Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 23 863 fois
  • 248 J'aime
  • 8 Commentaires

Une babysitter en chaleur

Chapitre 2

Le temps du réconfort

Lesbienne

      Lisa posa délicatement ses mains sur ma nuque. Sa peau était incroyablement douce, comme du velours, et aussi chaude en même temps. Elle commença alors ses mouvements et ses pressions sur ma nuque endolorie. L’effet fut immédiat. Ma douleur me quitta à une vitesse folle grâce au massage de Lisa.


— Mhm, ouah Lisa, tu es vraiment douée ! dis-je en profitant de l’instant.

— Merci du compliment Madame, me répondit-elle dans mon dos. Je fais de mon mieux.

— Et bien, tu assures comme une chef ! Ma parole, ça me fait un bien fou.


      Lisa passa ensuite ses mains dans le haud de mon dos, ôtant un peu plus le col de ma robe de chambre. Elle passa et repassa ses douces mains sur ma peau, le long de ma colonne vertébrale ainsi que sur mes omoplates. Lisa était en train de me prouver qu’elle était une masseuse hors pair. Elle était vraiment très très douée. Je n’avais déjà plus aucune douleur. Mais je me sentais également tellement bien, tellement à l’aise entre ses mains. Et après tout, j’avais bien merité de me reposer après ma nuit de travail. Je ne voulais pas que ça s’arrête.


— Mhm, je me suis rarement sentie aussi bien, dis-je en fermant les yeux d’un certain plaisir.

— Je suis contente que ça vous plaise Madame, me répondit Lisa tandis qu’elle continuait son massage.

— Lisa, appelle moi Delilah. Après toutes ces années, tu as le droit. Et ça me ferait autant plaisir que ton massage.

— Mhm, comme vous voulez. Je suis ravie d’être là pour vos enfants, et surtout pour vous Delilah.


      Tandis que je profitais pleinement du massage de Lisa, cette dernière, sans me demander mon avis, ôta encore plus ma robe de chambre, dégageant complètement mes épaules et tout mon dos. Seules mes mains la retenait sur ma poitrine. Je me suis demandé où elle voulait en venir, mais très vite, mes pensées se sont de nouveau focalisées sur le massage de ma babysitter.


— Ne vous en faites pas Delilah, je sais ce que je fais, me dit-elle en chuchotant à mon oreille.

— Je te fais confiance Lisa, je t’assure, lui répondis-je. Tu m’as juste un peu surprise.

— Vous meritez un vrai réconfort après votre dure journée de labeur. Laissez-moi vous l’offrir.

— D’accord Lisa, offre-moi ce fameux réconfort. Tu me fais déjà tellement de bien après tout.


      Fermant à nouveaux les yeux, je laissai donc Lisa à son massage. Elle passa et repassa ses mains chaudes dans mon dos et sur mes épuales, malaxant et pressant mes muscles pour les détendre. Je ne m’étais jamais sentie aussi bien qu’à cet instant. Lisa était une masseuse d’exception. Chacun de ses mouvements me procurait un tel sentiment de bien être en moi. Et là, étrangement, ma respiration commença à devenir plus difficile, plus hératique. Je commençai même à gémîr d’un étrange plaisir.


— Je m’occupe de vous Delilah, me susurra Lisa au creu de mon oreille. Détendez-vous, laissez-vous aller.


      Au fur et à mesure qu’elle parlait et qu’elle me massait, je sentais sa respiration de plus en plus proche de moi. Je pouvais de mieux en mieux sentir son souffle chaud contr le peau de mon dos et me cou. Elle semblait se rapprocher de moi, se coller à moi même. Sur le moment, je ne compris pas tout ce qui se passait. J’étais vraiment bien, mais quelque chose semblait m’échapper aussi. Quelque chose semblait prendre le dessus sur moi.


— Tu es bien proche Lisa, dis-je en me retournant légèrement vers elle. Est-ce que tout va bien ?

— Oh, tout va à merveille Delilah, me répondit-elle, ses lèvres presque collées contre mon oreille.


      Lisa m’assailla à nouveau de ses divins massages, me procurant d’intenses plaisirs et sentiments de bien être. Et tandis que je ne pensais plus qu’à ça, Lisa commença alors à déposer de doux et brefs baisers dans mon dos. D’abord un premier, puis un deuxième, puis encore un troisième. Très vite, Lisa n’arrêtait pas d’embrasser mon dos et commença à monter progressivement vers mes épaules et mon cou. Confuse, j’étais très surpise par ce qu’elle était en train de faire, mais j’étais beaucoup trop à l’aise pour l’arrêter. Même ses baisers me faisaient un bien fou.


