lança un ’’Salop !’’ à l’encontre de son bourreau.


Le brun sortit alors son mandarin et ses doigts des antres de Caroline. Mais il n’en avait pas encore fini avec elle. Il la releva, l’amena avec lui sur le canapé, et une fois assis l’empala violemment sur sa queue à califourchon face à lui.

JM, voyant qu’on lui avait volé sa proie, abandonna la rousse et vint se placer derrière elle.


— ’’Tu la veux pour toi tout seul mon salaud !’’ rigola JM

— ’’T’inquiète, il y a de la place pour deux…regarde !! reprit Luc, et, il écarta les fesses de Caroline laissant apparaître ses trous béants malgré sa queue déjà enfoncée bien profond en elle.


Assise sur le brun, genoux calés sur le canapé, notre blonde se faisait copieusement bouffer les seins par cet homme qu’elle ne connaissait pas il y a quelques minutes.

Elle sentit qu’il lui écartait les fesses, l’obligeant à se cambrer davantage.


JM dit à la rousse :


— ’’Regarde cette chienne comme elle est ouverte !’’

— ’’Va y JM, donne lui le compte !’’ lui répondit la rousse maintenant vautrée jambes écartées sur l’autre canapé... Elle se fourrait maintenant un énorme gode noir qu’elle avait sorti dans son sac.


JM pris alors sa queue à pleine main, la faisant grossir et durcir au maximum et l’enfonça à son tour dans la chatte trempée et béante de Caroline !

Elle sentit le gland de son assaillant se faire un chemin écartant tout sur son passage. Elle était prise en double vaginale et sentait ces deux énormes bites la fourrer bien profond, les deux glands frappant tour à tour ses parois et le fond de sa chatte totalement défoncée !

Elle laissa échapper un long râle de plaisir. Sa chatte était ouverte et dilatée par ces deux queues qui lui écartaient le vagin à l’extrême.


— ’’Prends ça petite pute !’’ lui assena JM en lui appuyant sur le dos pour la cambrer encore plus !


Elle gémit de plus belle :


— ’’Oh oui…plus fort bande de salauds !’’ ‘‘Défoncez-moi !! ’’


La rousse elle aussi gémissait de sentir son gode allant et venant dans sa chatte, elle s’était mise debout à côté de Caroline.

Elle bourrait sa chatte avec son gode puis le sortait pour le fourrer dans la bouche de Caroline qui haletait au rythme des coups de reins des deux hommes.


— ’’Tiens ma belle salope, lèche mon jus, mouille bien ce gode que je le remette bien profond dans ma chatte !’’


Elle s’exécute sans vraiment savoir ce qu’elle fait tellement le plaisir est intense.

JM retire sa queue trempée de mouille jusqu’aux couilles et commence à lui caresser l’anus avec, en insistant de plus en plus. Il sent cul de Caroline se dilater et prêt à prendre sa queue.


— ’’Tu as envie que je te la mette dans le cul hein ?! Dis-moi que tu veux que je t’encule !’’


Elle a le gode dans la bouche et ne peut que marmonner, le regard en arrière, avec un signe d’approbation de la tête.

JM commence à la pénétrer doucement mais avec force et elle sent le gland turgescent de cet homme lui prendre le cul inexorablement.

Elle sent que sa queue lui écarte l’anus en même temps que le pilon du brun s’active dans sa chatte libérée de l’emprise des deux membres.


— ’’Vas y JM encule la ! Défonce-la cette salope ! Éructait la rousse. Fait la payer avec ton gros gland !’’


Et JM prenait notre blonde de plus en plus fort de plus en plus profondément.

Sortant sa queue, pour mieux contempler son travail de dilatation anale avant de s’enfoncer à nouveau en elle, avec le plaisir sadique de sentir le cul de sa victime s’écarter à nouveau au passage de sa grosse bite!


— ’’Attends ! ’’ lui dit alors Luc, j’en peux plus’’...


Il la soulève et se retire de sa chatte, dégageant par la même occasion son anus de l’emprise de JM, laissant couler la cyprine de Caroline le long de ses cuisses.


— ’’Vicky,’’ dit Luc à la rousse, ’’Mets ton gode ceinture, je veux qu’elle me suce, j’en peux plus de la baiser !’’

