Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 741 fois
  • 41 J'aime
  • 8 Commentaires

Une femme "pas comme les autres"

Chapitre 2

Au petit matin...

Travesti / Trans

Pour cette seconde partie, j’aimerais une nouvelle fois remercier DouceLune123 pour cette collaboration où, personnellement, je prends pied et où j’adore le concept d’écriture à 4 mains.



Il est ’Luc’ dans ce scénario. J’y suis ’Cassandre’.


Bonne, agréable... et émoustillante lecture à vous.


—------------------------------------------



Une femme «pas comme les autres» 2



Luc



Lorsque je me réveille, nous sommes toujours enlacés, moi collé dans ton dos. J’ai une main sous l’oreiller que l’on partage, l’autre sur ton ventre, et tout mon corps collé derrière le tien. Je profite du moment, mon visage caché dans ton cou. Au vu de la lumière, il est encore tôt. Mes mains parcourent ton corps. Tu es encore endormie. Je me lève tout doucement pour ne pas te réveiller. Je marque un temps d’arrêt pour t’observer dormir paisiblement. Une si jolie créature...



Je me dirige ensuite vers la douche pour me laver rapidement. Je reviens dans la chambre, sans m’être rhabillé et me re-glisse dans le lit, derrière toi pour revenir te faire un câlin. C’est un très beau matin qui commence. Assez rapidement, je retombe dans le sommeil. Lorsque je me réveille, nous sommes dans la position inverse. Toi derrière moi, collée à moi. Tu es déjà réveillée, je le sens. Ta main est posée sur mon torse, je la prends dans la mienne. Je sens ton souffle chaud dans ma nuque, tes seins écrasés contre les miens, tes jambes enlacées avec les miennes. Je sens aussi autre chose. Ton sexe collé à mes fesses…



Cassandre



Quelle agréable nuit, j’ai passé...


Tu t’es collé à moi pour t’endormir et tu m’as entouré le ventre de ton bras, comme si j’étais un radeau de sauvetage. J’ai même senti ton sexe se coller à mes fesses. Il était dur...


Mon sommeil a eu beau ne pas être profond, j’ai bien dormi. Toi, tu as dormi comme un bébé. Je t’ai entendu, tu sais? Ta respiration était douce. Oui, c’était agréable de t’entendre. Et tu as même prononcé mon prénom pendant que tu dormais. "Cassandre"... "Cassandre"...



Et là, je suis réveillée. Mais ce n’est pas parce que tu t’es levé. Non. Je suis réveillée parce que tu m’as touchée, caressée, embrassée. J’aime ces réveils-là. Sans même le savoir, tu as fait une nouvelle chose que j’apprécie. Et ça, ça te fait marquer de nouveaux points. Tu t’es rendormi. Pourtant, nos mains sont unies, liées et tu es apaisé. Tu es beau. Nos corps sont nus et le tien est plus particulièrement un appel au crime. Et ce crime, j’ai l’intention de le commettre ce matin, avec toi. Je suis collée à toi et je presse mon corps contre le tien. Je suis excitée. Le sens-tu ça? Oui, tu ne peux que le sentir. Mon sexe est dur et il est collé à tes fesses. Je me frotte contre toi…



Luc



Je tourne légèrement la tête pour te regarder, te sourire mais reste dans cette position, enlacés. Tu me rends ton sourire et dépose un léger baiser au coin de mes lèvres. Je devine tes tétons qui durcissent contre mon dos, entourés de tes seins écrasés. Tes mains glissent sur mon corps, me caressent, pendant que tu embrasses mon cou, ma nuque, me donnant des frissons. Je me laisse faire et profite de tes douceurs. Une de tes mains descend doucement jusqu’à mon sexe, le caresse avec tendresse, le malaxe, le masturbe. Je te sens très excitée, ce qui a pour effet de me rendre dans le même état. Tu fais de très légers mouvements avec ton bassin. Ta queue dure se frotte à moi: cela a l’air de te faire particulièrement du bien. Je sens un peu de viscosité contre mes fesses: c’est ton liquide pré-séminal qui commence à perler. Tes mouvements (tes mains, tes baisers, ton bassin...) deviennent de plus en plus agités, fougueux, et moi ma queue est bien dressée…



Cassandre



Tu me regardes. Même si tu es fatigué, tes yeux sont embués de désir. Tu me regardes. Oui. Tu me désires. Tes yeux sont dilatés. Tu es beau, Luc. Et moi, c’est fou comme je me sens bien, ce matin, tout contre toi. Je me colle contre toi et te fais sentir mon corps, tout entier. Mes formes, mes courbes, mon sexe qui bande...



