Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 24 455 fois
  • 66 J'aime
  • 1 Commentaire

Une copine BCBG

Chapitre 1

Avec plusieurs femmes

Comme je vous l?ai raconté dans de précédentes histoires, j?étais alors étudiant et je vivais en résidence universitaire. De temps en temps, il m?arrivait d?aller passer la nuit chez un copain logeant à 20 minutes de la fac. Cela permettait de nous voir et de discuter chacun de nos petites histoires. Pour m?y rendre, je profitais de la voiture d?une camarade de cours qui habitait dans le même coin. Un soir , alors qu?on faisait le chemin en voiture tous les deux, elle m?a proposé de passer la soirée chez elle. Il se trouvait qu?elle était seule toute la semaine et qu?elle trouvait les soirées un peu longues. En effet, elle habitait chez ses parents car ceux-ci n?étaient pas trop loin de la fac. Ils étaient partis pour la semaine en voyage à l?étranger. J?étais un peu gêne car je ne la connaissais assez mal bien qu?étant dans la même classe. Nous n?avions pas souvent l?occasion de discuter sauf quand elle m?emmenait chez ce copain c?est à dire une fois par mois. En fait, nous ne fréquentions pas trop les mêmes personnes. Malgré tout, je la trouvais plutôt sympathique bien qu?un peu BCBG pour moi. Cette fille, Valérie, était assez mignonne, plutôt mince, une joli petit cul qui en faisait rêver plus d?un, une petite poitrine (~85 A). Elle avait un copain que je ne connaissais que de vue. Répondant à sa demande, je lui ai expliqué que mon copain allait m?attendre et qu?en plus je ne souhaitais pas la déranger. Elle assistait beaucoup en me disant que non seulement cela ne la dérangeait pas, mais en plus cela lui ferait extrêmement plaisir. Elle m?a dit que je pourrais prévenir mon copain de chez elle et lui dire que je n?avais pas trouvé de chauffeur pour me conduire. Sous son insistance, je finis par accepter. Après quelques minutes, nous sommes arrivés chez elle. Après avoir ranger la voiture dans le garage, nous sommes rentrés dans la maison. Elle était somptueuse. Les meubles étaient très classes. Nous nous sommes rendus dans sa chambre qui contenait deux lits pour une personnes. Elle était joliment rangée et aménagée. Elle m?indiqua que nous dormirions tous les deux dans la même chambre, si je n?y voyais pas d?inconvénient car les deux lits y étaient faits alors que dans les autres chambres cela n?était pas le cas. Je lui est bien sûr répondu qu?il n?y avait pas de problème en ce qui me concernait car je souhaitais la déranger le moins possible. Par contre, je lui ai indiquais que j?étais ennuyé car je n?avais pas de pyjama étant habitué à dormir nu. Elle me répondit aussi sec que cela ne la gênait pas car de son côté elle dormait également toujours nu. Je ne vis aucun sous entendu à sa réponse car je savais Valérie d?une naïveté impressionnante pour une fille de son âge. En effet, j?avais déjà eu l?occasion, en cours, d?entendre ses remarques parfois déconcertantes de naïveté. Malgré tout, j?étais relativement embarrassé à l?idée de me retrouver nu dans la même chambre d?une fille charmante certes, mais que je connaissais peu. Oubliant quelques instants ce problème, nous sommes allés dîner rapidement. Elle nous a préparé des steaks et quelques pâtes. Nous avons avalé le tout assez rapidement tout en discutant de différentes choses concernant les profs et les cours. Nous avons ramassé les assiettes et couverts et mis le tout dans le lave vaisselles. Nous sommes retournés dans sa chambre. Elle m?a indiqué qu?elle comptait se mettre au lit rapidement et que nous pourrions ainsi continuer à discuter. Elle a commencé à se déshabiller en retirant son pull. Je me suis empressé de lui proposer de sortir le temps qu?elle se mette au lit. Elle m?a répondu que ma présence ne lui posait aucun problème et que je n?avais aucune raison de sortir. Elle a ajouté qu?elle avait des fesses comme tout le monde, un sexe comme les autres de filles et de même pour ses seins quoi que plutôt petits. Selon elle, j?en avais probablement vu d?autres. Je le lui confirmais tout en lui expliquant que certaines personnes ne souhaitais pas se monter nu devant des ? non intimes ?. Après avoir retiré son pull, elle a défait un à un les boutons de son chemisier. Elle se découvrait maintenant en soutien-gorge devant moi. Celui ci était fort joli, blanc avec de fines dentelles qui laissaient deviner la pointe de ses seins. Elle ôta ensuite son pantalon. Son slip très échancré confirma l?esthétisme de ses fesses que laissaient déjà entrevoir ses pantalons ajustés. Son slip était assez simple, blanc également, avec un tissus en mailles sur le devant laissant apparaître légèrement la couleur châtain de son pubis. Le spectacle auquel j?assistais ne me laissait pas indifférent. Il provoqua un début d?érection que je tentais de dissimuler au mieux en replaçant ma queue de côté grâce à ma main placée dans la poche de mon pantalon. Le calvaire ne faisait que commencer car ensuite il faudra à mon tour que je me déshabille. Ce ne sera pas le moment de bander. Sans montrer la moindre gêne, elle a enlevé son soutien gorge découvrant une poitrine qui, bien que petite, était très bien dessinée. Ses seins semblaient fermes avec les pointes qui se dressaient de façon légèrement arrogante. Elle enleva alors le dernier rempart de sa pudeur en faisant glisser sensuellement son slip à ses pieds. Cette fille était réellement canon. Ses fesses se confirmaient être superbes quant à son pubis, il laissait apparaître des lèvres dégagées et magnifiquement bien dessinées. Elle devait se raser de façon à ne laisser qu?un minimum de poils sur son pubis. Après avoir fini, elle se glissa dans son lit. Il fallait que je reprenne mon souffle après ce que je venais de voir. Je ne pourrais pas reculer longtemps, c?