Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 2 799 fois
  • 5 J'aime
  • 0 Commentaire

Une si belle jeune fille

Chapitre 2

Hétéro

Je suis sorti de mon lit vers 11 heures du matin. Bon sang, je n’avais pas entendu le réveil !. Je pris une douche rapide et m’habillai en quatrième vitesse. Je suis descendu et j’ai cherché mon groupe de travail. J’ai essayé de rentrer le plus discrètement possible dans la salle mais des réflexions n’ont pas manqué de fuser sur ma panne d’oreiller. Comme à mon habitude, je m’en suis sorti avec une boutade. Vu l’heure à laquelle j’ai commencé réellement le séminaire, le repas de midi ne tarda pas à arriver. Mon groupe a rejoint les autres membres du séminaire qui prenaient déjà l’apéritif. Je cherchais Aurélie du regard. Personne à l’horizon. L’air de rien, je demandai à un collègue si il ne l’avais pas vu. Il m’indiqua qu’elle avait dû partir en catastrophe pour la salle des marchés. J’étais dépité. Je m’isolais pour écouter les deux messages sur mon portable. Le premier provenait de ma fille pour me raconter sa journée avec ses cousines. Le deuxième provenait d’Aurélie.

’ Bonjour Alain, je me suis réveillée et vous n’étiez pas à mes cotés. Je m’en veux de m’être endormie sans avoir pu vous donner tout ce que vous attendiez. Vous deviez être déçu. Je suis vraiment désolée. Je dois malheureusement rentrer au bureau pour une affaire urgente.

J’espère que vous ne m’en voulez pas trop. Ce n’est que partie remise. Vous pourrez encore disposer de moi comme bon vous semble ’

J’étais abasourdi. Je réécoutais le message. C’était bien elle. J’essayais de la rappeler mais je tombais immanquablement sur son répondeur. Je n’avais pas envie de laisser de messages. Le reste de la journée passa trop lentement. Je pris la route tard le soir car je n’avais pas envie de passer une soirée de plus. J’ai prétexter un impératif familial.

Je me suis arrêté sur une aire de l’autoroute. Il était bien dix heures du soir. Une fois de plus, je tentais de l’appeler. Ce ne fut pas son répondeur qui se déclencha. La sonnerie retentit trois fois et on décrocha.

— allô ?

— Aurélie

— Oui, c’est Alain ?

— Oui, je suis si heureux d’entendre votre voix

— ?a me fait très plaisir aussi

— Alors la journée pas trop dure ?

— Ne m’en parlez pas

Elle me raconta par le détail le problème qu’elle avait du surmonter. Je l’écoutais patiemment sans la couper. Mais entendre sa douce voix me fit bander très fort. J’en suis même arrivé à extirper ma verge dressée pour me masturber en l ’écoutant.

— et vous, vous êtes toujours à l’hôtel ?

— euh non, je suis parti, j’ai préféré rentrer plus tôt dis je la voix éraillée

— vous avez une voix bizarre, ça va ?

— oui, c’est le bonheur de vous entendre de nouveau

— c’est amusant, c’est comme si vous étiez très excité si je peux me permettre

— je le suis Aurélie, c’était si merveilleux hier soir

— pour moi aussi vous savez

— pourtant, vous n’avez pas eu votre compte de plaisir

— vous le disiez vous même c’est si sympa de donner, je vous ai senti si heureux, vous avez joui si fort

— vous pouvez le dire, c’était divin, vous voyez je ne peux pas y penser sans être de nouveau excité, j’ai hâte de vous donner à mon tour du plaisir. Votre message m’a laissé tant d’espoir

— moi aussi j’ai hâte mais je pensais plus à vous faire jouir encore, je n’ai jamais connu ça, j’ai envie de vous faire vivre vos fantasmes

— je suis aux anges Aurélie, peut être ce soir ?

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— je suis très fatiguée et demain je pars en déplacement

— peut être pourrions nous nous voir samedi alors, nous pourrions aller à une exposition

— avec joie

Nous avons convenu d’un rendez vous, elle passerait chez moi me prendre

— Aurélie

— Oui

— Je peux vous poser une question qui peut vous surprendre ?

— Je vous en prie

— Comment viendrez vous habillée ?

— Je ne sais pas tout dépendra du temps, vous avez une envie particulière ?

