Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Lue 19 270 fois
  • 30 J'aime
  • 1 Commentaire

Une chaude prof asservie

Chapitre 2

Avec plusieurs hommes

Une chaude prof asservie 2

Hot teacher enslaved 2

Coulybaca / Auteur inconnu



Elle ne pouvait pas dire à son époux ce qui lui était arrivé !

Comment pourrait-elle expliquer la présence de ce tatouage et les contusions couvrant son corps ?

Que pouvait-elle faire ?

Elle était désespérée, incapable de réfléchir pour l’instant. .

Trois douches et elle se sentait toujours souillée !


Lorsque son époux, Georges, rentra vers 23 heures, elle avait repris son self-control, ses yeux étaient secs, le maquillage couvrait ses ecchymo-ses.


Elle se jeta dans les bras de Georges.

Il se sentait très amoureux et la prenant dans ses bras il l’emporta dans leur lit, lui enlevant sa sortie de bains.

Yeux écarquillés, il se recula yeux braqués sur sa chatte rasée et son infâme tatouage.

— Par l’enfer, qu’as-tu fait ? Qu’est ce que cela Lucy ?


La prof habituellement guindée et prude tremblait de peur en mentant :

— Je... Je voulais... Je voulais te sembler sexy... J’ai pensé à me raser le pubis !


— Te raser la chatte ! Par l’enfer ce ne serait rien si tu n’avais fait que ça ! Mais qu’est que c’est que ce tatouage... Cet oeil sangui-nolent ? Commentait Georges horrifié.


— Georges... Je t’aime... Comprends-moi... Accidentellement j’ai pris le mauvais tatouage... Il faisait sombre... Je croyais que c’était un cour écarlate... Balbutiait-elle s’enfonçant dans ses mensonges.


— Tu es allée dans une échoppe de tatouage ? Tu t’es fait tatouer sur ton intimité ? Un tatoueur a touché ton intimité ! Georges était outragé, furieux.


Lucy entendit la porte claquer.

Une voiture démarra brutalement, elle pleura une bonne partie de la nuit.

Georges rentra le lendemain, rangea ses affaires dans la chambre d’amis et refusa de lui parler et même de l’écouter.


Les deux jours suivants, elle évolua comme dans un brouillard, marmot-tant et grognant pendant les cours.

Tard le second jour son malaise s’accrut subitement, elle était nau-séeuse.

Lucy sentait qu’elle était désespérément en manque de quelque chose, elle frissonna longuement en réalisant qu’elle avait besoin de cette saloperie de drogue. Le soir ses nausées et ses troubles avaient doublé d’intensité. Georges l’ignorait totalement.


Le téléphone sonna. C’était John, l’élève qu’elle avait sanctionné qui ap-partenait au gang.

— Bonsoir madame Harper... Comment vous sentez-vous ? Il était vraiment très joli.

— Que voulez-vous ? Que m’avez-vous fait ? Se lamenta Lucy d’une voix misérable.


— Je pensais que tu aimerais avoir une dose, c’est tout... Il me reste de la potion que j’ai versé dans la tasse de café que tu as tant ap-précié l’autre jour... Tu en as probablement besoin... Par ailleurs, il est temps que tu te mettes à rembourser les dettes de Brian... Gloussait John hilare.

— Je vous en prie ne m’obligez pas à ça... laissez-moi tranquille... donnez-moi une dose de drogue... Rien d’autre... Juste une dose... Je vous en prie... Pleurnichait pitoyablement la pauvre madame Harper.


— Nous pouvons faire un marché... Passe me prendre au parc... Je te donnerai une dose pour aujourd’hui... Tu me la paieras ensuite... Demain je te donnerai une autre dose et tu pourras commencer à travailler pour rembourser les dettes de Brian...

John était le seul à parler, il poursuivit en lui donnant des consignes dé-taillées :

— Tu porteras des bas résilles noirs, et tes hauts talons rouges... Pas de petite culotte, pas de soutien-gorge... Je veux que tes nichons se balancent librement... Tu mettras une jupe courte, pas une qui s’arrête juste au-dessus du genoux, mais au moins 25 centimètres au-dessus... Si tu n’en as pas à la bonne taille, coupe le bas de ta jolie jupe rose... Tu porteras de plus un chemisier blanc transparent avec deux boutons défaits au col... Tu te feras deux couettes comme une écolière et tu te mettras un collier de perles autour du cou... Oh et pense à toujours sourire... Nous allons dîner en ville, c’est toi qui paye...


Lucy se cabra à l’entente de ses exigences mortifiantes mais se plia humblement à sa volonté.