C’est tout pour toi, Luc. Car moi aussi, j’ai envie de toi. Et ça, je te le fais comprendre à travers mes mains qui sont curieuses, insatiables et qui te caressent. Je te le fais comprendre à travers mes lèvres qui sont mouillées, pulpeuses et qui se posent avec gourmandise sur toi. Toi, tu m’embrasses et tu me fais frissonner. Je m’embrase. Je ne vais plus répondre de rien si tu joues à ce jeu-là, dès ce matin. Moi, j’ai envie de toi. C’est simple: depuis hier, les préliminaires et le sexe, je ne pense plus qu’à ça. Je ne pense pas à mon travail, je ne pense pas à mon quotidien. C’est à TOI que je pense, pas à un autre mais TOI. Si moi, je suis en érection, je veux que tu le sois aussi, Luc. Oh... oui. Alors, je prends doucement ton sexe dans mon poing et je vais, je viens. Je vais... je viens. Je vais... je viens. Oui, je bande. Mais c’est parce que j’ai envie de toi. Je me frotte contre toi et te fais sentir le moindre millimètre carré de mon corps. Mes seins, mes tétons...



Mon ventre, mon sexe...


Je me laisse aller. Je ne pense rien à rien. Juste au plaisir que je te donne. Juste au plaisir que je prends à me masturber contre tes fesses…



Luc



J’aime beaucoup cette sensation, sentir en entier ton corps nu contre le mien. Je passe une main derrière moi pour la poser sur ton flanc et la descends jusqu’à tes fesses pour les malaxer. Ta main continue de jouer avec ma queue et mes couilles, et tes mouvements se font de plus en plus appuyés contre mes fesses. Tu gémis, et prends beaucoup de plaisir à ce que je vois. Tes lèvres, elles, continuent de déposer des baisers dans mon cou, derrière les oreilles. Ça me fout la chair de poule... Nous partageons ce superbe moment alors que les premiers doux rayons du soleil viennent lécher nos corps. Il fait encore bon. Nos rythmes s’accélèrent. L’excitation est vraiment là. D’un mouvement, tu me plaques sur le ventre et t’étales de tout ton long sur mon dos. Tes baisers continuent, tes mains me caressent le corps et tu continues de masturber ta queue bien calée entre mes fesses.



Cassandre



J’aime le contact de nos corps. On est deux, on ne fait qu’un. Contrairement à hier soir, à cette nuit, la configuration est inversée puisque là, c’est moi qui suis derrière toi. Si tu savais comme je peux raffoler de la position des "cuillères"...



Et là, je suis en train de t’en donner un aperçu. J’espère que tu aimes...


Mais...


Attention! Il n’y a pas que moi qui doive prendre mon pied ce matin! On est deux. Je te prends dans ma main et je te masturbe. Tu est déjà tout dur. OH! C’est moi que tu désires à ce point? OUI! C’est pour moi que tu bandes. Tout en te branlant comme j’aime branler une queue bien grosse, je continue ces mouvements que j’ai initié entre tes fesses. Je gémis. Mais c’est parce que moi aussi, je bande et pas qu’un peu. Si tu te concentres sur la sensation de frottement, tu sentiras... et tu comprendras ce que je veux dire. Je t’embrasse partout où ma bouche peut t’atteindre. Il n’y a en fait pas que le sexe dont je raffole. J’aime... les préliminaires et la tendresse, les baisers et les caresses, la douceur et la sensualité. Comme tu l’as fait hier, là, c’est à moi de t’exciter, Luc. Je te plaque subitement sur le ventre, contre le matelas. Ni une, ni deux, je m’allonge sur toi et je t’embrasse. Je m’en donne à cœur joie. Je suis fofolle. Rien ne peut m’arrêter.