était maintenant à mon tour de ma déshabiller. Je la sentais faussement désintéressé par ce que je faisais. Elle m?a alors demandé si j?étais gêné de ma dévêtir devant elle. Devenant rouge, je lui ai répondu que je n?étais pas gêné du tout. Je ne suis pas sûr qu?elle m?ai cru. J?ai alors enlevé mon pull très lentement pas pressé d?arriver au bout. Je continuais tout aussi lentement à défaire les boutons de ma chemise. Elle me regardait maintenant attentivement sans faire semblant de détourner son regard. J?étais torse nu, par forcément fière de ce corps relativement peu musclé. Malgré les différentes aventures dont je vous ai conté certains épisodes (? cité U ?, ? nuit agitée ?), je n?avais pas souvent eu l?occasion de faire ce qui ressemblait à un strip-tease. Je retirais mes chaussures, puis je m?attaquais au bouton de mon jean. Elle devait me trouver ridicule en slip. Je n?avais plus d?autre choix que d?oublier ma pudeur. Je fis donc glisser mon slip le long de mes jambes lui laissant découvrir ma queue molle ainsi que mes fesses. Elle me fit remarquer qu?elle trouvait mes fesses bien faites ce qui n?est pas toujours le cas pour les hommes. Je la sentais intrigué par mon pénis. Je l?interrogeais sur le pourquoi de son regard insistant. Elle me dit n?avoir jamais vu un pénis au gland directement apparent. Elle m?expliqua que pour son mec, elle devait le décalotter pour avoir accès à son gland. Je fus assez étonné par sa question car il me paraissait évident que me gland était apparent parce que j?étais circoncis. Je le lui ai expliqué. Elle ne savait pas en quoi cela consistait. Je lui ai dit qu?en fait, le gland était habituellement recouvert d?une peau appelée prépuce qu?elle retirait lorsqu?elle décalottait le gland de son mec. Je lui ai expliqué que certaines personnes pour des raisons religieuses ou d?hygiène ou encore pour des problèmes médicaux se faisaient enlever cette peau. En ce qui me concernait, j?étais circoncis depuis la naissance car les médecins avaient constaté que mon prépuce ne rétractait pas normalement et avait donc préféré l?enlever pour éviter les déchirure par la suite au moment de mes premières érections. Elle voulait voir comment cela faisait lorsque j?avais une érection : Tu sais, il est assez difficile de bander sur commande. Approches toi, je vais arranger çà. Je fus très surpris de la tournure que prenait la soirée. J?aurais pu m?attendre à cela de tout le monde sauf de Valérie qui me semblait être la fille la plus sage de la fac. Elle prit ma queue en main et commença une masturbation lente et agréable. Ma bitte prit immédiatement sa taille maximum. Elle me donnait un plaisir fou avec ses caresses douces mais énergique à la fois. Ses longs doigts entourés entièrement ma queue. Elle me fit remarquer qu?une fois décalotté le sexe de son mec n?était pas différent du mien. Je pensais qu?elle allait s?arrêter là mais elle me dit : Je ne peux pas m?arrêter là et te laisser comme ça maintenant que j?ai commencé. C?est comme tu veux, si tu as envie d?arrêter, tu peux. Je préfère finir ce que j?ai commencé. Elle sortit de son lit, se mit à genou devant moi et prit ma queue dans sa bouche. Elle entama une magistrale fellation. Comme à mon habitude, je serais pas long à venir, ce dont je l?ai informé : Tu devrais t?arrêter car je ne résisterai pas encore longtemps à ce que tu me fais. Je te l?ai dit, j?ai l?intention de finir ce que j?ai commencé. Je n?ai pas pour habitude d?exciter un mec et de le laisser en rade. Je ne suis pas une salope. Elle a alors repris de plus belle. Ce qui devait arriver, arriva, je l?ai gratifié de 5 à 6 giclées de sperme dont l?abondance a semblé la surprendre dans un premier temps. Elle a malgré tout avalé la totalité sans en laisser tomber une goutte. Elle me surprit encore : Je n?aurais jamais cru que tu me laisserais éjaculer dans ta bouche et qu?en plus tu avalerais tout. Je le fais systématiquement avec Manu. J?adore le sperme et je trouve dommage de le laisser perdre. M?autorises tu à te rendre la pareille ? J?y compte bien. Elle s?est alors installée sur son lit et a écarté largement les jambes de sorte que je puisse avoir accès à son sexe. J?ai aussitôt placé ma bouche au niveau de ses lèvres. J?ai commencé à lui lécher le sexe passant ma langue autour, sur ses lèvres puis sur le clitoris qui commençait à pointer. Je me suis alors consacrer à lui, le léchant abondamment, le suçant comme une petite bitte. Du liquide commençait à s?échapper de manière abondante de son sexe. Son goût était très agréable. Je sentais à sa respiration s?accélérer de plus en plus signifiant que son plaisir était intense. Elle se contracta resserrant les cuisses sur mon visage presque violemment atteignant l?orgasme. Pour me signifier son plaisir, elle s?est mise à passer sa main dans mes cheveux avec douceur. Elle a prit alors ma main m?attirant vers elle. Nous étions maintenant couchés tous les deux l?un à côté de l?autre. Cela créait chez moi une sensation intense et bizarre à la fois. Le fait de me retrouver nu dans un lit avec cette fille pour laquelle j?avais une attirance intense générait une forte émotion. Je lui en fis part : Je n?aurais jamais cru me retrouver un jour nu à côté de toi. Ce n?était pas prémédité. Tu sais que ma situation, si elle se savait, ferait beaucoup d?envieux. Je ne vois pas pourquoi. Tout simplement parce que beaucoup des mecs de la classe te trouve très jolie. Je n?ai rien de particuliers En tout cas, je peux te dire que ton cul en fait fantasmer plus d?un. Tu te fous de moi, je ne vois pas ce qu?on me trouve. Je t?assure que c?est vrai. En tout cas, je pense qu?aucun autre mec de la classe n?aura l?occasion d?être à ta place. Je l?apprécie d?autant plus que je serai le seul excepté ton mec.


