Le site de l'histoire érotique

Une croisière pleine de surprises

Chapitre 2

2ème jour

61
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 6 778 fois

61

1

Pierre dormait profondément dans sa couchette. Il sentit un effleurement puis des lèvres se poser sur son front. Il se réveilla et vit Lucie penchée au-dessus de lui, ses deux beaux seins libres sous son t-shirt à quelques centimètres de son visage.

— Bonjour gros dormeur, je t’apporte ton petit déjeuner. Il est neuf heures. On est levée toutes les trois et on t’attend sur le pont ! dit Lucie avec un grand sourire.

Pierre la remercia et sortit un peu de son sac de couchage. Lucie vit son torse nu et lui demanda : -« Tu dors tout nu dans ton sac de couchage ?

— Bien sûr ! répondit Pierre avant d’ajouter « tu veux vérifier ?

— Pourquoi pas ? répondit-elle alors que ses joues s’empourpraient légèrement.

Elle fit glisser sa main sur le torse de Pierre avant de passer sur sa hanche jusqu’en haut des cuisses, posant ses seins sur le visage de Pierre qui n’en demandait pas tant ! Puis, quand elle remonta sa main, elle effleura ses bourses et sentit son érection matinale. Les doigts s’enroulèrent autour du mandrin de chair et firent quelques va-et-vient qui ravirent Pierre. Puis Lucie se releva et lui chuchota à l’oreille

— Tu as l’air en pleine forme le matin. Il faudra que tu m’en fasses profiter un jour mais là je dois rejoindre les autres avant de déposer un bisou léger sur ses lèvres. Pierre était aux anges mais dut prendre son petit déjeuner au lit afin de laisser le temps à son excitation de redescendre et pouvoir enfiler son maillot de bain pour se lever.


Il rejoignit les jeunes femmes sur le pont et pris en main les manœuvres de départ. Cap était mis sur l’ile d’Arz dans le golfe du Morbihan en profitant d’un vent un peu plus frais que la veille mais toujours de Sud-Ouest permettant de faire la route vent de travers ou à des allures portantes. Pierre passait de la barre à la table à carte. A chaque fois, une des jeunes filles était avec lui pour apprendre et comprendre les règles de la conduite du bateau et de la navigation. Et chaque fois aussi, c’était l’occasion de frôlement, de légère pression de la cuisse, de bisous de remerciement plus ou moins appuyés et plus ou moins proches de ses lèvres.


A ce jeu, Mina prit un peu d’avance. Alors qu’elle était avec Pierre à la table à carte, elle vint s’asseoir sur ses genoux pour se faire expliquer la façon de tracer un relevé sur la carte avec la règle Cras. Ses hanches larges étaient bien calées contre le ventre de Pierre et ses cuisses appuyaient sur celles du jeune homme. Les mouvements de tangage et de roulis faisaient rouler les hanches de Mina sur le jeune homme qui se mit à bander. Comme il ne portait pas son slip de maillot de bain sous son short un peu ample, Mina perçut parfaitement le sexe de Pierre se raidir contre ses fesses. Elle tourna la tête vers lui en bougeant un peu du cul

— Je te fais de l’effet on dirait dit-elle avec un grand sourire.

— Je serais un goujat si tu ne me faisais pas de l’effet dans cette situation lui répondit-il en lui rendant son sourire.

— C’est toujours agréable de se sentir désirée... en discutant entre les filles on se demandait si tu étais bien monté

— Ah ? Et qu’est-ce que tu en penses ?

Elle bougea à nouveau les hanches avec la volonté évidente de l’exciter puis déclara

— Je peux pas trop me rendre compte comme ça !

Et, sans prévenir, elle glissa une main par la jambe du short de Pierre jusqu’à toucher son membre raidi. Ses doigts explorèrent le contenu du short en faisant un peu rouler les deux boules puis remontant le long de la hampe jusqu’au gland sur lequel elle fit glisser le prépuce à plusieurs reprises.

— Tu sais que je n’ai connu que des mecs circoncis. Ça fait tout drôle de pouvoir jouer avec ton prépuce avant d’ajouter avec un clin d’œil « ça donne envie d’essayer aussi ! Puis de poser ses lèvres sur celle de Pierre.

Mais à peine leurs lèvres s’étaient-elles effleurées que Lucie apparut par l’écoutille :

— Pierre, vient vite on va heurter un autre bateau


L’instant magique était brisé ! Pierre écarta Mina et se releva ne cachant rien de son érection, ce que Lucie ne manqua pas de remarquer en posant sur lui des yeux furibonds. Quand Pierre émargea du cockpit, il s’aperçut que le risque de collision n’était pas si grand. L’autre navire était encore assez loin et il fit faire à Sophie qui était à la barre une manœuvre pour passer derrière à distance. Il se fit la réflexion que, probablement, Lucie était plus préoccupée par ce qui se passait entre lui et Mina dans la cabine que par le risque de collision ! Il était attiré par les deux filles et, visiblement, elles n’étaient pas contre un rapprochement physique. Mais comment gérer la situation avec les deux jeunes femmes dans l’espace confiné du bateau. Si le climat dégénérait pour cause de jalousie entre elles, ce serait la fin de la croisière.