— Rien de précis, vous porterez un soutien gorge ?

— Je pense oui, à moins que cela vous plaise que je n’en porte pas

— Je crois oui, vos seins libres sous un chemisier léger quel déliiiiice dis je dans un souffle.

Mon sexe se gorgea de sang et malgré tous mes efforts je ne pus retenir ma jouissance. Mon sperme gicla en longues saccades pour se répandre sur le tableau de bord et mes vêtements.

— oh excusez moi Aurélie

— vous avez joui ? demanda t-elle d’un air amusée

— oui....

— Mummh j’aurais voulu voir ça

— Coquine

— J’ai envie d’être très coquine avec vous, vous savez

— Oh Aurélie arrêtez hihi

— J’arrête de vous torturer, soyez prudent sur la route et à samedi

— A samedi, Aurélie, je vous embrasse

J’ai tout organisé. Ma fille est restée chez ma s?ur tout le week end. J’ai acheté les billets pour l’exposition. Elle devait arriver vers 14 heures. J’ai préparé du café. J’étais très nerveux. Cela faisait deux jours que j’étais obnubilé par son image. Comment me comporter ? Lui sauter dessus ? Lui demander de l’embrasser ? La déshabiller ? La laisser se déshabiller ? La prendre sauvagement ? etc, etc. Mes fantasmes allaient bon train mais je n’arrivais pas à arrêter ’ une stratégie ’.

Le temps était radieux. Il était 14 heures. Pas à l’heure. Pour une femme c’est normal se disait le macho qui sommeille en moi. Un quart d’heure plus tard l’Interphone retentit. Le temps qu’elle monte, j’essayais de réprimer mon excitation. Mais j’avais la gorge serrée lorsqu’elle rentra. A tel point que nous nous sommes fait la bise comme deux amis. Dieu qu’elle était divine. Ses longs cheveux noirs étaient noués par un n?ud en soie brune et une petite frange ornait le haut de son front. Elle s’était maquillée juste ce qu’il fallait pour mettre en valeur son visage d’ange. Elle portait des escarpins noirs, une jupe fluide plissée avec des motifs fleuris rouges et blancs arrivant au dessus du genou, une veste cintrée rouge fermée sur un chemisier en soie blanche. Quelques bijoux dorés agrémentaient son front et ses poignets.

Nous avons commencé par échanger des banalités sur nos deux journées respectives et qu’en fin de compte, nous avions passé une bonne nuit pour récupérer. Je lui ai proposé un café avant d’y aller, on avait le temps, j’avais déjà les places. Nous sommes allés au salon pour s’installer sur le canapé et boire notre café. La discussion repartit sur de multiples sujets, décoration de la maison, propos sur l’?uvre du peintre que nous allions voir, et blablabla et blablabla. Pour ne rien cacher, j’étais toujours aussi ému. Je croisais les jambes pour ne pas montrer la marque de cette émotion sur mon pantalon. Je l’écoutais plus que je ne parlais. Je préférais faire semblant de m’intéresser et de profiter de son corps. Depuis, quelques instants, une idée me taraudait l’esprit. Portait elle un soutien gorge ? Si non, voyait-on ses aréoles à travers le chemisier ? Et comment était sa culotte ? Peut être n’en avait elle pas mis ?

Un silence se fit. Je me suis lancé.

— votre tenue est ravissante

— elle est très simple en fait

— elle vous va à ravir

— ça me fait plaisir parce que j’ai cru comprendre que vous y attachiez de l’importance, je ne savais pas quoi mettre

— c’est tout à fait ce que je souhaitais, et portez vous....un soutien gorge ?

— non, dit elle amusée, comme vous l’avez souhaité, j’ai mis une veste parce que dans la rue j’aurais eu trop de succès ! vous voulez voir ?

— j’avoue que oui

Immédiatement , elle s’attaqua aux boutons dorés de sa veste. J’en ai profité pour décroiser les jambes et laisser s’épanouir mon membre trop comprimé par ma position. Mes yeux étaient rivés sur le spectacle de l’ouverture progressive de sa veste.

— ne retirez pas votre veste

— comme vous voulez

— je peux continuer moi-même ?

