Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 38 782 fois
  • 116 J'aime
  • 3 Commentaires

Une famille animale

Chapitre 1

Zoophilie

Cette petite histoire est arrivée dans l’année de mes 18 ans. A l’époque je sortais juste de l’École et des vacances bien méritées se présentaient devant moi. Cela était sans compter sur ma chère mère qui ne voulant pas me prêter sa voiture m’obligea à trouver un petit boulot.

Notre famille était plutôt rural du coté de mon père et mon oncle sachant mon besoin d’argent me proposa un boulot dans sa ferme. Me voila donc partit pour 2 mois chez les bouseux comme disent mes potes.

Mon oncle et ma tante sont des gens d’une cinquantaine d’années. Ma tante est une très jolie femme malgré son âge avec de jolis cheveux blonds ondulés, avec une jolie poitrine généreuse à souhait, mon oncle est un homme charpenté avec des mains de travailleurs quand à mon cousin c’est un grand brun d’1m80 charpenté comme son père et qui malgré qu’il soit un peu plus jeune que moi, est très mure.

Me voila donc travailleur à la ferme. Je m’occupe des box des chevaux,des machines agricoles avec mon oncle et j’aide le plus possible ma tante dans les corvées.

Les journées étaient longues et le lit m’appelait de très bonne heure même si cela n’était pas dans mes habitudes. Ma chambre se trouvait entre celle de mon oncle et celle de mon cousin. Ce dernier était très branché cul et regardait des films porno sur son ordi avec le son à fond. Quand à mon oncle et ma tante chaque soir était une occasion de faire l’amour avec passion.

Toutes ces agitations me donnaient une érection qui m’obligeait à me soulager avec douceur. Les cris de ma tante sous les coups de boutoirs de mon oncle m’excite de plus en plus et plusieurs giclées sortirent de ma verge gonflée à bloc.

Le lendemain matin tous le monde avait le sourire à table. Ma tante passa derrière moi et me chuchota l’oreille désolé pour le bruit et mon oncle se mit à sourire.

La matinée avançait tranquillement, lucky le chien de la famille me suivait partout dans mes travaux. Pendant le nettoyage des box des chevaux, j’admirai hercule, un bel étalon haut sur pattes qui avait entre les cuisses un membre de la longueur de mon avant bras. J’étais stupéfié par la taille de cette engin. Des pensées salasses traversèrent mon esprit et je me surpris à avoir une érection. A ce moment là mon cousin entra dans le box et me mit la main aux fesses en me disant:

-"Tu peux toucher ça va pas te mordre."

il prit ma main et la posa sur le sexe du cheval. C’était chaud et dur à souhait.

-"Moi j’adore et dès que je peux je joue avec" me glissa t’il en se caressant l’entre-jambe.

Décidé à me montrer sa façon de faire il se glissa sous le cheval et commença à lécher son gland tout en masturbant ce grand membre.

J’avais le souffle coupé, je n’en croyais pas mes yeux. Mais l’excitation de voir mon cousin attrapé à donner du plaisir à hercule me donnait une érection comme jamais. Il me proposa de le rejoindre mais cette queue était trop grosse pour moi et en plus je n’étais ni gay ni zoophile.

-"C’est trop gros cousin et puis c’est pas mon genre"

Il répondit en reprenant son souffle

-"Essaye plus petit"

Il posa son short et son caleçon pour libérer un membre bien en veines d’une vingtaine de centimètres. Le dégoût de toute cette scène était présent mais l’excitation qu’elle me provoquait était plus importante. Je me mis à genoux devant lui et commençais à le sucer. Le cheval commençait à souffler fort mon cousin aussi.

D’un coup il me demanda d’arrêter et de l’accompagner pour finir le cheval. Ma langue passait le long de la verge pendant que mon cousin suçait le gland avec souhait.

Le membre se mit à gonfler et une épaisse crème blanche sortit du gland qui nous arrosa tout les deux. Le sperme était chaud et âpre, mon cousin se régalait. il s’essuya le visage et me dit d’un ton clair:

-"C’est à ton tour"

il baissa mon pantalon et prit en bouche mon sexe. Il suçait mieux que mon ex copine, un vrai plaisir. On se mit en 69 dans le box vide à coté pour éviter d’être piétinés par le cheval. Le sperme montait dans nos verges et on cria presque en même temps lorsque le sperme sortit de nos verges chaudes. Le plaisir avait été intense et une bonne douche s’imposa.

En sortant de l’écurie on croisa ma tante qui nous fit un petit sourire. On était plein de sperme et ça la faisait sourire.

je sais pas ou j’étais tombé mais j’étais pas à la fin de mes aventures.



J’espère que ce récit vous a plus et que la suite sera demandée

Diffuse en direct !
Regarder son live