Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 19 645 fois
  • 196 J'aime
  • 12 Commentaires

Une colocation agréable

Chapitre 1

La découverte

Travesti / Trans

Une colocation agréable...


Jule et moi sommes en coloc depuis quelques mois. Nous nous entendons vraiment bien et partageons pas mal de choses. Ce soir, nous sommes allés boire des coups avec des amis dans un bar. En revenant, nous décidons de continuer la soirée avec une partie de poker. Pour être honnête, nous sommes déjà bien mûrs, mais nous nous resservons un verre, bien motivés pour poursuivre cette bonne soirée entre potes. Il me propose que celui qui gagne donne un gage à l’autre. Vu la pile de vaisselle qu’il a laissée depuis quelques jours, je me doute un peu de ce qui m’attend si je perds. Je lui réponds avec un sourire que c’est OK.


La soirée avance, nous jouons, rigolons beaucoup et continuons de boire. Et je dois reconnaitre que la partie a assez bien démarré pour moi. Et je suis même persuadé que je vais très certainement gagner. Ça tombe bien, puisque depuis quelques jours, une idée me trotte dans la tête. Et je sais déjà quel gage Jule va devoir "subir" !


Voilà la partie est terminée et Jule a perdu !!! Je suis très euphorique en lui annonçant ce qu’il va devoir faire en tant que perdant ! Me servir pour le reste de la soirée, habillé en femme. Et peut-être plus si affinités, l’alcool aidant, ce soir, je suis ouvert à toute proposition indécente, je suis tellement en manque ! Jule est un garçon assez androgyne, avec un corps fin et des cheveux mi-longs. Il ne lui manque que quelques accessoires pour remplir son rôle à merveille. Une jolie robe, quelques sous-vêtements sexy et il sera vraiment parfait.


— Je n’ai aucune fringue de fille, petit malin, c’est mort ! me dit-il.


Je ne le sens pas très partant à l’idée de faire ça. Mais je connais bien Jule et nous ne sommes que tous les deux... je pense qu’il va relever le défi. Et puis ce n’est pas si terrible, c’est comme se déguiser... Enfin, disons plutôt se travestir !


— Ne t’inquiète pas pour ça ma grande. Mes ex ont toutes plus ou moins laissé des affaires dans ma chambre après leurs venues. Viens, on va sûrement trouver ce qu’il te faut.


On entre dans ma chambre, j’ouvre ma penderie et je sors d’un petit carton « souvenir » une jolie robe d’été rouge, assez légère et courte, avec de fines bretelles, un string noir et des bas autofixants de la même couleur.


— Je te laisse enfiler ça Jule ou plutôt Julie ? dis-je en lui faisant un petit clin d’œil et en quittant la pièce. J’ai hâte de voir le résultat, la situation commence à m’exciter...

— OK ça marche, je vais le faire... Mais ressers-moi un verre, ça va me donner du courage !


Il prend les affaires et les regarde longuement... Il se déshabille et se retrouve nu dans ma chambre. Il prend le petit string noir et l’enfile. Il se regarde dans la glace et se surprend à être excité ! Il trouve la lingerie légère et apprécie même la ficelle qui rentre entre ses fesses... Viennent ensuite la robe rouge puis les bas noirs autofixants. Il se regarde encore dans le miroir et apprécie finalement l’image qu’il lui renvoie.


— On pourrait presque croire que je suis une fille, se dit-il.


Il se glisse discrètement dans la salle de bain pour trouver du maquillage qu’une de nos amies ou ex aurait pu laisser... Il en ajoute une légère touche sur son visage. Un peu de fond de teint, de phare à paupière et une touche de rouge à lèvres. Ça suffit presque à ne plus le reconnaitre... Enfin, il retourne dans le salon.


— Alors tu ne me reconnais pas hein ? dit-il en souriant légèrement pour cacher son trouble.


Je me tourne vers Jule et j’ai un choc. Si je ne le connaissais pas, je me dirais que cette "fille" est une petite bombe et que j’en ferais bien mon goûter...


— Waouh, la transformation est incroyable et ces vêtements te vont parfaitement. Tu es magnifique, sincèrement.


La soirée prend un nouveau tournant. Je suis de plus en plus excité. Une bosse commence à déformer mon boxer. Au fond de moi, j’espère qu’il se passera quelque chose...


— Alors, dis-moi, comment te sens-tu dans ces vêtements ? Comme une vraie petite meuf sexy ?

— C’est assez perturbant... Mais pas déplaisant. Et je dois reconnaitre que je ressemble vraiment à une fille comme ça.