Elle opina de la tête en souriant. Je saisis un pan et l’écartai religieusement. Elle redressa le buste la poitrine en avant. Son sein lourd gonflait le léger tissu blanc et soyeux En effet, par transparence, on apercevait à peine deux taches larges et sombres au sommet des mamelons. Ceux-ci formaient deux jolies protubérances. Ma verge me faisait mal car elle prit encore une taille de plus dans mon slip.

— c’est superbe aurélie, superbe dis je en contemplant sa jeune poitrine tendue sous toutes les coutures.

Elle ne répondit rien sinon encore un sourire. Je me suis penché pour embrasser la soie blanche juste sur l’aréole. Je me suis redressé et j’ai passé ma main sur le sein le plus proche. Un téton se dressa. Je fis de même sur l’autre sein. Je me suis mis à le palper doucement. Ils étaient bien fermes, voire durs ces beaux seins là. Puis je glissais un doigt entre deux boutons du chemisier pour toucher la peau satinée de son sein. J’ai déboutonné les trois premiers boutons. J’ai un peu écarté l’échancrure et je me suis régalé de la vision de cette poire nue, imposante surmontée de sa large fraise brune. Son mamelon formait comme une petite colline toute ronde au sommet de son mont de chair rose.

— alors, satisfait ?

— c’est une vraie ?uvre d’art ma chère

— on ne me l’avait jamais présenté comme ça

J’ai totalement déboutonné le chemisier et j’ai laissé juste la moitié de sa poitrine nue. Je suis resté en extase de très longues secondes devant cette perfection de la nature. Et puis, du revers de la main, j’ai lissé la peau fragile de ce fruit mûr. J’en ai fait autant du bout des doigts, tout autour, m’attardant sous la coupe du sein, puis revenant autour du mamelon gonflé. Son téton bandait on ne peut plus, gros, si gros. Je le pris doucement entre deux doigts pour le faire rouler. Elle laissa échapper une plainte lascive. J’ai regardé son visage. Elle avait les yeux fermés, la tête renversée sur le dossier du canapé, les lèvres entrouvertes sur de petites quenottes bien blanches.

Ma bouche s’est emparée de ce téton bandé. Je l’ai sucé, aspiré, mordillé à peine. Ses plaintes redoublaient. Je me suis dit, sois patient, fais monter son plaisir doucement. J’ai joué à ce petit jeu de longues minutes. Sa main fouillait ma chevelure. Je décidai de passer à l’autre merveille. J’ai écarté l’autre pan du chemisier. J’ai contemplé un peu la parfaite symétrie de cette arrogante et jeune poitrine qui se dressait sur son buste bordé de soie blanche et de coton rouge. Et je me suis de nouveau appliqué à dévorer l’autre mamelon. Cette fois, j’y ajoutais la palpation du deuxième appendice mammaire. Et j’alternais d’un sein à l’autre.

Si j’avais pu chronométrer, je pense que j’ai bien dû passer un quart d’heure sur chaque sein. Mon sexe bouillait. Mais ma décision était : prends ton temps. Carpe diem ! Quel délice d’entendre ses gémissements légers, ses soupirs profonds !

Après tout ce temps, je me suis rassis pour la contempler. Je découvrais un nouveau visage, toujours aussi angélique, mais avec les marques du désir. Ses deux bouts de sein luisait de ma salive. Je remarquai que ses cuisses étaient plus écartées qu’à l’accoutumée.

J’ai posé une main sur son genou pour le caresser. Lentement, j’ai repoussé le léger tissu fleuri découvrant toujours plus de ses belles cuisses galbées. Son entrejambe apparut. Je repliais la jupe sur sa taille. Une culotte en satin blanc ornait son bas ventre. Elle glissa une main entre ses cuisses et du bout des doigts, sous mes yeux, elle se caressa à travers l’étoffe.

