Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Lue 50 603 fois
  • 81 J'aime
  • 0 Commentaire

Une cousine délicieuse

Chapitre 1

Inceste

Je m’appelle Thomas, j’ai 19 ans, 1m70, assez mignon d’après les filles avec qui je suis sorti mais cela restait que de petites aventures qui ne duraient pas plus d’un mois ; c’est donc en tant que célibataire que j’aborde ce début de mars. Je vais vous raconter l’une de mes plus belles nuits que j’ai passées : grand fan de football je décide d’aller voir le match de mon équipe préférée mais vu que le stade est à plus de 100km de chez moi, ma tante me proposa donc de dormir chez elle en argumentant que ça ferait plaisir à ma cousine. Le jour du match arriva, comme prévu après le match j’allai chez ma tante. Arrivé à destination je sonne à la porte, la porte s’ouvre tout doucement et je découvre ma cousine ravie de me voir, elle me sert dans les bras ce qui eu effet un début d’érection mais heureusement elle ne le remarqua pas.

Ma cousine à quelques mois de plus que moi, ce n’était pas un canon mais elle a du charme : une belle paire de seins, un cul et des jambes sublimes mais sa vie amoureuse était inexistante depuis quelques mois à cause d’une rupture douloureuse. Depuis tout petit, ma relation avec elle est un peu comme frère-sour, mais depuis quelques temps j’aime me branler en pensant à elle, j’aimerai allais plus loin avec elle... Le diner se passa normalement, après le dessert mon oncle et ma tante allèrent se coucher, ma cousine de demanda si je voulais regarder un dvd chose que j’acceptai car cela permettait de rester seul dans le salon avec ma cousine. Je m’installe dans le canapé, ma cousine m’y rejoins après avoir été cherché quelques friandises, elle s’installe à coté de moi. Au bout d’une 1/2h, ma cousine commença à avoir froid, profitant de la situation je lui propose ’’viens je vais te réchauffer’’ et à ma grande surprise sa réponse fut ’’oui’’. J’ai donc ma cousine dans mes bras, sa tête était sur mon épaule ce qui me permet d’avoir une superbe vue sur son décolleté, et sa main était posée sur mon genou me provoquant ainsi une érection que je réussi à cacher grâce à la couverture. L’envie de caresser ses seins ou son cul était immense mais je n’osais pas peur de sa réaction.

A la fin du film nous montèrent à l’étage pour préparer mon matelas (je dors dans sa chambre avec elle mais sur un matelas par terre), je bande de nouveau en suivant son magnifique petit cul dans son jeans en montant l’escalier, arrivé dans la chambre pour plaisanter j’ajoute ’’bah je ne dors pas avec toi, tu me laisse tout seul !!! ’’, elle me répondit ’’je pensais que tu préfèrerais dormir tout seul mais si tu veux tu peux dormir vu que c’est un lit 2 places ’’ quelle fut pas mon bonheur lorsqu’elle prononça ses mots. Nous nous préparons pour aller nous coucher, hésitant sur la ténue pour dormir je décide de me mettre en boxer, ma cousine me fixa étonnée : ’’tu es gâté par la nature mon couz, je vais avoir un bel homme pour moi toute seule toute la nuit’’ en plaisantant. Ma cousine commença à se changer également son pudeur, elle avait déjà retiré son top, puis elle enleva son pantalon, elle était devant moi en soutif en dentelle et string blanc ce qui laissait apparaitre les formes de sa vulve. Elle était encore plus belle que dans mes rêves, je me mis à bander comme jamais mais la il n’y avait aucun moyen de me cacher. Le remarquant aussitôt, elle parait plutôt admirative : ’’et bien c’est bien moi qui t’excite comme ça mon couz ? calme toi sinon tu va bander toute la nuit’’, elle se rapproche, me regarde droit dans les yeux, je sentais son envie de passer à l’action tout comme moi mais elle devait peur de ma réaction, mon cour battait super vite. Je n’en pouvais plus, c’était maintenant ou jamais, je prends sa main et la pose sur mon sexe qui dépasse de mon boxer, elle sourit et me dit ’’et bien depuis le temps que j’attendais. t’es bien monté mon cochon’’ elle commence à m’embrasser, pendant ce temps mes mains se baladent entre son cul et ses seins. L’excitation est telle que j’éjacule sur son ventre, je dégrafe alors son soutif, une belle paire de seins apparait (un 90C), je ne peux pas m’empêcher de les lécher encore et encore, je lui titille les tétons, je joue avec ce qui lui provoque des frissons. Ma main va enfin accéder à sa grotte intime qui me fait tant rêvé, je passe ma main sous l’élastique de son string, à ma grande surprise c’est lisse, elle était complètement rasée, elle mouille, je commence à rentrer mon doigt, un 2e, ça rentre tout seul, je les ressorts, les sucent et continue à la doigter tout en continuant de s’embrasser, je sens aussi sa main se poser sur mon sexe dur, elle me branle énergiquement. Elle se met à genoux, je sens sa langue sur mon gland, cela me provoque des frissons, elle joue avec mon gland, je suis au paradis, je vois dans ses yeux l’accomplissement d’un rêve. Au bout de 10minutes je ne peux plus me retenir, je sors ma bite de sa bouche et jute sur sa figure, elle reprit ma bite immédiatement et continue de me sucer, elle apprécie mon jus apparemment, elle nettoie ma bite avec envie, je lui en fais la remarque

-’’tu suce comme une pro, c’était génial !!!’’