Il, ou devrais-je dire « elle » s’assoit autour de la table et boit une gorgée comme pour se donner du courage dans cette nouvelle tenue. Elle voit bien que je la mate et ça la met un peu en confiance.


— Tu es vraiment superbe ! Ne t’inquiète pas, ça restera entre nous. Essaie de te détendre un peu. Tu sais, si tu étais une meuf, je tenterais quelque chose avec toi, sincèrement. Je te trouve craquante, dis-je en souriant et en me rapprochant un peu.


J’ai envie de caresser ses jambes gainées dans ces jolis bas noirs, mais je crains sa réaction. C’est peut-être un peu trop tôt. Je me lève pour aller tamiser la lumière et créer une ambiance plus intime. Ce faisant, passant près de Julie, je vois son regard se poser sur la bosse qui déforme un peu mon pantalon. Je crois qu’elle est troublée par cette vision. L’excitation commence à la gagner...

Je suis sûr qu’elle se sent désirée et que ça l’excite ! Finalement, elle a l’air plutôt à l’aise dans ces vêtements et dans son rôle, qui lui vont si bien d’ailleurs...


— C’est bon maintenant, j’ai rempli ton gage ? proteste-t-elle faussement.

— Je sais que c’est un peu perturbant, mais tu pourrais peut-être jouer le jeu, au moins pour une soirée... Je suis sûr que la situation commence à te plaire. Mais au fait, est-ce que tu as vraiment joué le jeu ? Est-ce que tu portes bien le string noir ? J’aimerais en être sûr. Sinon, je ne peux pas valider le gage... Allez, lève-toi, montre-moi. Allume-moi un peu !

— Bien sûr que j’ai mis le string, petit mateur !

— Alors, montre-le !

— D’accord...


Elle se lève et vient se placer devant moi, elle se retourne et me tourne donc le dos, elle dandine un peu des hanches, attrape le bas de sa robe puis la relève doucement, laissant apparaître le haut de ses bas et continue jusqu’à ce qu’elle dévoile son joli petit cul glabre seulement vêtu du string noir. Terriblement sexy !

Je crois qu’elle a vraiment bien réussi son gage. Vu sous cet angle, difficile pour moi de rester correct, j’ai envie de caresser et d’embrasser son joli petit cul. Mais je ne veux pas tout gâcher. Je tente une approche un peu moins directe.


— Cette lingerie te va vraiment bien, tu sais. Le string est parfait. Tu aimes le porter ? Tu aimes le contact des bas sur ta peau ? Est-ce que je peux les toucher ?

— Hmmm... oui c’est vrai que j’aime bien porter ce string... C’est très agréable de sentir la dentelle sur moi et aussi cette ficelle entre mes fesses... Mais es-tu sûr de ne pas aller trop loin ?

— Trop loin ? Non, au contraire. Et je sens même que nous en avons envie tous les deux. Cette situation est tellement excitante, je suis presque sûr que tu bandes déjà.


J’approche mes mains, puis touche ses jambes au niveau des mollets. Tout en remontant très doucement pour apprécier cette douceur, ma caresse s’insère progressivement à l’intérieur de ses cuisses puis remonte vers ses fesses, que je palpe délicatement. Elles sont si douces. Je bande tellement. Il va falloir me libérer de toute cette tension.


— Retourne-toi, maintenant ! Je voudrais vérifier quelque chose...


C’est évident qu’elle prend du plaisir à sentir mes mains sur sa peau et sur ses fesses habillées seulement d’un string. Même si elle ne le montre pas...


— Que veux-tu vérifier ?

— Je voudrais vérifier que tu es bien dans le même état que moi. Tu as vu l’effet que tu me fais. Je bande comme un taureau... Remonte ta jupe et montre-moi !


Elle remonte sa jupe lentement et je peux constater que sa queue est en bonne forme aussi. Je m’en doutais, la situation lui plaît et l’excite au moins autant que moi. Son érection déforme son string. Je ne peux détacher mes yeux de cet endroit et j’ai même très envie de toucher. Contrairement à tout à l’heure, je ne lui demande pas son avis. Mes mains reprennent leurs caresses sur ses bas, tout en remontant vers son beau paquet plein de vigueur. Je touche enfin sa bosse à travers la dentelle et glisse lentement de bas en haut. J’en avais tellement envie. C’est bon de toucher une autre queue. Elle a fermé les yeux pour mieux apprécier ce moment... Mais moi aussi j’ai envie qu’elle s’occupe de moi. Je stoppe ma caresse et dis :


— A ton tour ma belle, mets-toi à genoux et occupe-toi de moi !