— j’ai si envie de jouir Alain

— non, soyez patiente dis je en repoussant ses doigts

Je me suis agenouillé entre ses cuisses qu’elle avait impudiquement ouvertes. Plié en deux, je me mis à laper le satin sur sa fente. Je prenais autant de précaution que pour sa poitrine. Excepté le fait que lorsque ma langue passait sur un endroit précis, ses plaintes se transformaient en petits cris de plaisir. Le satin collait à sa fente mouillé par son jus et ma salive. J’écartai le fond de sa culotte : sa fente ruisselait littéralement. Une fente rose foncé avec des lèvres fines. Mais ce qui me surpris le plus fut la vision de son clitoris tout gonflé et blanchâtre. Mes souvenirs mes revinrent. Elle était effectivement au bord de l’orgasme. Tout le jeu consista à passer ma langue autour des lèvres, sur les lèvres, entre ses lèvres en évitant soigneusement son bouton. Parfois, le bout de ma langue dérapait dessus provoquant un véritablement tressaillement accompagné d’une plainte. Elle me supplia de la faire jouir. Mais non, j’étais trop concentré à mon objectif. J’ai redressé mon buste pour la regarder. Tout son corps était abandonné, elle était tout à son plaisir, offerte.

J’ai eu pitié d’elle. Je me suis replongé entre ses cuisses et j’ai aspiré son bouton. Ses main ont saisi ma tête pour me plaquer contre elle. J’ai donné de forts coups de langue sur son point sensible.

— je je ouiii ouiiiiiiiiiiiiiiiiii

Son corps se souleva et elle partit dans une longue et dernière plainte qui venait du plus profond de son corps. Elle dut me repousser pour que j’arrête de la lécher. Je la regardais, presque inerte, sa poitrine se gonflant au rythme de profondes respirations, le sourire aux lèvres, le visage rayonnant. J’étais comme ivre, comme dans un autre monde. Je lui palpais les deux poires presque sans ménagement. Inconsciemment, à genou entre ses cuisses, je frottais mon sexe emprisonné sur sa vulve maculant mon pantalon d’été de sa cyprine.

— ça va ?

— pfou, quel orgasme, c’était fou

— moi aussi, j’ai apprécié

— vous devez pourtant être terriblement excité

— je dois bien l’admettre

Je me suis levé et j’ai retiré pantalon et slip. Ma verge s’est déployé aussi dur que la première fois si ce n’est plus. J’étais fier de lui montrer ma queue en rut. Et je me suis fais plaisir aussi bien physiquement que mentalement en me masturbant devant elle. Mais le bonheur fut encore plus grand lorsque ce fut sa petite main chaude qui s’en empara.

— oh, Aurélie, je veux jouir sur vos seins

Elle se dressa au bord du canapé. Je pris mon sexe à pleine main et le dirigeai vers les deux globes tendus. Je fis coulisser la peau sur ma hampe de plus en plus vite. En même temps, elle pétrissait doucement mes couilles avec ses doigts fins. Je ressentais ce plaisir intense me tenailler le ventre et qui montait. Je retenais au maximum mon plaisir. Mes yeux fixait mon gland rouge presqu’au contact d’une aréole.

— ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

J’ai lâché ma crème sur les rondeurs de sa jeune poitrine, sur le téton, sur son cou, sur son visage encore. Je me branlais fort en criant mon rut. Lorsque j’ai arrêté, elle prit ma queue et se caressa les seins avec. Sa langue vint recueillir les dernières gouttes de sperme sur mon gland.

Comment aller voir une exposition après ça ?

Nous sommes restés sans rien dire une heure allongés sur le canapé.. Elle avait sa tête sur ma poitrine, je lui caressais les cheveux. Elle s’est endormie. Je me suis levé sans la réveiller pour aller prendre une douche. Quand je l’ai rejoins en peignoir, elle venait d’ouvrir les yeux.

— décidément, vous allez me prendre pour la marmotte de l’amour

— c’est que ça fatigue ces choses là, je suis un peu flagada aussi malgré ma douche

— excellente idée si ça ne vous gène pas

— Bien sûr que non, je vous prépare un autre café

J’avais déjà préparé le café depuis dix bonnes minutes qu’elle n’était pas sortie de la salle de bain. Je l’entendais chantonner dans la salle de bain. Ca me rendait tout aussi joyeux. Mais ça m’excitait aussi. Je me suis dit que j’étais un incorrigible obsédé. Il fallait la respecter. Seulement voilà, une phrase revenait sans cesse : ’ Vous pourrez encore disposer de moi comme bon vous semble ’. Il ne fallait pas me dire des choses comme ça. J’ai dénoué la ceinture de mon peignoir pour l’écarter. J’ai souri et j’ai laissé ma verge se dresser. Quelle douce sensation de sentir et de voir sa queue se gonfler peu à peu. J’ai retiré carrément mon peignoir. Il faisait chaud et j’étais bien. Je l’ai entendu sortir de la salle de bain. Je me suis levé pour l’accueillir. Je me suis rendu compte qu’elle me trouverait bête tout nu la queue en l’air. C’était trop tard. Elle apparut vêtue simplement de son chemisier à peine boutonné.