Je t’écarte les fesses et ton cul est on-ne-peut-plus visible. Il est dans ma ligne de mire. Mon cœur bat la chamade. C’est un spectacle de premier choix que tu m’offres là. Je te masse. Je t’embrasse. Je te caresse. Je coulisse…



Luc



Je sens tout ton corps appuyé contre le mien. Je sens aussi ta respiration qui est de plus en plus forte et qui trahit ton excitation. Ce matin, j’ai envie de me laisser aller, de me laisser faire, te laisser mener pour voir ce dont tu as envie. Ça a l’air de marcher puisque tu as pris les devants rapidement, et ça ne me déplaît pas, bien au contraire. Je sens ton sexe coulisser contre mes fesses. C’est une nouvelle sensation pour moi mais elle est particulièrement agréable. Et je sens aussi que ça te fait beaucoup de bien, ce qui me réjouit. Tes baisers sont de plus en plus fougueux, tes mouvements aussi, et moi je profite de cela, allongé sur le ventre face au matelas.



Cassandre



Tu es à ma merci. Dans cette position, je suis collée à toi et je te fais sentir le poids de mon corps. Par contre... Je fais bien attention à ce que ça reste agréable, confortable pour toi. Ton plaisir m’importe beaucoup. Je suis... excitée. Émoustillée. Subjuguée. Toute raison m’a quittée. Je ne calcule plus rien. Je ne calcule rien et je n’écoute que mes désirs, mes fantasmes. Mais... Attention! Il y a toi qui pèse dans la balance de nos ébats. Mais ça, c’est ancré dans ma tête. Tes fesses sont écartées. Elles sont dodues, bombées. Un... "petit" cul des plus appétissants. Je le fais mien, petite touche par petite touche. Je le veux... Tes fesses sont bien écartées, j’entrouvre les lèvres et je laisse ma salive tomber sur toi. Elle s’écrase sur ta raie. Je te lubrifie. Je te prépare. Je TE veux…



Luc



Je sens que tu te redresses et puis je sens la salive qui s’écrase dans ma raie. C’est agréable, je sens ton pouce me masser avec plein de douceur. On s’est rarement aventuré dans cette partie de mon anatomie mais c’est particulièrement bon. Et puis c’est toi: je te fais totalement confiance, j’ai envie de m’abandonner à toi ce matin, comme tu as pu le faire hier soir. Ton massage est vraiment très agréable, je me remue, me cambre, bouge pour augmenter mon plaisir, pour te faire comprendre que ça me plaît. A un moment, tu te déplaces pour venir à la hauteur de ma tête, tu me présentes ton joli sexe imberbe tout en continuant ton doux massage.



Cassandre



Je suis une femme "pas comme les autres". Ne l’oublies pas, ça.



Avec moi, les possibilités sont nombreuses.



Je te touche, je te caresse. Je te masse, je te titille. J’use et abuse de ma salive mais c’est parce que je veux que tout soit pour le mieux. Je veux que ça soit le plus agréable possible pour toi, trésor. Mon toucher est délicat. C’est tellement fragile, un anus. Et puis, oui, tu n’es pas farouche. Mais non, c’est peut-être quelque chose dont tu n’as pas l’habitude. Alors, je fais preuve de patience et d’écoute, de sensualité et de douceur, de tendresse et d’émotion. Tu me fais confiance et ça, ça me touche.



Tu réponds à mon doigt sur toi. Tu remues, tu te cambres, tu bouges.



Moi, mon sexe est limite douloureux à mesure que je bande dur. C’est TOI qui m’excites. Et je te le montre. J’empoigne fermement mon érection et je te la présente.



Sentant que ton anus se lubrifie de plus en plus et que tu gémis parce que tu aimes mon massage, j’effectue une délicate pression sur ton œillet…



Luc



Les petites pressions que tu fais sur mon petit trou sont très agréables et m’excitent particulièrement. Tu es assise à genoux devant moi, ta main toujours à jouer avec mes fesses. Tu me présentes ton paquet et je comprends bien ce que tu attends. Je le prends d’une main et plonge ma tête entre tes jambes pour venir lécher et gober tes deux testicules glabres. Je les suçote avant de lécher ton sexe de bas en haut. Je lèche ensuite ton gland et le tète. Tu gémis et soupires de plaisir. J’avale ensuite ta queue et fais de léger mouvements de va-et-vient pour te sucer tout en jouant avec ma langue. Je m’applique le plus possible pour te faire du bien tout en jouant avec tes boules de ma main. Tu appuies de plus en plus tes pressions sur mon anus bien lubrifié et celui-ci avale d’un coup une phalange. Hmm quel plaisir...