Le reste de la journée se passa sans anicroche, effleurements et frôlements avec les filles se poursuivant au gré des manœuvres même si, à ce jeu-là, Sophie était un peu en retrait.


L’entrée dans le golfe du Morbihan porté par les forts courants au niveau de la pointe de Bilgroix alors que le soleil déclinait fut un enchantement. En contournant l’ile aux Moines par le Nord puis l’ile d’Arz, ils arrivèrent au mouillage situé à l’Est de l’ile où ils seraient parfaitement abrités pour la nuit. La longue navigation avait épuisé tous les membres de l’équipage. L’extinction des feux fut rapide après le diner et il était à peine 22h30 quand Pierre monta fumer un petit cigare sur le pont alors que les filles allaient se coucher.

yplpcmsx


Alors qu’il était dans ses rêveries, Mina vint sur le pont. Elle portait sa tenue de nuit : un long t-shirt et un tanga. Elle était très belle et très désirable dans cette tenue avec la lueur de la pleine lune pour seul éclairage. Elle vint se pelotonner contre Pierre qui passa son bras gauche autour de ses épaules. Doucement, elle l’entoura de son bras droit, appuyant ses seins sur son torse et commença à déposer de petits baisers doux dans son cou, puis sur le lobe de son oreille. L’excitation de l’après-midi revenait chez Pierre. Au bout d’un moment la main de Mina vint caresser la cuisse de Pierre et bientôt remonta sur la bosse de son short. La coquine savait mettre Pierre dans tous ses états. Les doigts jouaient avec son sexe tendu à travers le tissu en dessinant les contours puis en empaumant doucement la pointe. Pierre tourna la tête pour échanger un premier vrai baiser avec Mina. Il posa ses lèvres sur les siennes, puis sa langue força doucement le passage. Mina entrouvrit les lèvres et vint jouer avec sa langue sur celle de Pierre. Le baiser de doux devint plus torride. Pierre envahissait la bouche de Mina de sa langue, et de sa main il empauma son sein droit et commença à le caresser en sentant le téton durcir sous ses doigts. Il passa alors la main sous le t-shirt pour sentir la douceur veloutée de sa peau, s’amusa à pincer légèrement le téton qui dardait puis à le faire rouler sous sa paume ou entre ses doigts. Mina haletait doucement sous la caresse tout en poursuivant leur baiser passionné. Après un long moment, Pierre était dur comme du bois sous les doigts de Mina qui s’écarta en lui demandant :

— Tu veux bien me laisser jouer avec ?

— D’accord mais d’abord je veux goûter ton abricot

— Mais pas de pénétration s’il te plait ... je... Je trouve que c’est trop tôt

Pierre était un peu surpris de ce raisonnement mais acquiesça. De toute façon, il adorait faire des cunnis et il était sûr que Mina voulait elle aussi découvrir ce que c’était qu’un sexe non circoncis et qu’il serait largement payer de retour.


Il fit s’allonger Mina sur le banc du cockpit puis fit descendre son tanga sur ses cuisses puis le retirer complètement. Elle se laissait totalement faire et posa sa jambe droite sur le sol et la droite sur le rebord puis remonta son t-shirt sur son ventre restant ainsi délicieusement impudique et offerte aux caresses. Une toison délicatement coupée rase surmontait la fente de son sexe. Pierre vit que sa teinte châtain claire était naturelle. Il s’agenouilla entre les cuisses ouvertes et passa un doigt sur la fente qui suintait déjà de plaisir. Glissant son majeur entre les lèvres humides il vint chercher le bouton d’amour dont il effleura la base sur le côté arrachant un soupir à Mina qui regardait le ciel. Il recommença cette caresse plusieurs fois. Elle était déjà bien excitée. Son clitoris était dur et ses lèvres couvertes de liqueur. Pierre approcha la bouche et commença à passer sa langue sur les lèvres en recueillant le précieux nectar. Mina avait un goût de miel un peu acide qui lui sembla délicieux. En écartant les lèvres avec ses doigts, il passa la langue un peu plus profondément sur la fente, descendit titiller le périnée avant de remonter jusqu’au clitoris. Mina eut un petit sursaut lorsqu’il l’effleura de la pointe de la langue. Il fit alors tourner sa langue sur le sommet du petit bouton tout en glissant le majeur entre les lèvres gonflées. Il explora du bout du doigt le sexe de la jeune femme pour trouver cette zone sensible et légèrement rugueuse située sous le clitoris. Il fit glisser le gras du doigt sur cette zone tout en serrant doucement le clitoris entre ses lèvres. Mina remonta son t-shirt pour le prendre entre ses dents et éviter de gémir trop fort. Pierre continua alors sa caresse alternant léchage et suçotage du clitoris tout en maintenant fermement son doigt enfoncé dans la fente de Mina. Celle-ci bougeait des hanches de plus en plus spasmodiquement révélant ainsi son plaisir. Pierre put glisser un deuxième doigt puis un troisième dans la fente largement ouverte et lubrifiée. Le corps de Mina était agité de soubresauts, parfois pour tenter d’échapper à la caresse, tantôt pour la renforcer. Bientôt, Pierre sentit Mina se tendre comme un arc tout en laissant échapper un long soupir à travers le t-shirt serré entre ses dents. Ses doigts se couvrir de la liqueur de la jeune femme. Il les retira lentement avant de passer sa langue pour recueillir et boire le précieux nectar qui s’épanchait de sa fente ouverte.