— ça fait du bien n’est ce pas dis je sur le ton le plus naturel que j’ai pu trouver

— un bien fou répondit elle en jetant un regard amusé sur mon sexe décalotté et dressé vers le plafond

— excusez moi, je dois paraître stupide, mais je suis si bien avec vous, j’étais en érection et j’avais envie de vous le montrer, je dois vous sembler enfantin

Je ne lui laissais pas le temps de répondre et lui présentais son café. Elle but son café debout. Je m’étais assis sur le canapé. J’ai posé ma tasse et presque sans m’en rendre compte, je me suis touché le gland. J’ai eu un profond soupir.

— eh bien, vous êtes insatiable ! et moi qui croyait que passé 40 ans, un homme perdait bien des facultés dit elle sur le ton de la plaisanterie

— comment résister à une superbe jeune fille à moitié nue, si adorable, si belle, si....je ne trouve pas les mots

— c’est l’émotion hihi

— exactement, si vous saviez comme j’ai rêvé de ce moment

— en vous masturbant comme l’autre soir

— vous allez penser que je suis un obsédé

— alors je le suis autant que vous, on est à égalité

Tout en lui parlant, je continuais à caresser mon gland et le frein. J’étais bien, c’était divinement érotique.

— vous savez ce qui me ferait plaisir ma chère ?

— je vous écoute

— voir votre pubis

Elle posa sa tasse à son tour. D’un geste gracieux, elle souleva juste au niveau du nombril la soie blanche de chemisier. Je pus m’enivrer du spectacle de son large pubis noir qui ornait son bas ventre. Je me suis branlé lentement. La chaleur me montait aux joues. Le contraste de la soie blanche immaculée et des poils sombres était d’un ravissement. Elle se tourna et me fit profiter de ses deux fesses rondes et pleines. Je constatais son coté sportif pour être aussi ferme de ce coté là. La peau semblait aussi fragile et délicate que la peau de ses seins. Je ne pus m’empêcher de toucher ces beaux globes là. Une main sur mon sexe, l’autre divaguait sur les monts de chair ferme. Un doigt se perdait parfois dans la raie de ses fesses. Il descendait jusqu’à la séparation de sa vulve. Je voyais par derrière quelques poils noirs entre ses cuisses. Je glissais ce doigt plus en avant sur sa fente. Je la lissais tranquillement et je ne tardai pas à y découvrir les traces de cyprine chaude. J’ai remarqué qu’elle avait commencé à se masturber. Je ne voulais pas manquer ça et par une douce pression, je la fis se mettre face à moi. Sa main recouvrait son pubis, et elle frottait du bout de son doigt son bouton turgescent. Je me mis à pétrir ses fesses et à darder ma langue pour lécher son sexe en chaleur. Elle me surprit car elle écarta sa vulve pour que je la pénètre de ma langue. Je ne m’en suis pas privé. Je repris un lent cunnilingus merveilleux.

Voir son sexe de si près me donna envie de la posséder. Elle comprit ce désir. Elle s’est approchée de moi et elle a guidé mon sexe en elle en s’asseyant sur mes cuisses. Quelle sensation de pénétrer son vagin étroit, chaud et humide. Elle commença à onduler son bassin. Ses seins ballottaient librement sous la soie blanche juste sous mes yeux.. Elle s’appuya sur mes épaules. Je la saisis par les hanches. Elle accéléra le rythme. Ses fesses rebondissaient sur mes cuisses. Mon pieu ramonait son vagin si doux. Je lâchai ses hanches pour déboutonner son chemisier et voir ses gros seins bouger en cadence. J’ai gobé un mamelon pour le sucer goulûment. C’était l’extase. Le plaisir progressivement montait dans ma tige en feu. Elle criait littéralement son plaisir. Elle imprima un rythme d’enfer à notre coït. Je n’en pouvais plus. Mais elle partit dans un long orgasme bruyant avant moi. La voir jouir provoqua ma propre jouissance et j’ai craché mon sperme en elle pour la première fois.

