Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 073 fois
  • 64 J'aime
  • 13 Commentaires

Une balade en voiture

Chapitre 1

Candaulisme

Erotique

Silvya et Robert s’étaient arrêtés dans cette ville pendant quelques jours afin de profiter des nombreuses attractions touristiques du secteur. C’était leur dernier soir avant de poursuivre leur voyage en voiture qui devait les amener dans plusieurs capitales d’Europe. Ce soir, ils avaient décidé de finir en beauté en allant dans une boîte de nuit très connue. Silvya pour la circonstance avait pris une tenue noire mettant en valeur ses longues jambes bronzées, minijupe et talons hauts, corsage en soie suffisamment échancré pour laisser voir la naissance de ses opulents seins libres de toute entrave. Robert avait entrevu, lors de sa séance d’habillage à l’hôtel, son pubis rasé libre lui aussi de toute entrave. Silvya avait décidé qu’elle ne porterait pas de culotte ce soir, ce qui généralement provoquait un profond émoi chez son mari. Ainsi vêtue, elle profitait d’instants furtifs pour révéler à son mari son sexe nu, alors qu’ils se trouvaient en public ou chez des amis.


Elle était très forte à ce jeu-là, jamais elle n’avait été surprise par quiconque bien qu’elle se soit exhibée à son mari dans des situations parfois très scabreuses.


Robert adorait se faire chauffer par sa femme et généralement, il savait lui rendre généreusement hommage dès que les circonstances lui permettaient. Ce soir alors qu’ils se rendaient en ville en voiture, elle avait remonté sa minijupe pendant qu’il conduisait et lui avait permis de caresser de sa main libre les lèvres de sa vulve déjà humides de désir, la soirée promettait d’être animée ! Dès leur entrée dans la boîte de nuit, le tempo de la musique les prit aux tripes, ce rythme africain était envoûtant. Ils trouvèrent une place sur une banquette près de la piste de danse et commandèrent leur cocktail préféré. Silvya sirotait son verre en aspirant le liquide avec une paille, ses lèvres charnues entourant le tube fin suçant l’embout avec sensualité. Elle était d’humeur badine et lui avait déjà laissé entrevoir son intimité en écartant brièvement les cuisses plusieurs fois dans la pénombre.


La banquette basse avait facilité sa hardiesse, en fléchissant les jambes, elle pouvait lui révéler son ventre nu sans difficulté et elle ne s’en était pas privée, la preuve en était la bosse énorme qui déformait le pantalon de Robert au niveau de son entrejambe.


Son pantalon avait du mal à contenir son érection et les suintements de son gland commençaient à pénétrer à travers le tissu. Sa femme était extrêmement désirable, sa minijupe couvrait à peine ses cuisses fuselées et bronzées. Les hauts talons mettaient en valeur ses molets fermes et la petite chaîne de cheville qu’il lui avait offerte, soulignait le bronzage de ses jambes. De sa poitrine lourde dardaient les deux tétons agacés par le désir, la soie du chemisier moulait ses deux seins qui balançaient au rythme de ses mouvements, s’il avait pu, il l’aurait violée sur place. A deux reprises déjà, elle avait poussé le jeu jusqu’à effleurer sa vulve nue de ses longs doigts carminés, ce qui avait eu un effet désastreux sur son mari qui l’avait observée, les yeux exorbités.


Son manège avait fini par attirer l’attention d’un athlète qui se trouvait sur la piste de danse derrière son mari, faisant croire a son mari que ses provocations n’étaient que pour lui, elle avait aussi espéré une réaction de la part de l’inconnu.


Celui-ci avait déjà repéré Silvya lors de son arrivée, elle lui avait tout de suite plu, son allure élancée, ses talons hauts et ses cuisses musclées et bronzées avaient de suite attiré son regard, puis il s’était attardé sur son opulente poitrine qu’il devinait nue sous le corsage de soie et la chevelure flamboyante avait fini par enflammer son désir de mieux la connaître. Ils s’étaient installés près de la piste de danse, il avait opéré un rapprochement discret jusqu’à ce que la rousse le repère et commence à le provoquer, car il en était sûr, elle jouait avec son mari, mais en s’assurant qu’il en profite aussi. Son sourire enjôleur lorsqu’elle dévoilait son intimité aurait fait damner un saint, et il était loin d’en être un ! Silvya commençait à sentir les effets de l’alcool combinés avec le désir, son mari peinait à cacher une belle érection, et le bel inconnu donnait des signes d’excitation intenses aussi.


