Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 20 099 fois
  • 344 J'aime
  • 14 Commentaires

Une chute de vélo

Chapitre 6

Retour avancé

Hétéro

Après quelques minutes contre moi, je sens son souffle devenir plus régulier et son rythme cardiaque revenir dans la normale. Je ne bouge pas, je profite de l’instant, du contact de son corps tiède contre le mien, de son odeur suave après ce moment intense. Le vent chaud et léger nous sèche rapidement et seul le bruissement des feuilles et le champ de quelques oiseaux réfugiés tout comme nous à l’ombre des arbres se mêle à nos respirations. Je sens la tête de Julie peser un peu plus au fil des minutes, elle est en train de s’endormir contre moi. Je ne fais rien pour l’en empêcher, j’apprécie ce câlin autant que le sexe avec elle. 

 Je pense malgré moi au moment qui approche ou je devrai la quitter pour aller au boulot demain. Je le redoute et en même temps je me dis que cela amplifiera nos retrouvailles. Je sens la fatigue me gagner moi aussi, je lutte un peu pour lui voler encore quelques minutes de ce moment très agréable. Tous les deux nus sous les arbres, juste caressés par ce petit vent à profiter de la chaleur écrasante, de l’ombre bienfaisante et du doux corps de Julie blotti contre moi.

 Je me réveille plus tard, je ne sens plus aucune présence contre moi. J’ouvre les yeux difficilement, je n’ai pas encore récupéré de la fatigue de mon week-end. Je la cherche des yeux en me redressant. Avec soulagement, je la vois sur une chaise longue trois mètres plus loin, elle me regarde en souriant. Elle est toujours intégralement nue. Quelques rayons de soleil, profitant de trouées de la canopée dessinent sur son corps des dessins éphémères auxquels le vent jouant dans les feuilles semble donner vie. Elle est sublime. Cela suffit à me réveiller complètement.


 - Bonjour ! Tu as bien dormi mon chou ?

 - Bien, mais pas assez si j’en crois mes paupières.

 - Tu as surtout bien ronflé ! Ça m’a réveillée !

 - Désolé. Je voulais te laisser te reposer.

 - J’aurai tout le temps pour me reposer cette semaine, mais pas toi.

 - Oui, demain je pars chez un client assez loin d’ici et je ne reviendrai que jeudi soir.


 Je peux voir à la moue que fait Julie qu’elle semble contrariée.


 - Je pensais te revoir plus tôt.

 - Patiente un peu. Je suis en vacances dans deux semaines. Et je passerai te voir jeudi soir si tu veux.


 Cette nouvelle dessine un large sourire sur son visage et son regard sur moi la rend magnifique. Tout simplement magnifique. Si j’avais encore le moindre doute, il est dissipé.

 Je l’aime.

 Et je n’en reviens pas de tomber amoureux aussi rapidement. J’ai envie folle de lui crier ce que je ressens à cet instant précis, et en même temps j’ai également très peur de sa réaction. Eprouve-t-elle aussi quelque chose pour moi ? Et si elle partait dans un grand éclat de rire en me traitant de fou, ou pire d’assoiffé de sexe ? Non. Je ne peux pas lui avouer maintenant, je dois patienter encore un peu.


 - Tu veux boire quelque chose ? Il me reste du jus de fruits au frais, du Schweppes, du coca, ou si tu préfères je te fais un petit mélange.

 - Ok pour le mélange.


 Je file à la cuisine, et je prépare deux grands verres d’un mélange de jus d’ananas et de mangue auquel j’ajoute du Schweppes et des glaçons. Je reviens auprès d’elle et je m’installe également dans une chaise longue auprès d’elle. Nous trinquons.


 - Et quel est ce mélange ? Me demande-t-elle en observant les fines bulles remontant le long du verre.

 - Devine !


 Elle se lance dans l’analyse en imitant un sommelier professionnel.


 - Hummm, il y a de l’ananas.

 - Oui. Il y en a.

 - Mais il n’y a pas que ça.


 Après deux autres gorgées et quelques instants de réflexion, elle s’avoue vaincue.


 - Je ne vois pas. Mais c’est très bon. Qu’est ce que c’est ?

 - C’est un filtre d’amour dis-je en rigolant

— Alors je vais gouter à nouveau et trouver les ingrédients.


 Elle reprend une gorgée et cherche les yeux fermés.


 - J’ai trouvé : Il y a des traces de vinaigre blanc, quelques langues de vipères, de l’extrait de corps d’homme récolté sous la pleine lune, du Perrier pour les bulles, bien que le champagne me semble plus indiqué dans ce cas, ainsi qu’un reste de tisane de jeune vierge !