Nous étions à table pour dîner dans un restaurant sélect. Nous n’étions pas amoureux l’un de l’autre, c’était clair. Mais une profonde amitié nous unissait et nous nous faisions des confidences comme deux complices. Elle me parla de sa famille, de ses relations avec les hommes. Moi je lui ai raconté ma vie familiale et ma profonde tristesse d’avoir perdu ma femme.

— c’est quand même étonnant ce que nous vivons tous les deux

— oui, je n’aurais jamais imaginé une telle situation

— en tout cas, vous me comblez, je n’étais pas prêt à vivre une histoire d’amour, je rêvais plus à une relation amicale avec des câlins. Seulement, pas avec une jeune fille aussi belle et qui a beaucoup de complaisance pour mon grand âge

— tout de suite, votre grand âge ! vous n’êtes pas mal conservé et ma fois, jamais un homme ne m’a donné autant de plaisir avec une telle générosité.

— Comment ne pas être généreux avec vous, votre corps est superbe, vous me passez tous mes fantasmes

— Vos fantasmes vraiment ? ils n’ont rien d’exceptionnel

— Je n’ai pas vraiment de fantasmes particuliers vous savez et vous ?

— Moi ? j’y ai parfois réfléchi : disons que j’en ai trois : le sexe à plusieurs, le sexe avec une femme et, vous allez trouvez ça bizarre, mais dépuceler un jeune homme ça m’amuserait

— Je ne suis plus jeune mais je vous assure, vous m’avez comme dépucelé. J’ai redécouvert tant de sensations

— Je vous l’ai dit : je veux réaliser vos fantasmes pourvu que cela reste dans des limites raisonnables. N’hésiter jamais à m’en parler

— J’y penserais

Le garçon nous amena la note au milieu de cette conversation.

— vous croyez qu’il nous a entendu ?

— ce n’est pas grave

— je vous raccompagne

— avec plaisir, mais je vous préviens je ne souhaite pas que nous passions la nuit ensemble

— oh mais je comprends, bien que j’en ai une énorme envie, ne vous en faites pas

Dans la voiture, elle s’est assoupie. Cela me rappela plein de choses : le voyage en voiture pour le séminaire, l’après midi avec elle, les images précises de la découverte de ses seins, etc. Tout se bousculait dans ma tête. Si bien que je me remis à bander. Je n’y croyais pas. Moi qui me contentait d’une petite masturbation, voilà que je ne pensais qu’à ça. J’avais encore envie d’elle ou plus exactement, de ’ jouer avec elle ’. Un désir précis me taraudait. Oui, mais elle ne voudrait pas, elle voulait passer la nuit seule, elle n’accepterait même pas que j monte quelques instants. Oh et puis après tout pourquoi ne pas lui demander ?

— voilà on est arrivé

— c’est très gentil de m’avoir raccompagné

Elle se pencha et me fit une petite bise sur les lèvres. Elle allait sortir de la voiture.

— Aurélie ?

— Oui

— Vous m’avez dit tout à l’heure que je pouvais vous parler de mes fantasmes

— Je vous écoute

— Voilà tout à l’heure, vous vous rappelez je vous ai accueilli en sortant de la douche tout nu

— Oui, vous aviez envie de me montrer votre désir

— Oui, j’avais tellement rêvé de cette situation, de vous montrer comme je pouvais être dur pour vous.

— Je l’avais compris comme ça et j’ai trouvé ce geste touchant

— C’est gentil, je sais je vais abuser, mais j’ai tellement envie de vous montrer là maintenant la même chose, mais je vous jure, je ne veux pas rester cette nuit chez vous, je...

— Allez garez vous et montez

J’étais fou de bonheur. Je me suis garé vite fait et on est allé à son appartement. Dans l’ascenseur :

— vous me devez vraiment me trouver ridicule

— arrêter de dire ça, j’ai dit oui, alors n’en parlons plus dit elle sur un ton amical

Son appartement était un grand deux pièces décoré avec simplicité et goût.

— que diriez vous d’une coupe de champagne ?

— pourquoi pas ?

— allez mettez vous à l’aise, je reviens

Elle ferma les rideaux et me laissa dans son salon. Son logement était un de ses vieux appartements avec lustre de cristal, cheminée en marbre surmonté d’un grand miroir. Ca sentait bon. J’examinais avec soin tous les livres et les petits objets qui ornaient les étagères.

