Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 24 314 fois
  • 139 J'aime
  • 1 Commentaire

Une étudiante très exhibitionniste

Chapitre 2

Voyeur / Exhibition

Je continuais pendant quelque temps à poser pour diverses associations de ma région, tout en refusant de le faire dans ma propre école, pour ne pas être confrontée à des personnes que je connaissais. Aussi lorsqu’Ophélie m’annonça qu’elle était malade et qu’elle me demanda si je pouvais la remplacer, je me trouvai dans l’embarras. Mais je ne pouvais pas refuser de rendre un petit service à mon amie.


Après accord de la professeur Valérie Naudin, je me rendis donc au cours de dessin de l’école vêtue d’un peignoir au lieu de l’habituel jean et tee-shirt. Une fois sur l’estrade, je jetai un rapide coup d’œil autour de moi : je notai la présence de mes amies Jasmine et Cynthia. Parmi les élèves se trouvaient aussi des hommes, ce qui était nouveau pour moi. Juste en face de moi, un jeune homme très blond et très mignon me regardait fixement : je reconnus Quentin, un de mes proches amis, qui semblait impatient de me voir sous toutes les coutures ! Ses camarades étaient manifestement dans le même esprit, et leur attitude me dégoûtait un peu. S’il y a bien une chose que je déteste dans la vie, c’est d’être vu comme un simple objet de désir. J’étais prête à jeter l’éponge, mais je parvins néanmoins à trouver le courage de me lancer ; d’un geste vif, je dénouai la ceinture de mon peignoir.


Une fois débarrassée de l’étoffe, je m’assis sur un tabouret : les regards de Jasmine et de Cynthia se braquèrent instantanément sur mes seins nus et elles se mirent à crayonner sur leurs feuilles. Quentin semblait plutôt admiratif de mon physique. Je lui offrais le beau spectacle de mes tétons roses et de mes aréoles assez larges sur deux nichons bien ronds. Quentin semblait subjugué, presque hypnotisé ! Le silence pesant fut interrompu par Valérie quand elle me proposa de changer de pose. Je vins m’allonger sur un divan, en tournant le dos aux élèves, et immédiatement je sentis leurs regards se porter sur mon fessier. Mon cœur battait encore à cent à l’heure pendant que j’imaginais la réaction de mon public. Quentin avait sans doute les yeux rivés sur les deux globes bien dessinés qui devaient lui inspirer un désir intense !


Après quelques minutes, Valérie m’indiqua qu’il était temps de prendre une autre pose. Je me redressai et je m’assis sur le divan. Désormais, je faisais face aux élèves en gardant les jambes à demi croisées. Jasmine et Cynthia esquissaient un croquis à grands coups de crayon en me regardant par moments. J’avais du mal à tenir la pose, et involontairement, j’écartai légèrement les jambes. Je dévoilai peut-être un peu trop mes trésors cachés : je remarquai un regard d’étonnement chez Quentin, ce qui attestait qu’il avait aperçu mon charmant abricot ! Il échangea quelques mots à voix basse avec ses amis et je crus deviner leur teneur : ils devaient me trouver sexy et je le pris comme un compliment.


Dès lors, mon corps eut une réaction que je ne souhaitais pas vraiment : je vis mes tétons se raidir tandis que je sentais un filet humide dévaler mes cuisses. Quentin et ses amis avaient sur moi un regard acéré, et mon excitation grandissait à mesure. Bientôt, la situation devint insupportable, il fallait que je me soulage d’une façon ou d’une autre. Aussi quand Valérie signala la fin de la séance, je me précipitai sur Jasmine. A ma demande, elle sortit un petit vibromasseur de son sac et me le tendit. J’avoue que j’étais très impatiente et que je ne contrôlais plus mes gestes. J’introduisis derechef l’appareil entre mes cuisses, sans me soucier de la présence d’une poignée d’élèves. Je fus instantanément transporté par des sensations de plaisir intense. Jasmine et Cynthia essayaient de détourner le regard pour ne pas me gêner. Mais Quentin et ses amis me fixaient encore en goûtant au spectacle très intime que je leur offrais.


Après quelques minutes, je parvins à obtenir pleine satisfaction.


J’avais toutefois une revanche à prendre sur les étudiants masculins qui avaient un peu trop profité de la situation. Je rejoignis Quentin et ses camarades en les prenant à parti :

— Alors, vous avez bien apprécié le spectacle ?

Devant leur air gêné, je rajoutai :

— A qui le tour ?


Je m’étais dit que si personne ne répondait, je pouvais bien promettre une gâterie à celui qui relèverait le défi. Mais je n’en eus pas besoin, car Quentin me rétorqua tout de go :

— J’avoue que je me suis bien rincé l’œil aujourd’hui ! C’est un beau spectacle que tu nous as offert !