Assis dans le canapé, je me recule un peu pour m’adosser et écarte les jambes pour lui faire une place...

Ce soir, je crois qu’elle a envie d’être ma petite chienne, ma petite salope. Elle se met à genoux en remuant son derrière pour me provoquer... Elle me regarde dans les yeux et pose ses mains sur mes cuisses. Elle les remonte doucement jusqu’à passer sur ma bosse... Elle me masse et me malaxe à travers mon pantalon. C’est torride !!!


Je ne pensais pas qu’elle accepterait si facilement. Elle se soumet à moi sans broncher. Petite coquine. Je suis content que ce rôle lui plaise autant. Je crois que nous allons passer du bon temps ensemble. En tout cas ce soir, elle est vraiment chaude et j’ai bien l’intention d’en profiter. Elle me regarde dans les yeux, tout en caressant ma queue à travers le tissu. Ma respiration et mon rythme cardiaque s’accélèrent. Je ferme les yeux quelques instants et pose ma tête sur le canapé. Pendant ce temps, elle prend l’initiative d’ouvrir mon pantalon et de baisser mon boxer pour en sortir mon sexe bien dur, puis reprend la masturbation, très lentement...


— Ohhh c’est tellement bon Julie !!! Ne t’arrête pas ! Ça te plaît on dirait, je le vois dans tes yeux, dans tes gestes, petite coquine.


J’espère que mes mots vont la convaincre de continuer, je n’ai vraiment pas envie de m’arrêter en si bon chemin. Elle est tellement bien dans ce rôle. Je veux que ma petite salope de coloc, dans sa jolie robe rouge et ses sous-vêtements sexy, à genoux entre mes jambes, ma queue entre ses mains, me fasse jouir...

Soudain, Julie interrompt sa caresse et se lève !


— Désolée, je dois aller aux toilettes, dit-elle.


J’espère qu’elle ne regrette pas ce qu’il s’est passé. En attendant, je me rhabille, je nous ressers un verre et m’allume une cigarette. Quelques minutes après, Julie revient. Fausse alerte. Je la vois ajuster sa robe devant le miroir dans l’entrée. Alors qu’elle s’approche et se penche pour prendre le sien, je lui caresse une fesse et l’empoigne en lui disant :


— Ca va ma belle ?

— Oui, ça va très bien même...


Elle est face à la table, boit une gorgée, je passe dans son dos et viens me caler derrière elle. Mes bras l’enlacent. Mes mains parcourent son corps, je la sens frissonner. Elles caressent son ventre par-dessus la robe, puis descendent sur ses cuisses recouvertes par les bas... Doucement, elles remontent pour se caler sur ses hanches, faisant remonter la robe et dévoilant son string... Tout mon corps est appuyé dans son dos. Je continue mes caresses, elle ne peut ignorer mon paquet appuyé contre ses fesses cambrées. Elle sent toute mon excitation. Son souffle s’accélère. Ma main passe sur son string et palpe brièvement son sexe si dur, si chaud. Je n’en peux plus. J’ai envie qu’elle me suce.


— Tourne-toi et mets-toi à genoux !


Sans attendre, je sors ma queue et me branle doucement.

Julie se met à genoux et peut ainsi admirer ma queue bien raide... Elle la prend timidement et délicatement dans sa main et commence à la branler très doucement. Commence un va-et-vient terriblement excitant... Puis approche son visage et donne un premier coup de langue sur mon sexe. Plaque ma queue contre mon ventre puis lèche mes testicules. Elle en prend une première en bouche, la gobe, la suce, la lèche... Puis elle passe sur la deuxième et recommence... Elle lâche ensuite mes bourses pour lécher mon sexe, des testicules au gland, plusieurs fois, en me regardant. Puis le prend ensuite en bouche, le suce, le tète...


— Oh Julie, c’est trop bon. Tu suces tellement bien !


Je suis aux anges. Un mot et elle obéit. Elle me suce comme une bonne petite salope. Aucune de mes ex ne m’avait encore sucé comme elle le fait en ce moment.


— Continue comme ça. Surtout, ne t’arrête pas !!


Je caresse ses cheveux et donne le rythme. Ma queue coulisse dans sa bouche comme dans une chatte. Je tente une gorge profonde, avec succès. Elle me regarde droit dans les yeux sans broncher.


— T’es vraiment une petite chienne Julie...