 Je rigole volontiers à l’énoncé de cette recette originale.


 - Bien joué.

 - Est-ce que ça marche ? Me demande-t-elle avec un air très sérieux.

 - Oh oui. Efficacité garantie pour au moins 25 secondes après chaque gorgée.

 - Voyons voir ça. Dit-elle en reprenant une dose tout en me fixant intensément.

 - Hummm. Il y a un truc. Je ne peux pas dire que cela soit inefficace, non, mais il y a un problème de dosage. L’effet est bien trop faible et trop court.

 - En effet, je vois ça. Ton verre est vide. Tu en veux encore ?

 - Volontiers !


 Je repars remplir nos verres avec un mélange différent qu’elle a à nouveau tenté de découvrir. Ce jeu nous a occupé une partie de l’après-midi. Nous avons longuement bavardé entre deux mélanges, nus sur les chaises longues, nous racontant un peu plus de nos vies respectives. Plus j’en connaissais sur elle, plus j’avais envie d’en savoir et plus je l’appréciais pour ses qualités autres que le sexe.

 La soirée approchant nous avons encore diné dehors profitant de la relative fraîcheur de la soirée. Le temps toujours chaud et orageux était lourd, mais ce n’était rien à côté de la tension qui semblait s’installer entre nous. J’étais certain qu’elle la ressentait comme moi et aucun de nous ne se décidait à faire ou dire quoi que ce soit. C’est Julie qui a rompu cette tension au bout d’un long moment de silence.


 - Quelque chose ne va pas Hervé ?

 - Je vais devoir te raccompagner chez toi et je n’en ai pas envie. Je voudrais retarder ce moment.

 - Oh Hervé. Moi non plus je n’ai pas envie de rentrer. Prends-moi sur tes genoux s’il te plait.


 Je ne me fais pas prier, je l’installe délicatement sur moi et elle se cale contre moi, sa tête dans mon cou. Nous sommes restés ainsi un long moment jusqu’à ce que je trouve le courage de donner le signal du départ. Je l’ai aidée à s’habiller tout en la couvrant de baisers et je l’ai ramenée chez elle à contre cœur. L’ascension des quatre étages fut un calvaire, le nez dans ses cheveux, son odeur, le contact de mes mains sous ses cuisses, tout me faisait mal et m’invitait à rester contre elle. Je l’ai rapidement déshabillée pour la mettre au lit et après un long baiser et la promesse de revenir la voir au plus vite, je suis rentré chez moi, j’ai préparé mes affaires pour mon travail et je me suis couché. Je me suis endormi en visualisant son visage, son corps, en pensant à elle et à ce week-end.

 Le lendemain, le trajet fut monotone, rien n’arrivait à la chasser de mes pensées. Une fois chez mon client, une bonne surprise m’attendait. Il souhaitait écourter l’arrêt de production dû à mon intervention. Je lui proposais alors de faire de plus longues journées et de réduire mes temps de pause à midi. Cela lui coûtera juste un peu plus cher. Après avoir obtenu l’accord de ma direction, je me suis mis au travail pour finir au plus vite. Je pourrais ainsi rentrer plus tôt. J’ai ainsi pu terminer mercredi en fin d’après-midi avec un jour d’avance. J’étais pressé de rentrer pour récupérer mon sommeil auprès de Julie. Dès le redémarrage des équipements validés et les formalités administratives traitées, j’ai repris la route oubliant la fatigue accumulée.

 Etrangement, la route du retour m’a semblée plus courte.

 22h30, je me gare devant l’appartement de Julie. Un coup d’œil à ses fenêtres, il y a de la lumière, elle ne dort pas encore. Je grimpe des escaliers rapidement et je sonne à sa porte avec un grand sourire. La porte s’ouvre, et Julie explose de joie en me voyant.


 - HERVE !


 Sans les béquilles, je crois qu’elle aurait bondi sur moi. C’est donc moi qui la soulève dans mes bras, la serrant contre moi. Elle a immédiatement lâché les béquilles pour m’enlacer. Elle me serre dans ses bras et m’embrasse fougueusement. Je ne me défends pas, bien au contraire, je suis ravi de la revoir et je ne m’en cache pas, je ne la repose pas, je continue de l’embrasser de plus belle.


 - Humm ! Bonsoir.


 Je relève la tête, et je remarque Katia qui nous regarde amusée, les bras croisés. Cette position lui resserre sa poitrine, plus imposante que celle de Julie et déjà mise en valeur par ses dessous et son haut largement ouvert pour laisser deviner la vallée entre ces deux monts. Son copain doit bien s’amuser avec. Une jupe qui laisse voir juste un peu plus haut que ses genoux, permet de laisser libre court à l’imagination pour deviner ce qu’elle cache.