Mina mit plusieurs minutes à redescendre sur terre alors que Pierre continuait doucement de lécher son sexe. Elle se releva et écarta la tête de Pierre.

— Jamais on me l’avait fait aussi bien dit-elle en lui souriant « maintenant c’est à moi de te montrer ce que je sais faire !

Elle le repoussa sur le banc pour qu’il s’assoie et s’installa entre ses cuisses. Le short était toujours déformé par une forte bosse. Mina le fit glisser sur les cuisses de Pierre et le lui ôta.

Elle commença par déposer des bisous sur les cuisses de Pierre en remontant doucement, contourna le sexe dressé, pour poursuivre la progression de ses baisers sur son ventre avant de redescendre jusqu’au niveau des bourses. Elle les prit alors délicatement en main pour les porter à ses lèvres et les lécher tendrement. Pierre la regardait faire en haletant, son sexe maintenant complètement érigé contre son ventre. Mina le regardait tout en léchant ses boules devenues dures.

— Maintenant je vais pouvoir goûter un sexe non circoncis dit-elle en lui souriant et en remontant sa langue le long de la hampe. Arrivé en haut, elle joua du bout de sa langue sur le prépuce qui couvrait encore le gland. Pierre émit un gémissement de bonheur sous la caresse.

— Chutt ! Soit discret sinon on va être encore dérangé ! murmura-t-elle avant d’absorber le gland entre ses lèvres et de les faire coulisser le long de la hampe jusqu’à enfourner les trois quarts du sexe. Puis elle remonta tout aussi lentement en faisant tournoyer le bout de sa langue sur le gland.

— Je vais pouvoir dire aux filles que tu es plutôt bien monté. Mes ex je ne pouvais pas les absorber en entier


Puis elle reprit sa caresse alternant léchage de la hampe, suçotage du gland, et engloutissement entre ses lèvres, sans jamais manquer de jouer avec le prépuce le faisant couvrir et découvrir le gland violacé. Pierre se laissait faire appréciant le savoir-faire de sa fellatrice. Au bout d’un moment tout en continuant les caresses de sa bouche, Mina saisit la base de la hampe entre ses doigts et commença à le branler au rythme des allers-retours de sa bouche. La sensation était divine. Bientôt Pierre sut qu’il ne pourrait plus se retenir et le lui indiqua.

— C’est pas grave. Fait toi plaisir dit la jeune femme « je n’ai jamais avalé mais avec toi j’ai envie d’essayer


Ces mots fouettèrent les sangs de Pierre qui sentit la jouissance monter de ses reins. Il se raidit de tout son corps et étouffa un gémissement quand les premiers jets fusèrent du sommet de la hampe enfoncée loin dans la bouche de Mina qui serra ses lèvres pour bien recueillir la semence. Elle déglutit au fur et à mesure les jets de foutre qui envahissaient sa bouche tout en continuant de le branler à la base mais elle ne put tout retenir et des filets blanchâtres perlaient aux commissures de ses lèvres. Après le déluge de la jouissance, elle garda le sexe en bouche continuant de jouer avec la langue sur le prépuce pendant que le sexe ramollissait doucement. A chaque passage sur son gland, Pierre avait un soubresaut de plaisir. Finalement elle libéra le sexe repu et récupéra du bout des doigts les traces de sperme qui avaient coulé de ses lèvres pour les lécher.

— Humm j’aime bien le goût de ton sperme ... tu me laisseras y goûter encore ? dit la mutine en souriant.

— À ton avis ? lui répondit Pierre et ils se jetèrent dans les bras l’un de l’autre pour un long câlin avant d’aller se coucher.