Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 14 956 fois
  • 177 J'aime
  • 16 Commentaires

Une douceur de Miel

Chapitre 4

Bon anniversaire, mon Biquet

Inceste

Le lendemain lorsque je me suis réveillé, je me suis aussitôt rendu compte que malgré mes longues masturbations de la veille, j’avais parfaitement récupéré puisque j’étais pris d’une érection matinale. Ensuite, j’ai réalisé que Man qui était en train de me caresser doucement les cheveux était assise à la place qu’avait occupée mon ordinateur lorsque je m’étais astiqué le manche. Dès que j’ai ouvert les yeux, elle m’a dit :


— Bon anniversaire, mon Biquet.


Lorsque j’ai constaté horrifié qu’elle pouvait parfaitement voir mon sexe bandé, étant donné que je n’avais pas rabattu le drap sur moi avant de m’endormir, je me suis empourpré de confusion. Cependant, elle a semblé amusée par ma réaction et elle a ajouté :


— À présent que tu es un homme, tu n’as plus à rougir de ta nudité ni de tes désirs. D’autant plus que tu es plutôt bien membré et que tu ne t’es pas privé de me mater en photos. Si je compte les cinq mouchoirs qui sont sur la moquette, j’en déduis que me voir à poil t’a beaucoup plu.


Je suis resté muet de surprise, devant le fait que ma très pudique maman s’était transformée du jour au lendemain, en une femme parlant de sexe et d’inceste sans aucun tabou. C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte qu’elle ne portait pas sa tenue habituelle.


En effet, jusqu’à présent, elle portait toujours le matin une robe de chambre en coton, couvrant son corps jusqu’à ses genoux et ses avant-bras, avec une ceinture toujours bien serrée qui rendait son vêtement parfaitement ajusté. Ou alors lorsqu’elle sortait de la salle de bain, elle avait enfilé un peignoir en éponge qui n’en montrait guère plus. Mais pas le jour de mes 18 ans puisqu’elle avait revêtu un kimono ayant l’air très soyeux, s’arrêtant à ses coudes et en haut de ses cuisses, noué assez lâchement pour que je puisse voir une bonne partie de sa grosse poitrine nue. Cela bien entendu n’a pas calmé mon excitation, mon sexe devenu encore plus raide s’est agité de palpitations et je n’ai même pas pensé à le couvrir.


χ


Encore plus gaie de me voir réagir de cette manière, Man m’a dit :


— Nous sommes à un tournant de notre vie, mon Biquet. Car il nous faut à présent décider si nous allons rester une maman et un fils respectables, ou si nous allons devenir plus que cela. Car tu dois bien te douter qu’à force de pratiquer mon second métier, ma morale s’est considérablement élargie et que je ne considère plus l’inceste comme étant une perversion. Sinon, jamais je ne t’aurais donné cette clef USB.


J’ai rapidement réfléchi à ce qu’elle venait de m’affirmer et à ce que cela impliquait, puis je lui ai répondu, toujours aussi rouge et avec quelques hésitations :


— Moi ça me dérange pas... qu’on devienne plus. Mais quand même... ça fait beaucoup de changements d’un seul coup.


Man a alors éclaté de rire et entendre cette musique chaude et cristalline, qui arrivait depuis mon enfance à me faire retrouver le moral même lorsque j’avais de la peine, a rapidement dissipé ma gêne. Puis elle a répliqué, une fois qu’elle a réussi à retrouver son sérieux :


— C’est sûr que si l’on considère qu’il y a à peine vingt-quatre heures, tu ne savais pas encore que ta mère fait des films de boules et que tu ne l’avais jamais vue à poils, ça fait énormément de changements. Mais rassure-toi, si c’est vraiment ce que tu veux, on va commencer en douceur. Un peu comme tu progresserais dans un de tes jeux vidéo, pour pouvoir atteindre le niveau suivant.


χ


Cette comparaison m’a fait sourire, même si je ne savais pas exactement ce qu’elle avait en tête. Toutefois, je n’ai pas tardé à le découvrir, puisque Man m’a ensuite demandé :


— Pour commencer, nous devons établir des règles sur ce qui sera permis ou interdit. Tu es d’accord ?