— ’’Bonne idée !’’ dit JM, ’’Prends une bonne taille ça va rentrer tout seul, c’est une chienne !’’

— ’’Mets-toi à la place de Luc sur le canapé’’

— ’’Toi la blonde aux gros seins, tu vas être notre chose, notre jouet et on va t’empaler !’’


Vicky fixa son double gode ceinture qui lui remplissait la chatte d’un gros gode vibrant. Elle mouilla de salive celui avec lequel elle allait empaler Caroline et s’allongea sur le canapé dans le sens de la longueur.

JM conduit Caroline au-dessus de Vicky et l’enfonça par la chatte sur l’énorme pieu de latex, se mettant derrière elle il lui dit :


’’Tu sais que ton cul est trop bon? ’’

’’Un cul comme ça, je ne suis pas près de m’en lasser...’’


Caroline n’eut pas le loisir de répondre car le brun lui attrapa les cheveux et déjà lui mit sa queue tendue jusque dans la gorge.

JM, excité comme un cheval en voyant cela, enfonça progressivement mais fermement sa queue dans l’anus encore ouvert de la blonde en de longs va et vient de plus en plus profonds.

Vicky en salope experte, bougeait le bassin pour bien fourrer la chatte de Caroline tout en sentant son propre gode lui donner de plus en plus de plaisir.


La séance était dantesque et chacun perdait totalement le sens du temps et de l’espace...

Les gémissements succédaient aux cris de plaisir, le canapé était comme un bateau ivre, qui bougeait au rythme des coups de reins !


— ’’J’en peux plus je vais jouir ! ’’ hurla Vicky. ’’JM je veux que tu m encules pour que je jouisse encore plus fort !!’’

— ’’Tu vas devoir attendre, dit JM, je n’en ai pas fini avec cette pute ! ’’

— ’’Hein que tu en veux encore salope ? Tu as le cul bien ouvert maintenant et je vais te limer bien à fond, jusqu’à la garde, tiens !! ’’


A ces mots JM enfonce sa queue jusqu’aux couilles dans le cul de Caroline, en une longue poussée puissante.


— ’’Alors si c’est comme ça, prends ça !’’


Et Vicky lui envoya de grands coups de reins, lui enfonçant le gode bien profond en soubresauts violents.

Notre belle blonde n’en pouvait plus et râla de plaisir en relâchant la queue de Luc dans sa bouche.


— ’’Oh oui…oui ! Encule-moi JM …encore…j’aime trop ça ! Encule-moi ! ’’ lâcha-t-elle en reprenant son souffle.


Furieux de cette interruption, le brun lui attrapa les cheveux et, lui redressant la tête, lui dit :


— ’’Ouvre bien grand ta bouche de chienne je vais te baiser par la aussi !’’


Sur ces mots il lui fit subir une gorge profonde en lui introduisant son membre noueux et turgescent au fond de la gorge.



— ’’Ok, elle a eu son compte, pour le moment, dit JM à Vicky. Et tu sais à quel point j’aime t’enculer ma petite rousse préférée !’’

— ’’Hummm oui ! Sodomise-moi bien comme j’aime’’ répondit-elle.


JM sortit alors sa queue du cul de Caroline. Celle-ci ressentit la dilatation que la verge de JM lui avait infligée. Son cul était ouvert et elle adorait cette sensation...

Épuisée, elle s’affaissa légèrement se laissant empaler par le gode de latex...

Mais, JM remonta les jambes de Vicky pour lui pénétrer l’anus, ce mouvement de basculement fit alors remonter le gode tout au fond de la chatte de Caroline qui dut se redresser... Il encula violemment et sans retenue aucune la rousse qui râla comme une chienne et jouit à de multiples reprises, attrapant et s’accrochant, à chaque orgasme hystérique, à la poitrine de Caroline juste au-dessus d’elle. Ces agitations et soubresauts semblent terriblement exciter Luc, qui se crispant sur la chevelure de notre belle blonde lui déchargea de longs flots de sperme tiède au fond de la gorge.