Tu restes ainsi pour voir ma réaction mais tu comprends vite que ça me plaît. Tu commences alors de léger va-et-vient. L’excitation augmente rapidement pour moi, j’essaie alors d’enfoncer ta queue de plus en plus loin dans ma gorge.



Cassandre



Tu me lèches, tu me suces. Aucune partie de mon sexe n’échappe à tes lèvres, à ta langue. Je gémis. C’est que tu sais t’y prendre, toi aussi! Continue... Je t’entends, tu sais? Ça te plaît, ce que tu fais. Tu émets de bruits suggestifs. Continue...Te pose aucune question. Sois libre. Tu n’es pas un ange. Tu n’es pas innocent. Avec ton doigt, moi, je te titille. Je te prépare. La pulpe exerce des petits mouvements circulaires sur ton anus. Mais je ne le pénètre pas. C’est ce que tu aimerais, et pour moi, ça ne fait pas de doute. Mais... Je suis un tantinet perverse, j’avoue. J’aimerais que tu me dises, que tu me regardes. Que tu me supplies. Ton anus est lubrifié et... tellement dilaté, déjà... que mon doigt le pénètre. Une première phalange... Tu es serré mais tu m’acceptes. Tu gémis, tu halètes. Tu soupires. Tu me suces goulûment. Là. C’est à ton tour de me prendre profondément en bouche... Ça me plaît. Vas-y! Conti... nue!



Luc



J’adore ce moment que l’on partage ce matin, surtout avec une belle créature comme toi. Tu es nue face à moi et je peux admirer ton corps, ton visage, tes seins, ton ventre... Tu joues avec mon petit trou en faisant de doux va-et-vient avec ton doigt. C’est trop... bon. Tu as les yeux fermés et prends tout le plaisir que j’ai à t’offrir. Ta main libre vient se poser sur ma tête et tu fais de légers mouvements de hanche pour accompagner ma fellation. Tu commences à me baiser doucement la bouche, la gorge. Tu gémis, souffles fort. Tu te laisses aller. J’aime te faire plaisir comme ça, m’offrir à toi…



Cassandre



Moi aussi, j’adore ce moment. Et tu sais quoi? J’aime faire l’amour le matin, au réveil. Avec un beau gosse comme toi, je me fais plaisir. Tu es nu et tu me donnes tout, que ce soit avec ta bouche, que ce soit avec ton anus. Je te pénètre et je te prépare pour l’amour. Ce sera... à ton tour de goûter au plaisir anal. Je veux que tu en gardes un souvenir agréable, impérissable. Mais pour ça, je dois m’y prendre avec douceur, avec patience. C’est ce que je fais. Je tiens compte de tes bruits de plaisir, de tes yeux, de tes mots. Je prends, je jouis de tes lèvres sur ma queue. Ce n’est que pur plaisir... - Oooooouuuuuhh... Je gémis. Tu es un bon suceur, toi! Mon doigt continue de coulisser en toi. Ton petit trou se dilate de mieux en mieux. Je retire mon doigt. Je te regarde, les yeux pétillants, extatiques. Tu me regardes, frustré.



— Chuuuuuttt, Luc. Chuuuttt... T’inquiètes pas. C’est pas fini…



Luc



Je me redresse pour venir t’embrasser. Je m’écrase sur toi exprès pour te faire tomber sur le lit. Nous sommes allongés tous les deux, enlacer à nous embrasser fougueusement, nous toucher, nous frotter l’un contre l’autre. Mes mains parcourent l’entièreté de ton corps. Ton visage, tes cheveux, ton dos, tes seins (sur lesquels je m’arrête longuement, que je malaxe et embrasse à pleine bouche), tes fesses, ton ventre, ta queue, tes bourses... Nous sommes fougueusement l’un contre l’autre à partager tout ce que nous pouvons.. Puis, je m’arrête, me recule légèrement pour planter mon regard dans tes yeux..