J’ai hoché la tête pour lui faire comprendre que oui, puis elle a continué :


— Bien, tu dois te douter que vu mon second métier, tu ne pourras pas avoir l’exclusivité. Je te propose donc une relation avant tout basée sur la recherche du plaisir sexuel, ce qui implique que même si nous baisons ensemble, il y aura d’autres partenaires, de ton côté comme du mien. Mais bien entendu pour éviter tout scandale, notre relation devra rester secrète, ou alors n’être annoncée à une autre personne qu’avec une grande prudence. Je pense que tu comprends pourquoi ?


Après un nouveau hochement de ma part, Man a poursuivi :


— Le fait d’aller voir d’autres femmes te permettra de te trouver une gentille petite-copine et pourquoi pas plusieurs, à qui tu pourras faire bénéficier de l’expérience que t’auras transmise ta vieille maman. Tu pourras même un jour te marier avec l’une d’entre elles et avoir des enfants, dès que tu sauras que tu as trouvé la bonne. Bien entendu, tout rapport entre toi et moi cessera dès que tu me le demanderas, afin que tu puisses t’épanouir dans cette nouvelle relation. Mais ôte-moi d’un doute mon Biquet, tu es encore puceau, pas vrai ?


χ


Cette fois encore, j’ai eu besoin de réfléchir aux perspectives que ce changement de cap m’offrait. Comme j’étais ému, je n’ai pu que hocher encore une fois la tête pour répondre à la question qu’elle m’avait posée. Man a alors souri puis elle a défait la ceinture de son kimono, qu’elle a ensuite fait lentement glisser de ses épaules.


Une fois qu’elle a été aussi nue que moi, j’ai pu constater les changements que la maturité avait apportés à son corps. Ses gros seins étaient encore plus lourds, par conséquent, ils pendaient un peu plus que sur les photos que j’avais vues. Cependant, ils étaient encore bien pleins et de ce fait toujours aussi attirants. De plus, j’ai eu une nouvelle surprise, puisque son nombril duquel pendait toujours le même bijou n’était plus le seul à être percé. Ses tétons entre-temps l’avaient été également, vu que ce n’était pas le cas sur les photos d’elle que j’avais pu mater. Ses nouveaux bijoux étaient composés de deux barres horizontales, traversant ses mamelons de part en part et terminés par de petites boules en argent ou en or blanc, pressées contre la chair rose-foncé. Ce qui semblait les stimuler en permanence.


Son ventre n’était à présent plus plat, mais légèrement bombé, ce que j’ai trouvé plus attendrissant qu’autre chose. Quant à sa toison pubienne, elle était devenue plus étendue, mais toujours aussi bien entretenue, et ses poils avaient retrouvé leur longueur naturelle. Le reste de son anatomie était resté identique, sa taille était toujours svelte, elle n’avait pas un gramme en trop et pas la moindre trace de cellulite. J’avais devant moi une superbe MILF, à laquelle devaient rêver bien des hommes et qui était ma maman à moi.


Man m’a laissé la détailler patiemment et la tête que je devais avoir, tout comme le fait que ma queue était toujours agitée de soubresauts, a dû la satisfaire. Puisqu’elle s’est ensuite penchée sur moi pour venir mettre sa bouche à côté de mon oreille, puis elle a murmuré tout en posant sa main bien plus douce que la mienne, sur mon sexe tendu :


— Alors bon anniversaire, mon Biquet bien membré.


Tandis qu’elle me décalottait doucement le gland, elle a posé ses lèvres sur les miennes et j’ai senti sa langue s’insinuer entre elles. J’avais déjà eu des copines, avec qui je n’avais jamais dépassé le stade des pelles et des attouchements. J’en avais surtout gardé le souvenir de nos maladresses, causées essentiellement par notre excitation, mais également notre manque d’expérience. À présent, j’avais droit à un véritable baiser donné par une femme dans sa pleine maturité, qui en plus était en train de me masturber très lentement, comme si nous avions toute notre vie devant nous.


χ


Le fait qu’elle soit ma maman et que nous étions en train de pratiquer un acte incestueux est rapidement devenu secondaire à mes yeux, tant le plaisir se mélangeait en moi à la joie. Cela a effacé dans mon esprit toute notion de morale, alors tandis que sa langue tournait inlassablement autour de la mienne, qui sans audace s’est mise elle aussi à rouler, je me suis laissé aller à ce pur moment de volupté.