Caroline toujours prise par le gode de plus en plus brûlant dans sa chatte se penche alors sur le visage de Vicky juste au-dessous d’elle et déverse en l’embrassant le sperme qu’elle avait gardé dans sa bouche tandis que JM, en ayant fini avec la rousse, fourre à nouveau, dans un râle viril, sa grosse bite dans le cul béant de Caroline, d’une seule poussée bien profonde, arrachant à celle-ci un cri de surprise et de plaisir.


— ’’Je vais jouir dans ton cul salope, il est trop bon !’’ gueula t il


Les deux femmes s’embrassent goulûment, mélangeant leurs langues enduites de salive et de sperme tiède.


— ’’Regarde-moi ces deux belles salopes, dit le brun. Elles l’aiment mon foutre !’’


JM sentait qu’il allait bientôt jouir, il maintenait ses mains fermement ancrées sur le haut des fesses de Caroline de façon à lui écarter la raie. Prenant appuis sur sa pouliche blonde, cela lui permettait de l’enculer encore plus profondément. Il lui assenait de grands coups de boutoirs violents et profonds, tout en râlant comme une bête sauvage. Chaque coup faisait avancer sa victime. Notre belle blonde devait se cramponner aux accoudoirs du canapé pour ne pas s’affaler sur la rousse qui lui bouffait les seins.

Caroline sentait encore le goût du sperme de Luc dans sa bouche et le mélange avec la salive de Vicky lui coulait sur le visage. Elle subissait ces assauts profonds en essayant de reprendre son souffle et d’avaler le reste du sperme contenu dans sa gorge.

Elle aurait voulu crier à JM :

— ’’Jouis dans mon cul salaud ! Oui j’aime ça !’’ Mais ne le pouvait pas, concentrée qu’elle était sur son effort et le plaisir intense qu’elle ressentait d’être prise ainsi par un inconnu.


Elle était totalement offerte et un double sentiment l’étreignait : que cela se termine.... et..... que cela continu encore et encore.

JM lui cambrait si puissamment la croupe et ses coups étaient si profonds que le gode de la rousse sortit de sa chatte. Une libération que la rousse mit à profit pour se glisser sous la blonde afin de lui lécher la chatte totalement béante et coulante.

Caroline sentait à la fois la violence de JM et la douceur de la langue de la rousse, ce qui la fit jouir violemment.


— ’’J’en peux plus belle pute ! Je vais jouir dans ton cul de salope ! Ton cul est trop bon, prends ça !!’’


Et elle sentit JM pousser encore plus fort, et, sans retenue, il déversa son foutre dans ses entrailles ! Encore et encore !.....


Après avoir repris son souffle, JM se désencastra, se leva et, sans un regard, partit vers la salle d’eau en disant :


-’’Ah ! Une bonne chienne comme j’aime !’’


Caroline est sur le canapé, à genoux, avachie sur ses seins, les fesses en l’air, cambrée… dans la position même où elle venait de se faire remplir le cul de sperme.

Les bras et la tête posés sur l’accoudoir, bouche mi- ouverte et salivante, yeux clos asseyant de reprendre son souffle et ses esprits. Elle sent encore son anus dilaté et sa chatte se contractant. Elle sourit de vice et de plaisir, s’imaginant elle-même dans cette posture de déchéance sexuelle avancée. En ouvrant les yeux elle vit Vicky, qui avait enlevé son gode en train de se faire prendre la bouche par Luc.

Celui-ci vociférait 

— ’’Fais-moi bander dure Vicky, moi aussi je veux me faire un cul ! ’’


Surprise de voir que le brun était à nouveau excité et que Vicky, toujours aussi gourmande avalait sa queue jusqu’aux couilles tout en laissant le jus de sa chatte dégouliner sur le tapis, elle se demanda si elle avait encore envie de sexe. Elle commença à caresser son clitoris qui réagit immédiatement provoquant un spasme dans son vagin, lui arrachant un soupir de plaisir et d’envie renouvelé. Elle se redressa et s’assit sur le canapé, cuisses bien écartées, bien en vue du brun. Attrapant le gode de Vicky, elle entreprit de le fourrer dans sa chatte distendue et puisqu’elle ne le sentait pas assez, elle se mit 3 doigts en même temps dans le cul faisant ainsi abondamment couler le sperme de JM.