-’’depuis le temps que j’en rêve mon couz, ton sperme est délicieux’’

-’’maintenant c’est à moi de te faire plaisir, allonge toi et montre moi ta chatte petite cochonne’’

Elle s’allongea sur le lit, elle est la devant moi, les jambes écartées tenues par ses mains, je la contemple, elle est magnifique et je n’ai qu’une envie : la faire jouir. Je n’avais jamais fais de cunni de ma vie, mais sous l’excitation je n’hésite pas une seconde et tends ma langue, elle mouille encore plus que tout à l’heure, sa mouille avait une odeur indescriptible mais attirante. Je commence à m’aventurer de plus en plus profond, j’y ajoute mes doigts mais d’un coup elle chuchote ’’maintenant baise moi j’en peux plus’’, elle sort une capote de sa table de chevet, me l’enfile. Je me place entre ses jambes, mon gland est à l’entrée de sa chatte prêt a la pénétrer, je la regarde droit dans les yeux pour ne pas oublié ce visage de ma cousine cochonne, je vois son envie, d’un coup je la pénètre, un soupir sort de sa bouche, je commence mes va et vient, je sens qu’elle veut crier mais se retient pour ne pas réveiller ses parents, j’accélère et commence à la limer de plus en plus vite, je prend l’initiative de changer de position, je m’allonge sur le lit. Elle vient s’empiler sur mon sexe, maintenant elle a pris ’’les commandes’’, je l’entends soupirer de plus en plus souvent, après 5min je sens jouir, elle tremble et mord un coussin mais un léger cri sort, ça y est je l’ai baisé et j’ai fait jouir ma petite cochonne, elle se retourne et me souri, un sentiment de fierté m’envahi. Je continu à la baiser, je sens mon sperme arriver, je la préviens et se met en position pour me sucer, j’éjacule tout mon jus dans sa bouche, elle a tout avalé la cochonne, elle s’allonge a coté. Un long silence s’installe, nous nous rendons compte de ce qui vient de se passer, elle cassa le silence :

-’’je veux que tu me sodomise’’

-’’ avec plaisir ma petite cochonne’’

Après un moment d’excitation (et de repos surtout), mon sexe reprend de la vigueur, j’enfile une capote, ma couz se met en levrette et je me présente devant son anus, j’hésite mais j’en ai tellement envie. J’enfonce ma bite tout doucement car son trou n’est pas assez large, je vois qu’elle a mal, elle se mord la langue pour éviter de crier. Au bout de quelques va-et-vient son anus se dilate et ma bite a alors toute la place pour se promener. La sensation est meilleure, son anus entoure parfaitement ma verge, je la sodomise le plus vite possible, nous arrivons plus vite a l’orgasme. D’un coup j’éjacule alors que ma bite est toujours dans son anus, la capote se craque et le sperme se déverse à l’intérieur. Je ressors mon sexe couvert de sperme et de la capote craquée mais ma couz adorée me nettoie tout ça. Nous nous allongeons l’un à coté de l’autre, ma tête est posée sur son seins, de nouveau un silence s’installe. J’entreprends le dialogue :

-’’t’as aimé ?

-oui c’était merveilleux, tu m’a fais jouir plusieurs fois, je t’aime mon couz »

Ma couz m’embrasse, ma verge commence à reprendre vigueur à son plus grand plaisir, elle se retourna vers sa table de chevet, il est 2h30 du matin, elle sort sa boite de capotes :

-’il reste 6 capotes pour cette nuit’ me dit elle avec une grand sourire

-’seulement ?’ lui répondis en souriant

-’maintenant refais moi jouir mon couz’

Nous avons baisé comme des bêtes juste 5h du matin et utilisés toutes les capotes, j’ai alors rejoins mon matelas à mon grand désespoir pour ne pas nous faire prendre si ma tante nous surprenait au réveil. Nous nous sommes réveillés vers 11h, ma couz était déjà descendue prendre son petit dej, arrivé dans la cuisine, ma cousine était en nuisette, nous nous faisons la bise vu que sa mère était réveillé. Je ne pouvais m’empêcher de penser à la nuit passée avec elle, elle me faisait du pied et me regarder avec un regard de vicieuse. Elle quitta la table et monta à l’étage prendre sa douche, 10 minutes après je la rejoins dans sa chambre, arrivé à la porte, je la vois penché essayant d’attraper quelques choses, j’aperçois qu’elle n’a pas remis de culotte sous sa jupe, je peux distinguer cette petite chatte qui a fait mon bonheur toute la nuit. Je m’approche et posa ma main sur sa fesse, elle est surprise mais content elle m’embrasse, j’en profite pour caresser sa chatte une dernière fois mais sa mère monte. Je range donc mes affaires, il est temps de partir, je dis au revoir à toute la famille, ma cousine m’accompagne jusqu’à la voiture, c’est avec tristesse que je dois partir, elle a les larmes aux yeux, je l’a prends dans mes bras, j’essaie de la consoler :

-’j’ai passé une nuit formidable avec toi, c’était magique, merci’

-’moi aussi, je veux pas que tu partes’

-’je suis obligé, tu vas me manquer en tout cas, viens me voir aux prochaines vacances’

-’d’accord, je vois que tu bande encore quand tu me sers dan tes bras, je suis ravie’

-’c’est parce que tu es la plus belle, je n’oublierai jamais ce que l’on a passé ensemble, vivement la prochaine nuit’

-’je suis ta petite cochonne maintenant.’ me dit-elle en rigolant

Il est temps de partir, le départ est émouvant aussi bien pour elle que pour moi.


A l’heure ou j’écris, cela fait 1 moi ½ que je pense qu’à elle, nous avons pu discuter de ce qui s’était passé, j’attends qu’une chose : la revoir et la faire jouir. Dans 2 semaines elle vient passer quelques jours à mon appart, elle m’a promis que nous allions passer le plus beau w-e de notre vie.

Cela permettra une belle suite je l’espère..

Diffuse en direct !
Regarder son live