Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 4 938 fois
  • 44 J'aime
  • 3 Commentaires

Une femme en devenir

Chapitre 1

Travesti / Trans

Bonjour,


Adepte des récits de ce site, j’ai pris la décision de vous raconter mon histoire.


Dès l’âge de 5 ans, je fut irrésistiblement attiré par les vêtements féminins, je prenais un malin plaisir à fouiller comme beaucoup d’entre nous travesti,transsexuels, dans les tiroirs de ma mère.

Mes premiers émois se portèrent sur des mi-bas ainsi que des maillots de bain une pièce que je revêtais en cachette.

Plus tard, j’utilisais comme prétexte le carnaval pour demander à mes parents de m’habiller en fille. Il ne savait bien sûr pas que c’était lors des 364 autres jours de l’année que j’avais l’impression de me déguiser.


Une fois vers l’âge de 7 ans, j’avais porté mon dévolu sur une ancienne robe de fillette que ma mère avait gardée. Je pris sur moi de lui demander si elle voulait bien me la prêter, ce qu’elle accepta pensant que ce n’était là qu’un jeu. Le soir venu elle me présenta en fille à mon père. Celui-ci ne réagit pas directement, mais je compris le lendemain devant la disparition de ma robe que la discussion avait été houleuse avec ma mère. Je lui demandai où était la robe, mais elle ne me répondit qu’elle ne savait pas. Je compris alors que si je voulais continuer à me vêtir ainsi, je devrais le faire en cachette.


Mon adolescence se passa "normalement" j’étais attiré par les filles et je collectionnais les copines. Néanmoins lorsque je me laissais aller aux plaisirs solitaires, il m’arrivait de plus en plus de m’imaginer avec des garçons ou des hommes plus âgés.


Ma première expérience avec homme arriva plus tard, à 18 ans. Un jour où j’étais seul à la maison, il était midi et mes parents ne devait pas rentrer avant 16 heures, je profitai comme bien souvent de l’occasion pour me vêtir conformément à mes goûts. J’avais opté pour un ensemble slip, soutien-gorge rouges, des collants noirs à pois, une mini-jupe en jeans bien courte, un très joli pull bleu à fleurs, le tout complété par des ballerines. Il faut dire que je suis très grande, 1m84 pour être plus précise, un corps fin longiligne, des cheveux mi-longs brun et de longue jambes sexy qui font encore aujourd’hui mon succès auprès de la gente masculine.


J’étais donc tranquillement installé au salon devant la TV, quand soudain, la plus grande frayeur de ma vie. La porte s’ouvre et j’entendis ma mère, accompagné de ma grand-mère et de mes 2 petits frères. Le salon étant d’un côté du pallier et l’accès à ma chambre de l’autre, je n’avais aucun moyen d’aller me cacher. Je n’eu pas le temps de réfléchir et je sortis directement par la terrasse. Je fis le tour de la maison, mon cœur battait à 200 à l’heure. Heureusement le garage était ouvert, j’entrai donc par là, referma la porte et me déshabilla en hâte. Ensuite je n’eu qu’a prétexter que j’allais prendre une douche pour faire comprendre ma nudité lorsque je rentrai. L’excuse ayant fonctionné, je pensais bien m’en être tiré sans gravité et sans dévoiler mon précieux secret.


C’est quelque jour plus tard que je me rendis compte que je ne m’en étais peut-être pas tirer à si bon compte. Alors que je jouais tranquillement dans la rue un homme m’aborda et commença à discuter avec moi. Je le connaissais de vue, il s’agissait d’un voisin qui me semblait fort sympathique et que je trouvais bien attirant, il avait la cinquantaine et était marié. Ses 2 enfants avaient depuis peu quitté le domicile familiale et vivait seul avec son épouse du même âge que lui. Je connaissais aussi sa femme, c’était une vieille bourgeoise aigri par la vie qui passait son temps à râler du bruit que les jeunes du quartier faisait. Je me demandais pourquoi un homme si agréable restait avec une telle vieille peau.


