Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 19 539 fois
  • 69 J'aime
  • 1 Commentaire

Une audition bien particulière

Chapitre 1

Orgie / Partouze

Ce que je vais vous raconter m’est arrivé voilà environ 1 an, à Paris. Je m’appelle Lucie, j’ai 23 ans. Je suis une métisse d’origine tchadienne par ma mère. Je mesure 1m66 pour 51 kg. Mes seins ne sont pas surdimensionnés mais ont une belle forme de pomme. A cette époque, j’étais étudiante en géographie.

Un après-midi de juin, après les exams, je me promenais tranquillement sur les Champs-Elysées. Il faisait chaud. Je portais un petite robe flottante de couleur jaune et orange. Alors que je flânais devant une vitrine, une jeune femme m’interpella. Elle se présenta : elle s’appelait Claire. Elle devait avoir à peine 30 ans et avait un charme fou. Sa petite jupe et son haut noir moulant lui allaient à ravir. De suite, elle me demanda si j’étais mannequin ; ce à quoi j’ai répondu que non. Elle a alors insisté :

? Est-ce que ça t’intéresserait comme métier ?

— Oui, sans doute, lui ai-je répondu hésitante, quelque peu surprise. ?

Mais je lui ai aussi dit que je ne devais pas en être capable. Elle a très gentiment souri à cette phrase et a ajouté qu’elle me trouvait vraiment splendide, ce que j’ai ma foi trouvé très agréable. Mise en confiance par l’attitude joviale de cette femme, je lui ai demandé :

? Pourquoi me posez-vous toutes ces questions ?

— Tout simplement parce que je travaille pour un ami qui recrute des filles pour faire des photos. Et je trouve que tu conviendrais parfaitement pour ce job. ?

Intriguée, je lui ai demandé quel type de photos faisait ce monsieur. Mais Claire n’en a pas ajouté davantage. Elle m’a laissé une carte avec une adresse et m’a dit de m’y présenter le lendemain à 15h00 si je voulais en savoir plus. Sur ce, elle est partie dans la foule en me disant au revoir et à demain.

Une fois rentrée chez moi, toujours aussi interloquée, j’ai réfléchi à la suite que je devais donné à cette rencontre. J’étais devenue un peu méfiante, mais mon naturel curieux l’emporta. Je décidai donc de me rendre au rendez-vous convenu.

Le lendemain, à 15h précises, je sonnais à l’adresse indiquée sur la carte.

Il faisait encore très beau. J’avais donc revêtu une jupe blanche assez serrée sous laquelle le string était de rigueur, ainsi qu’un chemisier bleu ciel. Une jeune femme m’ouvrit la porte et me conduisit directement dans le bureau de la personne rencontrée hier dans la rue. Elle m’accueillit avec un sourire chaleureux et me fit signe de m’asseoir. Après avoir échangé quelques mots, Claire m’annonça qu’elle allait m’emmener dans le bureau de Jimmy, le photographe, pour me présenter. Ce Jimmy était un homme petit et plutôt rond, pas très séduisant au premier abord. Il me salua courtoisement et m’invita à prendre une chaise sur le canapé situé le long du mur. Il s’installa en face dans un fauteuil, ainsi que Claire. Après lui avoir répété que je n’avais jamais fait de photos, il me réconforta en me disant qu’il fallait un début à tout, et que j’allais certainement lui convenir. Il me trouvait très jolie. Cependant, il me demanda d’enlever mon chemisier et ma jupe pour mieux se rendre compte des formes de mon corps. J’étais super gênée de me dévêtir ainsi devant un inconnu. Mais Claire me mit en confiance d’un regard. J’ôtai alors mes vêtements et me mit debout devant lui. Il m’observa attentivement en hochant la tête. Il semblait satisfait. Il posa une main sur mes fesses et me permit de me rhabiller. Ce geste ne m’alerta pas. Il m’a ensuite demandé :

? Jusqu’où es-tu prête à aller en photographie ?

— Mais comment cela, ai-je balbutié ? Que voulez-vous dire ? ?

Il s’est alors tu et m’a tendu quelques magasines situés sous son fauteuil.

A ma grande surprise, j’avais entre les mains des revues pornographiques, où l’on pouvait voir des photos très explicites de rapports sexuels. Je l’ai regardé, ne sachant quoi dire. Claire le sentit et me fit me lever. Elle se plaça derrière moi, collée à mon dos. La situation me troublait. Elle commença à déboutonner mon chemisier très doucement. Je ne pouvais pas réagir. Ses mains pouvaient à présent caresser mes seins par-dessus la dentelle du soutien-gorge. Un frisson me parcourut. Jimmy observait la scène, attentif à mes réactions. Mes tétons pointaient, ils étaient tout durs. Claire fit glisser ma jupe le long de mes jambes. Tout était à présent très clair dans mon esprit : ces gens recrutaient des filles pour faire des photos et jouer dans des films porno.