 - Et bien ! Julie me disait justement que son Saint Bernard lui manquait. Je ne pensais pas que c’était aussi sérieux, et encore moins que vous étiez capable de rappliquer au moindre appel de Julie, qui plus est, émis en pensée.


 Je fais demi-tour pour fermer la porte d’un pied toujours sans lâcher Julie, suivi d’un second pour faire face à Katia.


 - Bonsoir Katia. Comment allez-vous ?

 - Bien, je tenais compagnie à Julie. On ne vous attendait pas avant demain.

 - Oui j’ai pu finir plus tôt alors je suis venu directement.


 Julie n’avait rien dit durant cet échange, mais elle m’embrassait tendrement dans le cou. J’étais déjà impatient de la revoir, mais son accueil m’excitait terriblement. Je bandais fort et la présence de Katia aurai dû me ramener à la raison, à déposer Julie au sol. Mais ces trois jours de séparation après ce week-end si intense nous ont fait oublier sa présence. Trop heureux de nous retrouver, nous étions seuls au monde.

 Katia commença à converser avec les béquilles qu’elle ramassait.


 - Vous voilà vite abandonnées mes pauvres. Moi qui vous pensais indispensables pour quelques jours encore. Dès qu’Hervé sera là, elle vous oubliera c’est sûr.

 - Katia, je vous remercie d’avoir accompagnée Julie à la pharmacie et de vous être occupée d’elle en mon absence.

 - C’est normal Hervé. C’est fait pour ça les amis non ? Vous avez mangé ? Vous voulez un café ?

 - Non je n’ai pas mangé, j’ai fait au plus vite.

 - Je vais réchauffer les restes. J’en ai pour deux minutes.


 Katia disparaît dans la cuisine et j’en profite pour m’asseoir dans le canapé et garder Julie contre moi et reprendre nos embrassades interrompues.


 - Tu m’as manqué mon chou.

 - Toi aussi. J’ai beaucoup pensé à toi. Comment va ton genou ? Et tes blessures ?

 - Ça va mieux, mais j’ai toujours besoin des béquilles. Je n’ai plus que deux plaies à panser, mais il reste pas mal de cicatrices.

 - Elles vont partir bientôt.


 Je reprends le parcours de mes lèvres sur elle, mes mains sur ses seins.


 - Et voilà le repas du Saint Bernard.


 Je m’interromps à regret. Katia nous observe amusée. Elle dépose une assiette de pâtes et une escalope sur la table basse du salon.


 - Merci Katia, bien que j’aie faim, j’aurais pu le faire moi-même.

 - De quelle faim parlons-nous Hervé ?


 Je lui souris sans vraiment répondre, dévorant le contenu de l’assiette, Julie collée contre moi me caressant le dos, tandis que Katia m’observe en discutant avec Julie.


 - Pourquoi ce chevreuil ne m’a pas renversée moi ? Je n’ai pas de chance.

 - Ne dis pas n’importe quoi. Tu as vu mon genou et mes écorchures ? Je suis horrible.

 - Vu comment il t’a sauté dessus en arrivant, je ne crois pas que ton Saint Bernard pense comme toi. N’est ce pas Hervé ?

 - Arrête de l’ennuyer Katia ! Hervé a été très gentil avec moi.

 - Je reconnais que peu de voitures se seraient arrêtées et ce seraient proposées pour te conduire comme il l’a fait juste pour te faire soigner. Hervé, dites-moi franchement, vous l’auriez fait aussi pour n’importe quel membre du groupe ? Même pour Pascal, Romain ou moi ?


 Je termine ma bouche et je la fixe en lui répondant.


 - Oui Katia. J’aurais conduit n’importe quelle personne à l’hôpital.

 - Et vous l’auriez reconduite chez elle, jusque dans son lit ?

 - Pas forcément jusque dans son lit, j’avoue.


 Un peu gêné par la tournure que prend la conversation, je repars à l’assaut de l’escalope. Julie pose sa tête contre mon épaule et sa main se glisse sous mon t-shirt pour me caresser le dos.


 - Tu restes cette nuit ?

 - Oui, si tu veux.

 - Chouette ! S’exclame-t-elle.

 - Julie semble ravie de votre présence Hervé. Je vais surement avoir du mal à dormir cette nuit.

 - Je m’excuse encore pour samedi Katia, il n’était pas dans mes intentions de vous faire profiter de … enfin … de vous … que… vous nous entendiez…

 - Pas de problème, je me suis caressée en vous écoutant. Je vais vous chercher un café.