Elle avait à sa merci deux mâles qui ne pensaient qu’à satisfaire pleinement son plaisir.


Son mari ne s’était pas encore aperçu qu’il partageait ses provocations avec un autre et cela lui donnait des frissons, qu’allait-il dire lorsqu’il s’en apercevrait ? Une fois de plus, sa main glissa entre ses cuisses pour remonter lentement vers le compas de ses jambes, le majeur tendu vers son sexe humide. Insérant le doigt entre ses lèvres ourlées, elle imprima un lent mouvement de va-et-vient à son poignet sous sa jupe. Les deux retinrent leur souffle à l’unisson, la vision de cette jupe qui ondulait au rythme de la caresse était d’un érotisme intense, Silvya se caressait publiquement sans pudeur. N’y tenant plus, l’inconnu, contournant les tables vint se planter devant elle et d’un geste autoritaire, l’invita à danser. Lui tendant la main avec laquelle elle venait de se caresser, elle se releva et le suivit sur la piste de danse. Robert, interloqué par autant d’audace de la part de sa femme, n’eut pas le temps de réagir avant qu’elle ne se fasse enlever par son admirateur.


Se faufilant entre les tables, ils s’enlacèrent en bordure de piste et leurs mains ne perdirent pas de temps pour aller à la découverte l’un de l’autre.


Les doigts du colosse malaxaient sans retenue les fesses de Silvya pendant que celle-ci testait la souplesse du tissu du pantalon de son cavalier de ses doigts carminés. Trop étroit pour son contenu, le jean moulait parfaitement le pieu de chair qu’elle agaçait avec les ongles. Robert, surpris par la tournure des événements hésitait sur la conduite à adopter. Furieux de s’être fait enlever l’objet de ses désirs, mais très excité par la conduite libertine de son épouse, il se délectait de la hardiesse du couple pour qui plus rien de leur entourage ne semblait compter. Le colosse avait passé une de ses mains entre leur corps enlacés et fouaillait l’entrejambe de Silvya sans vergogne. Le pénombre aidant, Silvya ne ressentit aucune gêne lorsque les doigts de son cavalier se lancèrent à la découverte de son pubis, le majeur s’inséra entre les lèvres humides alors que le pouce effleurait son clitoris.


Les deux doigts se rejoignirent rapidement pour imprimer un va-et-vient enserrant le bourgeon et l’intérieur de son vagin ; la caresse devint très rapidement insupportable, Silvya essayait de rendre coup pour coup à son amant ; elle avait érigé son pal de telle sorte que le gland dépasse au-dessus de la ceinture du pantalon et elle ne ménageait pas sa peine pour l’agacer de ses ongles.


De longs filets d’argent suintaient du méat et elle s’en servait pour lubrifier le gland avec de petits mouvements circulaires du pouce. Depuis quelques instants, la pointe turgescente du pénis s’animait de spasmes de plus en plus rapprochés, Silvya accentua la pression de son index et du pouce tout en étirant le gland de sa hampe ; elle voulait le tenir à sa merci alors qu’elle commençait à vaciller sous les caresses persistantes de l’inconnu. Robert, fasciné par les doigts de Silvya astiquant la colonne de son mâle, avait du mal à contenir l’érection fantastique qui déformait son pantalon. La hardiesse de son épouse le mettait dans un état second où seul son désir comptait ; il n’avait que faire que sa femme se comporte comme une chienne en chaleur et en publique de surcroît. Il fallait qu’il relâche la pression et qu’il puisse épancher son désir au plus vite pour retrouver un semblant de bon sens.


Il se leva dans un état comateux et se dirigea vers la piste de danse ; s’approchant de Silvya, il lui murmura qu’ils seraient certainement mieux dehors pour ce qu’elle avait l’intention de faire.