Je n’ai pas pu résister à l’envie de caresser ses seins, qui m’avaient nourri dans les premiers mois de ma vie et qui pendaient à présent librement, sous son buste qui lorsqu’elle s’était penchée s’était retrouvé à l’horizontale. Je les ai trouvés très moelleux, surtout en comparaison de la surface de ses tétons qui étaient en même temps épais et durs. Man a gémi et j’ai aussitôt retiré mes mains, pensant lui avoir fait mal, mais elle a interrompu notre baiser, pour me dire dans un souffle :


— Continue mon Biquet et n’aie pas peur de jouer avec mes piercings. Non seulement ce n’est pas plus douloureux qu’une boucle d’oreille, mais c’est au contraire très jouissif.


J’ai parfaitement compris ce que cela signifiait, étant donné que je m’étais fait percer l’oreille gauche le jour de mes 15 ans. Tout comme Man, mais pour la deuxième fois en ce qui la concernait. Elle avait pour l’occasion acheté une paire de boucles en or blanc serties de petites émeraudes, que nous nous étions partagées. J’avais trouvé cela très symbolique, puisque j’étais convaincu que porter la moitié du même même bijou allait renforcer nos liens, qui étaient selon moi déjà très forts. Mais pour le présent, je savais par expérience que le trou fait par un professionnel provoquait une douleur assez vive, mais passagère, puisque cette dernière s’atténuait rapidement. Une fois cicatrisé, le piercing devenait insensible, sauf si j’en croyais Man lorsqu’il était situé dans une zone érogène comme un téton. Ce dont je n’avais aucune raison de douter.


Par conséquent tandis qu’elle a recommencé à m’apprendre à embrasser correctement, ce qui était la première leçon sexuelle qu’elle me donnait, qu’elle continuait à me branler toujours aussi lentement, mais en compressant ma queue dans sa petite main, j’ai recommencé à triturer ses bijoux intimes. Ce qui lui procurait des geignements de plaisir, étouffés par nos baisers.


χ


Malheureusement, je n’ai pas tardé à jouir et lorsque mon sperme a jailli sur mon torse, il n’était pas très abondant. Sans aucun doute à cause de mes cinq éjaculations de la veille. J’étais dépité de me montrer devant elle aussi peu performant, cependant quand elle s’est redressée, interrompant ainsi notre échange de salive, Man qui a parfaitement compris ce à quoi je pensais, m’a dit après m’avoir fait un sourire très tendre :


— Tu n’as pas à avoir honte, mon Biquet. Ni de ton manque d’endurance ni du peu de jus que tu as produit. Car tu verras que l’une comme l’autre, augmenteront avec l’habitude que prendra ta queue à être sollicitée. Et même si tu n’arrives jamais à faire jouir une femme avec ta bite, ce qui se produit parfois pour certains hommes, il te restera toujours ta langue et tes mains pour pallier à ce handicap. Ne l’oublie jamais, car ce sera peut-être ton cas au début, ou lorsque tu te retrouveras avec une toute nouvelle partenaire. C’est d’ailleurs un excellent test que tu pourras leur faire passer. Car s’il y en a qui se moquent de toi à ce moment-là, même en voulant faire passer cela pour de la plaisanterie, elles te feront comprendre sans s’en rendre compte qu’elles n’éprouvent pas de réels sentiments pour toi, mais qu’elles sont juste à la recherche du plaisir. De ce fait, tu sauras que tu ne peux pas te fier à elles. Une par contre qui éprouvera de l’affection à ton égard, te dira que pour elle, avoir un orgasme est secondaire et que l’important à ses yeux, c’est que vous soyez ensemble.


Du haut de mes 18 ans, j’ai trouvé cette manière toute maternelle de voir les choses très philosophique et pleine de bon sens. C’est pourquoi j’ai hoché la tête pour faire savoir à Man que j’avais compris, puis je lui ai caressé tendrement les cheveux. Ensuite, elle s’est à nouveau penchée sur moi, pour laper mon sperme directement sur mon corps, qui n’avait pas encore de poils à cet endroit.