Le brun très excité voyant cela pris la tête de Vicky à deux mains pour enfoncer encore plus loin sa queue dans le gorge de la rousse en de violents mouvements de bassin.


— ’’Ah la chienne ! C’est qu’elle en veut encore ! Viens, salope…mets-toi à quatre pattes et lèche le cul de Vicky’’ !


Caroline s’exécuta et lécha goulûment le sexe de Vicky en prenant bien soin de remonter sur son anus pour lui préparer le cul.


— Hummm…dit-elle, elle est bonne votre rouquine !


Sur ces mots, elle fit subir à la rousse le même traitement qu’elle c’était prodiguée. Lui écartant les fesses, elle lui enfonça bien violemment 3 doigts dans l’anus, le dilatant comme il faut et, en même temps, commença à lui enfourner 3 puis 4 doigts dans la chatte.

La rousse grognait de plaisir, ne pouvant rien dire de plus puisque empalée sur la queue du brun.


— ’’Je lui prépare le cul comme ça tu pourras choisir, beau brun !’’ dit Caroline.


C’est à ce moment-là qu’elle commença à introduire son pouce en plus de ses autres doigts dans la chatte de sa victime.

Vicky sentit sa chatte se dilater encore et encore pour laisser passer les doigts de Caroline, elle se cambre à mort pour accentuer l’ouverture de sa chatte et de son cul.


— ’’Oh oui ! Vas-y fiste-moi, grosse salope ! Je veux sentir ta main me fouiller la chatte jusqu’au poignet ! ’’


Caroline enfonça fermement sa main entière dans la chatte brûlante de la rousse, pendant que les doigts de son autre main lui fouillaient toujours le cul.

Elle faisait aller et venir en même temps ses deux mains encastrées dans la rousse lorsque brusquement elle sentit une présence derrière elle.

Le brun avait quitté son poste, Vicky prise comme elle l’était l’ignorait.

Il avait posé une main sur les reins de Caroline pour la faire se cambrer à l’extrême et se branlait vigoureusement de l’autre.


— ’’Je vais te la mettre bien profond dans le cul ma salope !’’


Et ne la laissant pas reprendre ses esprits, lui enfonça d’un coup sa queue tendue directement dans l’anus, bien à fond en rugissant de plaisir faisant gicler hors d’elle le reste du sperme de JM.


— ’’Tu en voulais encore, chienne hein ?’’ ’’ Je vais te bourrer le cul sans retenue !’’


La violence de la pénétration obligea Caroline à sortir ses doigts de la chatte dégoulinante et du cul de la rousse pour poser ses mains par terre. Vicky furieuse se retourna :


— ’’salaud, je voulais que tu m’encules !’’


Luc ne l’écoutait pas tant le cul de Caroline était accueillant.

Elle saisit le gode abandonné par terre et, allongée devant la blonde l’enfonça dans son cul à fond dans un râle de plaisir :


— ’’Vas-y salope, bouffe-moi la chatte !’’


Notre blonde, totalement haletante,  lèche la rousse devenue sa maîtresse. Sa langue rentre dans la fente de cette tigresse :


’’Tu m’as bien fisté salope et bien lèche maintenant ! Enfonce ta langue ! Bouffe moi la chatte que je te coule dans la bouche ! ’’ dit-elle en lui maintenant la tête et en frottant son sexe dilaté et trempé, roulant des hanches. Avec une perversion démoniaque, elle se met à geindre en riant :


— ’’vas-y !vas-y ! Tu es ma petite pute !’’


Lèvres contre lèvres, Caroline est l’esclave sexuelle de la rousse. Luc, de son côté, s’excite comme un animal sur le cul béant de la blonde qui n’en peut plus. Ses sens sont mélangés, elle a décroché, elle est totalement dans un autre monde entre plaisir et délire. Elle lèche cette chatte trempée, avale cette cyprine, se fait défoncer, jouit, est excitée à en perdre conscience.

Vicky manie son gode de plus en plus fort dans son cul dilaté, rendue folle d’excitation par la langue qui la fouille et mord son clitoris gonflé et dur, prête à jouir elle hurle son plaisir :


— ’’Fais-moi jouir…oui ça vient…ha…ha….aaaaaouiiiiiiii….. !!!’’