Elle me serra dans les bras et nos lèvres se sont jointes. Nous sommes partis dans un baiser langoureux mêlant nos langues. J?ai alors rapproché mon bassin du sien plaçant ainsi mon pénis redevenu dur à l?entrée de sa caverne. Avec deux doigts, elle a prit mon sexe et l?a conduit dans son vagin encore tout lubrifié. Je suis parti dans des mouvements de va et vient lents et amples faisant presque sortir ma queue de sa chatte à chaque mouvement de recul. Quelle joie ! Quel plaisir ! Visiblement pour elle aussi. Moi qui la croyait coincé, je n?étais au bout de mes surprises. Je ne souhaitais pas qu?elle ait l?orgasme tout de suite. Je me suis donc retiré et je lui ai proposé de la prendre en levrette. Elle accepta immédiatement à ma grande surprise. Elle se plaça à quatre pattes devant moi. Je me suis alors placé derrière elle approchant ma queue de son sexe tout ouvert. Je repris immédiatement mes mouvements de va et vient. Comme tout à l?heure, elle se crispa serrant au maximum son sexe sur ma bitte. Elle parvint à nouveau à l?orgasme. Elle s?écroula sur le ventre visiblement fatiguée par ce nouvel assaut. Je me suis alors allonger à côté d?elle également à plat ventre. Tout en lui déposant des petits baisers sur les épaules et sur le dos, je lui caressais les fesses. Ma main s?approchait de plus en plus de l?objet de mes convoitises à savoir sa rosette. Insérant ma main entre ses cuisses, je lubrifiais mes doigts en profitant des sécrétions qui coulaient encore de son vagin. J?ai alors placé un doigt à l?entrée de son anus. Elle s?est crispée immédiatement. J?ai insisté un peu mais en douceur. Elle m?a laissé faire. J?ai introduit lentement mon majeur dans son petit trou. Elle y prenait visiblement du plaisir puisqu?elle avançait légèrement ses fesses pour forcer la pénétration. Je l?ai massé comme cela pendant quelques minutes, passant de un à deux doigts. J?ai alors avancé mon bassin de ses fesses positionnant ma queue contre son anus. Je l?ai alors senti se raidir :