 Je tourne vers Julie un regard interrogateur. A quel point sont-elles amies ? Katia semble très bien connaître Julie. Pour toute réponse sa main remonte le long de ma colonne vertébrale jusqu’à ma nuque pour m’attirer vers elle et m’embrasser.


 - Tu repars demain ? M’interroge-t-elle enfin.

 - Ça dépend de toi. J’ai suffisamment d’heures supplémentaires pour être en week-end maintenant.

 - Alors reste avec moi !


 Inutile de préciser que c’était aussi mon intention.


 - Avec grand plaisir. Je vais prendre soin de toi.

 - Et moi ? Qui va prendre soin de moi ? Lance Katia, revenant de la cuisine avec les cafés sur un plateau.


 Je ne réponds pas, je garde mon regard plongé dans celui de Julie. Elle est radieuse, j’ai envie d’elle, de sa peau, de sa langue sur mon sexe, de la mienne à l’intérieur du sien. Je l’embrasse à nouveau et me retourne pour le café. Katia est en face de moi penchée en avant pour poser les cafés sur la table basse. Mon regard ne peut éviter d’apercevoir une bribe de dentelle rouge au fond de son décolleté. J’adore les dessous en dentelle rouge. Je n’ai jamais su pourquoi le rouge me faisait cet effet qu’aucun autre modèle identique d’une couleur différente ne me procurait.


 - Heu… Vous n’avez pas… d’ami ?

 - Penses tu Hervé, Katia n’a jamais gardé un mec plus de trois mois depuis que je la connais. Et je n’en n’ai pas encore vu un seul cette année.

 - Ah ? Désolé Katia. Je ne savais pas.


 Sans rien dire, Katia repart dans la cuisine.


 - Julie, tu crois que je l’ai froissée ?

 - Mais non gros béta. Elle est sûrement allée chercher les éclairs qu’elle a apportés.


 Effectivement Katia revient avec une boite en carton qu’elle pose sur la table en se penchant à nouveau face à moi en ouvrant la boite avec précaution.


 - Et voilà le dessert ! Me lance-t-elle en me regardant intensément.


 Elle s’assoit ensuite à côté de moi et laisse bien son genou venir au contact du mien.


 - Tu prends quel parfum Hervé, me demande-t-elle basculant dans le tutoiement sans me demander mon avis.

 - Sans hésitation, chocolat !

 - Très bon choix. Laisse tes mains sur Julie. Elle n’a pas arrêté de me parler de toi depuis lundi. Je m’occupe des éclairs.


 Elle en sort un de la boite et l’approche de ma bouche. Je me prête au jeu et je croque dedans.


 - Effectivement, il est très bon, on sent bien qu’il est frais et vient d’une pâtisserie.


 Katia tend l’autre extrémité à Julie qui en mange aussi un bout. J’ai compris, Katia veut reproduire la scène de la belle et le clochard. Nous mangeons notre éclair chacun par notre coté jusqu’à ce que nos lèvres se rencontrent, s’embrassent délicatement en léchant tout le chocolat possible. Julie apprécie si j’en crois les marques que ses ongles ont dû laisser dans mon dos, mais peu importe, je vois ces marques comme un compliment.

 Katia prend un éclair vanille et l’amène à sa bouche lentement en nous regardant. Elle referme ses lèvres sur l’extrémité mais ne le mord pas. Elle le fait entrer lentement dans sa bouche avec de légers gémissements presque entièrement. Puis fièrement, elle le ressort presque intact en me regardant fixement tandis qu’une bonne moitié de l’éclair disparaît à nouveau entre ses lèvres. Elle avance l’autre moitié vers moi lentement. Je devine ce qu’elle à en tête, mais je suis revenu pour Julie. Je me tourne vers elle qui pose délicatement sa main sur ma joue.


 - Tu ne devrais pas faire attendre ton dessert. Mange-le.


 Sa voix est douce et posée, ce n’est pas un commandement, mais une invitation. Je m’exécute et avale délicatement ma part. Katia en profite pour m’embrasser, je lui réponds sans fougue ni passion, juste pour faire plaisir à Julie. Je sens sa main douce remonter lentement le long de ma cuisse. Katia m’abandonne avec un « Bof, je ne te sens pas très motivé Hervé » et reprend un autre éclair. Cette fois-ci elle le partage avec Julie, et je n’en crois pas mes yeux lorsque je les vois se rouler une vraie pelle langoureuse.

 Katia me regarde un instant, faisant mine de réfléchir.


 - Je crois qu’Hervé n’est pas fan de la vanille.

