Le site de l'histoire érotique

Une croisière pleine de surprises

Chapitre 1

1er jour

108
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 12 069 fois

108

3

Nous sommes au début des années 80. A cette époque, le SIDA n’a pas encore été identifié et les rapports peuvent se faire sans protection d’autant que l’apparition récente de la pilule libère les jeunes femmes de la crainte d’une grossesse non désirée. Pierre, jeune ingénieur tout juste sorti d’une prestigieuse école est un passionné de navigation à voiles. Il s’est formé au Centre des Glénans et a terminé en encadrant quelques stages pour le Centre. C’est pourquoi il a proposé à quelques ami(e)s de louer un voilier pour faire une croisière en Bretagne Sud. Tout avait été parfaitement préparé : Dominique, un ami d’enfance et Luc un ami de son école d’ingénieur avaient donné leur accord. Tous trois avaient contacté quelques amies communes et Lucie, Mina et Sophie avaient accepté. Sans doute le choix de ces jeunes femmes qui avait leur âge n’était pas sans arrière pensées coquines mais cela n’avait pas affleuré dans les conversations qu’ils avaient eues ni dans la soirée préparatoire qu’ils avaient tenue chez Pierre un mois avant la date du départ.


Malheureusement dans les deux semaines précédent le départ, Dominique et Luc avaient déclaré forfait pour des raisons encore obscures au yeux de Pierre. Il se retrouvait donc seul pour cette croisière avec  trois jeunes femmes qui n’avaient jamais navigué. Son premier réflexe fut d’envisager l’annulation pure et simple de la croisière mais il se dit que, d’une part, il avait déjà manúuvré seul avec des débutants lorsqu’il était formateur aux Glénans, que d’autre part, il perdait les arrhes déjà versées et se retrouverait sans activité pendant cette semaine de début juillet, et qu’enfin la perspective de passer une semaine en compagnie de trois jolies jeunes femmes n’était pas si désagréable que cela !


Tous les quatre se retrouvèrent donc le samedi matin sur le quai du port de plaisance de Pornichet pour prendre possession du bateau et partir pour une croisière en Bretagne Sud. Le plan était de remonter le long de la côte en faisant une escale dans le golfe du Morbihan puis de poursuivre jusqu’à Concarneau si le temps le permettait avant une grande navigation de retour d’une traite jusqu’au port d’attache une semaine plus tard.


Lucie arriva la première. C’était une jeune femme de 24 ans, brune et élancée d’environ 1m70. Elle portait un t-shirt qui moulait une poitrine ronde et soulignait son ventre plat exempt de toute trace de graisse car elle pratiquait régulièrement le fitness. Son short laissait voir de longues jambes effilées déjà légèrement hâlées par le soleil qui ne laissaient pas Pierre indifférent pendant qu’il la regardait approcher. Alors que Lucie et Pierre prenaient un café dans une brasserie sur le port, Mina et Sophie arrivèrent à leur tour. Mina avait 23 ans et était d’origine maghrébine, ce que ne laissait pas deviner sa longue chevelure d’un châtain très clair. Plus grande que Lucie, elle était elle aussi plutôt fine avec une belle poitrine et des hanches larges qui faisaient tourner les regards de tous les mâles lorsqu’elle passait. Elle portait une robe courte qui dévoilait une partie de ses cuisses fuselées avec un décolleté  plongeant en V qui laissait entrevoir la naissance de ces seins. Elle avait un regard mutin qui donnait clairement l’impression qu’elle était disponible pour des aventures bien qu’elle  prétendit être très sage et n’avoir eu que deux relations. Quant à Sophie, c’était la plus petite des trois. Une jolie blonde un peu potelée qui portait ses rondeurs avec beaucoup de charme. Elle aussi avait opté pour une robe mais plus sage que celle de Mina, couvrant ses jambes presque jusqu’au genou et refermée assez haut pour masquer entièrement les rondeurs de sa poitrine généreuse.


Après avoir pris tous les quatre un café, ils se dirigèrent vers le bureau de location pour prendre possession de leur bateau. C’était un voilier de propriétaire d’une dizaine de mètres de long qui comprenait outre le cockpit, une cabine avant séparée du carré par un coin toilette et une penderie, un large carré avec deux banquettes faisant couchettes, le coin cuisine et la table à carte de chaque côté de la descente et deux couchettes cercueil sous les bancs du cockpit, celle derrière la table à carte étant plus large et constituant presque une couchette double.


La matinée passa rapidement entre chargement des bagages (volontairement limités) et du ravitaillement et prise en main du bateau avec le loueur. Lorsque vint la question de la répartition des couchettes, Pierre s’attribua d’emblée la large couchette derrière la table à carte afin de pouvoir surveiller facilement la navigation puisque c’est lui qui en serait responsable. Les filles n’y firent aucune objection et, après discussion, elles décidèrent de s’installer toutes les trois dans la cabine avant pour assurer leur intimité et, surtout, disposer de la penderie pour y mettre leurs tenues !