Je n?ai pas envie que tu me pénètres là. J?en ai un trop mauvais souvenir. Pourquoi ? tu as eu une expérience douloureuse ? Oui ! la seule fois où j?ai pratiqué la sodomie, j?en ai eu des douleurs pendant plusieurs jours. Depuis, je n?ai plus recommencé. La personne s?y était probablement mal prise. C?était Manu lorsqu?on a commencé à sortir ensemble. Je crois même que c?était la première fois qu?on faisait l?amour. Il a voulu me sodomiser. Je n?y ai vu aucun inconvénient n?ayant jamais eu d?expérience similaire. J?en avis probablement autant envie que lui. Au bout de quelques minutes de pénétration, j?ai ressenti des douleurs importantes. Je n?ai pas voulu lui dire d?arrêter car je voulais qu?il aille au bout de son plaisir. Il a continué pendant près d?un quart d?heure avant d?éjaculer dans mes fesses. Après cela, j?ai eu mal aux fesses pendant près d?une semaine. Je ne pouvais pas rester assis plus de quelques minutes. Depuis, on n?a plus recommencer. Mais il t?avais pénétré sans lubrification. Non, en fait, il avait le sexe lubrifier par mes sécrétions vaginales. En général, ce n?est pas suffisant. Cela ne m?étonne pas que tu aies eu mal. Je te propose de me laisser faire. Je pense que non seulement tu n?auras pas mal, mais je crois que tu y prendra plaisir. Si tu a mal, tu me le dis tout de suite et j?arrêterai immédiatement sans chercher à aller jusqu?au bout. Qu?en penses tu ?