 - Tu veux bien m’en passer un au chocolat Katia ?


 Mon regard va de l’une à l’autre comme si j’observais la balle lors d’un match de tennis. Katia donne à Julie un autre éclair et c’est elle qui m’invite à le partager avec Katia. Cette fois, lorsque le contact est établi avec Katia, je l’embrasse plus franchement. J’ai l’accord tacite de Julie, je ne me retiens pas lors de cet échange qui dure plus longtemps que le précédent d’autant plus que Julie me masse délicatement l’entrejambe.


 - Tu as raison Julie. Hervé préfère le chocolat. Est-ce que l’éclair suivant est à point ? Demande-t-elle en regardant la main de Julie sur moi.

 - Je crois bien qu’il est temps de la sortir du four. Répond Julie en rigolant. Occupe t’en, je te rejoins vite.


 Katia prend le relais de Julie avec ses mains, tandis que Julie pose les siennes sur mes joues, m’attire vers elle, m’embrasse, me regarde de cette façon qui me fait fondre pour elle et me murmure :


 - Cela ne te dérange si je te partage un peu ce soir avec Katia ? Elle est en manque. Comme moi samedi soir. Si tu ne veux pas, dis-le, on n’insistera pas.


 Comment refuser une telle proposition demandée avec tant de douceur et de sensualité ? 

 Je lui réponds oui d’un mouvement de tête avant de l’embrasser passionnément. Julie donne le signal à Katia qui patientait en me caressant. Elles ne perdent pas leur temps. Je ferme les yeux pour profiter au mieux de ce moment. Ma ceinture est ouverte, les boutons de ma braguette sautent rapidement et des mains se faufilent entre les couches de tissus à la découverte de ce qui leur est accessible. Rapidement une main passe sous mes fesses me donnant le signal pour me soulever. Mon pantalon glisse rapidement sur mes chevilles et je sens deux mains différentes se positionner de chaque cote de mon sexe tendu pour descendre de concert mon caleçon qui rejoint mon pantalon. Ces quatre mains qui parcourent mon corps me procurent des sensations extraordinaires. 

 C’est seulement la deuxième fois que deux filles s’occupent de moi, mais ces deux-là savent y faire, chaque centimètre carré de mon anatomie est parcouru plusieurs fois par des doigts, des paumes, des ongles aussi. Je gémis de plaisir lorsque je sens une langue se poser sur mon gland. Je suppose que c’est celle de Katia, car les mouvements ne sont pas ceux de Julie, mais je ne veux pas ouvrir les yeux pour vérifier. Je gémis encore plus fort lorsque je sens une seconde langue rejoindre la première sur l’autre face. Des lèvres viennent se poser en renfort, elles se rejoignent et commencent un ballet fantastique sur ma queue.

 Pendant ce temps, mes mains parcourent leur dos, descendent jusqu’à leur croupe, caressent les fesses qui sont à leur portée, et tentent de se frayer un chemin sous les vêtements. Descendent sur leurs cuisses pour chercher un passage différent. Katia m’ouvre le passage en premier, en faisant tomber sa jupe au sol. Elle ne porte rien d’autre en dessous, ou alors tout est parti avec la jupe. Mes doigts remontent rapidement jusqu’à sa toison déjà toute mouillée. Je fouille et je joue avec tout ce que mes doigts découvrent. Katia râle, elle semble apprécier, puisqu’à présent elle s’applique à me sucer profondément. Julie, elle me bouffe les couilles. 

 Si elles continuent ainsi, je ne vais pas tarder à jouir. J’introduis deux doigts dans le vagin de Katia tout en lui massant le clito du pouce pour lui donner le maximum de plaisir et me donner un peu de répit. 


 Peine perdue, elle ne relâche pas son action sur moi. Je la préviens que je ne pourrai pas tenir face à sa bouche experte si elle ne ralentit pas. Elle augmente la cadence et la pression de ses lèvres. Quelques secondes plus tard, je sens que le point de non retour pour moi est atteint. Je crie mon plaisir, elle me garde juste le gland en bouche et sa langue continue sa danse frénétique sur moi pendant que je me vide. Julie de son côté me masse les couilles de sa langue augmentant encore mon plaisir.

 Je reste les yeux fermés encore quelques secondes, profitant de cet instant et reprenant discrètement mes esprits. Je sens Julie qui se blottit à nouveau contre moi. J’ouvre les yeux pour la regarder et l’embrasser. J’embrasse ensuite Katia qui l’a bien méritée.


 - C’était divin ! Merci les filles !

 - Mais Hervé, la soirée n’est pas finie. N’est ce pas Katia ?

Diffuse en direct !
Regarder son live