χ


Lorsqu’elle a eu terminé, Man s’est remise assise et elle m’a dit :


— Ton foutre a bon goût, mon Biquet. Mais il faut également que tu saches que toutes les femmes n’apprécieront pas de le boire. Il y en aura même que ça dégoûtera. Lorsque tu auras affaire à une jeunette, tu pourras toujours espérer qu’elle finira par s’y habituer, mais s’il s’agit d’une plus âgée, il ne faudra jamais la forcer. Car baiser c’est comme avoir de la tendresse pour quelqu’un, et ce n’est pas par hasard, que dans les deux cas on appelle ça de l’amour. Une relation qu’elle soit platonique ou plus approfondie, doit se construire dans le respect de l’autre. Par conséquent, il ne doit jamais y avoir aucune contrainte, ce qui ne t’empêchera pas de faire des suggestions en rapport avec tes envies. Soit elles seront acceptées immédiatement, soit il te faudra patienter le temps que l’idée fasse son petit bout de chemin, soit elles seront rejetées pour une raison ou pour une autre.


Man a marqué une courte pause, sans doute pour me laisser le temps d’assimiler ces informations, puis elle a continué :


— Dans le dernier cas, il ne faudra pas insister et si tu sens qu’à cause de cela, il manque quelque chose à ton équilibre, cela signifiera que tu n’es pas avec la bonne personne. Soit parce qu’elle ne sera pas disposée à faire des efforts pour te rendre heureux, soit parce qu’elle en sera incapable. Que ce soit l’un ou l’autre, il te faudra envisager de changer de partenaire si tu veux prétendre au bonheur. Sinon, tu te sacrifieras pour quelqu’un qui n’en vaudra peut-être pas la peine.


Cette nouvelle philosophie m’a étonnée de la part de Man, étant donné que depuis Franck, elle avait toujours été célibataire et qu’à ma connaissance, il n’y avait eu personne d’autre dans sa vie mis à part ses partenaires dans les films de boules. Cependant, cela m’a paru tellement logique, que j’ai encore une fois acquiescé.


χ


Après m’avoir fait un dernier sourire, Man s’est levée et c’est lorsqu’elle s’est penchée en avant, dans le but de ramasser les cinq mouchoirs en papier souillés de mon sperme séché, ce qui a fait pendre à nouveau sa lourde poitrine, que j’ai remarqué qu’elle avait au pied les mêmes mules à talons aiguilles, que dans une des séries de photos que j’avais matées la veille. Celles qui étaient en cuir blanc, avec des talons aiguilles dorés d’une dizaine de centimètres de haut. Bien évidemment, ses chaussures portaient des signes d’usures, puisqu’elle avaient au moins quatorze ans. Pourtant, c’était la première fois que je la voyais les porter.


Je me suis demandé non sans ironie, si à la longue, elles ne devaient pas lui faire mal au pied. Car du haut de mes 18 ans, je ne savais pas si les femmes qui mettaient ce genre de souliers souffraient réellement pour être belles. Avec le recul, cette lucidité était surprenante pour une gamine de mon âge. Toutefois, je ne lui ai pas posé la question et je lui ai demandé, tandis qu’elle s’apprêtait à quitter ma chambre, complètement nue avec son kimono dans une main et mes tire-jus dans l’autre :


— Mais Man... ?

— Oui mon Biquet ?

— Mais toi... t’as pas joui...


Elle m’a alors fait un magnifique sourire, puis elle a répondu :


— C’est la leçon la plus importante que tu devras retenir aujourd’hui, car c’est probablement la meilleure que je pourrai jamais te donner. La différence entre une partie de baise et l’amour, c’est que la première est la recherche d’une jouissance mutuelle, autrement dit, c’est un échange, alors que le second, c’est donner sans rien attendre en retour. Mon plaisir, je l’ai pris dans celui que tu as reçu de ma part.


Puis elle m’a dit sur un ton ironique, avant d’en aller :


— Tu aéreras ta chambre avant de sortir, mon Biquet, parce que ça sent comme sur le tournage d’un film de boules.


χ


La suite, si vous en manifestez le désir...

Diffuse en direct !
Regarder son live