Entourant le mâle par la taille, elle suivit son mari à travers le groupe des danseurs vers la sortie. Arrivés dehors, Robert prit la main de son épouse, toujours enlacée par l’inconnu, et la guida vers leur voiture. Arrivés sur le parking, Silvya retint son mari par le bras et lui demanda de s’installer seul à l’avant et de conduire pendant qu’elle s’occuperait de son compagnon à l’arrière ; elle lui promit qu’il ne le regretterait pas. Troublé par les propos de sa femme, il s’installa et régla le rétroviseur pour mater la banquette arrière. Ils ne perdirent pas de temps, la verge de l’inconnu fut libérée prestement par les doigts impatients de Silvya et sa bouche l’engloutit immédiatement. Ses lèvres carminées coulissaient le long de la colonne de chair veinulée qui semblait énorme. Elle agaçait le gland avec ses dents tout en jetant des œillades à son mari qui ne perdait rien du spectacle dans le rétroviseur.


Le colosse soufflait de plus en plus fort sous les caresses ; il avait relevé le corsage noir et malaxait avec ses longs doigts nerveux les seins plantureux de sa partenaire.


Robert, sur l’insistance de Silvya, démarra le véhicule et s’engagea dans les rues qui parcouraient la ville. Il conduisait au hasard sans but précis et lentement afin de pouvoir mater les ébats du couple sur la banquette arrière sans emboutir un autre véhicule. Les choses allaient bon train à l’arrière, Sylvia torse nu, la mini-retroussée s’était assise à califourchon sur les genoux de son amant et promenait le gland du colosse entre les lèvres de sa vulve. Elle adorait cette caresse, la chaleur moite et soyeuse du gland suintant la menait très rapidement au bord de la jouissance. Robert devinait ses doigts enserrant le vit et décrivant de petits cercles sur son clitoris. Il admirait les fesses de sa femme accroupie sur la banquette, les cuisses écartées de chaque côté de la taille de son amant, ses talons hauts rouges contrastant avec le cuir fauve de la banquette.


Réalisant qu’elle tournait le dos à son mari, elle pivota le buste pour faire face au rétroviseur dans lequel Robert se rinçait l’œil depuis le début de leurs ébats.


Cuisses largement écartées de part et d’autre des jambes de son amant, elle offrait la vue d’une vulve gonflée par le désir dont les lèvres ourlées suintaient de cyprine. Plongeant la main entre les cuisses, elle pointa la verge vers la fente de son sexe et défiant du regard son mari, elle inséra le bout du gland entre les lèvres au niveau du clitoris. L’homme avait agrippé ses deux seins lourds et les pétrissait sans ménagement. Inclinant la tête en arrière, elle lécha l’oreille de son partenaire qui grogna de plaisir. Ses longs doigts fuselés coulissaient de bas en haut le long de la colonne de chair en retroussant la peau du méat, le gland suintant de lubrifiant disparaissait par à coups entre les plis ourlés du vagin. Robert, tout en conduisant, appréciait le spectacle érotique que lui offrait son épouse, une forte érection lui entravait le pantalon.


Elle décida de corser un peu plus les choses ; maintenant la queue de son amant au contact de son pubis, elle oscilla du buste de manière saccadée afin de se caresser le bourgeon avec le gland qu’elle retenait de ses doigts.


L’homme gémit de plus en plus fort et la supplia à plusieurs reprises de le prendre dans son vagin. Feignant l’innocence, elle demanda à son mari si elle devait céder aux désirs de l’homme qu’elle tenait à sa merci, lui donnait-il la permission de s’empaler sur ce sexe, n’était ce pas trop inconvenant ? Allait-il supporter la vision de cette queue plantée dans la chatte de son épouse ? Elle hésitait, tout en frottant son clitoris sur le vît, elle jouait le jeu de l’innocente perverse. Depuis le début, elle savait pertinemment qu’elle allait finir avec cette colonne de chair plantée dans le ventre, mais elle voulait que son mari, torturé par le désir et complètement embrumé par son fantasme de voyeur, lui demande, la supplie de prendre ce pal dans son intimité. Robert n’y tenant plus gara la voiture sur le bord du trottoir et se retourna sur son siège afin de profiter pleinement du spectacle.


A la demande répétée de sa femme, il approuva qu’elle le prenne dans son ventre ; celle-ci fit la choquée, comment pouvait-il accepter qu’un étranger puisse posséder sa femme et devant lui de surcroît ! Après l’avoir sermonné, elle fit mine d’être conciliante et accepta de satisfaire à sa demande, mais à une condition ; qu’il lui lèche le clitoris pendant que son amant la besognait.