Les seuls bas à résilles, qu’elle possédait, étaient ceux qu’elle mettait pour allumer Georges. Elle n’avait pas de chaussures rouges mais une paire de hauts talons noirs. Elle n’avait pas non plus de jupe taillée court sur les cuisses, à contrecour, elle coupa rapidement le bas de sa jupe rose préférée. Elle compléta sa tenue avec le chemisier transparent qu’elle ne portait que tard dans la nuit quand elle voulait exciter son époux.

Elle n’avait pas le choix, c’était son seul chemisier transparent.

Finalement elle tressa ses longs cheveux en de longues couettes comme celles d’une collégienne et enfila un collier de perles.


Impatiente d’obtenir sa dose de drogue qui signifiait la fin de ses malai-ses, Lucy sortit calmement par la porte latérale de la maison et sur rua jusqu’à sa voiture grimpa dedans et partit avec empressement sans se rendre compte que Georges la regardait depuis la fenêtre de l’étage, choque de voir sa femme arborer une tenue affreusement immorale et déplacée.


John qui portait un très classique costume bleu se prélassait dans la BMW de Lucy, il lui tendit un verre de coca commentant :

— Ma chère Lucy voilà ta dose journalière !

Secouant ses mains Lucy agrippa le verre et le descendit d’une lampée, espérant que celà ferait effet rapidement.


— Et maintenant conduis-nous au pub anglais sur la 59ème rue... Je suis affamé... John se montrait à nouveau d’une exquise politesse.


En entrant dans le pub, Lucy sentit des yeux affamés suivre sa progres-sion, regardant ses hanches chalouper sous sa courte jupe, ses nichons se balancer sous son chemisier transparent.

Mais la drogue avait commencé d’agir, et elle se sentait beaucoup mieux.

Toutefois, comme la dernière fois, elle se sentait très excitée ! Ses seins avaient durci, et son visage se colorait agréablement.

Dieu merci, ils se trouvaient en public et avait juste rendez-vous pour dî-ner.

Elle se demandait ce que ce sale bâtard de John avait en tête lorsqu’il lui avait dit qu’elle devrait lui payer sa drogue.

John s’adressa à la jeune serveuse : :

— Ma mère et moi, nous aimerions une table proche des fenêtres... Celle là avec une nappe rouge nous parviendrait parfaitement...


La jeune serveuse les y emmena, les yeux braqués sur la courte jupe de Lucy et son corsage transparent. Il était évident que Lucy ne portait pas de sous-vêtements.

Une mère qui venait dîner avec son fils et portait un corsage transparent sans soutien-gorge en dessous !

Elle pensa qu’à coup sur madame harper agissait selon ses propres va-leurs morales... Lucy s’en sentait d’autant plus honteuse.


La jeune serveuse prit alors leur commande : John commanda des huî-tres, un demi de bière pour Lucy et un verre de whisky avec des glaçons pour lui-même.


— Je te remercie John, mais je n’aime pas la bière.. Et de toute ma-nière il est bien trop tôt pour boire de l’alcool ! Protesta Lucy.


— Je ne t’ai pas demandé si tu aimais ou non la bière... Je te l’ai commandé et tu videras ton verre jusqu’à la dernière goutte... Je donne les ordres et tu obéis si tu tiens à continuer à avoir ta dro-gue tant que tu n’auras pas terminé de payer les dettes de Brian... Cette réponse vicieuse de John inquiéta fortement Lucy qui se calma instantanément.


Lorsque la serveuse leur amena leurs consommations, John poursuivit :

— Sais-tu ce que sont les "Banger & Beans" ?

— Lucy n’était pas accoutumée à cette langue anglaise parlée dans les pubs.

— Je suis désolée... Je ne sais pas !

— Les Bangers sont de longues saucisses... Aimes-tu les saucisses chaudes ?

Circonspecte Lucy répondit :

— Parfois oui... Pourquoi cette question ?


— Commence par vider ton demi.. Sur-le-champ... Je veux dire vide le maintenant... Grimaça John, se réjouissant de voir cette femme qui dînait avec lui à contrecour se mordre les lèvres pour garder son calme.


Lucy le regardait consternée.

Ce verre de bière était immense.

Ce n’était pas possible d’en boire autant.

Mais la peur est un puissant motivateur.

Elle but. Gorgée après gorgée. Chaque fois qu’elle arrêtait, John lui jetait un oeil menaçant et elle se remettait immédiatement à boire son verre.

Enfin le demi fut vide. Elle était sure de se retrouver éméchée.


— Et maintenant glisse-toi sous la table et déguste ma saucisse ! Ri-cana John d’un air pervers.

Choquée Lucy demanda :

— Quoi ?