Je sens qu’elle aime que je lui parle comme ça... Je sens qu’elle aime être dominée. Avoir ma main dans ses cheveux pendant qu’elle s’occupe de ma queue... J’essaie de la mettre de plus en plus loin dans sa gorge jusqu’à ce que mon gland soit tout au fond, son nez sur mon pubis. Je lui remplis la bouche avec ma grosse queue. Elle ressort mon sexe et joue avec sa langue sur mon gland, le tète, le suce, l’aspire... Elle est complètement offerte à moi, elle est ma salope !

J’aime quand sa langue joue avec ma queue comme ça. Je continue à limer sa jolie bouche si accueillante. Mais à ce rythme, je ne vais pas tenir très longtemps. C’est tellement bon de la prendre de cette façon ! Je sens sa langue, ses lèvres partout sur ma tige, c’est magnifique.


— Tu vas me faire jouir, petite pute !!!


Je ressors mon sexe. Je me branle devant son visage.


— Ouvre ta bouche, tu vas avaler mon foutre, salope...


Jule, ou plutôt Julie ouvre grand la bouche, tire la langue et me regarde dans les yeux ! Je continue à me branler. Au bout de quelques secondes, de longs jets de spermes viennent s’écraser sur son visage, dans sa bouche, dans ses cheveux et sur la robe. C’est trop bon de jouir sur elle. Ensuite elle me reprend en bouche et me suce encore pour me nettoyer alors que mon jus coule sur elle. J’ai l’impression d’être dans un film, une vraie petite cochonne... J’adore ça !

Je viens de me vider sur mon coloc et j’ai rarement joui avec une telle intensité !!!


— Je t’en ai mis partout, je me suis vidé les couilles sur toi ma belle petite salope. Tu m’as tellement excité. Tu es une suceuse hors pair... Tu vas devenir ma petite chienne. Quand je te le dirai, tu feras ce que je te demande de faire. Tu vas commencer par t’acheter de nouveaux vêtements de femme pour nos petites soirées à venir. Et de la lingerie aussi.

— Pourquoi pas oui, j’irai peut-être m’en acheter demain. La nuit porte conseil. Il faut reconnaitre que la situation est assez particulière, mais je dois avouer que ça m’a plu. Beaucoup plu même...


Il sourit comme pour acquiescer et part vers la salle de bain pour se nettoyer.

Je me sers un dernier verre et allume une clope...

Il revient de sa toilette et s’installe à côté de moi. Je sens une légère gêne s’installer.


— La situation est un peu étrange, mais on a pris tellement de plaisir ce soir que ça en valait bien la peine. Si toi et moi sommes d’accord pour qu’il y ait une prochaine fois, nous serons plus détendus, enfin si on peut dire. Tu ne crois pas ?


Cette phrase le fait sourire et il se détend un peu.


— Je vais bien m’occuper de toi maintenant, je te ferai des petites surprises, vêtements, lingerie ou autres accessoires sexy... Je sens qu’on n’a pas fini de s’amuser tous les deux ma petite coquine.

— C’est vrai que j’ai pris beaucoup de plaisir ce soir, malgré la gêne de départ. Je peux me changer maintenant ? Mon gage est terminé ?

— Évidemment, ton gage est plus que validé ! Par contre, tu peux rester comme ça si tu le souhaites, ça te va tellement bien, Julie. En plus, j’ai l’impression que ça te plaît beaucoup. Et tu as l’air encore tout excitée...


Sa robe semble un peu déformée au niveau de l’entrejambe. Elle doit avoir envie de se soulager de toute cette tension.


— Tu bandes encore ? Montre-moi !

— Oui, je bande encore...


Elle soulève sa robe, écarte un peu les jambes et exhibe le petit string noir en dentelle. A travers, on peut apercevoir son sexe dur, mais contraint par le tissu. Je le sens gêné de se montrer ainsi.


— Allez, caresse-toi devant moi ! Je veux te voir jouir !!! Tu as bien le droit de te faire plaisir. Et j’ai très envie de te mater pendant que tu te touches, petite coquine.


Elle me regarde dans les yeux et commence à frotter son sexe à travers le string. Assise dans le fauteuil, jambes relevées sur les accoudoirs, elle essaie de représenter les mouvements qu’une femme ferait en se touchant la vulve... Ça m’excite encore...

Elle est vraiment belle quand elle se touche ainsi. En plus, elle m’allume en me fixant et j’aperçois son string s’insérer dans ton joli petit cul. Mais quelle allumeuse ! Si c’était une femme, je viendrais lécher sa petite chatte toute mouillée... Je la ferai jouir juste avec ma langue...