— voilà les coupes

— merci

— on trinque tchin tchin à cette belle journée

— oui

Nous bûmes une gorgée. Elle me souriait. Lentement, elle approcha son visage et déposa ses lèvres sur les miennes. Ce fut un long baiser suave et nos langues s’entremêlèrent dans un délicieux ballet. Elle s’écarta un peu.

— et si vous me montriez votre jolie queue, cher ami dit elle avant de prendre une autre gorgée de champagne.

Ce terme cru m’amusa. J’ai posé mon verre. J’ai ouvert mon pantalon et tranquillement en regardant mon ventre, je le repoussais vers le bas avec mon slip. Ma verge se dressa à moitié. Plein de picotements onctueux la traversait. Je l’ai regardé : si belle avec ses cheveux noirs fins et son visage si beau, ses seins qui gonflaient la belle veste rouge, ses jambes fines à la peau satinée. Je sentais ma queue se relever lentement. Elle la fixait des yeux, son verre à la main. Je respirais fort. Mon ventre était tenaillé par le plaisir et je l’avançais vers elle comme si un aimant l’attirait. Je me fichais bien du spectacle que j’offrais à moitié nu le pantalon sur les chevilles. Mon sexe était tendu, le gland écarlate bien gonflé, je profitais de ce moment intense d’exhibitionnisme.

— quel bonheur, Aurélie

— ça se voit

— je peux vous embrasser encore ?

Je m’approchais à peine, posais mes mains sur ses hanches et posais mes lèvres sur sa bouche pour l’embrasser avec fougue. Mon gland frôlait le coton de sa veste. Petit à petit, je me suis blotti contre elle, mon sexe compressé contre son ventre. Une de mes mains quitta sa hanche pour glisser sur son dos. Je la fis descendre jusqu’à ses fesses pour pétrir un globe à travers la jupe.

— je crois que j’abuse

— on va effectivement au delà de ce qui était prévu mais je suis moi même émoustillée alors allons jusqu’au bout

Et elle m’embrassa encore tendrement. Nous nous sommes écartés. Elle s’est tournée face au miroir et s’est penchée en posant les mains sur le haut de la cheminée. Je me suis débarrassée de mon pantalon et de mon slip et je me suis placé derrière elle. J’ai dégrafé sa jupe et baisé sa culotte. J’ai pu voir sa vulve de derrière : elle luisait de son jus et ses lèvres intimes étaient déjà entrouvertes. Je pris ma queue et je caressais sa fente et ses fesses avec mon gland. Sans précipitation je l’ai pénétré. Ses chairs laissèrent entrer ma tige sans contrainte. Je suis resté bien planté en elle. Nous nous regardions l’un l’autre dans la glace. Elle grimaçait. J’ai commencé à la besogner en cadence. Je caressais ses flancs. Mes mains s’avancèrent jusqu’à ses seins pour les palper sur ses vêtements. Je me suis arrêté de la baiser pour déboutonner la veste et palper ses seins sur la soie. Elle fermait les yeux en gémissant à chaque retour de ma verge dans son fourreau. J’ai débuté un coït plus violent. Je m’agrippais à ses hanches et je la secouais sans ménagement en la prenant ainsi debout en levrette. Puis je ralentissais. Je ressentais son plaisir monter. Le mien aussi. Je l’ai littéralement pilonner. Mon ventre claquait contre ses fesses.

— oh ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Son vagin se contracta et des spasmes formidables soulevèrent son corps. Je continuais mon va et vient mais je n’arrivais pas à jouir. Je suis ressorti de son ventre. Elle s’agenouilla de fatigue. Je lui ai demandé de s’allonger sur le dos. Je me suis mis au dessus de son buste et j’ai posé mon sexe sur la soie entre ses seins. Je les ai comprimé sur ma queue pour en faire un fourreau. Je me branlais dedans. Quel délicieux contact que de faire cela sur un tissu si doux. Et elle me laissait faire totalement offerte à mes envies. Là je n’en pouvais plus. J’ai rugi en me branlant très fort et j’ai giclé sur son chemisier froissé.


E-mail: legeranium@club-internet.fr

Diffuse en direct !
Regarder son live