C’est presque douloureux tellement c’est violent et bon.

Luc, surexcité par les cris de plaisir de Vicky et l’état de semi conscience de Caroline, lui offre quelques derniers coups de bite bien profonds puis sort sa queue, enfourche la blonde, se place au niveau de ses épaules et ainsi placé, se branle, sentant monter son foutre et gicle par-dessus Caroline sur le ventre et les seins de Vicky dans des râles de mâle en rut.

Caroline libérée de cette queue qui empalait son cul, ouvre les yeux et, droguée de sexe, vient lécher le sperme répandu sur le ventre de sa partenaire de jouissance jusqu’à la dernière goutte.


La rousse expulse le gode de son cul et Caroline s’affale sur elle, entre ses jambes, poitrine contre poitrine.


— ’’Faites-vous un câlin les filles, je vais me laver la queue. on vous attend dehors avec JM pour voir cette voiture !’’



JM tournait autour de la voiture. Il fut bientôt rejoint par Luc arborant un grand sourire de satisfaction. Les deux femmes étaient toujours affalées sur le tapis épuisées et repues de sexe.


— ’’Alors qu’est-ce que tu en penses ? ’’ dit JM.

— ’’Putain ! Elle est trop bonne cette salope de blonde ! On lui a défoncé la chatte et le cul comme une chienne en chaleur… et en plus elle en a redemandé ! Une sacrée échaudasse...t’as vu ça ? Deux bites dans la chatte…sodomie…la totale. Et elle en redemande !! On peut dire qu’elle aime ça ! Et elle suce terrible cette pute !! C’était mortel !!’’


— ’’Je te parle de la voiture…la voiture !!’’ dit JM.

— ’’Ah !! La bagnole !! Ouais ben pour le prix…je m’en fous à vrai dire. J’ai juste envie de la baiser encore !!’’

— ’’Justement,’’ lui dit JM avec un sourire pervers ….’’ je pense qu’on peut en tirer encore un peu plus en nature !!’’


Caroline et Vicky sortirent enfin de la maison après s’être mutuellement rafraîchies dans une douche qu’elles prirent communément, l’une lavant l’autre, se caressant doucement la peau et ceci jusque dans leurs parties les plus intimes.

Elles prirent le temps de se refaire une beauté et de reprendre leurs esprits. On pouvait même les entendre rire et plaisanter comme deux copines.

Elles aussi avaient comparé leurs impressions avant de sortir de la maison.

Mais à la vue de JM, Vicky se tut, l’attitude de la rousse changea radicalement, comme si elle était face à son maître. La fraternité entre filles céda la place à une violence dans le ton et une froideur dans le regard. Vicky était soumise à JM cela se voyait.

Notre blonde s’était vêtue de ses talons, bas, porte-jarretelles, soutien-gorge mais toujours sans culotte, le tout recouvert d’une simple sortie de bain légère en satin et ouverte au vent. Elle s’avançait vers les deux hommes d’un pas assuré, comme pour un défilé, faisant ostensiblement rouler ses hanches.


— ’’Alors?’’ dit-elle avec un sourire assuré, ses yeux dans ceux de JM.

— ’’Alors...pas mal…c’est du bon boulot. Les prestations sont correctes… ’’ ’’Mais, le deal global n’est peut-être pas à la hauteur de mes attentes..’’


Caroline resta estomaquée et clairement vexée : ’’ Correct !? Pas mal !? Bah merde !! se dit-elle. Cet espèce de salop m’a baisé comme la dernière des chiennes... Son copain et sa rousse m’ont traité comme un pute... et ça lui suffit pas !!?? ’’


— ’’On peut toujours rajouter au deal global’’ dit-elle d’une voix agacée.


JM a clairement renversé la situation à son avantage et il le sait.

Elle l’a senti et elle veut vendre sa voiture. Mais elle ne pense pas pouvoir assurer une autre séance de défonce aussi violente que celle qu’elle vient de subir.

Pourtant, elle a des atouts et ça, elle le sait !