— Tu aimes voir ta petite chienne se caresser ?

— Oh oui, j’adore ça...


Julie ferme les yeux et se laisse aller. Elle sort sa queue et jouit très rapidement. Quelques instants après, elle dit :


— Je pense que je vais aller me coucher... Je peux dormir avec toi ?

— Bien sûr !!! Tu as raison, allons-nous coucher. Mais je ne sais pas si je vais te laisser dormir...


Elle se dirige vers la salle de bain pour se nettoyer, une nouvelle fois. Puis entre dans ma chambre, retire sa robe, ses bas, mais garde le string et se glisse sous la couette, juste à côté de moi. Je suis allongé sur le dos et elle sur le côté, dos à moi. Elle se recule pour venir se coller à mon flanc, reculant ses fesses pour qu’elles soient bien contre moi.

Je me tourne vers Julie, caresse son épaule dénudée, j’embrasse son cou, ma main caresse ton corps délicat. Je touche le haut de sa cuisse nue, malaxe un peu son petit cul si doux. Puis je me colle à elle pour lui faire sentir ma virilité, gonflée à bloc. Et pendant ce temps, ma main caresse sa queue à travers le fin morceau de tissu pendant quelques minutes... Mais j’ai envie d’autre chose.


— Mets-toi à genoux sur le lit, tête posée sur l’oreiller ! Je veux voir ton petit cul bien cambré !


Elle s’exécute. Elle s’offre complètement. C’est indécent, mais tellement excitant. C’est ma petite pute ce soir. Son fessier parfait est bien en vue. Toujours orné par cette magnifique lingerie. Je caresse ses fesses encore un peu, je ne m’en lasse pas. J’approche ma bouche et je les embrasse. Je les lèche. Puis j’écarte un peu la ficelle du string pour laisser apparaître ton petit œillet... Je donne quelques coups de langue pour commencer. Puis je le lèche, sans m’arrêter. Son anus se détend petit à petit. C’est délicieux... Elle gémit, elle soupire d’aisance...


— Tu as l’air de bien apprécier, petite coquine !!

— Oui c’est trop bon, continue s’il te plaît...


Je continue un peu ma caresse buccale, j’aime l’entendre gémir, ça m’excite encore plus. Mais j’ai envie d’un peu plus... Je me penche et fouille dans ma table de chevet pour en sortir une capote et du lubrifiant.


— Ne bouge surtout pas. Je vais t’enfiler et te baiser comme la petite chienne que tu es.


Je me relève un peu, j’enfile un préservatif et lui masse l’anus avec un peu de lubrifiant. Elle est prête... Je présente ma queue à l’entrée de son joli petit cul et la pénètre doucement... Mon gland se fait avaler par son petit trou. Je reste un peu dans cette position pour l’habituer à ma présence. Puis je pousse doucement, mon sexe disparaît peu à peu... Jusqu’à la remplir complètement.


— Ohhhh ton petit cul est bien serré, c’est trop bon !!!

— Je sens bien ta grosse queue, j’adore ça ! Vas-y baise-moi maintenant...


J’attrape fermement ses hanches tandis que je commence doucement mes va-et-vient... Elle a l’air de beaucoup apprécier. Je la pistonne. Sa tête est bien calée sur l’oreiller et ses mains se cramponnent au drap. Je la baise sans répit. Elle gémit !!!


— Tu vas devenir ma petite pute. J’aime tellement t’enculer que je ne vais pas m’arrêter de sitôt. Tu vas être mon esclave sexuel. Et tu as l’air de bien apprécier, ça ne devrait pas être trop dur pour toi...


Je la lime comme ça encore quelques minutes, mais je sens l’orgasme arriver. Je ralentis un peu, ressors ma queue et retire le préservatif.


— Retourne-toi et suce-moi ! Je vais me finir dans ta bouche, elle est tellement accueillante...


Je l’attrape par les cheveux, lui fourre ma pine dans la bouche et fais quelques allers-retours. Parfois, je reste au fond de sa gorge, mais je sens venir mon jus ! Je ressors, me branle devant son visage pour la deuxième fois de la soirée et déverse mon foutre un peu partout dans sa bouche et sur son visage !!!


— Oh Julie, c’était trop bon ! Cette soirée avec toi était magique !

— Oui c’était extraordinaire, j’ai vraiment adoré être ta petite salope !!


Après une toilette rapide, elle se recouche près de moi et nous nous endormons après avoir passé une soirée très agréable...

Diffuse en direct !
Regarder son live