— Qu’est ce qui te ferait plaisir ? Là maintenant?



Cassandre



Oui… Tu es frustré. Alors, tu te redresses et puis tu m’embrasses avec fougue, goulûment. Un roulé-boulé de ta part m’installe sur le dos. Tu te positionnes sur moi. Ah… Tu reprends le contrôle. Très bien. J’aime quand tu prends l’ascendant sur moi, quand tu me domines avec douceur. Tu m’embrasses. Tu m’enlaces. Tu me touches. Tu te frottes à moi. Tu me fais sentir le poids de ton corps. Une nouvelle fois, j’ai la sensation d’être passée aux rayons X. Ce n’est pas désagréable. Aaah… C’est même tout le contraire! Mon corps, tout entier, y passe. J’ai beau être nue physiquement parlant. Tes yeux brûlants, extatiques, me donnent également la sensation d’être mise à nue, tout entière.



Tu ne fais qu’une bouchée de mes seins. Ah mes seins… Mon 85C que tu apprécies décidément. Tu ne t’en lasses pas… Je suis heureuse que ma poitrine te plaise.



Soudain, tu stoppes tes caresses et tes baisers, tes attouchements et tes frottements. Tu recules légèrement et tu braques tes yeux dans les miens. Je suis subjuguée. Mon cœur bat la chamade. C’est dingue mais… Je suis incapable de prononcer un mot tellement tu irradies, Luc.



— Luc… Toi… Je te veux, toi… Tout entier.



Luc



Tu te replaces dans mon dos, sur le côté, en cuillère. Je recule bien mes fesses pour venir les coller à ton entrejambe. Tu passes tes bras autour de moi pour me caresser et tu reprends tes mouvements de bassin pour frotter ton sexe entre mon cul. Il coulisse bien, tu apprécies. Puis tu frottes de plus en plus ton gland contre mon petit trou, augmente doucement la pression. Hmm, ça me plaît. Tu le sens. Tu écartes mes fesses d’une main et commence à appuyer ton gland contre mon anus, tu fais de légères pression, et d’un coup je sens mon anus avaler ton gland. Tu es en moi, je soupire fort, gémis presque. Tu es douce, me caresses…



Cassandre



J’aime le sexe le matin. J’aime plus particulièrement les câlins doux et les préliminaires, les mots tendres et les caresses. Là, je suis… on-ne-peut-mieux. Sache-le. Je ne me pose pas de question. Toi, non plus, si j’en juge ton lâcher-prise et la manière dont tu te détends. Tu me fais confiance. - Luc… Regarde-moi. Regarde-moi… Je vais être douce. Je te le promets… Lorsque je juge que tu es dilaté comme il le faut, j’empoigne mon pénis et je te pénètre avec douceur, comme si tu étais fait de porcelaine. Précautionneuse, attentionnée, délicate comme je suis, je colle ma bouche à ton oreille et je te suce ton lobe. Tu gémis. Tu aimes ça… Puis c’est au tour de ma langue de rentrer sur scène et je te donne un petit coup mouillé. Rebelote: tu gémis. Ça te laisse pas indifférent. Intéressant… Intéressant. Je marque un temps d’arrêt. Je veux que tu te habitues à moi. Ma bouche toujours contre ton oreille, je te parle, je te susurre des mots à propos de mon désir pour toi.



Je suis douce, je te parle. Je te caresse… C’est alors que j’effectue un mouvement de va-et-vient. Tu grimaces, tu gémis. Je vais et je viens entre tes reins…



Luc



Tes douceurs sur mon oreille me donnent des frissons de plaisir. Je ne sais plus où je suis, quel jour nous sommes et tout ça m’importe peu. Je sens ton gland en moi, et doucement je sens tout ton sexe s’enfoncer. Il m’élargit. Cette première pénétration est exquise. Une fois que toute ta queue est en moi, que tes hanches sont écrasées contre les fesses, tu marques un temps d’arrêt et reprends tes coups de langue sur mon lobe mais aussi tes va-et-vient sur ma queue. J’ai l’impression de n’avoir jamais bandé aussi fort. Puis tu ressors ta queue de mon anus et n’y laisses que le gland, et te renfonces en moi. Petit à petit tu accélères tes va-et-vient, je sens ta respiration de plus en plus haletante dans mon cou…