Il entama la discussion avec moi, me parla du beau temps et chercha à faire plus ample connaissance. Il chercha à connaitre mes centre d’intérêts pour découvrir que nous avions la même passion pour le basketball, il m’informa qu’il avait chez lui des photos des grandes stars de la NBA qu’il avait pu prendre lors de son dernier voyage aux USA. Les noms de Michael Jordan, Magic Johnson, Charles Barkley suffirent à me motiver à le suivre chez lui pour découvrir ces clichés. Je le suivi donc sans me douter nullement de ce qui allait m’arriver.


Une fois à son domicile, il m’invita à prendre un verre au salon, son épouse était absente et n’allait pas revenir avant 3 jours. Je m’installai confortablement sur le canapé lui fit santé avec mon verre de blanc puis il me tendit les photos. Je n’en revenais pas il avait assisté au All-Star Game de la NBA en VIP et avait pu approcher toutes les stars de Basket. J’étais scotché et fasciné par son album. Une fois terminé, il me dit qu’il avait encore 3 photos qu’il souhaitait me montrer pour me demander mon avis. Gérard, c’est son prénom me les tendis. Mon cœur chavira et je failli tomber dans les pommes, les 3 clichés me montraient autour ne ma maison fuyant mes parents habillé en fille. On voyait clairement mon visage sur l’une d’elle. Je ne pouvais absolument pas nier. Je venais de me faire découvrir.


J’étais paralysé par la panique et le désarroi, j’avais envie de m’enterrer ou de fuir à l’autre bout du monde, des tas d’idées me passaient par la tête. C’est là que Gérard me posa la main sur le genou et me dit de me calmer.


Rassure-toi, je n’ai pas l’intention de dévoiler ton petit secret à qui que ce soit, je tenais simplement à être seul avec toi pour t’en parler. Tu sais, tu n’est pas le seul à aimer t’habiller en fille c’est très fréquent et je comprends bien ton désir de te sentir féminin. Cela fais longtemps que tu travestis ? Tes parents sont au courant ?


Je me calmai gentiment et ma langue se délia peu à peu. Je lui racontai mon histoire, mon plaisir d’être habillé en fille et le fait que je devais faire ça en cachette. Il compris que cela devait être dur pour moi de cacher ainsi ma personnalité. Il faut dire qu’à cette époque, on ne parlait que très peu d’internet et que je croyais être le seul dans ce cas là. J’avais bien sûr vu des films avec des travestis ou des documentaires sur des trans, mais il était très difficile de m’y identifier.


C’est là qu’il me parla de la transsexualité, qu’il comprenais bien, et qu’il avait un frère qui était parti à Paris pour devenir sa sœur. Je me senti en confiance et je commençait un peu à me rassurer sur ces intentions. Il me proposa de venir chez lui pour me travestir en toute sécurité quand son épouse ne serait pas présente. Je refusai prétextant que je n’en avais pas besoin. C’est alors qu’il se leva me demanda de rester assis et monta à l’étage. Je n’avais plus envie de fuir, je restai bien sagement assis sur le canapé. 3 minutes plus tard je le vis descendre avec un sac.


Regarde j’ai là quelques affaires qui devrait bien t’aller !


Il y avais dans ce sac des sous-vêtements féminin et une magnifique robe noire en dentelle.


Tu veux essayer ?


Mes yeux écarquillés devant la splendeur de cette robe, je ne pus répondre.


Tiens! Va dans la salle de bain te changer et reviens me montrer une fois prête !


Il venait de parler de moi au féminin, ce qui m’électrisa. Tout penaud, je pris les affaires et me dirigeai vers la salle de bain, j’entrai et refermai la porte derrière moi. Je posai la robe sur le rebord de la baignoire et sorti les sous-vêtements du sac. Il y avait un magnifique ensemble 3 pièces rose et noirs en dentelle ainsi que des bas noirs. Je me déshabillai et enfila une par une les pièces de lingerie. Je ne m’épilais pas encore, mais mes poils étaient très peu nombreux et les bas 30 deniers suffisaient à bien les cacher. Je revêtis la robe et me vit dans le miroir. Elle était magnifique, je n’arrivais pas à dissimuler mon érection. Je me décidai à sortir et à me présenter ainsi devant Gérard. J’étais toute excitée.