Si cette activité m’avait été proposée directement dans la rue par Claire, j’aurais immédiatement refusé. Mais là, je me sentais incapable de reculer, de partir. Claire, d’une pression douce sur mes épaules me fit m’agenouiller devant Jimmy. Celui-ci déboutonna son pantalon et en sortit son sexe encore mou et petit. Sans un mot, j’ai compris ce qu’il attendait de moi. Après quelques secondes d’hésitation, j’ai pris sa queue dans ma bouche et j’ai commencé à le sucer, jouant avec son prépuce, décalottant son gland. Son membre durcit rapidement dans ma bouche et j’entamai un va-et-vient de plus en plus rapide. Cette situation m’excitait maintenant vraiment et mes inhibitions du départ étaient oubliées. Ses couilles étaient grosses et poilues et paraissaient surdimensionnées par rapport à son sexe, d’une taille tout à fait modeste. Jimmy sentait la jouissance monter. Mes attouchements portaient leur fruits. Claire me caressait le dos. Elle descendit autour de mes fesses puis posa ses mains sur ma chatte. Elle sourit en constatant que j’étais toute humide. Ses doigts commencèrent à jouer avec mon clitoris, ce qui me procura un grand plaisir. Ma langue allait et venait toujours sur ce sexe bandé, qui n’allait pas tarder à cracher sa semence. Le photographe, sans bouger, saisit son appareil et tira quelques clichés de cette fellation. Quelques minutes plus tard, il se crispa, et prenant des photos, il éjacula dans ma bouche et sur mon visage.

J’étais heureuse de me faire prendre en photo dans cette situation, nouvelle pour moi. Je recrachai une grande partie de son sperme, qui coula sur ma poitrine.

? Tu es un ange ma petite, me dit-il. Mais voyons maintenant ce que tu es encore capable de faire. ?

A ces mots, Claire se releva, laissant ma chatte trempée, et alla ouvrir la porte du bureau. Deux hommes, dont un black, entrèrent, à ma grande surprise. L’audition ne faisait donc que commencer. Mais plus rien ne pouvait m’arrêter. Je me rendais compte que j’étais dans mon élément, que j’adorais cela. Les deux gars se déshabillèrent. Ils bandaient déjà comme des taureaux. Le black avait un sexe immense et large. Ils vinrent présenter leur engin face à mon visage, d’où le sperme coulait toujours. Je les engloutis l’un après l’autre, les suçant vivement, faisant tourner ma langue autour de leur gland gonflé. Jimmy sortit d’un placard une grosse caméra, et commença à tourner. Cela m’excita encore plus. Ils m’allongèrent sur le dos.

Je continuai de piper le black pendant que l’autre ôtait mon string et mon soutif. Il commença ensuite à titiller mon clito avec sa langue. Cela fit monter en moi une effluve de plaisir. Je gémissais de contentement. Claire, toujours assise dans son fauteuil, se masturbait, tout excitée qu’elle était par le spectacle. Soudain, l’homme présenta son sexe à l’entrée de mon vagin. Il avait passé un préservatif et il me pénétra avec facilité. J’ai rapidement joui un première fois, en criant. Le black prit bientôt sa place.

Sa bite plus grosse me remplissait davantage. C’était tellement bon. Après quelques minutes, le black s’allongea et je m’empalai sur sa queue monumentale. Je repris à sucer l’autre tout en montant et descendant sur ce pieu. Le blanc se mit derrière moi et posta son gland sur mon anus. Je pris peur car je n’avais jamais été sodomisée par qui que ce soit. Mais loin de me bloquer, cela m’excita encore. Petit à petit, précautionneusement, il força cette petite porte. J’avais mal, mais cela passa vite pour faire place à une grande jouissance. Les deux membres allaient et venaient en moi, frottant mes parois internes, m’emmenant au septième ciel. Je hurlais.

Claire aussi. Jimmy ne ratait pas une miette avec sa caméra. Je sentais leurs couilles taper contre mon cul. Les deux hommes allaient bientôt jouir.

Leurs soupirs se faisaient plus forts. Le rythme s’accélérait. Tout en filmant, Jimmy avait repris à se branler. Il gémissait. Il alla se placer près de Claire, qui l’accueillit dans sa bouche. Peu de temps après, il jouit en elle. Elle avala tout, semblant avoir l’habitude. Mes deux amants se retirèrent. Je me mis à genou et je retirai leurs capotes. Une courte pipe suffit. Au même moment, ils éjaculèrent en râlant. Les jets de liquide blanc n’en finissaient plus. Ma peau noire et mes lèvres en étaient couverte. Il en tomba sur mes seins. J’étais au paradis. Sans doute un peu jalouse, Claire vint me lécher les tétons pour y goûter.

Après quelques instants de repos, Jimmy finit par dire :

? Tu es engagée pour le prochain tournage, qui commence dès la semaine prochaine. Et la mode se passera bien de toi. Ton avenir est au cinéma x. ?

C’est ainsi que ma carrière dans ce domaine a démarré. J’en suis maintenant à quatre films. Et je peux vous dire que ce métier me comble. Loin des idées reçues de violence et de soumission, il me permet de prendre mon pied tout en gagnant de l’argent. Je suis donc devenue une dingue de sexe !


Gaétan

Diffuse en direct !
Regarder son live