Cassandre



Je sors ma queue de ton anus. Non, je ne suis pas perverse, Luc. C’est à ton plaisir que je pense. Je sais que ça t’a fait quelque chose de m’accueillir dans ton anus. Mais… Ton anus… Il n’est pas tout à fait éclos. Il doit encore et encore se dilater. C’est pour ça que je me suis retirée, en fait. Et puis je réempoigne mon sexe et je me guide jusqu’à ton petit trou. Pour moi aussi, c’est exquis. Ton… cul est mouillé. Il est accueillant, je trouve. J’y suis bien… Je te reprends… Je me laisse aller…



Luc



Je sens ton dard au fond de moi qui me transperce, la sensation est exquise. J’accompagne tes mouvements en bougeant mes hanches pour te faire comprendre que j’aime ça... et que j’en veux plus. Lorsque tu sors ton gland pour le rentrer à nouveau, j’explose à chaque fois de plaisir. Tu te sens bien en moi et sens que je me suis habitué, alors tu accélères tes coups et tes va-et-vient, tu commences à me pilonner…



Cassandre



Je respire de plus en plus bruyamment. J’ai du mal à retrouver mon second souffle à force d’aller et venir dans ton anus. Mais que j’aime ça… Que j’aime ça. Toi, tu bouges. Mon pénis et ton «petit» cul ne font qu’un. Je t’entends de plus en plus, tu sais? Tu ne boudes pas ton plaisir, mon cœur. Tu l’exprimes comme bon te semble. Moi, ça me touche, ça me… Alors j’accélère et je te donne des coups de rein. Tu gémis. Tu cries même… Je glisse une main entre nous et je te ceinture le ventre pour te prendre mieux. Je te pilonne…



Luc



Tu m’enserres pour mieux me prendre, moi j’essaie de passer mes mais dans mon dos pour te toucher, partout. C’est trop bon, je n’ai jamais senti ça.



— Cassandre, vas-y! Plus fort! Prends-moi!



Tu ne te retiens plus. Notre câlin cuillère change en une nouvelle position, je me retrouve sur le ventre sous tes assauts, me cambrant pour faire ressortir mon cul. Tu attrapes mes fesses et mes hanches pour te stabiliser et continuer à me pilonner ainsi…



Cassandre



Tu crois que je ne fais pas attention, Luc? A… tten… tion. Je ne suis pas idiote, je ne suis pas dupe, tu sais? Je suis tout sauf ça. Toi aussi, tu tends tes mains vers moi. Je sais que mon corps te plaît, qu’il t’excite. Je sais que mes seins te font bander, qu’ils te rendent fou. Touche-moi… Touche-moi!



— Tu… Tu me veux comment, Luc?


— Cassandre, vas-y! Plus fort! Prends-moi!



Tu ne peux pas me rendre plus heureuse, Luc, à l’instant-t. C’est juste pas possible, ça. Alors je me saisis délicatement de toi et je te positionne sur le ventre. Notre câlin cuillère se transforme en sexe levrette. Sans me retirer de toi, je me positionne sur mes genoux, derrière toi et je vais… je viens. Je vais… je viens. Je vais… et je viens. Ton cul est on-ne-peut-plus visible. Ça te fait un joli «petit» cul, tu sais? OH! Tu m’excites! Je m’empare de tes fesses et je les prends à pleines mains. Je te pilonne inexorablement...



Luc



Tes mouvements sont amples et tu me remplis à chaque fois. Je gémis, j’aime ça, j’aime que ce soit toi! Tu accélères toujours plus tout en me malaxant les fesses. J’ai la tête contre le matelas, le bassin relevé et suis dans un autre espace-temps. Complètement abandonné a toi. Ta voix me ramène au moment.



— Je vais...


— Hmoui vas-y !



Après quelques derniers coups salvateurs, tu te retires. Je me retourne rapidement pour me mettre sur le dos, empoigne ta queue et après seulement deux va-et-vient, des jets de ton jus viennent s’écraser sur mon corps. Tu as les yeux fermés, tu trembles presque. Lorsque tu reprends tes esprits, tes yeux se posent dans les miens et un large sourire se dessine sur ton visage après quelques secondes à se regarder, se sourire, tu viens t’écraser sur moi pour me faire un câlin passionné.