Il accepta sans retenue tant il était pressé de voir Silvya s’empaler sur son amant. Prenant son air le plus vicieux, elle se releva d’entre les jambes de son amant et pointant le sexe de celui-ci vers sa fente, elle s’accroupit lentement afin que Robert puisse la voir engloutir son amant centimètre par centimètre. Le gland disparut entre les lèvres et la colonne veinée se frayait un chemin petit à petit dans le ventre de Silvya. Robert, en connaisseur, se demandait si elle allait pouvoir tout engloutir, l’amant était plutôt bien monté et de taille respectable, tant et si bien que les lèvres de son épouse ne formaient plus qu’un anneau dilaté autour de la hampe. Fléchissant les jambes à fond, elle finit par engloutir la totalité du membre avec un soupir rauque. Défiant son mari d’un regard ironique, elle lui fit constater qu’elle n’avait eu aucune peine à s’empaler jusqu’à la garde malgré la taille du pieu qui la fouaillait.


S’appuyant des deux mains sur les épaules de Robert qui lui faisait face, elle releva son bassin et révéla toute la longueur du sexe luisant de cyprine qui lui entravait la vulve.


Elle opéra plusieurs va-et-vient rapides scandés par le bruit mat de son pubis qui heurtait la racine du sexe tendu. Les battements de son ventre variaient en force au gré de son désir, plus appuyés pendant quelques secondes, suivis d’amples mouvements lents du bassin qui révélait une verge bandée comme un arc, toutes les veines parcourant la colonne de chair étaient mises en relief, gonflées par le désir. Imprimant la cadence de son désir, Silvya appuya la tête de son mari dans son entrejambe afin qu’il lui lèche le clitoris alors que le membre de son amant allait et venait. Robert entreprit de la lécher et la pointe de sa langue eut tôt fait de titiller le bourgeon turgescent qui pointait à la commissure des lèvres. La combinaison des deux provoqua un râle de plaisir, Silvya feulait comme une chatte et se tordait de désir.


Elle se sentait comblée par le vît de son amant qui lui distendait le bas-ventre et ce titillement du clitoris que Robert lui imposait devinrent rapidement insupportables.


Robert s’appliquait à garder le contact de sa langue sur le pubis de son épouse, mais les mouvements de plus en plus saccadés de celle-ci lui firent accidentellement attoucher le sexe de l’amant. A plusieurs reprises, il ressentit au bout de la langue le membre dur et nerveux qui coulissait dans le ventre de Silvya et il en fut agréablement surpris. Au lieu de se sentir gêné par le contact avec la verge de cet homme, il trouva la situation plutôt excitante et ne se priva pas pour lécher la colonne de chair jusqu’à la commissure des lèvres d’où émergeait le clitoris gorgé de sang. Sa caresse plutôt hardie ne fit que décupler le désir des deux amants. Silvya fut la première à perdre pied, une langue de feu partit du plus profond de son ventre et elle jouit sans retenue d’une force jusqu’alors inconnue. Son amant la rejoignit presque aussitôt en giclant des gerbes de sperme chaud dans le ventre de sa maîtresse.


Robert continua à les lécher jusqu’à ce que des traînées de semence commencent à dégouliner le long du vît.


Il fut surpris par le contact de sa langue avec la laitance suitant d’entre les lèvres ourlées du vagin. Il ressentit un goût amer et salé alors qu’il continuait à faire jouir sa femme de ses caresses buccales. Elle lui maintenait la bouche au contact de la vulve en appuyant la main derrière sa tête, tant et si bien qu’il ingurgita quelques lappées de semence bien malgré lui. Elle relâcha la pression et Robert put se redresser et admirer le corps de sa bien-aimée toujours empalée sur ce sexe maculé de semence qui s’échappait de son vagin en longues traînées blanchâtres. Les cuisses largement écartées, elle avait pris appui sur la banquette de cuir avec ses talons rouges à lanières. Le corsage en soie retroussé au-dessus de ses seins dont les pointes dardaient encore sous les doigts de son amant qui ne semblait pas vouloir s’arrêter de les pétrir, Robert déposa plusieurs baisers sur le ventre musclé de Silvya qui lui rendit ses baisers.


Elle put goûter la semence amère de son amant lorsqu’elle fit pénétrer sa langue dans la bouche de son mari.