Et il ajouta fièrement :

— Je relève le défi pour une prochaine séance !


Puis il se dirigea vers la sortie, sûr de son effet. Les élèves furent très surpris de ses dernières paroles : Jasmine pensait qu’il n’oserait jamais, car il était trop réservé. Cynthia trouvait normal que pour une fois ce soit un modèle masculin qui prenne la pose. Quant à moi, je me réjouissais à l’avance de voir un garçon exhiber ses attributs intimes !


La semaine suivante, le cours de dessin commença dans une atmosphère chauffée à bloc. L’assistance était au complet, les étudiantes s’étant passé le mot. Cynthia et Jasmine étaient assises à ma gauche et à ma droite. Quentin, vêtu d’un peignoir, s’avança vers l’estrade et reçut les instructions de la part de Valérie. Il s’assit sur un tabouret, et fit tomber son peignoir alors que les élèves semblaient retenir leur souffle. Quentin était entièrement nu devant nous, il avait donc tenu parole, mais comme il avait pris soin de croiser les jambes, il dissimulait l’essentiel. Malgré tout, je n’étais pas déçue en admirant son torse viril nanti de magnifiques tablettes de chocolat.


Quand Valérie lui demanda une nouvelle pose, Quentin se leva en se plaçant dos aux élèves. Il exhibait une jolie paire de fesses, et je m’empressais d’en faire une esquisse rapide sur ma feuille, pour mieux admirer l’original.


A la pose suivante, Quentin se mit de profil, et je dessinai son corps du haut vers le bas : une tête, un bras et une jambe. Malicieusement, je rajoutai la cerise sur le gâteau, un tout petit appendice qui naissait sous le ventre ! Je dois avouer que je m’attendais à un tuyau un peu plus volumineux, mais je ne perdais pas espoir de changer cet état de fait. J’avais préparé un plan dans cette optique avec Jasmine et Cynthia.


Quentin changea à nouveau de pose : il s’assit sur le tabouret, face à nous, les jambes décroisées. Je voyais désormais ses attributs bien en face, toujours aussi décevants. Je me concertai avec mes deux amies, nous étions d’accord pour mettre notre plan en application : je commençai à écarter légèrement les pans de mon bustier. J’avais les yeux rivés sur les parties intimes de mon camarade, mais rien ne se passait. Et soudain, le miracle se produisit : sa virilité prenait de l’ampleur. Je jetai un œil rapide sur Jasmine : ses lolos pendaient dans le vide ! La malicieuse avait tout simplement relevé son tee-shirt et je compris la raison de la réaction de Quentin.


Je remarquai alors le regard de Cynthia sur le jeune homme qui trahissait un profond désir lubrique. Quant à Quentin, il rougissait de plus en plus, il n’arrivait pas à contrôler la situation alors que Jasmine continuait d’exhiber ses mamelles plutôt amples. Valérie était toujours assise à son bureau, elle ne semblait s’être aperçue de rien. Quentin avait vraiment le gourdin, nul ne pouvait le nier désormais. Cynthia paraissait folle de désir pour le jeune homme, elle se leva et s’approcha de lui. Quentin eut comme un mouvement de recul. Cynthia le regarda avec tendresse avant de l’embrasser avec fougue. Les élèves étaient sans doute très surpris de ce qui se passait sous leurs yeux. Le baiser dura un temps qui me parut infini.


Quand Cynthia desserra son étreinte, elle ne revint pas à sa place comme je l’aurais cru. Au lieu de cela, elle se mit à genoux devant Quentin, et caressa son membre délicatement, puis elle l’emboucha sans qu’il puisse l’en empêcher. L’assistance semblait comme frappée de stupeur devant un tel spectacle : Cynthia prodiguait au jeune élève une délicieuse gâterie dans les règles de l’art. Quentin était rouge comme une pivoine. Pourtant, je remarquai que Cynthia avait une grande expérience en la matière : ses lèvres jointes ne cessaient de parcourir le chibre de Quentin de bas en haut et de haut en bas.


Quand Cynthia eut terminé, elle regarda l’assistance d’un air contrit comme pour demander pardon. Mais voyant qu’on l’encourageait à continuer, elle proposa à Quentin de s’allonger sur le divan. Puis elle alla directement s’empaler sur son phallus dressé à la verticale. Elle montait et elle descendait sur lui avec toujours plus d’entrain, jusqu’à obtenir ce qu’elle voulait. Cynthia semblait en proie à une jouissance si intense que son corps était secoué de spasmes violents. En la regardant, j’avais vraiment follement envie de prendre sa place, et j’espérais que la suite des événements allait m’en donner la possibilité.

Diffuse en direct !
Regarder son live