Elle voit bien Luc qui trépigne et qui la mate en se touchant la queue par-dessus son futal.

Elle s’approche alors de lui comme une chatte et lui caresse le sexe langoureusement.


— ’’C’est une bonne grosse queue....que tu as toi  ?? Hmmmm ! Tu aimes quand je la suce hein ?’’ lui dit-elle en lui faisant un clin d’œil évocateur tout en faisant sauter son soutien-gorge et faisant tomber sa tunique.


Désormais nue, en jarretelles et talons, elle se frotte les jambes et la poitrine sur Luc qui n’en peut plus tellement il la désire. Elle descend le long du corps de l’homme bien lentement tout en le regardant dans les yeux et sort sa queue de son pantalon en le branlant fermement.


— ’’Oh putain t’es trop bonne !’’ lui dit-il. ’’T’es vraiment la reine des salopes ...’’

— ’’hummm, tu bandes déjà bien dur ! Allez JM ne te fais pas prier ! Je vais vous sucer tous les deux devant votre rouquine soumise, et comme ça, ça fera l’affaire ok ?’’ dit-elle.


JM s’approcha alors en souriant, déboutonna son pantalon et sortit son membre déjà bien gonflé.


— ’’Houuu ! Elle est déjà bien grosse ! Tu vois que tu en avais envie mon salaud ! Approche…’’

— ’’Si c’est bien fait cela pourra suffire pour le deal… c’est honnête ! ’’ lui répondit-il.


Caroline, quasi-nue, accroupie jambes écartée, dos à la voiture, avec une queue dans chaque main, face à une rousse qui les mate…est prête à sucer…


Elle prenait son temps, allant de l’un à l’autre, leur léchant le gland en les regardant dans les yeux.

Chaque main agrippait fermement les deux membres de plus en plus gonflés de désir. Elle savait le pouvoir qu’elle avait sur ces deux mâles excités, elle savait aussi qu’il ne fallait pas trop les faire attendre sous peine de subir une autre séance qu’elle savait ne pas pouvoir assurer.

Elle engloutit brusquement la queue de JM jusqu’au fond de sa gorge provoquant en lui un râle de plaisir. Il plaqua ses deux mains sur la tête de Caroline l’obligeant à garder son chibre bien à fond et donna quelques coups de reins avant de libérer sa victime qui se retira en lâchant de longs filets de salives…

Elle n’avait pas pour autant lâché le brun qui trépignait d’impatience et n’attendit pas qu’elle reprenne son souffle pour l’attraper par les cheveux et lui fourra sans ménagement sa grosse bite dans la bouche allant et venant brutalement avant de reculer pour voir l’effet qu’il faisait sur la blonde. Elle leva les yeux vers lui, la bouche, la gorge et les seins maculés de salive et lui sourit d’un air de défit.


Elle se redressa légèrement et aperçut à la périphérie de son champ de vision Vicky qui s’était discrètement rapprochée. Caroline lui lança un regard tellement menaçant qu’elle recula d’un pas comme une lionne soumise.

Vicky résolut de sa masturber tranquillement un pied reposant sur le pare choc arrière de la voiture de Caroline.


La blonde suçait toujours Luc tout en branlant JM de façon si experte que ce dernier, râlait de plus en plus fort, la respiration haletante.

Caroline se retourna vers lui juste à temps pour recevoir sur sa belle poitrine, déjà maculée de salive, son sperme tiède.


Elle caressa quelques instants ses seins, porta à sa bouche ses doigts enduit de foutre puis se redressa afin de prendre la queue de Luc entre ses seins.

Surpris mais ravi, il regardait son membre tendu pris entre les seins de Caroline, il le voyait monter et descendre, pris en tenaille par ces deux obus lubrifiés par le sperme de son pote, de plus en plus vite …

Elle le regardait toujours, sûre d’elle-même, en se léchant les lèvres, excitante et lubrique à souhait jusqu’à ce qu’il lâcha son jus en quelques brusques jets sur la gorge et le visage de la blonde souillée de sperme.


JM s’était déjà rajusté et sans laisser le temps à Caroline de se remettre debout il lui lança :


’’Affaire conclue !! ’’

Diffuse en direct !
Regarder son live