— Rassurez-vous Delilah, je sais parfaitement ce que je fais, me chuchota alors Lisa avant de m’embrasser le cou plus fort cette fois.


      Inconsciemment, je commençais à être comme à sa merci. Elle pouvait faire ce qu’elle voulait de moi que je ne rétorquerais même pas, prenant bien trop de plaisir pour me remettre de ma journée.


— Mais où veux-tu en venir exactement Lisa ? lui demandai-je tout de même le temps d’un bref éclair d’esprit.

— Ce que je veux Delilah, c’est vous, me répondit-elle alors.


      À peine finit-elle sa réponse qu’elle vint m’enlacer par derrière et dégagea mes mains de ma poitrine. Elle les plaqua de part et d’autre de mon corps sur le lit, et défit ensuite le noeud de ma robe de chambre au niveau de mon nombril. En faisantt cela, elle libéra ma généreuse poitrine et vint immédiatement saisir mes deux énormes seins pour les masser et les malaxer à leurs tours.


— Lisa, mais qu’est-ce que tu fais ? lui demandai-je, aussi choquée qu’embarassée.

— Ce que vous méritez Delilah, me répondit-elle en me caressant les seins. Vous êtes tellement magnifique.

— Mais enfin Lisa, on ne peut pas faire ça. Tu es ma babysitter, nous sommes amies, rien de plus.

— Dit celle qui s’est laissée faire depuis le début de mon massage et qui y prend un plaisir certain.


      Elle n’avait pas tord sur ce point. Lisa me séduisait depuis le début avec ses massages et ses mots doux. Et j’étais trop obnubilée par mon bien être pour le remarquer. Mais que cherchait-elle exactement ? Pourquoi me séduire et pourquoi ici et à cet instant ? De nombreuses questions me taraudèrent l’esprit, mais Lisa avait une vraie emprise sur moi avec son petit jeu de séduction.


— Pourquoi tu fais ça Lisa ? lu demandai-je, assaillie par les massages de Lisa sur mes seins.

— Je le fais car je n’en pouvais plus d’attendre, me répondit-elle en déposant un nouveau baiser dans le cou.

— Quoi ? Qu’est-ce que tu entends par là ?

— Que ça faisait trop longtemps que je voulais faire ça.


      C’est alors que subitement, Lisa me retourna vers elle et m’embrassa fougeusement. Dans son élan, elle tenta de fourrer sa langue dans ma bouche, mais je m’y opposai et mis un terme à son baiser en l’éloignant de moi.


— Mais enfin Lisa, tu es folle ? lui demandai-je presque furieuse.

— Delilah, je suis folle de vous, me repondit-elle en me saisissant le visage de ses douces mains.

— Attends, quoi ? Tu es... amoureuse de moi, c’est bien ça ?

— Depuis la première fois qu’on s’est rencontrées, oui.


      J’étais littéralement sous le choc. Ma babysitter, en qui j’avais une confiance aveugle et que je considérais comme une amie proche, venait de m’avouer ses sentiments amoureux, et donc sexuels, à mon égard. Aucune femme ne m’avait dit une telle chose jusqu’à maintenant.


— Lisa, je ne sais pas trop quoi dire, lui dis-je en balbutiant. Mais je ne suis pas lesbienne, tu le sais ça.

— Et je m’en moque éperdument Delilah, me répondit-elle droit dans les yeux. Car je sais que vous en avez autant envie que moi de le faire.

— Tu ne sais pas de quoi tu parles Lisa, tu ne sais vraiment pas.

— Oh si je le sais. Laissez-vous aller Delilah, laissez vous emporter.


      Là, j’étais choquée par Lisa, presque en colère. Mais une partie de moi que j’avais enfouie depuis la mort de mon mari brulait de désir et voulait absolument refaire surface à la suite de ses paroles. Je n’avais pas fait l’amour à qui que ce soit depuis la mort de mon époux. Quelque part au fond de moi, je voulais à nouveau coucher avec quelqu’un et prendre mon pied, même si ça impliquait d’une certaine manière à trahir mon mari et qu’importe si c’était avec un homme ou une femme.


— Delilah, après toutes ces années, j’ai compris votre détresse et vos désirs, me dit-elle. Je suis là pour vous.


      Sans prévenir et trop emportée par mes désirs charnels, je m’élançai alors sur Lisa et vint l’embrasser sauvagement.


      À SUIVRE...

Diffuse en direct !
Regarder son live