Se relevant, elle extirpa la verge plantée en elle et une large coulée de sperme s’échappa d’entre ses lèvres pour finir sur la banquette. Elle sortit du véhicule, et bien campée sur ses jambes écartées, réajusta sa chevelure rousse des deux mains, ce qui eut pour effet de darder encore plus la pointe de ses seins en avant. Impudide, la minijupe relevée sur ses hanches, les fesses et le sexe à l’air, le corsage retroussé au-dessus des seins, elle exposait son corps de déesse à la caresse de la fraicheur nocturne. Robert sortit également de la voiture pour admirer son épouse en pleine crise de débauche, elle était très désirable dans cette tenue débraillée, totalement impudique, elle provoquait son mari en trémoussant son postérieur. Robert s’approcha de son épouse et la retournant face à lui, il la plaqua contre le capot de la voiture, puis lentement, il défit sa ceinture et ouvrit sa braguette.


Son sexe gonflé de désir jaillit du pantalon pour être immédiatement agrippé par les doigts fuselés de son épouse.


Elle imprima quelques rapides mouvements du poignet et lui demanda à l’oreille s’il était prêt à mettre son sexe là où un autre venait juste de s’épancher et si le fait de mélanger sa semence à celle d’un autre dans son ventre l’excitait autant qu’elle. Assise sur le capot avant, les cuisses écartées, elle promenait le gland de son époux entre ses lèvres gluantes puis elle le mit à son aplomb et d’une poussée de rein s’empala sur lui en lui murmurant de lui mettre la deuxième couche. Robert besognait Silvya d’amples mouvements du bassin en extirpant à chaque retrait de ses reins la quasi-totalité de son sexe pour l’enfourner d’un mouvement sec jusqu’à la racine. Le bruit mat du martèlement de son ventre contre le pubis de sa femme allié au suintement de la semence qui resurgit d’entre les lèvres à chaque coup de bassin commençait à lui faire perdre la tête, il était en train de reconquérir sa femme en la besognant comme un fou.


Elle avait mis son désir et ses envies à rude épreuve en le provoquant avec cet inconnu qu’elle avait fait jouir dans son ventre sans aucune retenue, maintenant, elle voulait qu’il la remplisse de nouveau alors qu’elle avait encore les traces de son amant au fond de sa vulve, celles-ci maculaient le sexe de Robert sur toute sa longueur et lui servait de lubrifiant.


Silvya sous les coups de boutoir se pétrissait les seins pour affoler encore un peu plus son mari, elle l’encourageait de mot crus et lui demandait de la baiser comme une salope, elle était déchaînée et terriblement excitée. De se faire reprendre par son homme qui la besognait avec vigueur lui procurait une excitation jusqu’alors inconnue. Robert sentit la jouissance partir du fond de ses reins comme une boule de feu, son sperme gicla avec force dans le fourreau humide et sa verge ne semblait plus vouloir s’arrêter de se vider de la semence en ébullition qu’elle avait contenue pendant si longtemps. Dès les premières giclées, Silvya fut foudroyée par un plaisir intense, elle recevait la récompense qu’elle avait cherchée avec tant de force, son sexe gorgé de cette liqueur masculine qu’il avait peine à contenir.


Ils restèrent encore soudés l’un à l’autre pendant quelques instants, Silvya en profita pour faire remarquer à son mari qu’il n’avait jamais été aussi prodigue en foutre qu’à ce jour ; elle en déduit que son excitation avait été décuplée de la reprendre après qu’elle ait fait jouir un autre homme dans son ventre.


Elle lui promit qu’elle recommencerait s’il était d’accord ; Robert n’eut aucun mal à lui donner son accord sur-le-champ. Il avait adoré la voir se comporter comme une chatte en chaleur et se faire prendre par cet inconnu. Robert se retira du sexe de sa femme et une coulée généreuse de sperme s’en échappa pour finir sur le capot ; Silvya lui demanda s’il serait d’accord pour qu’il reprenne sa liqueur en lui léchant l’entrejambe ; il déclina l’invitation en lui faisant remarquer qu’il avait déjà fait beaucoup de compromis, la prochaine fois peut-être, déçue, elle s’épongea avec un mouchoir en papier. L’inconnu avait profité de leurs ébats pour s’éclipser tant et si bien qu’ils ne surent jamais rien de lui sinon que c’était un bon coup aux dires de Silvya. Le jour se levait, ils allèrent prendre un petit-déjeuner à la terrasse d’un café puis tous les sens repus, ils allèrent se coucher.


Diffuse en direct !
Regarder son live