— Tu m’as bien entendu, mon arrogante chienne ! Est-ce que les maîtresses d’école ne savoureraient jamais de saucisses ? Glisse-toi sous la table et taille-moi une pipe espèce de crispée du trou du cul ! John adorait humilier cette prof qui avait osé l’exclure d’un test. Que la vengeance était douce !


Lucy blêmit, et après moult hésitations se glissa sous la table, espérant que personne ne la verrait faire.

Elle vit les longues jambes de John largement écartées, il avait déjà descendu la fermeture éclair de sa braguette.

Elle hésita encore quelques instants jusqu’à l’instant où il lui donna un coup de pied sur le nichon gauche, laissant une marque de chaussure sur son corsage.

Elle tendit la main vers sa braguette et ne fut pas surprise de constater qu’il ne portait de caleçon. Sa bite était déjà déployée, bien raide.

Elle la sortit complaisamment, la regarda et comprit que la drogue la rendait si réceptive que déjà ses nibards pointaient comme des obus alors que son bas ventre s’inondait de cyprine.

La bite vibrante laissait déjà suinter des gouttes de pré-sperme montrant à quel point John aussi était excité.

De la pointe de la langue

Elle titilla son méat, absorbant la première goutte salée. Elle lécha la hampe de haut en bas puis lentement emboucha la vibrante mentule et sa tête se mit à monter et descendre sur son braquemart de la façon qu’adorait son mari.

Elle l’absorba en totalité dans sa gorge accueillante, elle la sentit tressauter sous ses caresses habiles.


— Excusez-moi monsieur, tout va bien ? Questionnait la serveuse de retour à leur table.

— Oui, je vous remercie... Tout est parfait... Lui répondit John d’une voix tendue.

— Voulez-vous vous joindre à nous ?

Lucy avait cessé de le sucer en entendant la serveuse.

John lui décocha un nouveau coup de pied l’invitant à reprendre sa pipe.


— Je vous remercie de votre offre, mais je n’ai pas fini mon travail... Où est-donc votre mère ? L’interrogea la jeune serveuse avec curiosité.


— Oh, elle est sous la table... Elle a bu sa bière bien trop rapidement... C’est une vrai pocharde en fait ! Voulez-vous regarder sous la table ? Répliqua John avec un regard de feu.


— Non, je dois reprendre mon travail... Désolé de voir que vous avez de tels problèmes avec votre mère...


Lucy était mortifiée en entendant cette conversation, mais elle continua docilement à sucer la bite vibrante de John, elle se mit à se caresser le clito, elle y accédait facilement du fait de sa courte jupe et de l’absence de petite culotte.


Alors qu’elle sentait sa mentule grossir et tressauter dans sa bouche, elle voulut arrêter à ce stade, mais un nouveau coup de pied l’en dissuada, tracasser de savoir que tôt ou tard il allait se vider dans sa bouche.

Elle n’avait jamais expérimenté d’acte aussi dégradant auparavant, rien que l’idée de s’y plier la révulsait.

Elle paniqua au dernier instant et recula son visage.

Mauvaise idée. Sa bite lui explosa à la figure projetant des geysers de foutre sur son visage et ses cheveux.


— Allez ma petite prof, sortez de la dessous, je veux voir à quoi tu ressembles après cette douche faciale... Lui enjoignit sarcastiquement John.


Lucy sortit tout doucement de sous la table. Plusieurs clients remarquèrent cette femme mature sortir de sous la table pour s’asseoir face au jeune homme, son visage était souillé, luisant de foutre.


John grimaça un sourire et commenta :

— Cela paiera ta dose de drogue d’aujourd’hui. Une fois que j’aurai fini de dîner tu commenceras à rembourser les dettes de ton fils... En attendant tu peux regarder ton assiette, mais je t’interdis de manger... La bière agit mieux sur un estomac vide.. Oh et ne t’essuie pas le visage !


C’est alors que la jeune serveuse remarqua le visage souillé de Lucy, une goutte de foutre tombant sur ses orteils elle remarqua :

— Je suis désolée madame, mais vous semblez avoir un excès de pommade grasse sur vos cheveux et votre visage !


— Ce doit être le jus des huîtres... Eclata de rire John regardant avec ironie le visage écarlate de Lucy couvert de foutre.


La jeune serveuse navrée pour John pensait que c’était bien triste d’être atteinte, si jeune, d’un Alzheimer, elle commenta tristement :

— Vous n’avez pas de chance, pauvre jeune homme !


Texte anonyme trouvé sur le web

Traduction par Coulybaca

20 août 2008.

Diffuse en direct !
Regarder son live