Cassandre



Ton anus est délicieux. Je vais… et viens. Je vais, je viens. Je vais, je viens… Je ne m’en lasse pas. Car plus je me retire et plus je rentre en toi, plus tu m’amènes au bord du précipice. Ce précipice, c’est la jouissance. C’est l’orgasme. C’est l’éjaculation. Toi, tu gémis. Je te prends. Je t’écarte les fesses. Tantôt je te regarde et je ne te quitte pas des yeux car tu es beau. Tantôt je regarde tes fesses écartées et mon sexe qui te sodomise. Oui, Luc. Je te sodomise. Je te fais l’amour.



— Je vais…


— Hmoui vas-y!


— Oooooouuuuuhh…


— Vas-y, vas-y! JOUIS!



Après quelques coups de rein où, franchement, je m’en suis donnée à coeur joie, je me retire. Toi, d’instinct, tu te repositionnes sur le dos, et, avide, insatiable de mon sexe masculin comme tu l’es désormais, tu me l’empoignes et tu y agites ta main. Je ne peux rien faire face à ce traitement et tu me conduis très vite… si vite à ma perte. Je pousse des gémissements et je finis par éjaculer sur ton torse. Tu es vidée, épuisée. Repue, satisfaite. Toi… Tu sais t’y prendre pour faire l’amour à une femme.



Je te souris. Tu me souris.



Mais… épuisée, je m’écroule sur toi. Cependant, quelque chose me vient très vite en tête.



— Luc?



Luc



— Oui?



Cassandre



— Tu n’as pas joui, toi.



Luc



Je te souris, tu me le rends, puis tu descends entre mes jambes…



Cassandre



Tu ne réponds pas. Tu me souris. Ton sourire en dit long. Tu tends une main dans ma direction. Vers mon visage. J’y dépose un baiser. J’ai compris…



Je me positionne à quatre pattes. Ça t’avait plu hier. Du coup... Et vu que tu n’as pas encore joui, toi... Je suis sûre que ça va t’exciter davantage... et que tu jouiras comme tu n’as joui à ce point…



Luc



À quatre pattes entre mes jambes, tu attrapes ma queue toujours dressée. Tu la frottes à tes seins puis tu me prends en bouche rapidement en me regardant dans les yeux. Tu commences tes va-et-vient et coulisses tes lèvres sur ma queue. Tu le enfonces loin dans ta gorge. Je ne l’avais pas vu venir mais très rapidement je jouis dans ta bouche... J’étais bien trop excité. Tu laisses couler mon jus le long de la queue. Nous nous sourions puis tu reviens te coller à moi pour un long câlin.



Cassandre



Prendre ta queue dans ma bouche, ça m’a manqué, j’avoue. Alors je me déchaîne, je m’en donne à cœur joie. J’ai envie que tu prends ton pied. Je VEUX que tu jouisses. Il n’est plus trop question de séduction, là. J’écoute mon instinct et mes désirs. Et mon désir, là, c’est de te pomper jusqu’à ce que tu ne puisses plus te retenir, Luc. C’est aussi simple que ça. Alors je vais, je viens. Je vais, je viens. Mon désir, aussi, c’est de te faire perdre la tête, de te donner du plaisir avec mon corps tout entier. Alors je place ta queue entre mes seins. Et je vais, je viens. Je vais… et je viens. Puis, une fois que ton sexe luit, je le reprends dans ma bouche et c’est alors que j’ose… la gorge profonde. Oui, tu cries. Tu ne t’y attendais pas… Mais, c’est à ton tour de perdre pied, mon cœur. Alors je vais… je viens. Je vais et je viens. À ce rythme, tu perds pied en peu de temps et tu jouis dans ma bouche. Tu étais bien trop excité à ce que j’ai cru comprendre… C’est pas grave.



Et puis… Je suis fière que tu aies joui. C’est MOI qui t’ai fait jouir, et pas une autre que MOI. MOI, une femme «pas comme les autres».



Je me rapproche de toi et me blottis contre ton torse. Là. Nous nous sourions. De bon matin, nous nous faisons un long câlin.


Diffuse en direct !
Regarder son live