Après un dernier déjeuner à terre dans la crêperie du port, ce furent les préparatifs du départ. Mina et Sophie adoptèrent elles aussi une tenue plus appropriée pour la navigation en passant t-shirt et short car le temps était beau et chaud. Visiblement Mina avait abandonné le port du soutien-gorge car ses seins bougeaient librement et les pointes apparaissaient légèrement sous le tissu. Ce détail ravit Pierre qui la trouvait très à son goût. Ce dernier ne s’y attarda pas car il était entièrement à la manúuvre puisqu’il ne pouvait guère compter sur les trois jeunes femmes pour lesquelles c’était la première fois qu’elles montaient à bord d’un voilier.


Le départ (au moteur car les ports n’admettent plus la manúuvre à la voile) et la sortie du port se passèrent sans encombre, Pierre ayant expliqué en détail la manúuvre et le rôle de chacune de ses équipières. Une fois sorti du chenal, Pierre leur donna les instruction pour hisser les voiles en commençant par la grand voile puis la voile d’avant. Il surveillait tout à la fois la navigation, la marche du bateau et les manúuvre des jeunes filles, donnant des ordres précis et prêt à intervenir à tout moment en cas de difficulté. Profitant du beau temps (ce que les marins appellent un temps de demoiselle : soleil et un peu de vent) dans la baie du Pouliguen, Pierre forma les jeunes filles aux manúuvres de base du bateau : virer, régler les voiles, empanner. Puis il décida de mettre le cap sur le petit port de Piriac en passant la pointe de Penchâteau et en longeant la côte sauvage jusqu’au Croisic avant de poursuivre au large de la Turballe jusqu’à la pointe du Castelli qu’il fallait passer pour arriver à Piriac. Grâce au vent de Sud-Ouest qui soufflait, c’était un long bord portant bâbord amure pendant lequel on ne sentait quasiment plus le vent mais uniquement la morsure des rayons du soleil. Pierre ôta son t-shirt et conserva son short. Les jeunes femmes se mirent en maillot de bain laissant ainsi apparaître une grande partie de leurs corps. Lucie portait un maillot de bain deux pièces plutôt flashy tandis que Mina avait opté pour un deux pièces à fleurs tenu par de petites ficelles nouées sur les hanches, dans le dos et autour du cou, et Sophie pour un très sage maillot une pièce. Elles s’installèrent toutes les trois sur la plage avant pour bronzer laissant Pierre à la barre. Il entendait leur bavardage sans pouvoir le comprendre.


mssbqgl

Mais à un moment, Mina se releva et décida d’enlever le haut puisqu’on était loin de tout voyeur. Après une hésitation, Lucie l’imita mais Sophie semblait moins à l’aise et conserva son maillot. Pierre se délectait de la vue de ces jeunes poitrines qui semblaient fermes et douces. Lorsque Mina vint à la cabine pour se désaltérer, Pierre lui proposa de lui apprendre à barrer. Elle vint donc s’asseoir tout contre lui. Pierre sentait contre sa cuisse nue la peau réchauffée par le soleil de la cuisse de Mina qui ne fit rien pour s’écarter, peut être même bien au contraire. Lorsqu’elle prit la barre en main, il eut la vision de son sein droit, rond, qui semblait ferme au touché avec le téton plus foncé qui pointait  légèrement. Il sentit des fourmillements dans son bas ventre et son short se tendre légèrement. Mina ne semblait se rendre compte en rien de l’effet qu’elle lui faisait toute concentrée qu’elle était à maintenir le cap et l’allure du bateau. Frôlements et vision du corps presque nu de Mina furent un calvaire pour Pierre pendant la demi heure que dura la leçon. A la fin, Mina se tourna vers Pierre et lui claqua une grosse bise sur la joue pour le remercier. Dans le mouvement, elle posa sa main haut sur la cuisse de Pierre et ses seins s’écrasèrent sur son épaule, augmentant encore l’émoi du jeune homme. Celui-ci avait été surpris (et charmé aussi) de sentir les lèvres de la jeune femme se poser presque sur la commissure de ses lèvres Ö A tour de rôle, Lucie et Sophie vinrent aussi pour la leçon de barre et le même manège recommença à la fin de la leçon. Pierre soupçonna qu’elles s’étaient donné le mot pour agir ainsi envers lui.


L’arrivée au port de Piriac se déroula sans encombre et après un dîner rapidement préparé à bord, les jeunes femmes, peu habituées aux efforts de la navigation allèrent se coucher, laissant Pierre aller fumer seul sur le pont. Quand il alla se coucher, il avait dans la tête tous les évènements de la journée et la vision des corps de ses trois coéquipières. Il mit longtemps à s’endormir, résistant à l’envie de se masturber pour essayer de calmer le feu de son excitation.