Elle hésita un moment, puis accepta. Je lui ai alors demandé de se mettre à califourchon sur ma tête de façon à ce que je puisse attendre son anus. Je me suis mis à lécher abondamment sa rosette. Ses gémissements montraient qu?elle prenait visiblement un grand plaisir. Il en était de même pour moi. Elle commençait à se détendre. Sa caverne s?ouvrait lentement sous mes assauts. Je faisais pénétrer ma langue dans son petit trou. Le goût était plutôt agréable. Son plaisir semblait s?accroître à en croire les soupirs qui s?échappaient de sa bouche. J?y déposais toute la salive possible de façon à lubrifier au maximum son anus. Je lui ai alors demandé de venir s?asseoir sur ma queue après qu?elle y ait déposé, elle aussi une bonne quantité de salive. Elle s?est donc placée face à moi, à écarter ses fesses de ses deux mains et est venue s?installer lentement sur mon membre en érection que je tenais fermement de ma main. C?est sans mal qu?elle est descendue sur ma queue jusqu?à pénétration totale. Je lui est demandé si elle souffrait. Elle m?a dit que le bonheur était intense et qu?elle n?aurait jamais cru qu?on pouvait ressentir un tel plaisir avec une pénétration anale. Cela la réconciliait avec cette pratique. Elle m?a dit avoir eu raison de ma faire confiance. Elle s?est alors agitée dans d?amples et lents mouvements de va et vient sur ma bitte. Après quelques minutes, j?ai eu envie de changer de position. Je lui ai demandé de se lever et de venir s?allonger sur le lit à ma place. Elle s?est positionnée au bord du lit. J?ai alors pris ses jambes que j?ai relevées pour les placer sur son ventre, me permettant ainsi d?avoir un large accès à son petit trou. Je l?ai de nouveau sodomiser pendant quelques minutes avant de me retirer lorsque j?ai senti l?éjaculation proche. Reprenant ma queue en main, je lui ai expédié cinq à six giclées de sperme qui ont atterri sur son visage, sur ses seins, sur son ventre puis sur son pubis. Elle s?est alors massée les seins puis le clitoris étalant ainsi ma semence et la faisant pénétrer dans son vagin. Nous n?allions pas nous arrêter en si bon chemin. J?ai approché mon sexe toujours en érection de son vagin largement ouvert. Je l?ai pénétré d?un seul coup reprenant des va et vient vigoureux. Le plaisir renaissait chez elle comme pour moi. Je n?aurai peut être plus jamais l?occasion de faire l?amour avec une aussi jolie fille, il fallait que j?en profite. Nous avons à nouveau échangé nos positions. Je me suis donc allongé sur le lit et elle est venue s?asseoir sur moi faisant pénétrer ma queue dans son vagin. Nous avons poursuivi pendant près d?un quart ne nous lassant ni l?un ni l?autre. Son orgasme est arrivé presque soudainement la conduisant cette fois encore à se contracter sur mon sexe déclenchant mon propre orgasme. J?ai lâché encore de nombreux jets mais cette fond au fond de son vagin. Elle s?est écroulée sur moi et nous nous sommes endormis tous les deux l?un contre l?autre. Lorsque je me suis réveillé, elle dormait encore. J?étais aux anges en repensant à ce qui s?était passé la veille. J?ai eu envie de caresser ses seins qui me faisaient presque face. Je passais mon doigt lentement sur sa poitrine en formant des cercles. Je l?ai sentie réceptive bien que dormant encore. En effet, ses pointes se sont dressées doucement. J?avais une envie énorme de les prendre en bouche. Bien que voulant la laisser dormir, je n?ai pas pu m?empêcher de sucer ses mamelons. Elle a ouvert les yeux et m?a regardé en me gratifiant d?un sourire à faire fondre un iceberg : C?est bon, continue ! Je ne voulais pas te réveiller mais ils se tendaient vers moi et je n?ai pas pu résister. J?ai passé un e soirée formidable et la matinée ne commence pas mal non plus.


J?ai continué à sucer ses seins générant des petits gémissements de plaisir de sa part. En fait, j?étais placé quasiment derrière elle mais son torse était partiellement tourné vers moi. La positon n?était probablement pas très confortable. J?ai cessé de lui sucer les seins mais je me suis d?avantage rapproché d?elle collant ainsi mon sexe contre ses fesses tout en caressant sa poitrine. Elle a alors écarté les jambes pour que je puisse accéder à son mont de Vénus. Je l?ai pénétré lentement. Elle eut un soupir d?aise. J?ai poursuivis pendant plusieurs minutes tentant de retenir le plus longtemps possible mon orgasme. Alors que je ne tenais plus, désespérant de la faire parvenir au plaisir ultime, je sentis son vagin se contracter à plusieurs reprises. Je pus enfin me libérer en déversant ma semence dans son ventre. Après cela, nous sommes allés prendre une douche bien méritée. Il ne fallait pas perdre de vue que nous devions retourner en cours ce matin. A peine dans la baignoire, elle s?est accroupie devant moi et a pris mon sexe en bouche. Caressant mes testicules d?une main, elle aspirait la totalité de ma queue qui, je vous l?accorde, n?est d?une taille immense. Subissant ce traitement pendant cinq bonnes minutes, j?ai explosé dans sa bouche :


Je crois que j?ai entamé mon petit déjeuner ! a t?elle ajouté.


Elle s?est relevée, prenant le pommeau de la douche pour s?asperger. A mon tour, je me suis accroupi mais derrière elle attaquant avec ma langue son petit trou tant apprécié la veille. Tandis qu?elle s?aspergeait le torse, je me régalais de son intimité. Je me suis relevé, l?ai poussé à se plier en avant, puis j?ai introduit ma queue dans son petit cul bien lubrifié. Je l?ai ainsi ramoné pendant près d?un quart d?heure. Elle accompagnait mes mouvements de ses râles de plaisir. Je me suis alors lâché remplissant son intestin d?une bonne quantité de foutre. Après cela , nous avons fini notre douche. Puis après un rapide petit déjeuner, nous sommes allés en cours. Je crois que j?avais passé des moments que j?aurai du mal à oublier.


FRED

Diffuse en direct !
Regarder son live