Il me découvrit ainsi et me remercia de la confiance que je lui témoignait, m’invita à me pavaner devant lui ce que je fit faisant virevolter ma robe.


Comment te sens-tu ? Me demanda-t-il.


J’adore, mais je ne suis pas très féminine.


Il me rétorqua : Mais bien au contraire, avec un peu de maquillage et une petite coiffure tu passerais très bien inaperçu.


J’étais excitée à mort, je m’assis près de lui et c’est là qu’il me demanda si j’étais aussi attiré par les garçons. Je lui répondis que je ne me sentais pas prête pour avoir un copain, j’aurais trop peur de me faire rejeté et que je n’avais jamais eu de rapport avec un homme.


Il compris vite voyant mon trouble et mon excitation que j’en avais très envie. Il se rapprocha de moi, passa un bras autour de mon épaule et l’autre sur ma cuisse qu’il commença à caresser. J’avais le thermomètre au maximum et sans réfléchir une seconde de plus lui offrit ma bouche pour un baiser langoureux. Ce dernier dura de longues minutes accompagné de caresses de plus en plus poussée. Lui me malaxait les fesses pendant que je l’embrassais d’une bras et lui caressais le torse de l’autre.

Ma main, de plus en plus se rapprochait de son bas ventre alors que la sienne commençait par fouiller mon intimité rectale.


J’étais dans un état second, je ne réfléchissais plus à rien, j’avais juste envie de profiter et de vivre pleinement cet instant où pour la première fois je me sentais femme et de plus dans les bras d’un homme.


Enfin j’attrapai son sexe et fit de légers va-et-vient, il se déshabilla complètement et vint reprendre nos ébats tout en m’embrassant il me pénétra d’une phalange, je poussai un gémissement qu’il prit comme un acquiescement totale de ma part de ce qui allait suivre. Il bandait très fort et se mit à me complimenter et à me faire part du désir qu’il avait pour moi. Moi aussi, j’ai envie lui dis-je. Je le repoussai délicatement et me plaçai entre ses jambes, j’avais son sexe dans ma main droite je rapprochai ma bouche, lui fit quelques baisés sur le gland, la tige puis les testicules que je me mit à lécher. Je remontai ma langue sortis vers son gland pour le prendre en bouche.


J’en avais rêvé, j’en avais fantasmé, et là, enfin je suçais un homme. Quel plaisir, quel bonheur, c’était délicieux. Je m’appliquai au mieux fort de mon expérience acquise lors de visionnage de film x, là c’était moi la femme et j’étais en plein bonheur. Je le suçai de longue minutes au bout desquelles il n’interrompit me disant qu’il avait envie de me prendre. Je me laissai ainsi couché sur le dos lui me relevant les jambes. Il prit un tube de lubrifiant et me prépara la rondelle tout en délicatesse. Je brûlais du désir de le sentir en moi. Une fois mon rectum prêt, il approcha son sexe et me pénétra en douceur tout en s’inquiétant de mon plaisir et de ma douleur. Je lui dis qu’il m’avait bien préparée et que je ne sentais que du plaisir. Je m’étais déjà enfilé par le passé divers gode ou plug, mais son sexe était si doux, si moelleux que je ressentais que du plaisir.


Il m’enfila jusqu’à la garde. Mon dieu que tu es bonne ma chérie me susurra-t-il. Oh oui vas-y prend-moi lui répondis-je fais de moi ta femme ! Cette l’excita et il commença par activer le mouvement de va-et-vient. Je n’en revenais pas ce que c’était bon. Je jouis très rapidement ce qui déclencha la sienne au fond de mes entrailles.


Il s’allongea sur moi sa bite toujours entre mes reins, pour m’embrasser tendrement alors que je l’enlaçais de mes bras et de mes jambes.


Je venais d’avoir mon premier rapport avec un homme et je n’avais qu’une seule certitude; ce ne serais pas le dernier.

Diffuse en direct !
Regarder son live